20 novembre 2017 1 20 /11 /novembre /2017 16:07

 

Lettre n°12 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages

 

 

 

 

Hommage à Françoise Héritier

 

 

 

Laure Delaunay

 

Site officiel : https://lauredelaunay.com/

 

 

Crédit photo : Françoise Héritier, image trouvée sur Commons

 


 

Je connaissais l'écrivaine, j'ai découvert à l'occasion de sa mort l'anthropologue et l'intellectuelle. J'avais en effet lu avec un grand bonheur Le sel de la vie, puis Le goût des mots. Elle y dressait l'inventaire des petits bonheurs à l'image de Philippe Delerme mais dans une version plus nerveuse, à mon goût plus consistante, l'inventaire poétique des milles émotions ou sensations qui nous font la vie plus douce. Puis dans Le Goût des mots, c'était notre jouissance du langage qui était mise sur la table. Reproduisant la jubilation enfantine de la découverte du langage, elle la transposait à l'âge adulte autour de ces façons de parler (qui lui étaient intimement personnelles mais invitant à faire de même) qui nous sont propres et qui scellent notre identité : seul le langage est un critère suffisant de l'identité rejoignant peut-être les travaux de Julia Kristeva sur la symptomatique de la langue qui montrait que la plupart des dépressions étaient liées à une agression de l'identité langagière ou d'autres intellectuels sur cette question. Modestement, j'ai fait ma psychanalyse avec Ali Magoudi qui m'avait dit au détour d'une séance alors que je me posais des questions sur la religion : « vous parlez français ? alors vous êtes catholique ! », drôle de façon de renverser le débat sur cette fameuse question de l'identité religieuse. Nous sommes tous catholiques, et alors ? Nous ne devons pas pour autant croire ou pratiquer.

Tous ces intellectuels en tous cas se rejoignait dans cette expérience de la langue comme fondement de l'identité d'un être et Françoise Héritier avait pour moi su si bien poétiser la question, entrant dans le sillon de Jacques Darras, me semble-t-il, pour qui l'expérience poétique est intimement liée à une jouissance de sa propre langue. Frayant dans des sphères bilingues, je m'étais alors dit que la seule démarche honnête en la matière c'est de penser la langue de l'autre comme une aventure et non pas comme une gageure (« devenir bilingue = ne faire aucune faute ou connaître par cœur la littérature de l'autre » est une bien maigre définition de l'apprentissage d'une langue et de la confrontation avec une culture). Elle a été, donc, dans tout ce parcours, proprement littéraire certes mais teinté de réflexion sur le phénomène langagier lui-même, un phare.

 

À l'occasion de sa mort, j'ai lu quelques articles, vu quelques photos (un visage d'une beauté extraordinaire dont émane la douceur de qui ne s'est jamais réfugié dans la défiance), entendu les témoignages très émus de ses amis. Je découvre surtout cette idée merveilleuse de l'aliénation originelle des femmes et retrouve un sens à mon combat féministe. Ne pas avoir peur de maîtriser sa fécondité, ne pas avoir peur de parler face aux diverses violences subies. Des idées pleines de lumière. À l'image de cette trouvaille entendue ce soir sur France Inter. À la question des enfants « comment on fait les bébés ? », Françoise Héritier préférait dire que l'homme mettait la moitié de la petite graine dans le corps de la femme et non pas la petite graine tout court. Quelle merveilleuse ode féministe à la procréation ! C'est redonner aux femmes toute leur place... Un résumé parfait de sa pensée.

 

Françoise Héritier faisait partie de cette génération d'intellectuels qui ont porté l'espoir à partir des années soixante-dix. Puisse sa lumière nous éclairer et nous émerveiller encore longtemps.

 

***

Pour citer ce texte

 

Laure Delaunay, « Hommage à Françoise Héritier », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°12, mis en ligne le 20 novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/11/heritier.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au sommaire

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2020
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous présente son festival en ligne Megalesia édition 2020 du 1er avril au 1 er 30 septembre 2020 Crédit photo : " La Muse du chant et de la dance Terpsichore", toile de François Boucher, domaine public. Festival numérique, international...
  • Table
    Table de Megalesia 2020 Édition 2020 du 1er avril au 1er 30 septembre Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie...
  • "I LOVE BEIRUT". Pour Beyrouth, pour un monde solidaire !
    Megalesia 2020 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. "I LOVE BEIRUT" Pour Beyrouth, pour un monde solidaire ! "En solidarité avec le Liban, nous publions vos témoignages et poèmes qui soutiennent la population libanaise durement touchée...
  • « Me, Myself » ou du Care lyrique et philosophique
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel |Le néopaganisme & la sexualité dans la culture populaire du XXIe siècle | Articles & témoignages « Me, Myself » ou du Care lyrique & philosophique Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la chanson...
  • « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur
    Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel « Reality Scares Me » ou quand la réalité de la Terre et celle de l'amour nous font peur Dina Sahyouni © Crédit photo : L'affiche de la sortie de la chanson "Reality Scares Me" de MONSIEUR, c apture d'écran...
  • Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter
    REVUE LE PAN POÉTIQUE DES MUSES | Invitations à visiter Page en construction... Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter Crédit photo : Une représentation de la déesse japonaise Amaterasu sortant de la caverne. Amaterasu est la déesse...
  • L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines"
    Megalesia 2020 | Annonces diverses L'artiste Catherine Gil Alcala au festival "Les Balladines" © Crédit photo : L'affiche du festival, image transmise par la maison d'édition de l'artiste-autrice citée. L'artiste Catherine Gil Alcala présente le 13 septembre...
  • « Éviter les secrètes surprises du diable » !
    Megalesia 2020 | Réflexions féministes sur l'actualité « Éviter les secrètes surprises du diable » ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Joovs van Cleve, "La Vierge à l'enfant", domaine public, Wikipédia, Commons. Cet...
  • Papillon à la rose
    Megalesia 2020 | Astres & animaux en Poésie | Travestissements poétiques Papillon à la rose Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Claude Menninger, " Papillon à la rose", photographie...
  • Jean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€
    Megalesia 2020 | Critique & réception J ean-François Blavin, « Oscillations vagabondes au crépuscule », Éditions Unicité, 2020, 94 p., 13€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédits photos : "Première de couverture illustrée du recueil...