3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 16:56

 

N °7 | Entretiens artistiques

 

LPpdm a rencontré

 

 

 

Rencontre avec Nadine Guilpin

 

 

 

une artiste au parcours atypique
 

 

 

 

Propos recueillis par

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

Illustratrice

 

Nadine Guilpin

 

Site officiel : www.yehi-artitude.com

 

 

 

   © Crédit photo : portrait photographique de l'artiste Nadine Guilpin.

 

 

 

Maggy DE COSTER – Nadine Guilpin, j’ai été frappée par la diversité de votre style artistique lors de ma visite d’une exposition privée que vous avez organisée du 20 octobre au 3 novembre 2017 autour du dessin, de la peinture et de la création textile. Pouvez-vous nous dire comment vous êtes arrivée à la création artistique ?

 

 

Nadine GuilpinÀ propos de la « diversité artistique » que vous soulignez, je vais essayer une introspection de mes débuts. Je n’ai pas fait d’études artistiques. Je me suis intéressée à l’histoire de l’art, j’aime la philosophie, la littérature, l’écriture et l’histoire en général. Cela me classe sans doute dans la catégorie des sciences humaines. Dans une autre vie, j’ai fait Sciences Po et préparé l’ENA, puis j’ai réussi le concours des Instituts Régionaux d’Administration et fait l’IRA de Lille. Ce qui m’a conduit à faire du Management public.

L’art s’est d’abord présenté à moi comme centre d’intérêt, grâce au musée Dapper. Merveilleux musée dont la découverte m’a conduit à m’interroger sur l’art contemporain des artistes et créateurs africains à travers le monde. J’ai alors fondé en 1999 l’Association Art’Monie dédiée à l’art contemporain Africain.

 

© Crédit photo : toile n°1 de Nadine Guilpin.

 

J’ai été commissaire d’exposition dans le cadre des expositions organisées par cette structure pour faire rencontrer la diversité autour de l’art … À ce stade, Je ne pensais pas du tout avoir le virus de la création. Par la suite, j’ai eu un déclic dans une boutique de perles qui mettait à disposition un certain nombre de matériaux. Mon hobby pour le bijou sculpté est né et continue jusqu’à présent. Cette part de ma création a été suggérée par la création textile dans l’exposition « Nature & Légendes ».

L’art plastique a été une entreprise exploratoire qui, au travers de l’art numérique (depuis 2003), la peinture et le collage de 2008 à 2013, puis le marouflage par la récupération de papiers journaux cartons … (2013 à 2017), la pratique du dessin est apparue en 2016 par la rencontre d’une certaine flore et de l’équipement rudimentaire dont je disposais à ce moment-là.

 

   © Crédit photo : toile n°2 de Nadine Guilpin.

 

Cette collection de variations autour de la flore va se prolonger sans doute au fil des découvertes et de l’inspiration qu’elles vont susciter. Pour conclure, je pense que cette diversité est sans doute le fruit d’une traduction de ma perception, par rapport aux choses en général et aux perspectives qu’elles me font entrevoir. La création textile est née, quant à elle, de la rencontre entre une histoire de légendes africaines, les épurations et les massacres après la mort des rois anciens, notamment en Afrique, et la recherche d’un moyen d’illustration, pour faire émerger le drame des femmes dans ces tragédies et dans la vie en général. Cette quête et l’opportunité de la mise à disposition d’une bonne quantité de tissus en coton blanc ont fait le reste. Compte tenu de ce qui précède, on peut penser que c’est l’art s’insinue de lui-même à travers des rencontres, des récits des objets à transformer.

 

MDC – Qu’en est-il des procédés que vous utilisez en matière de création ?

 

NGJe ne peux pas parler de procédés acquis ou préexistants. Je connais quelques techniques à la portée de bon nombre d’entre nous, comme la couture, le tricot ou le modelage. Quelquefois j’improvise. Lorsque j’ai fait de l’art récup avec du papier usagé et du carton, j’ai été surprise par l’accueil en galerie avant d’en mesurer l’apport esthétique. L’expert galeriste m’a parlé de marouflage, moi je voulais travailler de la texture de façon écologique (que du papier usagé, un peu de pigment et de la colle) pour base de travail. Au fond je fonctionne quelquefois comme un laboratoire.

 

MDC – Peut-on comprendre que de par les matières que vous utilisez vous transmettez un message ?

 

NGJe recherche quelquefois un effet plastique. C’est le cas pour le textile notamment. J’ai une préférence pour les textures, cependant les histoires nourrissent le décor et inspirent l’œuvre.

 

MDC – À voir les formes géométriques qui caractérisent certaines de vos œuvres, cela n’est pas sans nous rappeler Picasso, qui initialement puisait son inspiration dans les masques africains, plus particulièrement du Bénin dont vous êtes originaire.

 

   © Crédit photo : toile n°3 de Nadine Guilpin.

 

 

NGÀ propos du Bénin, le rapport ne me semble pas très évident La géométrie rapportée au cubisme est sans doute ici le propos. Le travail autour de la flore a en réalité sa propre géométrie. Lorsque vous observez les feuilles d’une passiflore de près, vous vous apercevez que certaines sont divisées en 3, d’autres 4 voire 5 figures. Que les feuilles de certains arbres ont des formes identiques sur une même structure pour aboutir à une différenciation en bout de chaine mais pas nécessairement de façon régulière. Je ne suis pas très bonne en géométrie disons que certaines formes offrent un champ géométrique dont la combinaison est intéressante en terme de perception. De ce côté-là, il y a un jeu graphique autour de quelques dessins qui, une fois terminés, font penser aux masques africains. Il y a en effet dépouillement et expression dans ce dessin, sans doute un réflexe inconscient ? Je ne saurais le dire. J’imaginais des spectateurs silencieux face aux drames et voilà qu’apparaît la figure multipliée du masque !

 

MDC – Parlez-nous de votre clientèle ? De qui se compose-t-elle ?

 

NGPar rapport à cette collection, elle n’est pas encore constituée. Néanmoins l’intérêt renouvelé pour une série de dérivés textiles est à l’étude. Pour l’instant rien n’est défini.

 

MDC – Arrivez-vous à vivre de votre art ?

 

NGEn l’état actuel, je suis un nouvel arrivant dans un jeu que je ne maîtrise pas encore très bien. En revanche, le monde du textile semble y trouver une approche intéressante alors je suis ouverte aux collaborations. L’édition en direction du grand public est envisagée. Affaire à suivre.

 

MDC – Quel est votre regard sur le marché de l’art et le monde artistique ?

 

NG – L’art est devenu un produit marketing dont la valeur est le reflet que l’artiste veut donner de lui. L’intérêt de l’œuvre pour ce qu’elle est semble secondaire. Il arrive heureusement quelquefois, que les deux valeurs s’équilibrent. Les marchands pourront expliquer de façon approfondie cette impression partagée par bon nombre de gens.

 

***

 

Cliquez sur ce lien pour visiter le site internet  de l’artiste

 

 

 

***

 

Pour citer cet entretien

 

Maggy de Coster, « Rencontre avec Nadine Guilpin une artiste au parcours atypique », illustrations de Nadine Guilpin, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 3 novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/11/nadine-guilpin.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 15:21

 

N °7 | Dossier mineur | Textes poétiques

 

 

 

 

au bout de l'indicible

 

 

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème

 

 

Illustratrice

 

Aurélie-Ondine Menninger

 

 

 

 

© Crédit photo : Aurélie-Ondine Menninger, œuvre artistique sans titre.

 

 


 

avant de brûler les derniers soleils

dans les mains gelées de la nuit

je marcherai à pas feutrés

dans la neige bleue de mon enfance


 

puis dans les limbes de l'infini

j'irai au bout de l'indicible

arracher l'écorce du silence

aux branches de ma mémoire


 

et par les chemins de lune éclairés

j'irai au plus loin de moi-même

dans la clairière des ombres oubliées

pour renaître avec la rosée du jour


 

***

 

Pour citer ce poème

 

Françoise Urban-Menninger, « au bout de l'indicible », illustration par Aurélie-Ondine Menninger, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 3 novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/11/indicible.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 14:49

 

N °7 |  Instant poétique en compagnie de... |

 

S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages

 

 

Poésie engagée

 

 

 

Le Jardin des Tarots

 

 

 

 

 

Lidia Chiarelli

 

Écrivaine italienne, artiste et fondatrice du

Mouvement artistique littéraire « Image & Poésie »

Site officiel : http://lidiachiarelli.jimdo.com/

 

 

 

Ce poème et cette illustration inédits ont été créés pour cette revue pour rendre hommage à l'artiste et réalisatrice Niki de Saint Phalle (1930-2002).

 

 

 

© Crédit photo : Lidia Chiarelli, œuvre artistique

en "Hommage à Niki de Saint Phalle", 2017.

 

 

 

 

 

Peindre calmait le chaos qui agitait mon âme

Niki de Saint Phalle

 

Le chemin est lent

parmi les Arcanes Majeurs

et

un kaléidoscope en mouvement

enveloppe

ton désir d'impossible :

lumières couleurs jeux d'eau :

mosaïques

myriade de petits miroirs

qui

réfléchissent

multiplient

réinventent.

Et toi Niki de Saint Phalle

tu es toujours là

et souris toujours

dans ce lieu magique et irréel

toi

la dernière artisane de rêves.

 

(Località Garavicchio, Capalbio – Grosseto Italie)

 

 

© LC, Italie

 

 

 

***

 

Pour citer ce poème

 

Lidia Chiarelli (poème & illustration), « Le Jardin des Tarots », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 2 novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/11/jardin-tarots.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 11:06

 

N °7 | Critique & réception

 

 

 

Maïa Brami

 

 

 

Paula Becker la peinture faite femme

 

 

 

Éditions de L’Amandier, 2015, 141 p. 20€

 


 

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

© Crédit photo : 1ère de couverture  illustrée de l'ouvrage aux éditions de L'Amandier

 

 

 

Paula Becker est cette femme allemande née le 8 février 1876 à Dresde et morte à Woorpswede le 21 novembre 1907 dans sa 32 année, qui avait la peinture chevillée à son être, que nous donne à découvrir Maïa Brami dans un savoureux roman biographie. Histoire de la faire demeurer à jamais vivante dans nos esprits.

 

Dans un style romanesque épuré, l’auteure nous fait cheminer dans la vie de cette peintre expressionniste hors norme sans nous épargner des détails les plus significatifs comme si elle avait elle-même été liée à son univers. Elle évoque la passion artistique de la peintre, une de ses raisons de vivre à une époque où la peinture résistait à la percée des femmes. Maïa Brami nous dépeint une femme qui voulait concilier vie privée et vie artistique à la fois. Elle la présente comme la peintre, l’épouse et la mère de famille. Tout cela est compatible, nous fait-elle comprendre :

 

 

La femme est un terreau duquel peut naître de merveilleux jardins à l’image de La Nature, que Paula identifie à Dieu. La femme est au même titre sacrée. Au mur de son atelier, des mères à l’enfant, à genoux, allongés, donnant le sein. Le sujet la fascine depuis toujours. À son tour, elle aimerait transcender sa condition, devenir une héroïne, car c’est ainsi qu’elle considère les mères, qui seules se donnent, acceptent la transformation de leur chair, le sacrifice de leur chair pour faire naître la vie, l’espoir. Rien de contradictoire à vouloir être artiste et mère, au contraire, cela participe du même élan, de la même sève.

 

 

Son père qui la voulait institutrice ou gouvernante n’avait guère pressenti qu’elle allait devenir une peintre d’envergure. À Worpswede elle rencontra Clara Westthoff en qui elle trouva une âme sœur. Avec elle, devenue l’épouse de Rainer Maria Rilke, elle découvrit en 1900 les différents galeries et musées quand elle séjourna à Paris, particulièrement au quartier de Montparnasse.

C’est en découvrant l’autoportrait de Cézanne chez le marchand d’art Ambroise Vollard que lui serait venue sa vocation de peintre sans doute pour exorciser la mort de sa cousine Cora ensevelie sous les dunes alors qu’elles jouèrent ensemble. Cependant ses toiles seront marquées par des influences multiples qui feront d’elle une peintre originale qui n’hésitera pas à prendre ses distances avec les peintres de l’école de Worpswede, jugés trop académiques. Aussi fut-elle, la première femme à développer son propre style pictural, après s’être inspirée des avant-gardistes français, alliant ainsi l’expressionnisme, le fauvisme, le cubisme et bien d’autres formes plus anciennes.

Rainer Maria Rilke, malgré sa grande considération pour elle, mit beaucoup de temps à voir en elle une artiste notable car il la voyait d’abord comme l’épouse du grand peintre Otto Modersohn qui, pour sa part, témoigna de l’incompréhension vis-à-vis de l’œuvre de sa femme, très éloignée des codes classiques de la peinture. Malgré son soutien artistique et financière à sa digne épouse, on peut lire sous sa lire :

 

Ce qu’elle fait avec son art ne me plaît plus autant qu’avant. Elle n’accepte aucun conseil – c’est idiot et dommage. Un grand gaspillage de ses pouvoirs ! […] Elle veut unifier couleur et forme – hors de question avec la manière dont elle s’y prend. Elle n’aime pas restreindre la forme – une énorme erreur – elle ne réfléchit pas assez à son art – travaille avec les mêmes points de vue et ne progresse pas.

 

Cependant c’est le sculpteur Bernhard Hoetger, rencontré dans son atelier parisien qui va porter un regard valorisant sur le travail artistique de Paula Becker. Se voulant autonome, elle demanda le divorce à son mari qui le lui refusa.

Otto Modershon parvint à reconquérir sa femme en venant passer quelques jours avec elle à Paris avant de repartir avec elle à Worpswede. Paula tomba enceinte mais le malheur sera au bout de ce grand bonheur qui se termina par son décès survenu le 8 février 1876, des suites d’une embolie pulmonaire peu de jours après avoir donné le jour à une petite fille prénommée Matilde.

Après l’érection successive de deux bustes à son effigie par son amie Clara Westhoff, en 1899 et 1908, Heinrich Vogeler fut celui qui vulgarisa les toiles de l’artiste après avoir longtemps vu cette dernière à travers le prisme de son mari.

En 1978 c’est sa fille qui créa la Fondation Paula Modersohn-Becker à Brême. Notons que très peu de toiles ont été vendues du vivant de l’artiste et c’est plutôt son entourage qui en fit l’acquisition.

Retenons enfin que Paula Becker se refusa à servir de matière à nourrir la toile d’un peintre. De ce fait, elle révolutionna la peinture de par la particularité de son style.

 

***

 

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Maïa Brami, Paula Becker la peinture faite femme, Éditions de L’Amandier, 2015, 141 p. 20€ », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 2 novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/11/peinturefaitefemme.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • La petite musique
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie La petite musique Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : une magnifique image de Claude Menninger,...
  • Ah, revoir la Niagara ! (haïkus)
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Ah, revoir la Niagara ! (haïkus) Chantal Robillard Crédit photo : "Niagara Falls", winter 1911 ", Commons,Wikimedia. Au bord de la rivière, Je prends les embruns Dans cheveux et figure. Penchée...
  • Inutile [enfer]tile
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Biopoépolitique | Réflexions féministes sur l'actualité Inutile [enfer]tile CAM[...]ILLE Je me présente, au moins vous serez témoins : J’ai été privée de ce qui devait être un besoin Je suis celle qu’on plaint, celle...
  • C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles
    Lettre n°15 | Réflexions féministes sur l'actualité C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles Dina Sahyouni Crédit photo : " Gousses de Haricot Tarbais", Patrick Boilla, Commons. Les témoignages associés à #MeTooInceste sur les crimes...
  • Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise et écologique Centre d'impression numérique Everest
    Lettre n°15 | Eaux oniriques...| Revue des éditrices & éditeurs ou Revue des Métiers du livre Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise & écologique Centre d'impression numérique Everest Propos recueillis par David Simon pour LE PAN POÉTIQUE DES MUSES...
  • Barbara Polla (dir.), Équinoxe, recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Annonces diverses | Annonce de parution Barbara Polla (dir.), Équinoxe recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020 LE PAN POÉTIQUE DES MUSES a le plaisir de vous annoncer...
  • Mer infamilière
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Mer infamilière Texte de Carole Clotis Œuvres artistiques de Poline Harbali Site officiel © Crédit photo: P oline Harbali, Série Le Damas des autres, no 1. « Et ce jour-là les grands vaisseaux,...
  • Nous ferons l’amour et Mon souffle dessine
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie Nous ferons l’amour & Mon souffle dessine Textes de Sylvia Undata Site officiel Poèmes reproduits de son recueil érotique Murmures avec son aimable autorisation...