23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 15:21


 

Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie

 

 

 

 

 

 

 

tes mains*

 

 

 

 

Houle

 

 

 

Crédit photo : Hands, domaine public, image de Commons, Wikimedia.

 

 


 

je clos mes paupières
dans les profondeurs du lit.
immobile,
comme le poème d'un mort.
j'écoute le souffle que tu relâches.
tu ne dors pas.
ton sexe se recroqueville de honte
contre moi.
il suffit d'un mouvement
pour le réveiller.
alors je ne bouge pas.
je ne roule pas mes hanches.
je gonfle à peine mon torse
pour respirer.
tu dois penser que je somnole.
parfois, tu vérifies que je ne meurs pas.
tu cherches mon pouls
au fond de ma gorge.
rassuré par un petit battement,
tu me couvres de caresses.
le vent s'engouffre dans ton sexe.
tu murmures mon prénom.
tu m'appelles,
terrifié par la tempête qui te ravage.
mon cœur se serre doucement
dans ma poitrine.
je mime le réveil. j'agite mes cils
quelques fois devant ton visage.
puis tu me fais l'amour.
tu ne me reprends pas la mer.
tu ne brises pas le rivage
avec la proue d'un navire.
tu me fais l'amour
pour la première fois.

 

 

 


 

je le vois dans ton corps quand tu t'effondres. ton dos te fait souffrir. tes gestes se remplissent d'urgence et de désespoir. tu te courbes comme une vague, avant de disparaitre dans l'écume. et tu m'appelles. tu cries mon prénom de toutes tes forces. tu cherches mon regard dans les paysages qui t'entourent. puis quand tu me distingues enfin, tu t'arrêtes. tu ne bouges plus. ta folie s'apaise. alors je referme l'espace entre nos corps. je console tes mains tremblantes entre les miennes. toi tu murmures des paroles secrètes. tu sembles prier mais je n'entends pas. 

je chuchote ton prénom, et tes lèvres me retrouvent. quand tu deviens fou, tu m'embrasses toujours pour ne pas disparaître. tu dévores ma bouche, ma langue. tu les mords jusqu'au sang. et je pourrais jouir debout contre ton corps, sur la pointe des pieds. je pourrais jouir et pleurer en même temps. pleurer car tu as besoin d'être fou pour me toucher avec amour. pleurer car je ne sais pas comment soigner ton corps malade. comment guérir tes mains. tes mains fêlées. tes mains qui me violent.



 

 

 

 

les mains de julien ont des paumes calleuses, et de longs doigts. julien porte trois bagues. l'une vient de son père. large, délicate. la seconde est celle de son pacs. quand il la retire pour dormir, je distingue une écriture fine sur l'intérieur, que je ne déchiffre pas. la dernière bague se trouve sur son pouce. elle ressemble un peu à la houle.
je dépose parfois ma tête dans les mains de julien. ses paumes ont la chaleur des galets où je colle mes joues. puis je pleure entre ses doigts.
les mains de julien possèdent une magie qui me rassure, une puissance lumineuse et mortelle. je les regarde conduire, glisser sur mes cuisses, caresser des formes différentes sur le tissu avec l'admiration de l'enfant.
julien a les mains du père, du frère, du mari. de nombreux hommes les parcourent, et différents comportements les traversent. des comportements protecteurs, doux et violents s'y mêlent et s'y opposent. ses mains se promènent constamment au bord d'un gouffre.
j’observe le danger dans le cœur de ses mains. j’observe leur peau sombre remontant les poignets. leurs veines qui dévoilent des rivières et des fleuves. des courants dont j'écoute la musique, attentive au moindre battement, au moindre geste.
mais certains jours, les poignets de julien se mutilent dans un silence religieux. ces jours-là, il joint ses mains pour recouvrir les miennes. et je disparais dans une prière, murmurée du bout des lèvres. je confesse un péché de petite fille.

 

 

 

 

 

*Ces poèmes regroupent ces trois thèmes, et décrivent une certaine forme de désir retrouvé dans la contrainte. 

 

***

 

 

Pour citer ces poèmes érotiques inédits sur le désir 

 

Houle, « tes mains »​​, ensemble de trois poèmes inédits d'amourLe Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Le Printemps des Poètes « Les femmes et le désir en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 23 février 2021. Url :  http://www.pandesmuses.fr/desir/houle-tesmains

 

 

 

 

 

 

Mise en page par Aude SIMON 

 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans RECUEIL NO3 Amour en poésie Poésie érotique
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 14:46

 


Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie

 

 

 

 

 

 

 

J'ai jeté l'encre dans les ports

 

 

 

Olympia Alberti

 

 

 

Crédit photo : Olympia Alberti en 2016, image de Commons, Wikimédia.

 

 

 

J'ai jeté l'encre dans les ports

en pluie en amertume en poème

en souvenir tissés de toi.

Ma peau n'est pas libre

elle porte un nom l'étreint

le lève, le hurle le gémit

je suis tatouée par ce désir

travaillant ma chair au plus

intense de sa nuit lumineuse

 

 

Je suis un regard sans pôle

tu es mon Nord

au midi nostalgique

mon Équateur sans partage

mon Tropique de désir

mon univers mon amarre

pour aimer l'île féconde

que nous n'aurons jamais,

chair sans espoir, 

pliée comme une attente.

 

 

Pourquoi devant toi mon visage 

est-il si nu ?

Les trains me sillonnent

les arbres déchirent mon front

ouvert sur le ciel

je n'entends que tes yeux. 

 

 

 

© Olympia Alberti, Copyright, tous droits réservés.

​​​

 

***

 

 

Pour citer ce poème inédit sur le désir 

 

Olympia Alberti, « J'ai jeté l'encre dans les ports »​​, poème inédit d'amourLe Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Le Printemps des Poètes « Les femmes et le désir en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 23 février 2021. Url :  http://www.pandesmuses.fr/desir/olympia-alberti-encredanslesports

 

 

 

 

 

 

Mise en page par Aude SIMON 

 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans RECUEIL NO3 Amour en poésie
21 février 2021 7 21 /02 /février /2021 18:18



Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie

 

 

 

 

 

 

 

À mon seul désir

 

 

 

Chantal Robillard

 

 

 

Crédit photo : Mon seul désir, un détail de la tapisserie de la dame à la licorne, Commons, Wikimédia. ​​​​​​​

 


 

Au milieu du ciel rouge vif et des prés bleus,


 

 

Mille fleurs éparpillées autour d'animaux.

Oriflammes brandies par licorne et vieux lion,

Nobles dames richement coiffées et vêtues.

 


 

Serties de bijoux sont les robes de brocart

Et velours, atours de reines, miroirs dorés.

Un chien, des singes, oiseaux, genette, renard...

Libre sous les arbres fruitiers, petit chevreau


 

 

Défie un lapin. Agneau, héron, léopard...

Et soudain l'insolite tente se déploie

Sur le pré où la dame range ses joyaux.

Inscription dorée mystérieuse suggérant :

Réfléchissez aux cinq sens, mais aussi au cœur.

 

 

© C. Robillard

 

 

***

 

 

Pour citer ce poème féministe inédit sur le désir 

 

Chantal Robillard, « À mon seul désir »​​, poème féministe inéditLe Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Le Printemps des Poètes « Les femmes et le désir en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 21 février 2021. Url :  http://www.pandesmuses.fr/desir/cr-monseuldesir

 

 

 

 

 

 

Mise en page par Aude SIMON 

 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

 
Repost0
19 février 2021 5 19 /02 /février /2021 16:31

 


Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie

 

 

 

 

 

 

 

La Mouille scandaleuse*

 

 

 

 

Roxane Darlot-Harel

Professeur agrégée de lettres modernes

Son blog

 

 

 

Crédit photo : La naissance de Vénus par Sandro Botticelli, Commons, Wikimédia. ​​​​​​​

​​​​​​​

 



 

Tempus lente fugit et amor celeriter nascitur

 

 

Il fallut des années, nombreuses et limpides,

Avant que je te trouve et que je te connaisse.

Tout était sobre alors, je n’étais point avide,

Avide de ta bouche où mes tourmentes naissent.

 

Comment ne pas crier que tu me bouleverses,

Que je ne savais rien ; que je m’étais trompée

Quand je croyais aimer des hommes. À l’inverse

C’est toi que je cherchais, une averse, trempée.

 

Ils me sont bien passés ces frémissements vagues.

Si j’effleure ta peau, si tu frôles mes cuisses,

Comme pour compenser ces années vulgivagues,

 

Je me noie de désir, juste en une seconde.

Et je me noie d’amour à mesure où languissent

Tous mes sens secoués par tes troublantes ondes.



 

 

Naevus vulvae

 

 

Et lorsque mon œil glisse où ta peau se chiffonne

Pour suivre goulûment ses lignes et ses fronces

Aux fils souples et crème, aux moirures de sconse,

Il se fixe un moment sur un bord qui moussonne.

 

La nature est taquine et pare quelquefois

Ses objets préférés de bijoux très discrets ;

Et sur ta lèvre enfouie dans l'ombre et le secret

Elle a posé ce grain de beauté que je vois.

 

À croire qu'elle pensât que cette mouche rousse

Fût un appât de plus pour que je colle à toi –

Pour vaincre la pudeur de la timide proie.

 

Mais elle eût pu, le grain, l'ôter de la frimousse :

Je ne peux oublier le monde entre tes cuisses 

Il envoûte mes sens, par tous ses interstices.

 

 

« Je suis si sèch' sèch', d'habitude, ma chérie »

 

 

 

Quand l'aube aux doigts de rose humecte un peu mes cils,
Une prime rosée a détrempé mes cuisses.
Comme mes yeux rosis qui pleurent de fatigue,
Mes lèvres – plus souvent – salivent de désir

 

Pour d'autres roses doigts, dès avant l'aube pâle,
Qui sont posés sur moi dans la chaleur des draps.
Il suffit que leur pulpe ait caressé mon bras,
Ait effleuré ma nuque, ait approché de moi,

 

Alors, conjugaison d'Éos et d'Astéria,

Ils paillettent mes nerfs d'une onde inépuisable ;

Une étoile piquante à chaque instant me cabre,

 

Et je l'exsude à flots dans des filaments gris

Qui collent aux dentelles de mon clitoris.

Déesse aux doigts de miel, sur terre tu m'animes.

 

 

 

* Le désir féminin, notamment, est un de mes thèmes fétiches. Dans cette proposition, je me concentre sur un aspect particulier du désir féminin : le désir féminin lesbien.

 

 

 

***

 

 

Pour citer cet ensemble de poèmes érotiques d'amour lesbien

 

Roxane Darlot-Harel, «  La Mouille scandaleuse » ensemble inédit de trois poèmes érotiques d'amour lesbien​​​Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Le Printemps des Poètes « Les femmes et le désir en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 19 février 2021. Url :  

http://www.pandesmuses.fr/desir/rdh-lamouillescandaleuse

 

 

 

 

 

Mise en page par Aude SIMON 

 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

 
Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans RECUEIL NO3 Amour en poésie Poésie lesbienne

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE SON FESTIVAL EN LIGNE Megalesia édition 2021 du 8 mars 2021 au 31 mai 2021 © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, une femme en désir, peinture. Festival numérique, international & multilingue des femmes & genre...
  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Désirance
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Désirance Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Désir de feu feu de braise braise étincelant dans l’âtre de mes nuits nuits matérialisées dans les rêves Connivence...
  • Le corps de l’Homme et Libidoll
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Le corps de l’Homme & Libidoll Luxy Dark © Crédit photo : Luxy Dark, "La Déchirure", tableau. Le corps de l’Homme Le corps de l'Homme est une toupie, Une toupie qui s'enroule...
  • Une nuit
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Une nuit Christine Fusarelli © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Désir", peinture. Et cette nuit qui vient Est-elle menace d’immobilité Ou promesse de recommencement...
  • tes mains
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie tes mains* Houle Crédit photo : Hands, domaine public, image de Commons, Wikimedia. je clos mes paupières dans les profondeurs du lit. immobile, comme le poème d'un mort....
  • J'ai jeté l'encre dans les ports
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie J'ai jeté l'encre dans les ports Olympia Alberti Crédit photo : Olympia Alberti en 2 016, image de Commons, Wikimédia. J'ai jeté l'encre dans les ports en pluie en amertume...
  • À mon seul désir
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie À mon seul désir Chantal Robillard Crédit photo : Mon seul désir, un détail de la tapisserie de la dame à la licorne, Commons, Wikimédia. A u milieu du ciel rouge vif et...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • Merci Overblog ?
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. Merci Overblog ! Chère plate-forme Overblog France, La revue LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous adresse ses sincères remerciements pour la qualité de votre entreprise,...