24 mars 2022 4 24 /03 /mars /2022 11:53

Événements poétiques | Recueil numérique du festival « Le Printemps des Poètes » | Poésie contemporaine

 

 

 

 

 

 

 

Effet mère

 

 

 

 

 

 

 

Dina Sahyouni

 

Poéticienne, éditrice, lyreuse

 

& fondatrice de la SIÉFÉGP & de ses périodiques

 

 

Crédit photo :  "Iceland" , image capturée de Wikimedia.

 

 

Le bonheur est éphémère, il s'accroche aux cils des bébés, à leurs bouches tel le lait maternel : ce goût hors du commun d'amour. 

 

Le bonheur est éphémère, il est l'effet mère.. l'effet mer… 

 

Le bonheur est bleu violet.. le blanc est son effet mère.

 

Le bonheur est éphémère, c'est la bonne heure divine.. c'est avoir le bon heur du temps...

 

Le bonheur, tel l'éphémère, est l'immuable ineffable et son indicible rire. *

 

 

* © DS, poème de « Effet mer », 2022.

 

 

***

 

Pour citer ce poème en prose inédit 

 

Dina Sahyouni« Effet mère », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique / Festival Le Printemps des Poètes Mars 2022 | « L'éphémère aux féminin, masculin & autre », Recueil collectif des périodiques féministes de l'association SIÉFÉGP, mis en ligne le 24 mars 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/ephemere/ds-effetmere

 

 

 

Mise en page par David Simon 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

Repost0
23 mars 2022 3 23 /03 /mars /2022 15:48

Événements poétiques | Recueil numérique du festival « Le Printemps des Poètes » | Exposition numérique 

 

 

 

 

 

 

 

Pensées éphémères

 

 

(exposition)

 

 

 

 

 

 

 

Mariem Garaali Hadoussa

 

Artiste plasticienne & poète

Présidente de lassociation "Voix de femme nabeul"

​​​​

 

 

 

© ​​​​Crédits photos : Mariem Garaali Hadoussa. Peintures métaphoriques de l'éphémère. 

 

​​​​​​​

 

***


Pour citer cette exposition éphémère inédite

 

Mariem Garaali Hadoussa« Pensées éphémères (exposition) », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique / Festival Le Printemps des Poètes Mars 2022 | « L'éphémère aux féminin, masculin & autre », Recueil collectif des périodiques féministes de l'association SIÉFÉGP, mis en ligne le 23 mars 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/ephemere/mgh-exposition

 

 

 

Mise en page par Aude

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

Repost0
21 mars 2022 1 21 /03 /mars /2022 17:01

 

Événements poétiques | Recueil numérique du festival « Le Printemps des Poètes » | Poésie contemporaine

 

 

 

 

 

 

 

L'éphèmère est le secret d'une vie

 

 

 

 

 

​​​​

Hanen Marouani

 

 

 

 

​​​​

 

Crédit photo : Salt marshes of Arzew, Surface crystallized salt, image capturée de Wikimedia, domaine public. 

 

 

 

Chacune de ces vagues ne sera plus l’enfant de cette mer de sel en bataille ;

Elle traîne vers le sable qui séduit, vers l’horizon qui hurle puis se tait et se réduit ; j’ai bâti une maison comme un nid

Chacune de ces graines dorées est palpitante de désir, elle attend son arrivée pour l’embrasser discrètement et l’absorber furtivement, mais elle fuit et là-bas elle finit Loin de ce monde, elle compte même la dévorer comme une proie tant désirée et préfère garder la bouche entrouverte ou bée, après !

Ce matin, son voyage a commencé, fuyant la chaîne de tout est relié pour vivre l’unique ivresse de l’instantané qui retentit de très loin.

L’aventure des débuts refuse de revoir la survie, de suivre le combat contre la vie chaque nuit !

Ses longueurs et ses somnolences sont fugitives et craintives contre vents et marées

Et au fond de chaque envie cachée, on n’entend que les cris emmitouflés, que les bruits ennuyés

Mais il arrive ce moment mystique où on n’entend plus rien sauf les échos et les écumes

Elle; flottante, scintillante, ardente sur le dos des bulles effervescentes ;

Ça monte, ça descend, ça apparait, ça réapparaît, ça transparait mais enfin ça disparait

Ses notes mélodieuses rappellent l’appartenance condamnée par l’errance ;

Elle apprend prudemment les premiers pas au goût mentholé ;  

Elle essaie de gagner la confiance en toute prudence figée ;  

Comment va-t-elle arriver ? Comment va-t-elle pouvoir finir cette longue danse ?

Est-ce vers l’infini qu’elle compte aller, si hésitante si méfiante ?

Ou simplement le rêve de transformer chaque instant en éternité  

Qui empêche de voir le ciel incliné devant l’ambition de l’immortalité ?  

 

 

 

Crédit photo : Salt workers of Marakkanam, image capturée de Wikimedia, domaine public. 

 

 

Et puis, cette douleur d’attendre, d’être dans le besoin, dans l’urgence de se mettre face à face à ce rien, fait peur ;

Les vagues se serrent mais leur trait éphémère est un sort qui tremble sur le quai des bords

Leur appellation pleine d’espoir comme un talisman devient leur seul trésor

Elles ne résistent pas au temps, elles partent en quelques éclats, elles meurent au fond profond ;

C’est vrai que le rêve prend de l’ampleur ; mais il fallait bien reconnaître son début, son cours, ses limites, puis la fin d’un souvenir enfoui ;

Quelques instants, quelques espérances, ça fait du bien mais rien n’est sûr ! Rien n’est certain tellement c’est dur ! Rien !

Ici ou là, ici ou ailleurs, la mer, le ciel et la terre  

Venez chercher avez nous des prières célestes qui nous rapprochent des rivages, qui nous libèrent des cages


 

Plus loin, à moitié endormi, à moitié nu, d’autres vagues naissent puis disparaissent ;

Les forces des débuts sont fragilisées et les efforts sont fatigués devant le cycle éphémère  

Après de longs combats sévères menés et rejetés pour résister on se laisse faire


 

On est ébloui et ébahi face à ce spectacle à rebondir, on sort la tête de l’eau avec une nette insistance

Tout s’en va même ceux qu’on croit les plus fidèles et les plus forts !  


 

L’amour ne dure qu’un instant !  

Un instant est une fenêtre sur la vie !  

Évitons de le fuir  

Évitons de l’attendre

Évitons de le ralentir

Évitons de ne pas le sentir

Évitons de ne pas sourire  

Les promesses et les caresses se multiplient   

Il faut juste y croire et toujours dire à chacun des instants retenus : tu nous aides à vivre, tu nous enivres. Tu es la preuve d’exister et la sensation d’un secret.

Tu es vivant

Tu es conscient

Tu es insistant

Tu es éphémère tout le temps.

 

Sfax le 02.01.2022,

© H. Marouani


 

 

***


Pour citer ce poème inédit

 

Hanen Marouani​, « L'éphèmère est le secret d'une vie », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique / Festival Le Printemps des Poètes Mars 2022 | « L'éphémère aux féminin, masculin & autre », Recueil collectif des périodiques féministes de l'association SIÉFÉGP, mis en ligne le 21 mars 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/ephemere/hm-ephemere

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

Repost0
19 mars 2022 6 19 /03 /mars /2022 10:45

Événements poétiques | Recueil numérique du festival « Le Printemps des Poètes » | Articles & témoignages 
 

 

 

 

 

 

 

 

La mer & l’éphémère

 

 

chez Bénédicte Bach

 

 

 

 

 

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème

 

 

Illustrations par l'artiste

 

Bénédicte Bach

 

Site officiel :

www.benedictebach.eu

 

 

 

© Crédit photo : Bénédicte Bach, "Nereides lacrimae", figure no 1 de l'exposition « Le rêve est l’aquarium de la nuit », Strasbourg à la galerie « La Pierre large ».

 

 

 

Si l’on en croit la psychanalyse, le patronyme serait un signifiant déterminant à partir duquel chacun construirait son identité et tracerait son chemin de vie.

Aussi, aucune surprise de découvrir que la quête artistique de Bénédicte Bach a partie liée avec l’eau puisque « bach » en allemand se traduit par cours d’eau ou ruisseau. Quant à la musicalité indéniable des œuvres de l’artiste, il suffit de songer à la famille de Jean-Sébastien Bach composée de très nombreux musiciens et dont il fut le premier en titre !

 

 

© Crédit photo : Bénédicte Bach, "Waterdrop", figure no 2 de l'exposition « Le rêve est l’aquarium de la nuit », Strasbourg à la galerie « La Pierre large ».

 

 

Bénédicte Bach poursuit un cheminement poétique et onirique qui l’amène,  selon ses dires, « à remonter le cours de l’eau jusqu’à la dernière goutte ».

Dans son exposition présentée à Strasbourg à la galerie « La Pierre large » et qu’elle intitule « Le rêve est l’aquarium de la nuit », ses photographies nous immergent d’emblée dans l’élément premier jusqu’aux profondeurs obscures où sont enfouis nos mythes et nos fantasmes fondateurs.

L’artiste plasticienne est à l’écoute du vagissement de l’eau, elle s’abandonne corps et âme à une rêverie contemplative qui l’entraîne dans des abysses à la fois proches et lointaines où elle n’a de cesse de capter « la complainte des vagues » qui « portent en elles les larmes des sirènes ».

Loin de s’enchaîner comme Ulysse, Bénédicte Bach répond à l’appel plaintif des sirènes et ses images se fondent dans l’éblouissement d’une écriture à la fois liquide et musicale.

 

 

© Crédit photo : Bénédicte Bach, "La dernière pluie", figure no 3 de l'exposition « Le rêve est l’aquarium de la nuit », Strasbourg à la galerie « La Pierre large ».

 

 

 

Ces larmes qui sont autant de notes de musique, la plasticienne nous les restitue dans une installation où des gouttes de résine bleues et vertes, suspendues à de longs filaments, oscillent au-dessus d’un miroir circulaire qui devient un puits sans fond...Notre conscience s’y perd, s’y noie, prise dans le filet d’un rêve hypnotique. Nous retournons dans l’eau foetale de la mer-mère, bercés par le roulis des images de vagues qui déroulent l’infini où notre origine et notre finitude confinent. « Le linceul des rêves » ainsi nommé par l’artiste est cette blanche écume ourlée de fine dentelle qui nous renvoie inéluctablement à ces limbes de la mémoire qui se défont  et se noient dans les abîmes de notre inconscient….

 

 

Bénédicte Bach possède l’art d’abolir le temps, elle découpe dans l’instant éphémère, des fragments d’éternité dont la luminescence radieuse et éminemment poétique réenchante le regard.

Sa vidéo sonore en couleur « Waterdrop » évoque « l’évanescence du temps », le temps s’égoutte « écho lointain d’un océan rêvé », l’essence d’un tout dans un tout petit rien », écrit l’artiste.

 

 

© Crédit photo : Bénédicte Bach, "L'empreinte des vagues", figure no 4 de l'exposition « Le rêve est l’aquarium de la nuit », Strasbourg à la galerie « La Pierre large ».

 

 

Nul doute que la quête intemporelle de Bénédicte Bach fait écho à celle d’Arthur Rimbaud qui l’illustre dans « Le bateau ivre » par ces vers magnifiques « Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème / De la Mer, infusé d'astres, et lactescent, / Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême / Et ravie, un noyé pensif parfois descend ; »*

 

 

© Crédit photo : Bénédicte Bach, "Le linceul de nos rêves", figure no 5 de l'exposition « Le rêve est l’aquarium de la nuit », Strasbourg à la galerie « La Pierre large ».

 

 

 

Et la plasticienne de nouer et dénouer dans ses œuvres, la trame d’un long poème où l’ombre et la lumière dansent à la crête des vagues depuis la nuit des temps. Dans « Carnage », Audiberti fait fusionner l’eau qui reflète le ciel et qui devient cet « azur liquide » que Bénédicte Bach a su incontestablement capter dans ce temps immobile où l’âme de la rêveuse a jeté l’ancre.

 

 

© Crédit photo : Bénédicte Bach, "Affichette de la lecture à la Galerie La pierre large", figure no 6 de l'exposition « Le rêve est l’aquarium de la nuit », Strasbourg à la galerie « La Pierre large ».

 

 

 

 

© F. Urban-Menninger

 

 

* Voir Rimbaud, Œuvres complètes, Établissement du texte, présentation, notices, notes, chronologie et bibliographie Jean-Luc STEINMETZ, Paris, Éditions GF Flammarion, 2010, pp. 130-133, p. 130, §/quatrain n°24.

 

***


Pour citer cet article inédit 

 

Françoise Urban-Menninger​, « La mer & l’éphémère chez Bénédicte Bach », illustrations par Bénédicte Bach, Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique / Festival Le Printemps des Poètes Mars 2022 | « L'éphémère aux féminin, masculin & autre », Recueil collectif des périodiques féministes de l'association SIÉFÉGP, mis en ligne le 19 mars 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/ephemere/fum-ephemerebenedictebach

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans RECUEIL NO5 Amour en poésie Nature en poésie

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Calendrier du matrimoine poétique 2022
    Événements poétiques | Calendrier du matrimoine poétique 2022 Calendrier du matrimoine poétique 2022 Crédit photo : Klimt, Poésie. Présentation LE PAN POÉTIQUE DES MUSES remercie sa fondatrice d'avoir initié le projet du calendrier féministe du matrimoine...
  • Elisabeth Fréring présente ses « Contes d'automne » à la galerie Bertrand Gillig à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Bémols artistiques | Revue culturelle d'Europe Elisabeth Fréring présente ses « Contes d'automne » à la galerie Bertrand Gillig à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo...
  • Il a fallu gérer la peur avec « Andrà tutto bene… » de Hanen Marouani
    Événements poétiques | Calendrier du matrimoine poétique 2022 & N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier mineur | Articles & témoignages Il a fallu gérer la peur avec « Andrà tutto bene… » de Hanen Témoignage & photographies de Arwa Ben Dhia © Crédit...
  • Claude Luezior, Sur les franges de l’essentiel suivi de Écritures, éditions Traversées, Belgique, 128 p., 2022, ISBN : 9782931077047
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Critique & Réception | Dossier mineur | Articles & témoignages / Muses au masculin Claude Luezior, Sur les franges de l’essentiel suivi de Écritures, éditions Traversées, Belgique, 128 p., 2022, ISBN : 9782931077047...
  • Juliette Jouannais, sculptrice de la couleur
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Bémols artistiques | Revue culturelle d'Europe Juliette Jouannais, sculptrice de la couleur Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Juliette Jouannais, peintures de son exposition...
  • No 12 | AUTOMNE-HIVER 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°12 | AUTOMNE -HIVER 2022 UNE POÉMUSIQUE DES FEMMES & GENRE* Crédit photo : Anne Vallayer-Coster, "Instruments de musique". Tableau temporaire....
  • La poésie, l’arme des féministes russes !
    Événements poétiques | Calendrier du matrimoine poétique 2022 & N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier mineur | Articles & témoignages | Revue matrimoine La poésie, l’arme des féministes russes ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure...
  • Frida Kahlo au-delà des apparences. Exposition au Palais Galliera à Paris
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Bémols artistiques | Revue culturelle des Amériques Frida Kahlo au-delà des apparences Exposition au Palais Galliera à Paris Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographies par Claude Menninger...
  • Rencontre avec Arnaud Martin : peintre, dessinateur et poète
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Entretiens poétiques, artistiques & féministes | Muses au masculin Rencontre avec Arnaud Martin : peintre, dessinateur & poète Propos recueillis en novembre 2022 par Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes...
  • Biographie de Arnaud MARTIN
    Biographie & publication disponibles numériquement Arnaud MARTIN Poète, artiste peintre & dessinateur © Crédit photo : L'artiste peintre "Arnaud Martin dans son atelier". Est peintre, dessinateur et poète, il nous parle à cœur ouvert de son itinéraire,...