26 août 2022 5 26 /08 /août /2022 11:39

N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Critique & réception | Astres & animaux

​​​​​

 

 

 

 

 

 

Anne-Lise Blanchard

 

Ce chant étroit

 

Interventions À Haute Voix,

 

2003, 56 pages, 9€

 

 

 

 

 

​​​​​

 

 

Maggy de Coster

Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

 

​​​​​

 

​​​Crédit photo : "Young woman charming the fish", domaine public, Wikimedia.

 ​​​​​​​

 

 

Ce chant étroit se subdivise en trois parties : L’épaisseur du silence, Chaussés de vent et Le bleu incendié.

Ce chant, limpide et dépouillé, semble venir des profondeurs d’une âme recueillie. Fait « mots tressés d’ombre et de vacarme », il s’élève comme des pétales de rêves labellisés par l'éloquence du silence et même « Les murs font silence ». Effrayant et saisissant constat. C’est l’éternelle présence de la mer sous quelque forme que ce soit qui supplée à la mère consolante :

 


 

«  J’appelle la mer

de sable de cailloux

d’écume et d’ailleurs

passent 

les grands vaisseaux d’encre 

sur ce papier de soie

bleue

– Alger Marseille sans retour-

rendu au silence »

   

Un silence contagieux qui s’est généralisé jusqu’à gagner les forces vives de la nature tels les arbres dont on n’entend plus le bruissement des feuilles sous l’emprise du vent ni les mélodies des oiseaux qui égayent la nature.

 

«  De matin le ciel

a pris l’épaisseur du

silence

les oiseaux les arbres

les jeux d’eau

se sont tus

et

c’est comme si toute la nature

se mettait en congé

de l’opiniâtre été »

 

Il nous semble que la poète a le don de la perception de l’in-vu aussi nous éclaire-t-elle : 

 

«  Dans les yeux du chat

la présence de l’eau

la patience du monde »

 

Tout est dit en peu de mots. Indubitablement l’eau recèle la mémoire du monde donc elle demeure  partout présente.

 

Elle verse aussi dans l’observation scrupuleuse de la montagne généreuse et protéiforme qui accueille la végétation et s’offre en pâture aux animaux.  

 

« La montagne

sa cotte de velours ôtée

quand l’écorce se craquèle

laissant place

au vif verdoyant »

 

Elle abreuve des calices de pluie, disparaisse sous la neige, affronte de violentes tempêtes mais elle demeure « cet espace redessiné »  

 

Anne-Lise Blanchard est en osmose avec les êtres de la nature, elle est fascinée par les étendues, l’immensité, les odeurs, les couleurs, les formes. Éprise de liberté, elle se laisse porter par sa curiosité qui la pousse à entrer en interférence avec les choses vues.

 

Chez elle, les mots s’étirent sans fioriture à l’infini  et se déposent comme des  caresses veloutées sur les aspérités de la vie. Et l’espoir naît de la liberté qui naît de la lumière.

 

© Maggy DE COSTER

 

***

 

Pour citer ce texte inédit

 

Maggy De Coster, « Anne-Lise Blanchard, Ce chant étroit, Interventions À Haute Voix, 2003, 56 pages, 9€ », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques N°11 | ÉTÉ 2022 « Parfums, Poésie & Genre », mis en ligne le 26 août 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no11/mdc-blanchard-cechantetroit

 

 

 

 

Mise en page par David

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°11

Repost0
24 août 2022 3 24 /08 /août /2022 17:21

N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège & REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Florilège de créations


 

 

 

​​​​​

 

 

 

Extraits poétiques de mes trois recueils

 

 

 

 

 

 

​​

 

Nour Cadour

 

Site : nourcadour.com

 

 

 

 

 

© Crédit photo :   La poétesse Nour Cadour et son recueil de poèmes "Larmes de lune". 

 

 

 

 

 

Poèmes de « Larmes de lune » :


 

 

Rêve brisé.


 

Tu dis que le vent

n’a pas d’ailes

Tu dis que la nuit

           n’a pas de lumière

Tu dis que les songes

          ne sont pas bleus

Tu dis que l’horizon

          n’a pas de racines

Tu dis que la pluie

         n’a pas de mots


 

Mais moi

que me reste-t-il alors

lorsque l’électricité m’abandonne

lorsque la faim gronde dans mes boyaux

lorsque la fumée envahit mes yeux

que me reste-t-il à espérer

quand les bombes jaillissent dans mes tympans

quand le tonnerre gronde dans mon âme

quand la violence écorche mes prières


 

Tu dis que la guerre n’a pas de solution

Mais moi je te dis

qu’il est beau de rêver.

 

 

 

Ma belle Damas endormie.



 

Ô Damas ma belle endormie

Rues humides aux rimes polychromes,

Pistaches émiettées sur tes lèvres

Jasmin ruisselant sur ton cou matinal

Cardamone poudrée sur tes joues corolle,

Ô Damas ma belle endormie

Aux mille délices noyés de brume

Aux mille supplices perdus en lune,

Quand il m’arrive de me perdre dans tes artères fleuries

Avec comme unique boussole la saveur du pain chaud

Et mes semelles de poussière en guise d’ailes,

La trace de mes doigts cherche dans tes quartiers lumineux

Tes courbes sensuelles d’humanité

Doublées par le soleil,

Les murmures de ta langue

Au goût de miel d’aube.

Et, ébahie, ma belle Damas endormie,

J’ai vu tes fleurs causer au vent

J’ai vu tes murs questionner le ciel

Parfois sombre, parfois clair,

Mais, de toi, ma belle Damas endormie

Ne restera à jamais sur mes lèvres

L’unique goût voluptueux de tes rêves.


 

 

 

Poème de « Le silence pour son » :

 


 

Femme d’Osaka, Japon



 

Le bruit de la pluie

Glisse sur les pavés

Et mon cœur est lourd

comme ce ciel

né en vain


 

Sur la tombe

les bourgeons des cerisiers


 

la joie troquée par le vide

une saison sans fleurs


 

les effluves sombres de leurs lèvres

Les océans flous de leurs yeux

Une gerçure du vent dans le creux de leur cou


 

Et la vie frissonne

Tiède

Wagon de lumière

Sous le reflet de ce brasier de printemps


 

Il pleut sur moi

sur la tombe des bourgeons

Sans fleurs

Des cerisiers.


 

 

 


Poème de « Corps-mémoire » :

 

 

 

Estomac. – Me voilà ainsi

Femme-gare sans destination

graine jetée sans billet

cœur pressé dans la vacuité-vie

où fourmille dans mon silence

la rage de vivre

l’estomac peuplé de craquements-vides

tremblants sous ma mémoire

de Femme-poussière.

 

 

 

* © Extraits poétiques choisis par Nour Cadour et publiés avec son aimable autorisation et celle de ses maisons d'édition.

 

 

À lire aussi l'entrevue réalisée avec Nour Cadour : 

 

Hanen Marouani, « Entretien avec la jeune poétesse, romancière et peintre franco-syrienne Nour Cadour », avec des œuvres de l'artiste et deux photos de Natalie Rezelmann & Ulysse Agassin

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no2/no11/hm-entrevue-nourcadour

_______

 

 

Pour citer ces extraits inédits

 

 

Nour Cadour, « Extraits poétiques de mes trois recueils », Revue Orientales, « Les voyageuses & leurs voyages réels & fictifs », n°2 & Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°11 | ÉTÉ 2022 « Parfums, Poésie & Genre »mis en ligne le 24 août 2022. URL :

http://www.pandesmuses.fr/periodiques/orientales/no2/no11/cadour-extraits


 

 

 

Mise en page par Aude

 

 

© Tous droits réservés

Retour au N°2

 

Retour au sommaire du N°11

Lien à venir​​

Repost0
23 août 2022 2 23 /08 /août /2022 18:01

N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre roseraie

 

 

 

 

 

 

 

Mariem Garaali Hadoussa

 

Artiste plasticienne & poète

Présidente de lassociation "Voix de femme nabeul"

​​​​

 

 

© ​​​​Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa. "Tourbillon de parfums", tableau.

 

 

 

 

Sous le clair de lune,

Notre roseraie prend des nuances bleuâtres.

Les ombres sont douces et arrondies.

On ne voit pas les roses,

On les sent !

Leur parfum embaume l’espace

Et nous transporte dans un monde magique

De parfum à fragrances

Douces et capiteuses !

J’allonge la main

Pour sentir, capturer ces odeurs.

Elles se sont évaporées, envolées !

Elles s’en sont allées rejoindre la lune

Et former un nuage de lait parfumé

Qui nous couvre.

Comme elles seront parfumées, nos pluies !

 

 

©Mariem Garali Hadoussa

 

 

***

 

Pour citer ce poème illustré inédit

 

Mariem Garali Hadoussa (poème & peinture), « Notre roseraie », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques N°11 | ÉTÉ 2022 « Parfums, Poésie & Genre »,  mis en ligne le 23 août 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no11/mgh-notreroseraie

 

 

 

 

Mise en page par David

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°11

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Numéro 11 Nature en poésie Muses et féminins en poésie
23 août 2022 2 23 /08 /août /2022 17:37

N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Critique & réception | Astres & animaux 

 

​​​​​

 

 

 

 

 

 

 

Jardins empans du rêve

 

poèmes de Colette Nys-Mazure,

 

aquarelles de Colette Ottmann

  

 

 

​​

 

 

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème

 

 

 

 

 

© Crédit photo : Colette Ottmann, aquarelle du recueil "Jardins empans du rêve" de Colette Nys-Mazure. 

 ​​​​

 

Jardins empans du rêve paru dans la collection Carnets de Nature Aux Éditions L' Atelier des Noyers.

 

 

 

 

Née à Wavre en Belgique, Colette Nys-Mazure vit aujourd'hui à Tournai. Philologue de formation, elle a été assistante à l'université de Louvain et donné de nombreuses conférences aux universités de Lille et de Namur. Elle est l'auteure d'une soixantaine de livres et se plaît à affirmer que « vivrelirecrire » ne forment qu'un seul et même verbe.

 

Colette Ottmann, artiste alsacienne, explore la vie par le biais de ses aquarelles, gravures et calligraphies qui ne sont autres qu'un « chemin », écrit-elle, dont « on ne sait pas où il mène »…

 

Voilà sans doute pourquoi nos deux Colette cheminent ensemble dans ces « Jardins empans du rêve » ! On songe d'emblée au Jardin des Écritures, au Jardin d'Éden et bien entendu à notre dernier jardin.

 

 

 

 

 

 

© Crédit photo : Première de couverture de l'œuvre de Colette Ottmann, "Jardins empans du rêve", 2022.

 ​​​​

 

 

Ces jardins, qui ont tous partie liée avec notre jardin intérieur, sont les « empans du rêve », l'empan étant cette ancienne unité dont l'envergure est celle de l'ouverture de la main du pouce à l'auriculaire. C'est la mesure exacte de la largeur de ce petit livre d'une élégante sobriété qui ouvre par la magie des mots « un paradis à pas comptés » où l'auteure nous confie « J'écris au crayon / dans la paume de ma main... »

 

Ce recueil est certainement « un livre de botanique » comme le qualifie l'auteure dans un poème car les fines et délicates aquarelles de Colette Ottmann exhalent en fleurissant sur la page blanche un parfum d'âme qui magnifie même les « vocables rétifs ».

 

C'est ainsi que Colette Nys-Mazure nous invite à pénétrer par le poème dans les « Jardins de l'âme » mais aussi à revisiter la « Roseraie de bonne maman » car, confie-t-elle dans un poème calligraphié par Colette Ottmann « L'amour des jardins / s'enracine haut / dans l'enfance ».

Ce petit livre lumineux nous invite indubitablement au recueillement dans le sens premier de ce terme car, écrit la poète, « Au vif de son être / chacun cultive un jardin en accord / selon son vœu le plus intime ».

 

Ce jardin de l'être qui se cultive du bout de l'âme, Colette Nys-Mazure nous en laisse pressentir la grâce et la sérénité d'une musique apaisante tout en laissant ouvert le portail de notre dernier jardin « Quel jardin / emporterons-nous / derrière les paupières / qu'une main amie fermera ? »

 

 

© Françoise Urban-Menninger
 

 

***

 

Pour citer ce texte inédit

 

​Françoise Urban-Menninger, « "Jardins empans du rêve", poèmes de Colette Nys-Mazure, aquarelles de Colette Ottmann », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques N°12 | ÉTÉ 2022 « Parfums, Poésie & Genre »,  mis en ligne le 23 août 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no11/fum-jardinsempans

 

 

 

 

Mise en page par David

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°11

Repost0

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Calendrier du matrimoine poétique 2022
    Événements poétiques | Calendrier du matrimoine poétique 2022 Calendrier du matrimoine poétique 2022 Crédit photo : Klimt, Poésie. Présentation LE PAN POÉTIQUE DES MUSES remercie sa fondatrice d'avoir initié le projet du calendrier féministe du matrimoine...
  • Elisabeth Fréring présente ses « Contes d'automne » à la galerie Bertrand Gillig à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Bémols artistiques | Revue culturelle d'Europe Elisabeth Fréring présente ses « Contes d'automne » à la galerie Bertrand Gillig à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo...
  • Il a fallu gérer la peur avec « Andrà tutto bene… » de Hanen Marouani
    Événements poétiques | Calendrier du matrimoine poétique 2022 & N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier mineur | Articles & témoignages Il a fallu gérer la peur avec « Andrà tutto bene… » de Hanen Témoignage & photographies de Arwa Ben Dhia © Crédit...
  • Claude Luezior, Sur les franges de l’essentiel suivi de Écritures, éditions Traversées, Belgique, 128 p., 2022, ISBN : 9782931077047
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Critique & Réception | Dossier mineur | Articles & témoignages / Muses au masculin Claude Luezior, Sur les franges de l’essentiel suivi de Écritures, éditions Traversées, Belgique, 128 p., 2022, ISBN : 9782931077047...
  • Juliette Jouannais, sculptrice de la couleur
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Bémols artistiques | Revue culturelle d'Europe Juliette Jouannais, sculptrice de la couleur Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Juliette Jouannais, peintures de son exposition...
  • No 12 | AUTOMNE-HIVER 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°12 | AUTOMNE -HIVER 2022 UNE POÉMUSIQUE DES FEMMES & GENRE* Crédit photo : Anne Vallayer-Coster, "Instruments de musique". Tableau temporaire....
  • La poésie, l’arme des féministes russes !
    Événements poétiques | Calendrier du matrimoine poétique 2022 & N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier mineur | Articles & témoignages | Revue matrimoine La poésie, l’arme des féministes russes ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure...
  • Frida Kahlo au-delà des apparences. Exposition au Palais Galliera à Paris
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Bémols artistiques | Revue culturelle des Amériques Frida Kahlo au-delà des apparences Exposition au Palais Galliera à Paris Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographies par Claude Menninger...
  • Rencontre avec Arnaud Martin : peintre, dessinateur et poète
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Entretiens poétiques, artistiques & féministes | Muses au masculin Rencontre avec Arnaud Martin : peintre, dessinateur & poète Propos recueillis en novembre 2022 par Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes...
  • Biographie de Arnaud MARTIN
    Biographie & publication disponibles numériquement Arnaud MARTIN Poète, artiste peintre & dessinateur © Crédit photo : L'artiste peintre "Arnaud Martin dans son atelier". Est peintre, dessinateur et poète, il nous parle à cœur ouvert de son itinéraire,...