25 février 2020 2 25 /02 /février /2020 12:13

 

Lettre n°14 |Être féministe|Entretiens

 

 

Le Petit Prince 

 

illustré

 

autrement par

 

Nicole Durand

​​​​​

 

Propos recueillis par

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

Illustrer Le Petit Prince de Saint-Exupéry autrement c’est le défi qu’a relevé la talentueuse dessinatrice Nicole Durand, en répondant à la demande du professeur italien Mario Selvaggio de l’Université de Cagliari en Sardaigne. Nous assistons là, à une première en matière littéraire. Un projet ambitieux qui s’est concrétisé par la publication aux Éditions Aga et le nouvel Athanor en 2018 d’un très bel ouvrage bilingue français-italien de 238 pages, préfacé par le professeur Giovanni Dotoli de l’Université de Bari. 

Nicole Durand nous donne à voir quarante sept dessins faits de main de maître(sse), illustrant la version italienne traduite du français par le professeur Mario Selvaggio. 

Des dessins inspirés des originaux mais qui n’en sont guère des copies conformes. À la vérité ce sont les chefs d’œuvre d’une ancienne professeur des écoles actuellement animatrice des soirées poétiques, qui avait toujours mis son talent de dessinatrice innée au service de ses élèves. Elle n’a plus rien à prouver car elle n’est pas à son coup d’essai. Elle avait l’habitude d’illustrer des recueils de poèmes. Ses dessins qui accompagnent la fine traduction de Mario Selvaggio dans la langue de Dante sont une incitation à relecture du Petit Prince, un opus qui peut être considéré comme le patrimoine de la littérature universelle puisqu’il est traduit en 159 langues depuis sa première publication en anglais depuis 1943. 

 

Maggy De Coster : Nicole Durand pouvez-vous nous dire comment vous avez reçu cette demande du professeur Mario Selvaggio ?

 

Nicole Durand : La demande du professeur a suscité en moi deux réactions spontanées. Tout d’abord le plaisir de collaborer de nouveau avec Mario Selvaggio envers lequel j’éprouve une sincère amitié et, en même temps la satisfaction de considérer que ma compétence est reconnue par une personne dont j’admire profondément les grandes qualités. 

Et, malgré tout cela, j’ai été fort encline à refuser. Comment rivaliser avec l’immense Saint Exupéry ? Ses dessins tout à fait indissociables du texte et tellement connus me paraissaient absolument irremplaçables. 

 

MDC : Vous était-il facile de relever le défi ?

 

ND : Je ne me considérais absolument pas à la hauteur de soutenir cette gageure. J’étais à la fois inquiète et contrariée d’avoir à travailler selon un cadre très précis et des contraintes rigoureuses puisqu’il s’agissait d’effectuer plus de quarante dessins qui devaient s’insérer exactement dans les mêmes espaces que ceux du livre de Saint Exupéry et donc correspondre aux mêmes moments du texte.

 

MDC : Comment avez-vous procédé pour parvenir à un tel résultat ? En êtes-vous satisfaite ?

 

ND : J’ai fait part au professeur Mario Selvaggio de mes doutes, de mes scrupules et je lui ai envoyé, sans conviction, quelques ébauches. Celles-ci lui ont plu, il m’a donc vivement encouragée à continuer.

Heureuse de cette approbation, je me suis lancée dans l’aventure et j’y ai trouvé un plaisir particulier car, en dépit des contraintes, j’ai pu libérer ma propre créativité. 

Avec les volutes en guise de planètes, j’ai trouvé l’élément récurrent qui pouvait être décliné pour donner une unité à l’ensemble. 

Pour le personnage du Petit Prince, j’ai accentué sa silhouette fragile, éthérée ; il est sans âge, sans nom, pour cela je n’ai pas dessiné son visage, il garde ainsi une part de mystère. Sa cape légère, mouvante, aérienne, nous invite à l’envol vers l’azur, vers « l’outre-lieu » selon Yves Bonnefoy.

Je pense avoir réussi à créer un univers onirique, poétique, comme suspendu dans l’espace, ouvert sur l’infini.

 

MDC : Vous dessinez depuis longtemps comptez-vous un jour exposer vos dessins ?

 

ND : Je n’envisage pas actuellement d’organiser une exposition.

Mes dessins originaux sont mis en évidence lors de la présentation des recueils auxquels ils sont associés, c’est une collaboration qui me convient.

Par ailleurs, je réalise des œuvres au pastel gras, de grand format, pour constituer sur scène les décors de divers récitals de poésie. Ainsi mes réalisations se trouvent en contact avec le public soit par les livres, soit par les spectacles.

 

MDC : Combien de dessins inédits comptez-vous à ce jour ?

 

ND : Je suis au désespoir de ne pouvoir donner une réponse à cette question.

De nombreux dessins n’ont jamais été édités, ce sont des cadeaux à usage amical ou des croquis qui seront peut-être finalisés plus tard.

 

MDC : Vous qui vous êtes déjà familiarisée avec la langue de Dante, qu’espérez-vous personnellement de la publication de ce livre bilingue français-italien : Le Petit Prince/ Il Piccolo Principe ?

 

ND : Je suis très heureuse de ma collaboration avec Mario Selvaggio et Giovanni Dotoli et de la confiance qu’ils m’ont accordée. Tous deux poètes, écrivains, passionnés, de grand talent m’ont apporté par leurs qualités humaines, leur enthousiasme, leur accueil chaleureux, une ouverture nouvelle, un précieux enrichissement.

Je souhaite que, grâce à cette édition bilingue du Petit Prince, beaucoup de lecteurs de nos deux pays éprouvent le plaisir de découvrir ou de redécouvrir la délicieuse fraîcheur, le message d’espoir de ce conte philosophique et poétique si bien traduit ici par Mario Selvaggio et qui bénéficie d’une préface remarquablement écrite et documentée par Giovanni Dotoli. 

***

 

Pour citer cet entretien

 

Maggy de Coster, « Le Petit Prince illustré autrement par Nicole Durand », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°14|Être féministe, mis en ligne le 25 février 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/lettreno14/nicoledurand

 

 

Page publiée par le rédacteur David Simon

© Tous droits réservés                                 Retour au sommaire ​​

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Désirance
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Désirance Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Désir de feu feu de braise braise étincelant dans l’âtre de mes nuits nuits matérialisées dans les rêves Connivence...
  • Le corps de l’Homme et Libidoll
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Le corps de l’Homme & Libidoll Luxy Dark © Crédit photo : Luxy Dark, "La Déchirure", tableau. Le corps de l’Homme Le corps de l'Homme est une toupie, Une toupie qui s'enroule...
  • Une nuit
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Une nuit Christine Fusarelli © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Désir", peinture. Et cette nuit qui vient Est-elle menace d’immobilité Ou promesse de recommencement...
  • tes mains
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie tes mains* Houle Crédit photo : Hands, domaine public, image de Commons, Wikimedia. je clos mes paupières dans les profondeurs du lit. immobile, comme le poème d'un mort....
  • J'ai jeté l'encre dans les ports
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie J'ai jeté l'encre dans les ports Olympia Alberti Crédit photo : Olympia Alberti en 2 016, image de Commons, Wikimédia. J'ai jeté l'encre dans les ports en pluie en amertume...
  • À mon seul désir
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie À mon seul désir Chantal Robillard Crédit photo : Mon seul désir, un détail de la tapisserie de la dame à la licorne, Commons, Wikimédia. A u milieu du ciel rouge vif et...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • Merci Overblog ?
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. Merci Overblog ! Chère plate-forme Overblog France, La revue LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous adresse ses sincères remerciements pour la qualité de votre entreprise,...
  • La Mouille scandaleuse
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie La Mouille scandaleuse* Roxane Darlot-Harel P rofesseur agrégée de lettres modernes Son blog Crédit photo : La naissance de Vénus par Sandro Botticelli, Commons, Wikimédia. Tempus...