13 février 2022 7 13 /02 /février /2022 15:25



Numéro Spécial | Printemps 2022 | Dossier majeur | Florilège / Poésie érotique (pour le premier poème) 

 

 

 

 

 

 

 

Blanche colombe

 

 

&

 

 

Le permis de CONNERIE 3764 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monique-Marie Ihry

 

Site & blog officiels : https://www.ihry.fr & http://www.aujardindesmots.unblog.fr

 

 

 

​​​​​​​​​​​Crédit photo : Delmira Agustini, "Frangipanier blanc - Îlets Pigeon", domaine public, Wikimedia. 

​​​​

 

Blanche colombe

 

 




 

Je décidai un jour de goûter enfin au plaisir inédit.

Logée dans les tréfonds du satin de l’alcôve,

abandonnant mon âme au désir d’un grand fauve,

je me laissai aller au délice interdit…

Le bellâtre m’enseigna d’emblée sur un ton érudit

comment me prosterner devant son crâne chauve…

Son sexe n’était plus en fait qu’une chagrine guimauve.

Ô, enfer, damnation ! On me l’avait pourtant prédit.

J’avais tant rêvé de lui, en vain j’espérais son amour,

or, il n’était qu’un dandy fort et petit,

de surcroît sans humour,

sur le carrefour encombré du grand âge.

Il était bien plus âgé que moi,

‒ jeune et blanche colombe ‒

blonde ingénue,

désespérément nue,

sage,

blottie dans son émoi

dans l’alcôve prisonnière

d’un cortège insensé de pédantes chimères.

Il insista pourtant, m’agrippant par la main,

me promit un miracle, un divin lendemain

avant de s’en aller pour toujours 

me dit-il suppliant, 

dans la tombe… 

!

 

 

 

​​​​​Crédit photo : "Pigeon paon blanc", domaine public, Wikimedia. 

​​​​

 

 

 

Le permis de CONNERIE 3764  



 

Pas besoin de permis pour devenir CON,

on ne naît pas CON, on le devient.

 

Question 1 : le devient-on par mimétisme ?

Sans doute. Ce virus étant très contagieux,

il conviendrait d’éviter 

de fréquenter de trop près la bêtise !

Tout compte fait, le mot « bêtise » 

est trop puéril à mon gré,

je n’emploierai dorénavant d’autre substantif 

que celui de « CON » ou sa déclinaison « CONNERIE »

(en majuscule de surcroît, et bien évidemment).

 

Question 2 : Un CON peut-il être gratifié d’amateurisme ?

À cela je répondrai catégoriquement : « Non. » : 

quand on est CON on l’est tout à fait,

à des degrés différents, il est vrai

− encore que – lorsque le mal est fait

les limites sont très incertaines

et tendent vers l’infini de l’incommensurable…

L’idéal serait de repérer ces individus très rapidement

afin de ne pas tomber dans leurs griffes assassines,

ce qui est en l’occurrence

une tâche d’envergure promettant

bien des échecs.

 

La vie est ainsi faite,

certains sont des êtres bons 

et bien d’autres infects,

à nous de faire au mieux

dans cette grande jungle suspecte

des humains…

Quand on est CON, on le reste,

c’est certain… !

 

Question 3 : Est-il de bon ton d’être CON ?

Voilà une question,

plutôt CON, je l’avoue

m’autorisant à me demander

si la CONNERIE serait ‒ elle aussi ‒

un virus très CONtagieux…

Il semblerait qu’en cette période difficile,

il vaudrait mieux être CON que covidé !

 

Depuis toujours, le monde a ses travers.

Aujourd’hui, les hommes 

ont leurs défenses à l’envers,

c’est l’enfer dans la tête du poète, 

même un troisième rappel de vaccin

ne dispense pas du Covid,

et on n’a même pas encore inventé

un vaccin nous préservant de la CONNERIE !

 

Pas besoin de permis pour être CON,

pas besoin d’autorisation pour être covidé,

quand on est CON, on le reste,

quand on est rattrapé par le Covid 

on fait ce qu’on peut pour s’en débarrasser 

sans séquelles…

Les CONS sont fiers de l’être et le restent,

les covidés espèrent rester vivants.

La CONNERIE quant à elle est immuable

et transmissible,

les CONS sont malsains et incurables,

que dire de plus sinon : « Évitons-les ! »

(dans la mesure du possible).

 

La CONNERIE n’est que trop contagieuse,

au royaume souverain des CONS

les rivalités sont redoutables.

Imaginez un concours

permettant aux CONs de rivaliser,

où celui qui remporterait la meilleure note

se verrait décerner le droit

de décimer tous ses CONcurrents !

Ne rêvons pas,

nous sommes tellement habitués

à évoluer dans un monde peuplé 

de ces preux énergumènes 

que ‒ pour un peu ‒ s’ils n’existaient plus

nous serions CONjointement 

COMplètement désorientés !

 

Cette seconde décennie du XXe siècle

a bien mal commencé. 

Nous sommes désormais CONfrontés 

à deux uniques injonctions de CONtagion

assassine :

  • devenir CON 
  • ou être covidé… 

Face à ce choix insensé et sans appel,

la poète ‒ à défaut d’autres maux ‒ 

n’ayant plus de tête ni de mots,

espère quant à elle

et ‒ sans grande CONviction ‒

être en mesure de pouvoir encore

se retirer à temps de la chagrine 

COMpétition… !


 

 

***


Pour citer ces poèmes humoristiques inédits

 

Monique-Marie Ihry, « Blanche colombe » & « Le permis de CONNERIE 3764 », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques Numéro Spécial | Printemps 2022 « L'humour au féminin » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 13 février 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/ns2022/mmi-blanchecolombe

 

 

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés

Retour au Sommaire du Numéro Spécial 2022 ​​​​​​​​​​​​​​​​​​

Repost0
3 février 2022 4 03 /02 /février /2022 13:44


Événements poétiques | Concours Féministes| Festival des poésies féministes 2021 | Recueil | Poésie érotique féministe

 

 

 

 

 

 

 

Le Nanar & la Rebelle

 

 

 

 

 

 

 

Maryse Weisser Macher

 

 

 

 

 

Crédit photo :  Don Swartzentruber, "The Last Veiled Feminist", image Wikimedia, Commons, domaine public. 

 


 

Maîtresse Rebelle sur ses talons, perchée,

Tenait en ses mains un grand peigne.

Maître Nanar par l’odeur, alléché,

Lui tint à peu près ce poème :

— « Hé, bonjour ma belle Rebelle !

Que vous êtes… poilue !

Que vous me semblez… drue !

Sans mentir, si votre rasage 

Se rapportait à la finesse de votre bavardage,

Vous seriez, je vous promets,

La belle, de ces bois la plus honorée. »

À ces mots la Rebelle ne se sentit pas du tout de joie.

Et pour montrer sa bonne foi

Elle prit son large peigne et liiissa  ses poils, plusieurs fois.

Le Nanar vexé et surpris lui dit :

— « Si tel est le cas la Rebelle,

Je pars de ce pas, réchauffer une autre femelle,

Et pour cet hiver, 

Entretenir son derrière. »

La Rebelle, prit son air le plus fier :

—  « À votre aise mon cher,

Et ne faites surtout pas marche arrière ! »

Le grand mâle en colère vocifère :

— « Et qui va vous réchauffer ma chère, cet hiver ?

La belle continua son lissage

Et en quelques mots, ferma le bec à ce macrophage :

— Mon coco, mon Nanar, 

Ne soyez pas si vantard !

Vous me parlez de chaleur,

Mais, rassurez-vous mon cœur,

Et ne prenez pas peur,

Mon corps à poils peut avec bonheur,

À lui seul exaucer, 

Cette magistrale corvée ! »

Le Nanar, honteux comme s’il se trouvait cocu,

Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.



 

© M. Weisser Macher


 

Biographie de

 

Maryse WEISSER MACHER est infirmière spécialisée en petite enfance, elle vit dans la région toulousaine. L'écriture est une source de plaisirs. Elle écrist principalement des textes courts, poèmes et nouvelles de tous styles.

 

***

 

Pour citer cette fable féministe inédite

 

Maryse Weisser Macher, « Le Nanar et la Rebelle », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Festival de Poésies Féministes 2021| «  Cinquante poèmes féministes » recueil collectif paru en 2021 aux éditions PAN DES MUSES DE LA SIÉFÉGP, mis en ligne le 3 février 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/concoursfeministes/mwm-rebelle

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

À venir

​​​​​​​​​​

Repost0
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 15:31

 

N° 10 | Célébrations | Poésie érotique

 

 

 

 

 

 

 

Mon fantasme

 

 

&

 

 

Désir de toi, demain 

 

 

 

 

 

 

Poèmes & peinture de

 

Sarah Mostrel

 

Site : https://sarahmostrel.wordpress.com 

Facebook www.facebook.com/sarah.mostrel

 

 

© Crédit photo :  Sarah Mostrel, "Regarde-moi", peinture.

 

 

 

Mon fantasme


 

 

Bref éclair !

Mon corps vibre

Le fantasme est là

Et mon cœur applaudit


 

Tes cris froids dans la nuit

M’effraient et je bégaye

Je fuse avec toi

Dans le tourment du ciel


 

La fusée change d’axe, 

Ayant changé d’orbite

Moi, je n’y vois plus rien

Sortez les satellites !


 

Le fantasme m’effraie

Le fantasme m’égaie

Le fantasme effroi

Mon fantasme, c’est toi.


 

 

 

 

Désir de toi, demain 

 

 


 

Désir de ton désir

Soif de ton rêve

Rêve d’hier qui ne se retient plus

 

Désir de ton ivresse

De tes mains enchanteresses 

Désir d’aujourd’hui dans mon corps qui encore

 

Rêve de tes caresses

Désire tes soupirs

Rêve de tes mots ardents, désir de demain…


 

© S. Mostrel

 

***

 

 

Pour citer ces poèmes érotiques

 

Sarah Mostrel (poèmes & peinture inédits), « Mon fantasme » & « Désir de toi, demain », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N° 10 | Automne-Hiver 2021-2022 « Célébrations », mis en ligne le 1er septembre 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no10/sm-monfantasme

 

 

 

 

Mise en page par Aude SIMON

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°10

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Numéro 10 Amour en poésie Poésie érotique
31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 19:00

 

N° 10 | Célébrations | Poésie érotique

 

 

 

 

 

 

 

Telle une rose éclose,

 

 

 

Silence...

 

 

&

 

 

Si tu m’aimais encore

 

 

 

 

 

 

Poèmes & peinture de

 

Sarah Mostrel

 

Site : https://sarahmostrel.wordpress.com 

Facebook www.facebook.com/sarah.mostrel

 

 

 

© Crédit photo :  Sarah Mostrel, "Fête", peinture. 

 

 

Telle une rose éclose 

 

Telle une rose éclose

Mon corps s’ouvre à toi

Humide de rosée

Pour abreuver ton cœur 

 

Ton sexe dur en moi

Me rappelle à l’ordre

Au désordre de moi

Où le fil à retordre

 

S’enrobe au cours du temps

D’un ru cousu d’or pur

Rien ne peut découper

Ce lien qui nous rassure

 

Il coule limpide et frêle

Nous berçant dans le jour

Telle une source abreuvante

De ses gorgées d’amour

 

Je sue et puis je crie

De cet amour folie

Ma langue se délie

Dans le creux de ton lit

 

La fureur de la nuit

Déchaîne mes envies

Et mes eaux coulent en lie

En signe de merci

 

Pour toi sans qui je n’aurais connu ces couleurs

Sans qui la vie serait partie bien avant l’heure

Par toi épanouie, par le fond et la forme 

Je te dédie ces vers, mon Toi,

réveil bonheur 1

               

 

 

 

Silence...

 

 

Dans le creux de la vague embourbant les tourments

L’infini passe

Et de sursaut j’entends

L’incontrôlable, l’inexorable, le lointain…

 

Sur tes lèvres embrasées et ta fleur dérobée

Je m’efface

Moi, ta solitude

 

Et ce remous sans fin qui se lasse…

 

Je hume le parfum des visages en retard

Je souffre ton absence et range ton regard

Dans un placard scellé, censuré… oublié…

 

Je parcours la dorure des murs rouillés d’audace

Et là, j’y pose mes rêves

Mouillés par la rosée du matin 2

 

 

 

 

Si tu m’aimais encore

 

 

Si tu m’aimais encore

J’épouserais ta forme

J’engloutirais ton sexe

De mon enveloppe rousse

 

 Et ton regard absence 

Se perdrait dans le mien

Au sein de mes attentes

Au gré de mes envies

 

Je t’enroberais d’âme

De mes perles enfouies

Richesse de la mort

Tristesse de l’oubli

 

Mais l’attente se fait lente 

Et le feuillage s’aigrit

Dans le jardin ouvert

Au rythme de ma vie

 

Qui passe et qui ressasse

Si tu m’aimais encore

Si tu m’aimais encore

Je percerais le cri

 

Hululant dans le noir

Ardeur de l’audace

Qui m’a fait revenir

De ces pas incessants

 

Qui hantent mon manoir

Aux figures fugaces

D’un esprit dévoré

Par le miroir du temps

 

Et si je me dérobe

Si je me fais la malle

C’est par décrépitude 

Des mirages mouvants

 

Qui harcèlent mon moi 

De ces paroles tendres

Que j’ adresse au roi 

Des plus fougueux amants

 

Si tu m’aimais encore

Si tu m’aimais encore 3

 

 

Notes :

1. © S. Mostrel, in « L’absolu illusoire », éditions La Porte des poètes.

2. © S. Mostrel, dans « La Caresse de l’âme », éditions Auteurs du Monde.

3. © S. Mostrel dans « L’absolu illusoire », éditions La Porte des poètes.

 

***

 

 

Pour citer ces extraits érotiques

 

Sarah Mostrel, « Telle une rose éclose », « Silence... » & « Si tu m’aimais encore », peinture & poèmes érotiques reproduits avec l'aimable autorisation de l'auteure & des maisons d'édition citées ci-haut, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N° 10 | Automne-Hiver 2021-2022 « Célébrations », mis en ligne le 31 août 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no10/sm-silence

 

 

 

Mise en page par Aude SIMON

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°10 À venir

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Numéro 10 Amour en poésie Poésie érotique

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Table de Megalesia 2022
    Table de Megalesia 2022 Édition du 1er avril au 15 juin* Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie (SIÉFÉGP)...
  • André Seleanu, "Le Conflit de L’Art Contemporain. Art tactile, art sémiotique", L’Harmattan, 2022, 225 pages, 23€
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Bémols artistiques André Seleanu, Le Conflit de L’Art Contemporain Art tactile, art sémiotique, L’Harmattan, 2022, 225 pages, 23€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédit photo : Première de couverture...
  • Le chant de mon oud
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Poésie, musique art audiovisuel | Poésie érotique & N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège | Poésie érotique Le chant de mon oud Poème & dessin Mokhtar El Amraoui © Crédit...
  • Pour que cesse !!
    Événements poétiques | Concours Féministes | Festival des poésies féministes 2021 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes Pour que cesse !! Nouria Diallo-Ouedda Crédit photo : Mimosa rouge de l'été.jpg", image Wikimedia,...
  • Bains de lumière
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Témoignages & articles Bains de lumière Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Edgar Degas, (1834-1917), "Une baigneuse s'épongeant la jambe" (1883). Image libre de droits. Dans...
  • Parfum de couleurs
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège Parfum de couleurs Poème & dessin Mokhtar El Amraoui © Crédit photo : Mokhtar El Amraoui, « Parfum de couleurs ». Pourquoi, humain, ne voudrais-tu être Que froide et laide nuit Alors qu’au fond...
  • La fleur et la fée
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | I. Le merveilleux féerique au féminin | Poésie des aïeules/Astres & animaux La fleur & la fée Zoé Fleurentin (1815-1863) Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni Crédit photo : Rose sous...
  • Scepticisme
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Poésie des aïeules/ Philosophies & sagesses en poésies Scepticisme Zoé Fleurentin (1815-1863) Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni Crédit photo : "Terracotta statuette of à draped goddess",...
  • La nature
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | I. Le merveilleux féerique au féminin | Poésie des aïeules/Astres & animaux | Travestissements poétiques La nature Zoé Fleurentin (1815-1863) Poème choisi & transcrit avec un commentaire par...
  • Astarté l’immortelle
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | II. Le merveilleux féerique féministe | Florilège & Recueil de nouvelles de Dicé | Avant première Astarté l’immortelle Mona Azzam Crédit photo : la déesse "Astarté l’immortelle ", Commons,...