9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 11:55


Événements poétiques | Stopper la guerre en Ukraine... | Poésie contemporaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour prochain, la paix, la trêve

 

 

 

 

 

 

 

Corinne Delarmor

 

Sociétaire des Poètes Français depuis 2022

 

 

​​​​​​​​​​​Crédit photo : Smooches (baby and child kiss), commons, domaine public.

 

 

 

Mon tendre amour, mon doux amour,

Viens te blottir contre mon sein,

Je te chérirai tout le jour,

Jamais tu n’auras de chagrin,

 

 

 

Je te protègerai du froid,

De la tourmente, de la guerre,

Je te serrerai contre moi,

Je réchaufferai ton hiver,

 

 

 

Je te chanterai des comptines,

Je bercerai toutes tes nuits,

Viens donc, que je te câline,

Dans mes bras, éloignée du bruit,

 

 

 

Un jour prochain, la paix, la trêve,

Les chants d’oiseaux, la vie sereine,

L’azur, le soleil de tes rêves,

Le bonheur dont tu seras reine !

 

© C. Delarmor

 

 

 

***

 

Pour citer ce poème philanthropique inédit

 

Corinne Delarmor, « Un jour prochain, la paix, la trêve », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poépolitique « Stopper la guerre en Ukraine : lettre ouverte des personnes révoltées », mis en ligne le 9 mars 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/ukraine/cd-unjourprochain

 

 

 

 

Mise en page par Aude

 

 

© Tous droits réservés

Retour au Sommaire de l'évènement ​​​​​​​​​​​​​​​​​​​

Repost0
8 mars 2022 2 08 /03 /mars /2022 15:05


Événements poétiques | Stopper la guerre en Ukraine... | Poésie contemporaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas de sang sur nos robes

 

 

 

 

 

 

 

Corinne Delarmor

 

Sociétaire des Poètes Français depuis 2022

 

 

 

​​​​​​​​​​​Crédit photo : Alexei Harlamov, "Bouquet of Flowers", commons, domaine public.

 

 

 

 

Veillons à fleurir les sourires

Sur tous les visages féminins,

Amour, union, vie, avenir,

Paix sur la terre, rires enfantins,


 

Respectons cette belle journée,

Sérénité sur notre globe,

Offrons à ce jour le sacré,

La trêve, pas de sang sur nos robes,


 

Cessez-le-feu, ici et là,

Partout où la guerre sévit,

Frères et sœurs, ensemble ici-bas,

Humons le bonheur d’être en vie ! 

 

 

© C. Delarmor

 

 

***

 

Pour citer ce poème politique & philanthropique inédit

 

Corinne Delarmor, « Pas de sang sur nos robes », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poépolitique « Stopper la guerre en Ukraine : lettre ouverte des personnes révoltées », mis en ligne le 8 mars 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/ukraine/cd-pasdesangsurnosrobes

 

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés

Retour au Sommaire de l'évènement ​​​​​​​​​​​​​​​​​​​

Repost0
7 mars 2022 1 07 /03 /mars /2022 19:56

Numéro Spécial | Printemps 2022 | Instant poétique avec...

 

 

 

 

 

 

El tango / Le Tango

 

 

 

 

 

 

Maggy de Coster

​​​​Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

 

© ​​​​Crédit photo :  Maggy De Coster,  Casa Borges en Argentine, image no 1.

 

 

 

 

El tango

 

 

 

 

© ​​​​Crédit photo :  Maggy De Coster,  Casa Borges en Argentine, images no 2, no 3 & no 4.

 

 

 

¿Dónde estarán? pregunta la elegía

de quienes ya no son, como si hubiera

una región en que el Ayer, pudiera

ser el Hoy, el Aún, y el Todavía.

 

¿Dónde estará? (repito) el malevaje

que fundó en polvorientos callejones

de tierra o en perdidas poblaciones

la secta del cuchillo y del coraje?

 

¿Dónde estarán aquellos que pasaron,

dejando a la epopeya un episodio,

una fábula al tiempo, y que sin odio,

lucro o pasión de amor se acuchillaron?

 

Los busco en su leyenda, en la postrera

brasa que, a modo de una vaga rosa,

guarda algo de esa chusma valerosa

de Los Corrales y de Balvanera.

 

¿Qué oscuros callejones o qué yermo

del otro mundo habitará la dura

sombra de aquel que era una sombra oscura,

Muraña, ese cuchillo de Palermo?

 

¿Y ese Iberra fatal (de quien los santos

se apiaden) que en un puente de la vía,

mató a su hermano, el Ñato, que debía

más muertes que él, y así igualó los tantos?

 

Una mitología de puñales

lentamente se anula en el olvido;

Una canción de gesta se ha perdido

entre sórdidas noticias policiales.

 

Hay otra brasa, otra candente rosa

de la ceniza que los guarda enteros;

ahí están los soberbios cuchilleros

y el peso de la daga silenciosa.

 

Aunque la daga hostil o esa otra daga,

el tiempo, los perdieron en el fango,

hoy, más allá del tiempo y de la aciaga

muerte, esos muertos viven en el tango.

 

En la música están, en el cordaje

de la terca guitarra trabajosa,

que trama en la milonga venturosa

la fiesta y la inocencia del coraje.

 

Gira en el hueco la amarilla rueda

de caballos y leones, y oigo el eco

de esos tangos de Arolas y de Greco

que yo he visto bailar en la vereda,

 

en un instante que hoy emerge aislado,

sin antes ni después, contra el olvido,

y que tiene el sabor de lo perdido,

de lo perdido y lo recuperado.

 

En los acordes hay antiguas cosas:

el otro patio y la entrevista parra.

(Detrás de las paredes recelosas

el Sur guarda un puñal y una guitarra.)

 

Esa ráfaga, el tango, esa diablura,

los atareados años desafía;

hecho de polvo y tiempo, el hombre dura

menos que la liviana melodía,

 

que solo es tiempo. El Tango crea un turbio

pasado irreal que de algún modo es cierto,

el recuerdo imposible de haber muerto

peleando, en una esquina del suburbio.

 

**

 

 

© ​​​​Crédit photo :  Maggy De Coster,  Casa Borges en Argentine, images no 5, no 6 & no 7.

 

 

 

Le Tango

 

Où seront-ils ? remettre en question l'élégie

de ceux qui ne sont plus, comme s'il y avait

une région où l’Hier, pouvait

être encore l’Aujourd'hui.

 

Où sera-t-il? (Je répète) le malevaje

qui a fondé dans des ruelles poussiéreuses

dans les  terres ou dans les villages perdus

la secte du couteau et de la bravoure?

Où seront ceux qui sont passés,

laissant à l'épopée un épisode,

une fable à la fois, et qui sans haine,

profit ou passion d'amour se sont poignardés?


 

Je les cherche dans leur légende, à la fin

braise qui , comme une rose vague,

sauve une partie de cette brave foule

de Los Corrales et de Balvanera.


 

Quelles ruelles sombres ou quel désert

De l'autre monde abritera

l'ombre dure de celui qui était une ombre sombre,

Muraña, ce couteau de Palerme?


 

Et cette fatale Iberra (dont les saints

s’apitoient) qui sur un pont de la route,

a tué son frère, el Ñato, qui a dû être

un mort de plus à l’égal des autres ?


 

Une mythologie poignante

disparaît lentement dans l'oubli;

Une chanson de geste s’est perdue

parmi de sordides nouvelles policières.


 

Il y a une autre braise, une autre rose rouge

de la cendre qui les garde intacts;

il y a les fiers couteliers

et le poids du poignard silencieux.


 

Bien que le poignard hostile ou cet autre poignard,

le temps, les ait enterrés dans la boue,

aujourd'hui, au-delà du temps et de leur funeste

destin, ces morts vivent dans le tango.


 

En musique ils sont, dans le cordage

de la guitare obstinée et laborieuse,

qui se trame dans la milonga aventureuse

la fête et l'innocence du courage.

 

La roue jaune tourne dans le trou

Des chevaux et des lions, et j'entends l'écho

de ces tangos d’Arolas et de Greco

que j'ai vu danser sur le trottoir,


 

dans un instant isolé qui émerge aujourd'hui,

sans avant ni après, contre l'oubli,

et qui a le goût du perdu,

du perdu et du retrouvé.


 

Dans les accords, il y a de vieilles choses:

la vigne de l’autre patio entrevue.

(Derrière les murs suspects

le Sud garde un poignard et une guitare.)

 

Cette rafale, le tango, cette diablerie,

Défie les années trépidantes ; 

fait de poussière et de temps, l'homme dure

moins que la légère mélodie,

 

qui n'est que temps. Le Tango crée un passé un trouble

irréel qui est en quelque sorte vrai,

le souvenir impossible d’être mort

en luttant dans un coin de la banlieue.

 

 

 

Jorge Luis BORGES, traduit de l’espagnol argentin par Maggy DE COSTER

 

 

© M. DE COSTER.

Nous publions ce poème avec l'aimable autorisation de la traductrice et de sa maison d'édition.

 

 

***

 

Pour citer ce poème bilingue 

 

Maggy De Coster (traduction en français de l’espagnol argentin par), « El tango / Le Tango », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Numéro Spécial | Printemps 2022 « L'humour au féminin » sous la direction de Françoise Urban-Menningermis en ligne le 7 mars 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/ns2022/mdc-tango

 

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés

Retour au Sommaire du Numéro Spécial 2022 

Repost0
3 mars 2022 4 03 /03 /mars /2022 12:04


Événements poétiques | Recueil numérique du festival « Le Printemps des Poètes » | Poésie contemporaine 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la marge d’un horizon ébouriffé

 

(extraits)

 

 

 

 

 

 

Martine L Jacquot

 

 

 

 

Crédit photo : Mimosa Pudica, image Wikimedia, Commons, domaine public. 

 

 


 

Cette voix venue d’un temps pas si lointain et d’un autre espace presque connu, qui joue en boucle, remplace l’écho qui s’est tu. Cette voix qui cherche des réponses d’horizon en horizon. De mur du son en mur du son. Et moi, j’écris sur les pétales des églantiers le vide et le trop-plein. J’écris sur l’effilochage des nuages gorgés d’eau. J’aurais dû compter les tentacules d’argent de l’astre d’hiver alors qu’il faisait encore scintiller les cristaux de givre. J’aurais dû.

 

***

 

Je suis le dernier fantôme à hanter les lieux. Tout s’est dissipé dans les brumes d’automne, pluies d’été, tornades de poudreuse et parfums éventés de renouveaux oubliés. Tous s’en sont allés vers d’autres demeures éphémères qui protègent mal des intempéries. Espaces de rêves incommensurables. Ainsi errent les loups solitaires entre les doigts verts des forêts et des prairies ondoyantes. Les draps transparents qui m’habillent battent dans le ruissellement de la pluie et la mémoire des pierres. 

 

***

 

Nos aubes se ressemblent-elles ou s’agit-il simplement d’un parfum fluvial qui s’amuse à nous enivrer? Les cailloux semés sur le chemin se sont accumulés au bas de la côte et s’amoncellent un peu plus à chaque déluge. Tant de larmes ont été versées, tant d’adieux murmurés. Tout cela pour un envol aux lourds sabots aveuglés par des joies sidérales. Parce que l’amour est un leurre qui jamais n’ôte son masque. 

 

***

 

Quand le désespoir dans un grand fracas s’enroule autour des doigts et que le souvenir de visages et d’instants menace de s’estomper, c’est là que j’ai envie de rôder comme une louve. D’arpenter des immensités jusqu’aux confins du cosmos. Comme si les étoiles allaient se mettre à tinter, chœur de la nuit, beauté séraphique enfin non trompeuse sur les lèvres d’un gouffre. 

 

***

 

Rayon de lune ou volcan assoupi, cette lueur tremblotante sur le fil de l’horizon. Au loin, une barque est prise dans les glaces de l’indifférence et mon pouls cherche à reprendre son souffle. J’oublie le grain glacé sur les galets quand le couchant se drape de rouge. Je suis une lettre oubliée au fond d’un sac postal, datée du siècle dernier. Pourtant, tous continuent de cheminer sur une planète qui fait le dos rond. 

 

***

 

En équilibre sur la lisière de la réalité, j’écoute quelques arpèges qui épousent le rythme du vent. Mieux vaut effacer certaines traces de mémoire quand la figure de proue n’est plus que givre sur une ligne d’horizon hypnotisante. Qu’emporte-t-on dans le voyage que l’on voudrait sans retour? À tire d’ailes par-delà les châteaux de cartes, puisqu’il faudra bien vivre la fin du monde loin les uns des autres.

 

 

***

 

© M. L Jacquot

 

***

 

Pour citer ces poèmes en prose 

 

Martine L Jacquot, « Dans la marge d’un horizon ébouriffé (extraits) », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique / Festival Le Printemps des Poètes Mars 2022 | «  L'éphémère aux féminin, masculin & autre », Recueil collectif des périodiques féministes de l'association SIÉFÉGP, mis en ligne le 3 mars 2022. Url :

http://www.pandesmuses.fr/ephemere/mlj-horizonebouriffe

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

​​​​​​​​​

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans RECUEIL NO5 Nature en poésie Muses et féminins en poésie

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Calendrier du matrimoine poétique 2022
    Événements poétiques | Calendrier du matrimoine poétique 2022 Calendrier du matrimoine poétique 2022 Crédit photo : Klimt, Poésie. Présentation LE PAN POÉTIQUE DES MUSES remercie sa fondatrice d'avoir initié le projet du calendrier féministe du matrimoine...
  • Elisabeth Fréring présente ses « Contes d'automne » à la galerie Bertrand Gillig à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Bémols artistiques | Revue culturelle d'Europe Elisabeth Fréring présente ses « Contes d'automne » à la galerie Bertrand Gillig à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo...
  • Il a fallu gérer la peur avec « Andrà tutto bene… » de Hanen Marouani
    Événements poétiques | Calendrier du matrimoine poétique 2022 & N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier mineur | Articles & témoignages Il a fallu gérer la peur avec « Andrà tutto bene… » de Hanen Témoignage & photographies de Arwa Ben Dhia © Crédit...
  • Claude Luezior, Sur les franges de l’essentiel suivi de Écritures, éditions Traversées, Belgique, 128 p., 2022, ISBN : 9782931077047
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Critique & Réception | Dossier mineur | Articles & témoignages / Muses au masculin Claude Luezior, Sur les franges de l’essentiel suivi de Écritures, éditions Traversées, Belgique, 128 p., 2022, ISBN : 9782931077047...
  • Juliette Jouannais, sculptrice de la couleur
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Bémols artistiques | Revue culturelle d'Europe Juliette Jouannais, sculptrice de la couleur Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Juliette Jouannais, peintures de son exposition...
  • No 12 | AUTOMNE-HIVER 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°12 | AUTOMNE -HIVER 2022 UNE POÉMUSIQUE DES FEMMES & GENRE* Crédit photo : Anne Vallayer-Coster, "Instruments de musique". Tableau temporaire....
  • La poésie, l’arme des féministes russes !
    Événements poétiques | Calendrier du matrimoine poétique 2022 & N°12 | Poémusique des femmes & genre | Dossier mineur | Articles & témoignages | Revue matrimoine La poésie, l’arme des féministes russes ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure...
  • Frida Kahlo au-delà des apparences. Exposition au Palais Galliera à Paris
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Bémols artistiques | Revue culturelle des Amériques Frida Kahlo au-delà des apparences Exposition au Palais Galliera à Paris Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographies par Claude Menninger...
  • Rencontre avec Arnaud Martin : peintre, dessinateur et poète
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Entretiens poétiques, artistiques & féministes | Muses au masculin Rencontre avec Arnaud Martin : peintre, dessinateur & poète Propos recueillis en novembre 2022 par Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes...
  • Biographie de Arnaud MARTIN
    Biographie & publication disponibles numériquement Arnaud MARTIN Poète, artiste peintre & dessinateur © Crédit photo : L'artiste peintre "Arnaud Martin dans son atelier". Est peintre, dessinateur et poète, il nous parle à cœur ouvert de son itinéraire,...