27 octobre 2022 4 27 /10 /octobre /2022 11:12

N°12 | Poémusique des femmes & genre | Entretiens poétiques, artistiques & féministes & REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Dossier


 

 

 

​​​​​

 

 

 

Mona AZZAM :

 

de l’Orient à l’Occident, force ou errance ?

 

 

 

 

 

​​

Propos recueillis en octobre 2022 par

 

Hanen Marouani

 

 

Entrevue avec & poème de

 

Mona Azzam

 

Site officiel : https://monaazzam.jimdofree.com

 

 

 

 

© Crédit photo :  Portrait photographique de Mona Azzam.

​​

Fiche d'information :

 

 

 

Profession : Professeur (lettres modernes)

Site Internet, Blog, liens sites de ventes :

https://www.vibration-editions.com/product-page/le-sablier-des-mots-mona-azzam

https://monaazzam.jimdofree.com

​​​

 

Biographie :

 

Née en Côte d’Ivoire, enfance en Afrique, enseignante à Beyrouth (Liban), actuellement enseignante à Montpellier.

 

 

Bibliographie :  

 

Auteur de :

 

Trilogie des fables de La Fontaine (fables choisies et commentées) aux

Éditions Cariscript, Paris (février 1994)

Nerval dans le sillage de Dante (Cariscript, Paris) ;

Sur l’oreiller du sable (Roman), (L’Harmattan, janvier 2017)

Dans le Silence des Mots Chuchotés (il est cri…), recueil de Nouvelles aux Éditions de la Trace (novembre 2018)

Nous nous sommes tant aimés (Roman), Éditions la Trace (octobre 2019)

Le Sablier des mots (Recueil poétique), Vibration Éditions (février 2020)

Ulysse a dit… (Roman), Éditions la Trace (août 2020) ; prix des Médiathèques de Bussy-St-George

La Plume des pages (Recueil poétique) BOD, octobre 2021

Amine (Roman), Éditions La Trace (janvier 2022)

Nomades (Roman), Vibration Éditions (mars 2022)

 

Contributions et articles :

 

Des jasmins en bord de mer, Poésie méditerranéenne ; Anthologie ; juin 2021 (Association Poétique Luna Rossa)

À quels feux s’invitent vos rêves (Anthologie) ; Éditions le Coudrier (Belgique, mai 2021)

Hadji (Texte), Revue coeur de plume( Québec, août  2021)

Nadia Tuéni, une figure inclassable ; Revue Orientales (avril 2021)

Anthologie poétique, Association Poaimer (Paris, septembre 2021)

Qu’est-ce que l’Afrique ? Ouvrage collectif, sous la direction d’Eugène Ebodé,

(coll. Sembura ; Editions La croisée des chemins, Maroc, septembre 2021)

Maman Recto-Verso, ouvrage collectif au profit de la Fondation des Femmes, sous la direction de Julie Gayet, David Foenkinos et Franck Ayroles (Éd. E. Leclerc, décembre 2021)

 

Nouveauté 2022 :

 

Amine (Roman), Éditions La Trace (13 Janvier 2022)

Nomades (Roman), Vibration Éditions (1er Mars 2022)

 

À paraître :

 

Rien, Ubik-Art

 

​​​​​​© Crédit photo :  Première de couverture illustrée de l'œuvre Le sablier des mots, 2022.

Entretien

 

 


 

Hanen Marouani —  Qu’est-ce qui vous a plu dans ce rôle d’écrivaine et de voyageuse en même temps ?


 

Mona Azzam Voyager et écrire sont deux activités complémentaires. Les lieux, les cultures, l’humain demeurent ma source d’inspiration. L’écriture est aussi un voyage, solitaire au départ. Un voyage vers des univers inconnus où, par le biais des mots, s’érige un pont entre le scribe et le lecteur. La transmission peut dès lors opérer. Et de cette rencontre prend naissance un partage inouï. Indicible parfois.


 

H.M — Vous êtes vous-même née loin de votre pays natal dans une famille immigrée. Ça été facile de trouver votre chemin parmi beaucoup d’autres ?


 

M.A — Comme tous les enfants d’expatriés, j’ai une facilité d’adaptation qui peut parfois surprendre les personnes qui n’ont pas un tel vécu. Les chemins que j’ai empruntés, que j’emprunte encore, ne sont jamais tracés à l’avance. Et c’est ce qui est fabuleux. Parce qu’en réalité, et je me permets de plagier Nicolas Bouvier, ce sont les chemins qui nous font.


 

H.M —  C’est très beau comme référence. Vos parents et votre entourage, ont-ils été un feu vert vers la poésie et l’art ? 


 

M.A —  Très certainement. Déjà, le fait de voir le jour sur le sol africain, au cœur même du berceau de l’humanité, c’est à mes parents que je le dois. Grâce à eux, je suis tombée dans une calebasse magique emplie de mots magiques, dès ma naissance. Des mots aux contours autres, aux senteurs autres, aux musiques autres.


 

(H.M) – Devant cette magie de reconnaissance et de présence dans la mémoire, vous vous souvenez encore de certains livres ou de recueils de poésie que vous ont influencés ?


 

M.A — Comment les oublier ? Ils ne m’ont jamais quittée. Ils constituent ma boussole.

Noces d’Albert Camus, Le Petit Prince de Saint-Exupéry, Les Fleurs du Mal de Baudelaire,

La Vita Nuova de Dante, Les Textes Blonds de Nadia Tuéni et enfin, les Œuvres poétiques d’Arthur Rimbaud.


 

H.M — Au Moyen Orient, en Europe, en Afrique ou en Amérique, vous avez eu l’occasion de fréquenter des ateliers d’écriture ? Si oui, quelle importance a-t-elle eue ?


 

M.A — Non. Je n’en ai pas eu l’occasion. D’autant plus que j’ai une aisance à écrire...


 

H.M — Qu’est ce qui coinçait encore Mona Azzam pour arriver à ce qu’elle désire vraiment et depuis longtemps ?


 

M.A Il me tardait de parachever une œuvre qui m’a demandé dix années de travail. Un roman sur Albert Camus. C’est chose faite. Il verra bientôt le jour, à l’horizon 2023, année où l’on célèbrera les 110 ans de sa naissance.


 

H.M — Le mal du pays ?! ça s’est apaisé par la suite ou cela sert encore de et comme source d’inspiration ?

 

M.A — Pour répondre franchement, je ne m’étais jamais posé la question avant de lire la vôtre. Pour la simple et bonne raison que je ne me sens d’aucun pays en particulier. Je suis de partout et de nulle part. Ma véritable patrie, ce sont les mots. Et l’humain est ma principale source d’inspiration.

 

 

 

H.M — Quel est le moment où vous vous êtes dit que ça allait marcher mieux avec l’écriture ?


 

M.A Lorsque mon deuxième écrit, Dans le Silence des Mots Chuchotés (Éditions La Trace), un recueil de nouvelles en prose poétique a été publié et est allé à la rencontre de ses lectrices et lecteurs.



 

 

H.M — Quelles représentations de la femme vous ont touchée le plus dans la poésie et dans les beaux-arts de nos jours ?


 

M.A — J’aime beaucoup Camille Claudel qui a su trouver sa place dans un univers exclusivement féminin. Quant aux représentations de la femme dans la poésie, je suis admirative des poèmes de Baudelaire qui en font un être à part.


 

 

 

H.M — Pour vous, les femmes du même domaine sont-elles de rudes concurrentes ou une famille alternative ?


 

M.A — Je ne vois aucune concurrence dans ce domaine particulier qu’est l’écriture. Chacune a sa plume. Chacune a son univers qui lui est propre. Créer demeure un acte personnel. Et chaque création est une œuvre unique qui ne saurait être en concurrence avec une autre.

En revanche, cet univers est en soi une famille. Ce qui nous lie, c’est la passion des mots et de l’écriture. J’ai la chance de faire partie d’une « famille », née grâce à une femme exceptionnelle, Sandrine Mehrez- Kukurudz, la famille de Rencontre des Auteurs francophones qui rassemble, depuis New York, des écrivains du monde entier, autour d’un même amour, l’écriture et la langue française.

 

 


 

H.M — Quelles œuvres conseillez-vous beaucoup de gens autour vous ?

 

M.A — Je conseille à la fois des lectures qui ont été un véritable coup de cœur que mes propres ouvrages. Marguerite Duras, la plupart du temps.


 

 

H.M — Pour vous, qu’est-il important de transmettre aux futures générations dans votre domaine par la sensibilité et par la poésie engagée ?

 

M.A — Il nous incombe aujourd’hui et plus que jamais de transmettre aux futures générations des messages à portée humaniste. Prendre la plume est un engagement en soi. La poésie, à mon sens, plus que les autres genres, parce qu’elle touche à la sensibilité, porte nos messages vers autrui. Cet autrui pour lequel tout écrit s’engage.


 

 

H.M — Que pouvez-vous nous proposer comme poésie à la fin de notre échange ?


 

M.A — Un poème inédit. Né en temps de confinement.

 

Si j’étais un poème, je rêverais pour l’hiver

Afin que du wagon fusent de roses vers.

Si j’étais une musique, je me ferais Mozart

Pour diffuser des notes aériennes de départ.

Si j’étais une contrée, je me nommerais Afrique

Pour battre le tam-tam par-delà les criques

Si j’étais une couleur, je me teindrais en bleu

Couleur de l’océan et des infinis lieux.

Si j’étais un parfum, j’embaumerais de jasmin

Toutes les allées profondes des antiques chemins.

Si j’étais un animal, je renaîtrais éléphant

Pour garder en mémoire mes rêves d’enfant.

Si j’étais un objet, je serais une plume

Naviguant sur les flots de mon encre d’écume.

Si j’étais un poète, je voudrais être Rimbaud

Sur ses semelles de vents, recueillir les mots.

 

© Mona Azzam

_________

 

 

Pour citer ces entrevue, photographies & poème inédit​​​​​​s

 

 

​Hanen Marouani, « Mona AZZAM : De l’Orient à l’Occident, force ou errance ? », Le Pan poétique des muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°12 | AUTOMNE 2022 « Poémusique des Femmes & Genre » & Revue Orientales, « Les voyageuses & leurs voyages réels & fictifs », n°2, mis en ligne le 27 octobre 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no2/no12/hmarouani-monaazzamdelorientaloccident

 

 

 

 

Mise en page par Aude


 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°12

Retour au sommaire du N°2

Liens à venir...

Repost0
24 octobre 2022 1 24 /10 /octobre /2022 15:02

Événements poétiques | Un Bouquet Poétique pour Toutes à l'École & La Journée Internationale des Droits des Filles 2022, N°2 | REVUE ORIENTALES O| Florilège de créations & N° 12 | N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier mineur | Florilège

 

 

 

​​​​​

 

 

الطفلة

 

 

 

 

 

 

رنا علم / Rana Alam

 

 

 

 

Crédit photo :  Tristesse d'une fille, Commons.

 

​​

Poème en arabe pour les droits des filles.

 

 

 

 

 

أنا تلك الطفلة الهاربة من الدّمع 

الجالسة في حضن الخوف 

العصيّة على الافراح 

الغارقة في النسيان 

لا من يمسح دموعي 

لا من يخفّف احزاني 

لا من يحتضنني 

الذئاب تنهشُ جسدي 

وقطعًا تُفتّتني 

انا طفلةٌ انثى 

وُلِدتْ من رحمِ الجهلِ الأعمى

وترعرعت في مجتمعٍ لا يعرفُ من الطفولةِ سوى الاسمِ والعنوان 

انا من كبّلتني انثويّتي 

انا من سجنني اسمي 

انا من حرقوا عظامي وعليها تفرّجوا 

انا من أتلفوا براءتي بكلمةٍ من أفواههم 

انا التي قلبها أبيض  

عذراء مشاعري 

نبضي لا يتحوّل الّا الى الخوف الذي مزّق أضلعي 

الى العالم أصرخ والعالم ينظر اليّ

الكل يتفرّج وانا جاثية على ذاتي 

حتى دموعي تصرخُ 

وقلبي يتفتّت 

وهم ينظرون 

ولا من بفكّ أسري 

يالله عليكم!

 

 

 

 

! بالله عليكم 

حرّروني من أسري 

سجينة الدمع انا 

مكبلةْ بعمري 

قتلوني بسبب جنسي 

أفرغوا جهلهم في سنوات عمري 

أنا تلك الطفلة الهاربة من عمري 

قيّدوني بسلاسل جهلٍ وموروثاتٍ

 لا زالت قائمة في عصري 

بئسَ الزمان الذي وُلدتُ فيه 

بئسَ من يسمّونهم أهلي

 

! انا اسيرة الدمع

! انا مكبّلة بجسدٍ وباسمي

 

 

 

©Rana Alam /رنا سمير علم 

٢٤/٩/٢٠٢٢

​​​​​​​

 

***

 

Pour citer ce poème féministe en arabe, engagé & inédit

 

 

رنا علم / Rana Alam, « الطفلة », Le Pan poétique des muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques Évènement poéféministe | « Un Bouquet Poétique pour Toutes à l'École & La Journée Internationale des Droits des Filles 2022 », N°12 | AUTOMNE 2022 « Poémusique des Femmes & Genre » &  Revue Orientales« Voyageuses & leurs voyages réels ou fictifs », n°2, mis en ligne le 24 octobre 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no2/11octobre22/no12/alam-enfant
 

 

 

 

Mise en page par Aude


 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table de l'anthologie 

 

Retour aux sommaires des N°2 & N°12

Liens à venir...​​​​​​​​​

Repost0
5 octobre 2022 3 05 /10 /octobre /2022 18:16

Événements poétiques | Un Bouquet Poétique pour Toutes à l'École & La Journée Internationale des Droits des Filles 2022 & N°2 | REVUE ORIENTALES O| Varia 

 

 

 

​​​​​

 

 

 

 

 

​​زواج القاصرات في بلاد الجهل 

 

 

 

 

 

 

رنا علم / Rana Alam

 

 

 

 

 

​​​​​​Crédit photo :   Fille habillée en blanc, avril 2016, Commons.

 

 

Poème en arabe pour les droits des filles, il dénonce le mariage des mineures.

Rana ALAM 

 

 

 

 

: زواج القاصرات في بلاد الجهل

 

 

 

"هكذا قالوا لي : "هذا هو زوجك

 

حملتُ أحلامي الطفوليّة، وهربتُ من عالمي البريء إلى عالم الظلمةِ العقليّة، الفرديّة والمُجتَمعيّة، فالعقول المتحجّرة لا تعرفُ

!الرأفة

 


بقيتُ صامتة، فأنا تلك الطفلة المكبّلةُ بالدّمع الهاربة من الجوع والفقر. ماتَ أهلي يوم وضعوني في ذلك القفص المحكم الإغلاق، حملتني ذئاب مجتمعي وكبّلتني بيديها وخطفتْ أنفاس حريتي الشخصيّة

 

 


!في فعل الجهل، لا يوجد فعل الندامة
اطلقوا فعل الفقر ليقيّدونني في قفص محكم

!الاغلاق


،طردوا احلامي، ذابَ الحبّ من ثلوج قلوبهم

!ابتلعني النسيان


الى متى نرفع بناتنا على مذابح الفقر الى مذابح اخرى تقضي على نعومتها ؟


تعيش في ظلام الايام ولا من يرفع عنها هذا الكفن العفن؟


الى متى تقضي طفولتنا البرئيه في دهاليز الفكر المتخلّف في غياهب الزمان؟

 

 

قالوا لي : هذا زوجكِ


عدتُ الى رحمِ الحزن مجبرةً، بمصيرٍ كمصير

!الاوطانِ في البلاد النامية

 

 

© رنا سمير علم


٢١/٩/٢٠٢٢
 

 

 

Crédit photo :  Tristesse d'une fille, Commons.

 

 

 

 

***

 

Pour citer ce poème féministe en arabe, engagé & inédit

 

 

رنا علم / Rana Alam, « زواج القاصرات في بلاد الجهل », Le Pan poétique des muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques Évènement poéféministe | « Un Bouquet Poétique pour Toutes à l'École & La Journée Internationale des Droits des Filles 2022 » &  Revue Orientales« Voyageuses & leurs voyages réels ou fictifs », n°2, mis en ligne le 5 octobre 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no2/11octobre22/alam-mariagedesmineures
 

 

 

 

Mise en page par Aude


 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table de l'anthologie 

 

Retour au sommaire du N°2

Lien à venir...​​​​​​​​​

Repost0
8 septembre 2022 4 08 /09 /septembre /2022 16:46

​​​N° 11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège | Astres & animaux & REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Florilège de créations

 

 

 

​​​​​

 

 

Mes voyages olfactifs 

 

 

 

 

 

Dina Sahyouni

 

 

​​

 

 

Crédit photo : Un Papillon butinant des fleurs, Commons.

 ​​​​

 

 

Un parfum du voyage

 


 

Ton amour est un parfum du voyage imaginaire, un presque rien peuplé de rêves orientaux, de jasmins, de fleurs orientales qui exhalent leurs douces mélancolies marines et romantiques.

Ton amour est un parfum d'enfance au goût de la nostalgie d'une terre lointaine et exotique...

 

Ton amour aux senteurs d'agrumes, d'amandiers, de roses de Damas et d'eau de fleurs d'oranger me somme de rester au plus près de la mer, au plus près des battements du cœur.. au plus près des mères lattaquiottes.

 

Ô mère.. ton amour maternel me fait fleurir tel le champ des souvenirs de l'enfance de l'univers.

Passagères nous sommes, toi et moi ne faisons que traverser ce réel sans jamais nous arrêter ni nous retourner en arrière.

Mère.. je voyage ici et là et sans toi, je demeure étrangère.. un papillon solitaire aux couleurs d'automne... Ton amour est ma patrie.. mon unique Mer.

 

 

 

Crédit photo : Fleurs d'oranger, Commons.

 

 

L'amour est un voyage 

 

 

 

I

 

L'amour est un voyage

incessamment recommencé

au gré de ses naufrages, ton amour me promène

aux quatre coins de la terre

 

 

L'amour est un voyage

sans cesse renouvelé

aux confins des partances

aux ports encensés de désirs

t'aimer est mieux que mourir

d'ennui dans la solitude des solitudes

dans la baie des habitudes


 


 

 

Crédit photo : Jasmins,  Commons.

 ​​​​

 

 

Autocritique

 

II

 

Ton amour est un voyage fictif

en couleur d'emphase, au parfum d'antan

ton amour ravage mon cœur d'enfant

qui ne grandit plus depuis.

 

 

© DS., été 2022.

 

 

 

 

______​​​

 

 

Pour citer ces poèmes inédits

 

Dina Sahyouni, « Mes voyages olfactifs »Revue Orientales, « Les voyageuses & leurs voyages réels & fictifs », n°2 & Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°11 | ÉTÉ 2022 « Parfums, Poésie & Genre »mis en ligne le 8 septembre 2022. URL :

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no2/no11/ds-mesvoyagesolfactifs

 

 

 

 

Mise en page par Aude

 

 

© Tous droits réservés

Retour au N°2

 

Retour au sommaire du N°11

Lien à venir​​

Repost0

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 12 | HIVER 2022-23
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°12 | HIVER 2022-23 UNE POÉMUSIQUE DES FEMMES & GENRE* © Crédit photo : Delphin Enjolras (1865-1945), ce tableau représente des musiciennes...
  • De la finance à l'art
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Entretiens artistiques, poétiques & féministes | Dossier majeur | Articles & témoignages De la finance à l'art Propos recueillis par Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Entrevue avec & peintures de...
  • Douleur de Manfred
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia Douleur de Manfred Pierre Zehnacker Poète & artiste peintre Crédit photo : Gauguin,...
  •  la chevelure du vent
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia la chevelure du vent Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit...
  • À Marlene Dumas, pour la peur abolie
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil À Marlene Dumas, pour la peur abolie Barbara Polla Crédit photo : Berthe Morisot, La cage, 1885, image capturée via Wikipédia. Un poème inspiré par votre exposition (Venise, 2022-2023),...
  • Invitation à prendre part à notre agenda poétique de 2023
    N°13 | (Auto)Portraits poétiques & artistiques des créatrices | Appel à bénévoles | Agenda poétique Invitation à prendre part à notre agenda poétique de 2023 SIÉFÉGP Société Internationale d'Études des Femmes et de Genre en Poésie Crédit photo : Conteuse,...
  • Chevelure dorée, prix de la liberté
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia Chevelure dorée, prix de la liberté رنا علم / Rana Alam A enseigné au Liban & en...
  • Déchirons le voile de l’obscurantisme
    Événements poétiques | Concours Féministes| Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & filles & N°12 | Poémusique... | Dossier mineur | Florilège | Revue Poépolitique Déchirons le...
  • Les voix des femmes afghanes à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Réflexions féministes sur l'actualité Les voix des femmes afghanes à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Reportage photographique par Claude Menninger © Crédit photo : Reportage...
  • Soyons la voix des soeurs afghanes à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages Soyons la voix des sœurs afghanes à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Le visuel du rassemblement à Strasbourg...