1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 07:00

 

Poèmes d'une aïeule

 

Trois poèmes de

 

 

Jeanne Dortzal (1878-1943)

 

Jo Laporte

Sélection et présentation 

 

 

Crédit photo : La Muse française. Revue du mouvement poétique... ["puis" Revue de la poésie]
Source: gallica.bnf.fr

 

Présentation

 

 

Jeanne Dortzal fut l'une des "stars" des années 1900, mais elle sombra dans l'oubli à un point tel qu'on ne trouve plus trace d'elle à partir des années 30. Par chance, Sydney Serra-Reich a photographié à Oran les restes d'un monument qui lui fut consacré grâce auquel on peut enfin connaître l'année de son décès. Voici deux témoignages pour l'introduire. Celui de Paul Léautaud, sur le thème "Que sont mes amis devenus ? " :

 

« Qu'est devenue Jeanne Dortzal, jeune beauté ramenée d'Algérie par Pierre Guédy, ayant fait là-bas sa conquête ? Prix de beauté du Gil Blas, puis, Guédy mort fou, devenue poétesse, auteur de plusieurs recueils de vers souvent intéressants, ayant eu, je crois, un fils de Guédy, Pierre également. Qu'est-elle devenue depuis le jour où je lui fis visite, sur une lettre d'invitation de sa part, dans un appartement assez luxueux, rue Ampère ? Mais que sont devenues les prix de beauté du Gil Blas ? » (Paul Léautaud: Journal littéraire, lundi 6 décembre 1948). Et celui plus ancien et plus sensible de Massenet, qui a mis certains de ses poèmes en musique : « L'exquis poète Jeanne Dortzal aussi est un ami de ces félins aux yeux verts, profonds et inquiétants; ils sont les compagnons de ses heures de travail ! » (Massenet, mes souvenirs, 1912, ch 19).

 

 

Poèmes

 

 

 

Poème liminaire

 

 

 

Ma volonté fut d'un forçat. J'ai fait ce livre

Avec mon sang. Voilà mon pain de chaque jour.

J'ai tiré sur ce ciel qui fut mon Hard-Labour

Et l'orgueil a lavé ma face. J'ai pu vivre

En deçà du bonheur par la toute-puissance

De ces mots flagellés. Des pleurs jusqu'au poitrail,

J'ai bâti ce poème, et, femelle en travail,

Les flancs lourds de soleil, arc-boutée au silence,

J'ai senti tressaillir ta force, ô solitude,

Enfantement qui va de l'homme jusqu'à Dieu,

Qui vous prend en travers de l'âme et peu à peu

Rend l'oubli plus alerte et les instants moins rudes.

Labeur dont j'ai senti la poigne sur ma nuque,

Quand l'immobilité, retraçant mes sillons,

Faisait sourdre du Verbe où nous nous appuyons,

L'allégresse des mots que la douleur éduque.

J'aurai vécu comme ces hommes des montagnes

Dont l'épaule a gardé la marque des saisons,

Qui marchent, en faisant sonner sous leurs talons,

La rude liberté et le soleil qu'ils gagnent.

Attelée à ma force et labourant les heures,

J'ai poussé la lumière avec une âpreté

D'aveugle, le front nu, face au ciel emporté,

Tous mes instants roidis vers l'effort qui demeure.

 

(Jeanne Dortzal, « Poème liminaire »,  La croix sur le sable, 1927)

 

 

 

Soir, seras-tu assez vaste ?


 

Cynique, à force d'être chaste,

L''être affamé, jeunesse au vent,

Hé, invective, droit devant

Lui. Soir, seras-tu assez vaste

Pour contenir l'ivrogne-dieu

Dont les jurons et la bedaine

Tanguent, grincent dans la nuit pleine :

Vieux char dont la lune est l'essieu.

L'air est si neuf. Et j'imagine

Qu'au cabaret des sept couleurs

Le prisme, où roule sa douleur,

Lui tendra la perche en sourdine.

De visions en visions

Le ruisseau, où saigne sa joie,

S'élargit, s'incurve et déploie

Votre aile, ô constellations.

 

(Jeanne Dortzal, « Soir, seras-tu assez vaste »,  Le credo sur la montagne, 1934)

 

 

 

 

Un café maure

 

 

 

 

Clef d'or qu'un dieu jeta dans les décombres

Et qui m'ouvrit le soir.

Revoici les coussins, la lampe, le miroir,

Et le divan frileux que le silence encombre.

Savoure avec lenteur le breuvage parfait.

Nos corps drapés de myrrhe ont la splendeur de l'ombre ;

Le chant du muezzin, dont le bleu s'étouffait,

Monte comme un jet d'eau:

Laisse ouverte la porte et que sa voix chancelle

Comme un berceau.

Je suis celle

Qui pleure et qui renaît, car semblable au vaisseau

Que l'infini balance, ayant croisé mes ailes,

Je tangue vers l'oubli. Que ces murs qui m'étreignent

Deviennent l'oasis, que ce breuvage noir

Sur le mensonge règne,

Puisque nous voilà seuls dans le soleil du soir.

Blidah.

 

(Jeanne Dortzal, « un café maure », Les Versets du Soleil, 1921.)

 

 

 

 

Pour citer ces poèmes

 

Jo Laporte (sélection et présentation), « Trois poèmes de Jeanne Dortzal (1878-1943) », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Dossiers « Jardins d'écritures au féminin », « Muses & Poètes. Poésie, Femmes et Genre », n°3|Été 2013 [En ligne], (dir.) Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 1er juin  2013.  

Url.http://www.pandesmuses.fr/article-n-3-trois-poemes-de-jeanne-dortzal-1878-1943-117752639.html/Url.

 

Auteur(e)

 

Jo Laporte est professeur de Lettres ayant exercé au Lycée Renaudeau et au Lycée de la Mode de Cholet. Ce sont d'ailleurs les étudiantes de 1ère et de BTS de ce dernier lycée qui ont peu à peu fait sourdre en moi le regret de ne pouvoir conforter en elles l'idée que les femmes avaient été dans l'histoire aussi créatives que les hommes. J'avais si peu d'exemples à leur donner dans le domaine de la littérature. J'ai donc créé un blog consacré à la poésie féminine, "Poétesses d'expression française…" en m'appuyant surtout sur les ressources d'Internet (Gallica en priorité…). Autres activités sur la Toile : Site présentant l'intégralité de l'œuvre poétique de Maurice Courant (1919-2007). Site de François Riu-Barotte, pianiste et pianiste-accompagnateur. Site de Philippe Malgouyres, conservateur au Musée du Louvre.

 

Pour visiter les pages/sites de l'auteur(e) ou qui en parlent

 

http://poetesses.blog4ever.com/blog/index-393335.html

 

http://www.amisldm.org/liens/

 

Notices des invitéEs du calepin...

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans n°3|Été 2013

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 10 | AUTOMNE 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 10 | AUTOMNE 2021 CÉLÉBRATIONS DES LAURÉATES & LAURÉATS* DE L'ACADÉMIE CLAUDINE DE TENCIN & DIX ANS DE CE PÉRIODIQUE AVEC LES INVITÉES...
  • No 1 | O | Les figures des orientales en arts et poésie
    PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales... Les figures des orientales en arts & poésie © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. Ce premier numéro sera entièrement mis en ligne le 30 septembre...
  • Vision d’Iran / Visión de Irán
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège Vision d’Iran / Visión de Irán* Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Crédit photo : photographie d'une villageoise du désert iranien,...
  • À une Soudanaise et La mort d'une joyeuse
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations , Événements poétiques | Justice pour elles ! | Poésies féministes & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège À une Soudanaise & La mort d'une joyeuse* Imèn Moussa Poétesse, Docteure en Littératures...
  • Le Prix Littéraire de Dina Sahyouni
    N° 10 | Célébrations | Actions en faveur des femmes & LGBT+ [parution numérique uniquement] Le Prix Littéraire de Dina Sahyouni SIÉFÉGP Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie. Crédit photo : Image d'une auteure "Ana de...
  • No 8 | ÉTÉ 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 8 | ÉTÉ 2021 PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET SOUS LA DIRECTION DE Françoise URBAN-MENNINGER © Crédit photo :...
  • No 8 | Sommaire
    N° 8| SOMMAIRE PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER Nous continuons la mise en ligne interrompue involontairement en 2018 avant la parution du numéro en version imprimée en fin septembre...
  • Éditorial
    N°8 | Penser la maladie & la vieillesse en poésie | Édito Éditorial Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème La vieillesse en poésie existe-t-elle réellement ? On peut en douter quand on découvre le magnifique livre de Léo Henry qui...
  • La situation de la femme noire dans le domaine artistique au Maghreb : l’expérience de la peintre tunisienne Youssra Chouchène
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Dossier & N° 10 | Célébrations | Entretien artistique & Féministe | Réflexions féministes sur l'actualité | Revue culturelle d'Afrique & d'Orient La situation de la femme noire dans le domaine artistique au Maghreb : l’expérience...
  • À Béatrice Bonhomme
    N° 10 | Célébrations | Dossier majeur | Florilège À Béatrice Bonhomme Michel Orban Ta poésie est souffle d’oiseau, Parole du regard, silence de la lumière. Elle métamorphose l’anonymat du désert En lieu-dit du bout du monde. Elle déshabille la pierre,...