25 novembre 2017 6 25 /11 /novembre /2017 10:38

 

N °7 | Dossier majeur | Travestissements poétiques

 

 

 

 

Le travail du peintre

 

 

 

Paul Tojean

 

Blog officiel : http://poesieadaujourdhui.midiblogs.com/

 

 

 

 

(À Michelle C.)

 


 

Du bleu au rouge

Toutes les couleurs se confondent

Leurs spirales forment un mouvement incessant

Où naissent des comètes dans la galaxie du peintre

 

 

Du jaune au vert

C’est la métamorphose des lendemains

Une jeunesse qui éclaire le monde

Sous un arc-en-ciel aux couleurs des libertés.

 

 

***

 

Pour citer ce poème

 

Paul Tojean, « Le travail du peintre », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster*, mis en ligne le 25 novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/11/peintre.html

 

* Ce texte pourrait paraître dans le n°8 en 2018 (2ème  volet sur les "femmes, peinture & poésie) à la place du n°7.

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
23 novembre 2017 4 23 /11 /novembre /2017 18:17

 

N °7 | Bémols artistiques | Compte rendu

 

 

 

 

Camille Brès, son exposition

 

 

 

PAON

 

 

 

à la Galerie Jean-François Kaiser


 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème

 

Avec trois illustrations proposées à la presse

par la Galerie Jean-François Kaiser à Strasbourg

 

 

© Crédit de photo: Camille Brès, PAON, autoportrait pictural.

 

Avec son autoportrait intitulé « Paon », Camille Brès entre de plain-pied dans son tableau (voir ci-dessus), mains sur les hanches, d’un pas ferme et décidé. Loin de se pavaner tel un paon rouant, elle nous invite à traverser le cadre, dans tous les sens du terme, de notre quotidien pour appréhender un univers onirique qui transcende les code spatio-temporels.

Née en 1987, Camille Brès est diplômée de la HEAR (Haute École des Arts du Rhin) en 2011, elle entame son travail artistique dans son atelier du Bastion de 2012 à 2017, elle le poursuit aujourd’hui dans les ateliers des Hautes plaines. Son parcours est jalonné d’expositions et de nombreux prix dont celui de l’Académie rhénane décerné en 2015.

 

La peinture de Camille Brès s’ancre dans son environnement immédiat et dans les objets familiers qui façonnent son cadre de vie. C’est ainsi que le miroir fixé au-dessus de son lavabo dans son atelier du Bastion lui inspire une série de petits tableaux : miroir noir, bleu, jaune, rouge. Le miroir est toujours le même mais le carrelage évolue en fonction du sujet ou de l’objet qui s’y reflète.

 

© Crédit de photo: Camille Brès, titre non communiqué, autoportrait pictural.

 

 

L’artiste elle-même apparaît dans la glace comme dans une petite fenêtre qui s’ouvre de l’autre côté du miroir… Nous sommes chez Lewis Carroll mais songeons également au fameux stade du miroir de Lacan ! Nous observons mais nous nous sentons également observés…

Le miroir et l’eau ont toujours eu partie liée, Camille Brès n’échappe pas au constat de la photographe Roni Horn qui parle du « reflet solidaire de l’eau ». L’aquarium, l’inondation, le bassin et bien évidemment le lavabo sont tous de la même eau, si je puis m’exprimer ainsi (voir les toiles ci-dessus et ci-dessous). N’oublions pas que le paon est l’ami des sources de par son besoin continuel de s’abreuver ! En témoignent la fable d’Ésope ou les multiples fontaines comme celles de Versailles où il est représenté.

 

© Crédit de photo : Camille Brès, Bassin, autoportrait pictural.

 

 

À y regarder de plus près, chaque tableau de Camille Brès se présente comme un aquarium tel ce petit jouet placé sous une cloche et qui devient la pièce centrale dans la toile du salon. Dans le bassin, une femme s’enlise dans un bain de couleurs qui renvoie aux plumes ocellées du paon rouant. Ce sont autant de clins d’œils insérés par l’artiste dans ses œuvres et qui apportent leurs touches d’humour et d’autodérision tout en générant des effets de miroirs et de mises en abîmes qui nous entraînent dans la profondeur d’un puits de lumière où Camille Brès puise son inspiration.

 

 

Cliquez sur ce lien pour visiter la Galerie Jean-François Kaiser

 

***

 

Pour citer ce bémol artistique

 

Françoise Urban-Menninger, « Camille Brès, son exposition "PAON" à la Galerie Jean-François Kaiser », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster*, mis en ligne le 23 novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/11/paon.html

 

* Ce texte pourrait paraître dans le n°8 en 2018 (2ème  volet sur les "femmes, peinture & poésie) à la place du n°7.

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
17 novembre 2017 5 17 /11 /novembre /2017 10:44

 

N °7 | Entrevista cultural y feminista/Entretien culturel & féministe

 

 

 

 

Entrevista con Judivan J. Vieira


 

 

 

Entrevistado por/Propos recueillis par

 

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

 

 © Crédito de la foto: Judivan J. Vieira

 

 

Judivan J. Vieira, es el autor de La Mujer y su lucha épica contra el machismo, Thesaurus, 2012. Este libro nos da una visión socio-histórico-jurídico de la Mujer en el plan espaciotemporal. Tuvimos el honor de encontrar al autor quien es Procurador Federal en la Abogacía-General de la Unión (AGU) de Brasilia.

 

***

 

Maggy De Coster Cuestión particular : ¿Por qué elijo el derecho como profesión ?

 

Judivan J. VieiraElegí el Derecho como profesión porque muy temprano percibí cuanto duele la injusticia. El dolor y la injusticia asolaron a mi madre, mis hermanos e a mí y después vi la injusticia asolar a mi gente y a la Nación Brasileña. Pensé que con el Derecho podría convertirme en un instrumento de la Justicia. Pero también descubrí que la justicia siempre quiere el Derecho y que el Derecho ni siempre quiere la Justicia. Pasé once años de mi vida investigando sobre los corruptos, administrativamente y al final resolví hacer de mi carrera de escritor en Ciencias Sociales, una fuente de educación que pueda contribuir con el surgimiento de una conciencia más sensible a la ética social, por eso escribí la primera y única Colección de libros del mundo contra la corrupción con presupuestos públicos, que se llama “Corrupción Nel Mundo”.

 

 

MDC¿Porqué un libro sobre la lucha de la mujer contra el machismo ?

 

JJVEl libro “La Mujer y Su Lucha Épica contra el Machismo”, en segunda edición agotada en español, surgió como reflexión de mi contexto de vida en Brasil, del contexto histórico y de la percepción de mis viajes por tres continentes del mundo. El machismo es una plaga planetaria ! Por eso empecé el libro haciendo un análisis sobre el machismo en los diez principales imperios históricos del mundo, para después hacer inferencias sobre el machismo en el continente latinoamericano y, por fin, un análisis de la influencia del machismo en la música y en la literatura brasileña. El lector podrá sorprenderse al percibir como cantantes y escritores mal intencionados o desavisados abrazaran esa ideología infame.

 

 

MDC¿Qué explica su toma de conciencia de la situación y desde cuando mal intencionados o desavisados abrazaran esa ideología infame ?

 

JJVCreo sinceramente que mi toma de conciencia vino primeramente por las actitudes de mi papá en relación a mi mamá. Él tiene 89 anos y sigo amando y cuidándolo, como hice con mi madre que se murió de cáncer a los 76 años de edad. Por todo su contexto de vida mi madre no pudo livrarse del machismo de mi papá. A él como a la gran mayoría de los hombres les guste la sensación de dominio sobre las mujeres. Pero, a partir de mis 28 años cedí lugar en mi cerebro a la marcha de la evolución y del proceso educacional para comprender que el machismo y todo tipo de discriminación hacen parte de un proceso de deshumanización. Nadie en ese mundo es más humano que la mujer. Ella no contribuye apena con cincuenta por ciento de los gametos en el proceso de la vida. Ella lo genera en su vientre y embala en sus brazos. Un machista es un feto que nació perfecto, pero que permitió dejarse poseer por una mala formación cerebral, porque el machismo también es un trazo cultural y la cultura es un elemento psicosocial que se puede racionalmente cambiar.

 

 

MDC¿Cuantos tiempos pasó Vd. a investigar sobre la problemática de la mujer ?

 

JJVEmpecé a observar la problemática de la mujer desde niño en mi propia familia. Después amplié la mirada para los grupos religiosos que frecuenté o estudié, en los dos años de Facultad Teológica que hizo en Brasilia, la bella capital de Brasil. Me gusta conocer. Pero, la toma de decisión de escribir sobre la problemática surgió en el Doctorado en Ciencias Jurídicas y Sociales, que hizo en La Universidad Del Museo Social Argentino, en Buenos Aires, en el año de 2007.

 

 

MDC¿Podemos considerar que ahora hay diferentes tipos de mujeres latinoamericanas y brasileñas ?

 

JJV Si. Lo creo que hay diferentes tipos de mujeres latinoamericanas y brasileñas. La vida es dinámica. Ella quiere expandirse. A veces el problema está en las formas y fórmulas sociales que engendramos para conquistar o mantener el dominio. Cuando el dominado tiene la oportunidad de percibir su condición de igual, cuando entiende e abraza la idea de que la rebelión puede ser la solución para equilibrar la balanza, es posible que sea imposible frenar la evolución. La desigualdad y la ausencia de respecto nos llevan a diferentes tipos de guerra. Las mujeres latinoamericanas y brasileñas, como las europeas, poco a poco se van percibiendo que la vida se vive en sociedad, más que su razón está en la búsqueda de la felicidad individual. ¡Nadie tiene el derecho de subjugar a nadie !

 

 

MDC¿Dicen que la madre es la que educa a los hombres y el cambio de la mentalidad deber pasar por la educación, en este caso cual fue su relación con su mamá ?

 

JJVCreo que esa es la regla. Las madres tienen impulsos más fuertes con la generación y desarrollo de los infantes y, a veces, con toda la vida adulta de sus hijos. A la mía madre, la debo casi todo. Su pobreza, su sufrimiento, la discriminación que ella sufrió por parte de todos a su rededor, creó en mi espíritu una determinación de vivir o morir luchando para le dar algún conforto y orgullo en vida. En medio a todo su sufrimiento ella me educó diciendo; “Hijo, para personas pobres como nosotras la solución es estudiar y trabajar, mucho. Estudia !” Ella fue el elemento más significativo en mi entero proceso de educación. Por eso, contrario que soy al androcentrismo, inserí su nombre en las páginas de mi libro, lado a lado con mujeres como Juana De Arco, Rosa Parks, Golda Meir, Bartolina Sisa, Chiquinha Gonzaga e otras tantas. Así que, mi relación con mi mamá fue de hijo y de un discípulo a los pies de su preceptora Al final de su vida, pudo oír de ella que realicé algunos de sus sueños. Ese llevo como regalo en mi vida.

 

 

© Crédito de la foto : primera portada ilustrada del libro

La Mujer y su lucha épica contra el machismo

 

 

MDC¿Cual es su punto de vista respecto a la mujer latinoamericana o brasileña de hoy ? ¿Que le falta todavía ?

 

JJVEn mi punto de vista lo que falta a la mujer latinoamericana y brasileña hoy, es lo que siempre les faltó. Respecto por su individualidad. Hubo una ocasión en que fue presentar el libro y que una pareja se aproximó de la bancada. El esposo tomó mi libro en sus manos, lo manejó y al final dijo que no lo compraría porque es un libro para mujeres. Yo le dije que no. Que las sociedades siempre fueran androcéntricas. En general la ideología machista es de convicción masculina. En mi modo de pensar las mujeres pueden y deben convocar a los hombres que las quieran ayudar en la lucha contra el machismo. Juntos podemos prevalecer, ya que históricamente siempre estuvimos divididos y esa fórmula no está funcionando.

 

 

MDC¿Pienso que su libro tuvo un gran éxito por haber reeditarlo, verdad ?

 

 

JJVSi. El libro tuvo un buen éxito. Está agotada la primera edición en portugués y agotada también la segunda edición en español. Ahora mismo estoy libre de todos los contratos que tenía con los editoriales. Estoy abierto a buenas propuestas de nuevas editoriales, ya que está en mi planeamiento personal lanzar las dos nuevas ediciones en 2018.

 

MDC¿Según Vd. como se ve un hombre que toma en cuenta la problemática de la mujer ahora, digo eso porque en la historia del mundo son hombres como Poullain de la Barre, Saint-Simon y Condorcet que fueron los primeros que se sublevaron contra la injusticia hecha a las mujeres ?

 

JJVMe gustan los nombres citados. Condorcet, por ejemplo, matemático e filósofo blanco, se hace miembro de la Sociedad de los amigos de los Negros, en los idos del siglo XVIII, época en que ya estaba focalizado en la defensa de los derechos de las mujeres. A esos nombres importantes yo añadiría el de John Stuart Mill que influenciado por ellos, un siglo después se tornaría una de las más elocuentes voces en defensa de la igualdad de las mujeres. e. Todos ellos, así como yo, cometieron sus errores en su ignorancia de ese universo lindo y complejo que es el universo femenino, pero jamás desistieron de buscar un remedio para su ignorancia y, utopistas o no, intentaron contribuir con las fuerzas que disponían en esa lucha épica de las mujeres contra el machismo.

 

MDC Muchas Gracias Judivan Vieira por sus contestas.

 

***

https://www.youtube.com/watch?v=4AgSKxfvjXA&feature=youtu.be

 

 

Recuadro de idiomas extranjeros/Encart des langues étrangères

 

 

 

Ver también/Voir aussi : Maggy de Coster, « Le regard de Judivan J. Vieira, juriste féministe, sur la lutte des femmes : le cas du Brésil »

 

***

 

 

Para citar esta entrevista/Pour citer cet entretien

 

Maggy de Coster, « Entrevista con Judivan J. Vieira », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 17 novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/11/judivan-vieira.html

 

 

© Todos los derechos reservados                          Volver al n°7|Índice

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
16 novembre 2017 4 16 /11 /novembre /2017 13:31

 

N °7 | Revue culturelle des Amériques

 

 

 

 

Le regard de

 

 

Judivan J. Vieira, juriste féministe,

 

 

sur la lutte des femmes : le cas du Brésil

 


 

 

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

 

© Crédit photo : "Remise des Prix au Club Med de Brasilia". Avec Dalva Maria Carvalho Mendes à la XIème Rencontre Internationale des Femmes écrivains, image fournie par Maggy de Coster

 

 

En décortiquant l’Histoire de l’Humanité depuis l’Empire babylonien jusqu’à nos jours, Judivan J. VIEIRA, dans son livre intitulé « La femme et sa lutte épique contre le machisme », nous a fait remarquer combien notable est la différence de traitement entre l’homme et la femme. Vu les multiples références de l’auteur, on ne peut pas ne pas être convaincu de la domination masculine à travers les âges. Nombreux sont les avatars malheureux de la femme à travers les civilisations. Elle est tour à tour : une figure anonyme dans l’Empire assyrien, un être inférieur chez les Perses pour ne citer que cela. Quant aux déesses grecques, elles n’étaient pas à l’abri des violences passionnelles. Et l’auteur de souligner : « La règle dans les sociétés antiques était que la femme s’était limitée au rôle de maîtresse de maison, de préceptrice de ses propres enfants et d’esclave sexuelle de l’homme ».


 

La Femme brésilienne est une lutteuse infatigable contre le machisme qui est un fait historique remontant à la colonisation du Brésil par les Portugais. Cela dit, le machisme puise ses racines dans la société esclavagiste brésilienne où femme fut soumise à la figure masculine : père ou mari tant dans la sphère familiale que dans la sphère sociale. Durant la période coloniale, l’éducation n’était pas valorisée. Les colonisateurs portugais et leurs descendants qui s’adonnaient principalement à l’agriculture ne jugeaient pas nécessaire que la femme fût instruite pour l’accomplissement des tâches quotidiennes.

 

Le monde n’étant pas statique, grâce à l’accélération de l’urbanisation durant la seconde moitié du XIXème siècle et l’industrialisation impulsées grandement dans les années 30, au siècle dernier un grand chambardement se produisit dans l’organisation familiale et propulsa progressivement les femmes hors des quatre murs du foyer pour gagner le monde du travail en occupant des postes dans l’industrie, le commerce et les bureaux. Pour Judivan J. Vieira : « La femme a autant d’importance pour le monde que le soleil pour notre galaxie. » Aussi se fait-il le défenseur de la cause féminine en dénonçant les injustices dont les femmes sont victimes dans une société faite par et pour les hommes.

 

 

Que dire des conquêtes juridico-politiques de la femme brésilienne ?

 

 

Grand féministe devant l’Éternel, Judivan J. VIEIRA nous rappelle que : « […] la liberté et l’égalité de la femme sont une conquête qui n’est attribuable qu’à la résistance millénaire de cette dernière. »

À ce compte, il avance : « Le 30 juin 1932 une commission constituée de femmes fut reçue au Palais de Catete par le Président Getúlio Vargas. Elle lui remit un mémorandum avec plus de 5000 signatures en faveur de la leader féministe Berta Lutz, choisie pour élaborer l’avant-projet de la nouvelle Constitution brésilienne. Le 27 octobre 1932 la commission, composée de 23 organisations, fut nommée par Getúlio Vargas en proposant non seulement Berta Lutz mais aussi Nathércia da Cunha Silveira. » Ce n’était qu’un début. Il cite également l’exemple non moins significatif d’une habitante d’Itabira, à Minas Gerais, Virginia Augusta de Andrade Lage qui insista pour s’inscrire sur la liste électorale malgré ses 99 ans. Et ce fut le 3 mai 1933, pour la première fois que les femmes brésiliennes votèrent et élurent aux élections législatives Carlota Pereira de Queiróz, une femme médecin qui se fit remarquer en soignant les blessés de la Révolution constitutionnaliste. Elle fut réélue en 1934. Par la suite, il y eut la biologiste et avocate Bertha Lutz, après avoir été la seconde femme cadre dans le service public en 1919. Elle occupera également le siège laissé par un député à la suite de son décès en 1936. Lors de son investiture à la Chambre des Députés, elle s’exprima en ces termes : « Le foyer est la base de la société, et la femme sera toujours intégrée au foyer. Mais le foyer ne se limite pas à l’espace de quatre murs. Le foyer est aussi l’école, l’usine, le bureau. Le foyer est principalement le parlement, où les lois qui régulent la famille et la société humaine sont élaborées. »

 

La plus jeune femme élue députée au Brésil en 1950 fut Ivete Vargas, l’unique femme de la Chambre Fédérale et il faudra attendre le 3 octobre 1990 pour que des femmes atteignent la Chambre Haute, il s’agit de Júnia Marise du PRN de Minas Gerais et de Marluce Pinto du PTH de Roraima.

 

Tenant compte de l’étroitesse de la place des femmes dans la société brésilienne, Judivan J.Vieira juge indispensable et vital qu’au Brésil et dans le monde que les femmes aient une plus large participation dans la vie politique non seulement comme électrices mais aussi à toutes les fonctions électives : « Les femmes sont suffisamment compétentes et ont bien plus que les hommes le sens des responsabilités et l’amour de la chose publique », convient-il. En fin de compte l’auteur nous rappelle que « L’homme est toujours décrit comme acteur de l’histoire et la femme comme spectatrice », passive, ajouterais-je.

 

Grâce à leur lutte et à leur vigilance, les femmes brésiliennes deviennent visibles sur le plan électoral, aussi obtinrent-elles que la majorité électorale qui était de 18 ans en 1934, passât à 16 ans en 1988. Et la législation d’obliger les partis politiques de présenter sur leurs listes proportionnelles un quota de 30 % de candidates. Pour conquérir des citadelles les femmes ont besoin de l’adhésion et non de la permission des hommes car il ne faut pas oublier que les premiers féministes étaient des hommes comme Poullain de la Barre, Saint-Simon et Condorcet et c’est ce que Judivan J. Vieira a su nous faire comprendre. Cela dit, il revient aux femmes d’éduquer leurs enfants mâles en conséquence.

 

L’instruction via l’éducation est le premier moteur en matière d’aboutissement de la lutte pour la conquête des bastions qui résistent à la percée des femmes. Donc il importe de promouvoir l’éducation des femmes pour le changement et le bonheur de l’humanité sous tous les cieux. Dans cette ligne de pensée, Judivan J. Vieira préconise la vigilance pour que les acquis des femmes se maintiennent et qu’elles conquièrent en outre, d’autres espaces de liberté pour leur évolution.

 

Si l’Article 5 de la Constitution fédérale brésilienne stipule que les hommes et les femmes sont égaux devant la loi mais il n’existe aucun article de loi dans ladite Constitution qui protège la femme contre la violence tant dans la sphère privée que dans la sphère publique autrement dit, la violence contre la femme n’est pas explicitement définie sinon diluée dans le paragraphe évoquant la violence familiale et les préceptes de traitement égalitaire. Et Judivan J. Vieira de souligner avec force qu’« il n’y a pas de références spécifiques faites aux femmes ».

 

À ce compte le taux de féminicide progresse d’année en année au Brésil et varie d’un état à l’autre, pour corroborer nos dires nous nous reportons à un article paru dans un journal en ligne, intitulé « Maranhão » daté du 08/11/2017 et signé de G1 MA, São Luís : « Le nombre de cas de féminicide au Maranhão en 2017 dépasse toute l'année dernière à Maranhão. Selon la police, 30 cas de féminicides ont été confirmés en 2017, 7 dans la région métropolitaine de São Luís, ce nombre étant déjà plus élevé qu'en 2016, où 26 cas ont été confirmés. »

 

 

Le crime de légitime défense de l’honneur

 

 

Durant 489 ans l’appellation de « crime de légitime défense de l’honneur », désignant les crimes passionnels, résonnait dans les tribunaux brésiliens, où les avocats se révélaient indulgents envers ceux qui tuaient leurs épouses pour adultère, trahison ou déshonneur. « Nous ne voyons pas dans la défense de l’honneur moral, une valeur bien supérieure et inaliénable à la vie. Rien ne saurait justifier le fait pour un être humain d’être la victime de son semblable », s’indigne Judivan J.Vieira. « Justifier la mort d’une femme sous prétexte qu’elle ait porté atteinte à l’honneur de son mari en l’ayant commis trahi sexuellement, c’est dire que l’honneur d’un homme vaut plus que la vie d’une femme et, une telle ignominie, ne peut relever que de la logique machiste, de la violence et de la discrimination », a-t-il poursuivi.

Cet état d’esprit perdure encore, la preuve c’est que le crime de légitime défense est admise dans les Tribunaux de Justice de États suivants : Acre, Ala Goas, Bahia, Minas Gerais, Mato Grosso do Sul, Pernambuco, Paraná, Santa Catarina et San Pablo.

 

Éloigner la femme du monde du travail c’est freiner le développement économique d’un pays. Le nombre de femmes chefs de foyer est en constante augmentation au Brésil. Entre 1996 et 2006 le nombre de femmes chefs de famille est passé de 10,3 millions à 18, 5 millions et au cours de cette même période, le taux de participation des hommes aux tâches domestiques a augmenté en passant de 44,4% à 51,4% mais cela ne dit pas pour autant que les femmes soient libérées des tâches domestiques car le pourcentage de femmes attelées au tâches domestiques est de 92%, nous fait remarquer Judivan J. Vieira. Le niveau de scolarité des femmes continue de s’améliorer. En revanche, on constate une disparité ville/campagne car c’est dans les villes que les niveaux d’études sont plus avancés contrairement aux milieux ruraux où les femmes sont analphabètes et reléguées dans des emplois précaires.


 

© Crédit photo : Dalva Maria Carvalho Mendes, image fournie par Maggy de Coster

 

 

La femme brésilienne après avoir été contrainte à la passivité eu égard à la structure sociopolitique de son pays ou à la création de ce dernier, a su renverser nombre de barrières, franchir des obstacles pour se réaliser en se taillant une place aux côtés des hommes. Tout cela nous laisse à penser que la lutte de la femme contre le machisme et pour l’équilibre social est un travail continu. Cependant nous ne pouvons pas perdre de vue que l’économiste Dilma Vana Rousseff fut la première femme à être élue à la tête de l’État brésilien le 1er janvier 2011 après avoir occupé des postes ministériels et qu’elle a été réélue en 2014, en dépit du scandale de corruption qui a entraîné sa destitution. Citons aussi Dalva Maria Carvalho Mendes, médecin et 1ère femme contre-amiral de la marine brésilienne, l’équivalent des forces armées brésiliennes.

 

 

***

 

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Le regard de Judivan J. Vieira, juriste féministe, sur la lutte des femmes : le cas du Brésil », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 16 novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/11/vieira.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

 

Dernière mise à jour : 17 novembre 2017

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • La petite musique
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie La petite musique Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : une magnifique image de Claude Menninger,...
  • Ah, revoir la Niagara ! (haïkus)
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Ah, revoir la Niagara ! (haïkus) Chantal Robillard Crédit photo : "Niagara Falls", winter 1911 ", Commons,Wikimedia. Au bord de la rivière, Je prends les embruns Dans cheveux et figure. Penchée...
  • Inutile [enfer]tile
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Biopoépolitique | Réflexions féministes sur l'actualité Inutile [enfer]tile CAM[...]ILLE Je me présente, au moins vous serez témoins : J’ai été privée de ce qui devait être un besoin Je suis celle qu’on plaint, celle...
  • C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles
    Lettre n°15 | Réflexions féministes sur l'actualité C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles Dina Sahyouni Crédit photo : " Gousses de Haricot Tarbais", Patrick Boilla, Commons. Les témoignages associés à #MeTooInceste sur les crimes...
  • Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise et écologique Centre d'impression numérique Everest
    Lettre n°15 | Eaux oniriques...| Revue des éditrices & éditeurs ou Revue des Métiers du livre Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise & écologique Centre d'impression numérique Everest Propos recueillis par David Simon pour LE PAN POÉTIQUE DES MUSES...
  • Barbara Polla (dir.), Équinoxe, recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Annonces diverses | Annonce de parution Barbara Polla (dir.), Équinoxe recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020 LE PAN POÉTIQUE DES MUSES a le plaisir de vous annoncer...
  • Mer infamilière
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Mer infamilière Texte de Carole Clotis Œuvres artistiques de Poline Harbali Site officiel © Crédit photo: P oline Harbali, Série Le Damas des autres, no 1. « Et ce jour-là les grands vaisseaux,...
  • Nous ferons l’amour et Mon souffle dessine
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie Nous ferons l’amour & Mon souffle dessine Textes de Sylvia Undata Site officiel Poèmes reproduits de son recueil érotique Murmures avec son aimable autorisation...