31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 07:00

 

 

 

Épître XLIX



À madmoiselle de Lubert

Voltaire
Transcrit et remanié par Dina Sahyouni

 

 

  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ac/Nicolas_de_Largillière%2C_François-Marie_Arouet_dit_Voltaire_(vers_1724-1725)_-002.jpg

Crédit photo : portrait de Voltaire Portrait de Voltaire par Nicolas de Largillière (vers 1724-1725)
château de Versailles



Charmante Iris, qui, sans chercher à plaire,
Savez si bien le secret de charmer;
Vous dont le cœur, généreux et sincère,
Pour son repos sut trop bien l'art d'aimer;
Vous dont l'esprit, formé par la lecture,
Ne parle pas toujours mode et coiffure;
Souffrez, Iris, que ma muse aujourd'hui
Cherche à tromper un moment votre ennui.
Auprès de vous on voit toujours les Grâces;
Pourquoi bannir les plaisirs et les jeux ?
L'amour les veut rassembler sur vos traces,
Pourquoi chercher à vous éloigner d'eux?
Du noir chagrin volontaire victime,
Vous seule, Iris, faites votre tourment,
Et votre cœur croirait commettre un crime
S'il se prêtait à la joie un moment.
De vos malheurs je sais toute l'histoire;
L'amour, l'hymen, ont trahi vos désirs :
Oubliez-les; ce n'est que des plaisirs
Dont nous devons conserver la mémoire.
Les maux passés ne sont plus de vrais maux;
Le présent seul est de notre apanage,
Et l'avenir peut consoler le sage,
Mais ne saurait altérer son repos. 
Du cher objet que votre cœur adore
Ne craignez rien; comptez sur vos attraits :
Il vous aima : son cœur vous aime encore,
Et son amour ne finira jamais.
Pour son bonheur bien moins que pour le vôtre
De la fortune il brigue les faveurs;
Elle vous doit, après tant de rigueurs,
Pour son honneur, rendre heureux l'un et l'autre.
D'un tendre ami, qui jamais ne rendit
À la fortune un criminel hommage,
Ce sont les vœux. Goûtez, sur son présage,
Dès ce moment le sort qu'il vous prédit.***
 

 

 

Note déjà présente dans le livre

 

La mère du président Roujault, cité dans la lettre d'avril 1734 à d'Argental. (Correspondance), s'était opposée au mariage de son fils avec Muse et Grâce, ne voulant pas, disait-elle, avoir une bru bel-esprit. Mademoiselle de Lubert est morte fille (CLOG.), pp. 136-137.

 
 

***Il s'agit de Marie-madeleine de Lubert (Marie-madeleine de lubert (url. http://www.jstor.org/discover/10.2307/458568?uid=3739256&uid=2129&uid=2&uid=70&uid=4&sid=21102202471917)


   

Pour citer ce poème


Voltaire, « Épître XLIX. À mademoiselle de Lubert » (texte extrait des Œuvres complètes de Voltaire avec des remarques et des notes historiques, scientifiques et littéraires: Poésies, vol., par MM. Auquis, Clogenson et al., éd. Delangle Frères, 1828 (livre original provenant de l'Université de Princeton), 1785, p. 192, pp.136-137), in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Dossiers « Poésie des femmes romandes », « Muses & Poètes . Poésie, Femmes et Genre », n°2|Automne 2012 [En ligne], (dir.) Michel R. Doret, réalisé par Dina Sahyouni, mis en ligne le 31 octobre 2012.

Url.http://www.pandesmuses.fr/article-2-epitre-xlix-a-mademoiselle-de-lubert-113070475.html/Url. http://0z.fr/5xZvv

Pour visiter les pages/sites de l'auteur(e) ou qui en parlent


http://gallica.bnf.fr/dossiers/html/dossiers/Voltaire/

http://gallica.bnf.fr/dossiers/html/dossiers/Voltaire/D2/voltaireG.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Voltaire

 

Auteur(e)

 

Voltaire , François-Marie Arouet (1694-1778)... 

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans n°2|Automne 2012
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 07:00

 

 

Invitée de la revue

 

Au pays des doubles 

 

 

Marie-Alice Théard

 

 


Partant à la recherche du gardien des promesses intenues et des indiscrétions mal venues
Entre l'aube et l'aurore la mélancolie diffuse des pistes nouvelles dans les allées du ciel
Serpentant les montagnes cherchant un point d'ancrage
Le jour s'effiloche comme un souffle d'ailleurs dans la tiédeur du matin naissant
Somnolant dans un relent d'oubli
Les angoisses des âmes chimériques errent dans l'imaginaire le plus profond
Ou l'abstrait et la fiction racontent les carambolages du hasard
Des accords symbiotiques suscitant le rêve ou les utopies inaccessibles deviennent réalités
Le nomade jouit de la complaisance des harmoniques de la pensée
La fulguration du jour s'accouplant aux minuscules parcelles de rosée des paysages habités
Et le conteur visionnaire mire à travers la persienne aux paupières mi-closes l'ombre fluide de son double mouvant
Son œil s'évade évasant les vains espaces où les pas de son frère
inconnu flottent le long du flanc des vérités éternelles
Ludique il se réjouit des improvisations ciselant la vastitude du rivage de la mémoire révélée
Voyageur effréné la silhouette de l'homme sillonne les variantes légendaires des secrets oubliés et des dires interrompus
II plonge impoliment dans la cadence de l'ambiance d'une vie parallèle
Et prend son envol impétueusement la où la lumière accentue le raffinement du rideau de dentelle
Ses flancs frémissants devancent l'exquise connivence parsemant l'exubérance de son intrépide randonnée
Sur l'île il rencontre l'âme sœur ou son autre moitie
Depuis les mythes l'histoire raconte que dans le rituel du lieu
Clef précieuse du mariage de l'imaginaire et du symbole
Chacun retrouve son double
Pareillement curieux de voir s'animer le sien dans le rationnel ou dans l'absurde
Et le dormeur se perd dans la fine mousseline des nuages s'étirant jusqu'en fin d'horizon
Son rire moutonnant par endroit l'azur de pyramides de lumière

 

 

La ville abandonnée  

 

 

Marie Alice Théard

 

Dans la douleur d'un jour d'été
Silhouettant la berge tel épi de rosée
La marée turbulente marque les allées et venues des rencontres
fugitives
Seule sur les quais de la ville abandonnée
Veille la femme aux yeux avides
Elle écoute les lamentations du vent du nord
Questionnant le chant de l'urne gardienne de la parole captive
Elle sait que dans l’œil du vagabond
Somnolent les rêves des marins de passages
(Ils ne font que côtoyer le port)
(Leur espoir est ailleurs)
      Et la femme aux yeux avides
Plonge dans le ravissement des poissons bleus
Sur les rives elle s'anime
Ciselant l'océan d'argent
Sa folie s'évade vers des lieux de clémence
Inlassablement elle attend
Elle attend l'heure sienne
Celle qui ramène les amis partis pour des ports imprécis
Au rythme du banda1 e1le danse virevolte tourbillonne
L'invraisemblable retour des jeux de l'enfance
Elle entrelace sa réalité aux contorsions de sa démence
Et tout redevient comme avant sur la plage
(Avant)
(Avant... Avant quoi)
Avant que le malheur ne vienne avec son équipage
      Dans l’œil du vagabond la berge
Le rêve la danse la mer
L'attente et les poissons bleus
S'éparpillent en giboulées de cauchemars permanents
Et le long du rivage délaissé
S'allonge la douleur d'un jour d'été
Sur les quais de la ville abandonnée
La femme s'est écroulée
Épuisée
Dans son regard flétri
S'émaillent les reliefs des illusions d'antan

 
[1] Banda: danse de l’île d'Haïti pour démystifier la mort

 

 

 

La permanente douleur  

 

 

Marie Alice Théard

 

L'œuvre du poète porte la marque de l'atmosphère des harmonies perdues
Modulant l'éclairage de la rue sans réverbère
Une silhouette s'infléchit à la rencontre d'épais contours noirs Augmentant la sensation d'angoisse des émotions précipitées
Des lignes sinueuses longues et noueuses vont et viennent
Tourmenter le promeneur dans les raccourcis de la ville vide et rétive
Pour atténuer le silence aux échos macabres insolemment traces
Des chants croisent les rimes d'un quatrain
Ils décrivent l'exotisme de la misère et de ses plaies
Parlent de la peur sans salvation
De cette île de lamentation
De notre acceptation de malheurs qui se rident et se flétrissent
Se tassant pour faire une place à d'autres frôlant les limites de la folie
Ils s'égrennent au courant de l'air qui boucle sans fin
En plein carrefour de la mort

 

Sans Filiation ni Chronologie   

 

 

Marie Alice Théard


 
L'amour affirme et interroge les aspirations d'un nouvel hyménée
Le secret cisaille les chuchotements qui chavirent dans l'escarcelle des couvaisons de l'instinctif
Les destins étrangers vont-ils donc s'incurver dans le parcours des cohérences démonstratives
Transcendant la subtilité des ombres de la nuit exhaustive Ils trouvent l'exutoire pathétique des aubes indécises
Ils trouvent l'exutoire pathétique des aubes indécises
Ah ! Jouir du fragile équilibre des variantes de nos passions abusives
Assumer le relief des délires sur des pistes éphémères
Fragmenter la douleur dans l'harmonie contraire
Du désespoir de ceux qui dansent avec l'absurde
Ils trouvent l'exutoire pathétique des aubes indécise
Renoncer à l'essentiel pour courtiser la féerie des légendes insulaires où la licorne et le lion modulent l'émoi
L'incomparable pouvoir de l'amour campe des harmoniques pour les carambolages du vent
Posé comme une promesse d'absolu
Le baiser de l'aimé trousse les abysses des dieux


Pour citer ces poèmes


 Marie-Alice Théard, « Au pays des doubles »  , « La ville abandonnée »  , « La permanente douleur  »  & « Sans Filiation ni Chronologie », in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Dossiers « Poésie des femmes romandes », « Muses & Poètes. Poésie, Femmes et Genre », n°2|Automne 2012 [En ligne], (dir.) Michel R. Doret, réalisé par Dina Sahyouni, mis en ligne le 30   octobre 2012.

Url. http://www.pandesmuses.fr/article-n-2-au-pays-des-doubles-la-ville-abandonnee-la-permanente-douleur-111039262.html/Url.

 

 

Pour visiter les pages/sites de l'auteur(e) ou qui en parlent

 

www.festivalartshaiti.com

http://www.wix.com/cwebbn/litteratures#!marie-alice-théard

http://www.wix.com/cwebbn/litteratures#!

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb16267122v/PUBLIC

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb423241405/PUBLIC

 

Auteur(e)


 

Marie Alice Théard

Doctor honoris causa in humanities, Marie Alice Théard poétesse et écrivaine est née à Port au Prince (Haïti). Fille du vent, de l'espace et de la vague, vivant sous le réverbère de Dieu, elle dirige la galerie Festival Arts depuis 1982. Ses textes critiques sur l'art sont publiés dans les journaux à l'étranger et en Haïti. Elle dirige également les Éditions Théard dont le travail lui a valu le prix de l'éditeur de l'année l999. Élue femme de l'année 200l, Députe Directeur Général pour les Amériques de la Biographical International Centre de Cambridge, (BIC), Angleterre.  Elle se plaît à dire que ses œuvres d'art abouties sont ses trois enfants et ses sept petits enfants.
Publications : Cir du cœur (poèmes), Au pays du soleil bleu (poèmes), Au pays des doubles (poèmes et réflexions), Petites histoires insolites, 5 tomes de récits véridiques, Le temps, Paroles à dire (poèmes), réflexions et textes poétiques, Haïti la Voie de nos Silence (recherches et compilations biographiques en 4 tomes), Zéro Tolérance (récit véridique), Yam, l'amour réincarne (récit véridique).

 

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans n°2|Automne 2012
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 07:04

 

 

  Couverture n°2 - Copie

  Crédit photo : The Dance of Apollo with the Muses, Baldassarre Peruzzi 

 

ISSN = 2116-1046

Revue de poésie

électronique et apériodique 

 

www.pandesmuses.fr   

Logodupan©

 

Revue consultable depuis votre mobile à l'adresse suivante :

http://www.pandesmuses.fr/m/

 

 

...nous suivre sur Face-book

 

...nous suivre sur Twitter

 

 Vos actualités poétiques

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans n°2|Automne 2012

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 11 | ÉTÉ 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°11 | ÉTÉ 2022 PARFUMERIE POÉTIQUE OU PARFUMS, POÉSIE & GENRE © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Strange roses", tableau. SOMMAIRE...
  • La jeune aveugle pianiste du concert de la loterie des artistes lyonnais en faveur des inondés du Midi
    N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules | Handicaps & diversité inclusive La jeune aveugle pianiste du concert de la loterie des artistes lyonnais en faveur des inondés du Midi Adèle Souchier (1832-19??) Poème...
  • Strasbourg, capitale mondiale du Livre en 2024
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Revue des Métiers du livre | Revue culturelle d'Europe Strasbourg, capitale mondiale du Livre en 2024 Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Cette...
  • Muse
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules Muse Adèle Souchier (1832-19??) Poème choisi & transcrit avec une note par Dina Sahyouni Crédit photo : Johann Heinrich Tischbein, "Une Muse", peinture, domaine public, Wikimedia. Le...
  • La chanteuse
    N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules La chanteuse Adèle Souchier (1832-19??) Poème choisi, transcrit & annoté par Dina Sahyouni Crédit photo : Pierre-Auguste Renoir, une musicienne (et chanteuse ?) jouant de...
  • Un parfum d'âme et image éphémère
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège Un parfum d'âme & image éphémère Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Tableau par Hélène Martinez-Urban © Crédit photo : Hélène Martinez-Urban, nature morte, peinture. Un...
  • L'amie
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules | Voies-Voix de la sonorité L'amie Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni © Crédit photo : Dessin de Marceline Desbordes-Valmore...
  • En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Poésie, musique & art audiovisuel En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console © Crédit photo : MIKA dessinant un cœur lors d'un de ses concerts, une des imges fournies en 2021 par Catherine Melin, @Vebemika...
  • Les Cèdres
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège & REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Florilège de créations Les Cèdres Édouard Gemayel Ou Édouard Gemayel Poème choisi & transcrit avec une note par Dina Sahyouni Crédit photo : "Cèdre du Liban du...
  • Hélène Martinez-Urban
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Bémols artistiques| Revue Matrimoine Hélène Martinez-Urban Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Peintures par Hélène Martinez-Urban © Crédit photo : Hélène Martinez-Urban, tableau de nature morte,...