10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 13:00

 

Poèmes

 

Face à la vague/hanami for a tsunam,


L'âme lyre (lyrics)

  

  

 

Silent tears

Marie Gossart 

 

 

 

Préambule

 

Le thème du Printemps des poètes s'articule cette année autour de la VOIX. C'est pour moi le sens même du poème. Porter la voix. Mettre des mots sur ce qui reste sourd. Les faire chanter hors de nous pour qu'ils nous rejoignent, très profondément, à l’intérieur. Voici quelques mots que je voudrais dire. Ils sont de Marguerite Duras, dans ÉCRIRE (Éditions Gallimard).

« C'est curieux un écrivain. C'est une contradiction et aussi un non-sens. Écrire c'est aussi ne pas parler. C'est se taire. C'est hurler sans bruit. »


Écrire, porter la voix. De ceux qui n'en n'ont plus. De ceux qui ne peuvent pas ou plus parler. Murés dans la douleur, le trauma.
 

Il y a deux ans, le 11 mars 2011, avait lieu un tsunami qui a provoqué la plus grande catastrophe nucléaire au Japon après Hiroshima. Cet événement m'a affectée. J'ai vécu tout près, à Tokyo, il y a quelques années. Je connais la difficulté des Japonais à dire ce qui les touche, les émotions qui les traversent. Je n'ai pas pu, pas su voir une image de la catastrophe pendant les 3 jours qui ont suivi. Quand je l'ai fait, le 14 mars, j'ai comme hurlé les mots du texte « face à la vague-hanami for a tsunami ». Ces mots je les écrivais pour eux. Pour porter leur peine. Être leur voix. La date d'aujourd'hui, le 13 mars, me pousse à lire ce texte à nouveau.

Ma voix pour leur voix.


Tous mes remerciements à la revue Le Pan poétique des muses qui permet à de nombreux auteurs, femmes, d'avoir un porte-voix justement.

 

 

 

 

Face à la vague/hanami for a tsunami

 

(tribute to The dead and alive in Japan)


  
 

À l'horizon

Je la vois venir vers moi

Cette vague


 

La terre tremble

Jusque dans mon corps

Mais mes pieds sont enracinés

Rivés,

Incapables de bouger


 

La vague vient


 

Avec le bruit qui grandit

Mon coeur se serre

Tandis que mes lèvres se plissent, sourient


 

Autour de moi

Les meubles tombent

Les enfants crient

Le soleil même

Se noircit


 

Et le vent monte

Comme poussant la vague

Qui je le sais

Va m'arracher

Au sol, cet endroit de ma vie


 

Impossible de monter sur le toit

Les murs s'effondrent

Il ne reste plus

Que moi


 

De la plante de mes pieds

Remontent les secousses

Mes yeux se retournent

Ma bouche désespère

S'ouvre, cherche l'air


 

De gauche à droite

De bas en haut

L'espace tangue

Avale ce que le petit temps

Avait pu créer, misérablement


 
 

Mon coeur

Mon coeur enfin se décroche


 

Je le vois qui tombe

Au devant de moi

Eclabousse d'écarlate

Ma chair, mes pieds...mon sang


 

Mon coeur tombe


 

Détaché

Je peux enfin le voir battre

Vivre

Comme glorieux, libéré


 

Secoué, mon corps continue

De trembler de se lézarder


 

Bientôt

Je verrai ma peau fondre

Bientôt

Je pourrai enfin caresser

Mes os, blancs de sommeil

Resplendissants, immaculés


 

Bientôt

Je pourrai les toucher

Les masser, les laver

Les caresser, les bichonner

Mes os,

Comme un arbre dressé

Entre la terre et le ciel

Arbre vivant

Squelette de la beauté


 

Le vent souffle

Arrache mes cheveux

Mes pensées déjà

Sont inscrites au dedans

Sous la croûte de la Terre qui

Tremble et vole l'azur du repos à la mer


 

Face à la vague

La poussière tombe

La pluie est grise

Mon coeur qui bat

Sur l'asphalte

Catapulté hors de moi


 
 

Mon coeur qui bat

Est cette lumière

Ce rouge vermillon

Qui crie au scandale

Qui violemment s'étale


 

Vermillon rouge roule

se répand, implose étal

 

Face à la vague

Voici mon coeur

Qui se propose

Recouvre tous nos corps

De sa force

--------------------

Et de mille pétales.





Poème écrit le 14 mars 2011

 


L'âme lyre (lyrics)




J'ai l'âme lyre

Laisse moi te le dire

Dans un sourire

Une caresse

Un silence

 

Ou un soupir

 

J'ai l'âme lyre

Il suffit que je me penche

Et je respire

Tes baisers

Tes larmes

Tes désirs

 

Un coup de patte

Et je pisse

Comme un chien

Laisse mon empreinte

Invisible

Charmante

Sur tes fesses

Tes seins

 

Je voudrais prendre mon, ton temps

Accorder nos rythmes

Nos vies

Notre musique

J'ai l'âme lyre

Laisse moi te le dire

Te l'écrire

 

Où est l'amour?

Là, sous tes ongles

Tes doigts faits de velours

Dans cette couverture

Cette grotte chaude

Pleine de nos rires

Folle étendue

Terre de désirs

Sans cesse

A conquérir

 

J'ai l'âme lyre

Laisse moi te le dire

Dans un sourire

Une caresse

Un silence

 

Ou un soupir.



  Poème écrit en 2011


 

Silent tears




How many nights

Did I cry

In silence

...................

Silently crying

Oblivious in the morning



How many times

Did I cry in silence

Burying my tears

Closing my eyes

As sun rises

..........

Silently crying

Oblivious in the morning



How many days

Did I walk or run on my side

As if drunk, crying inside

.............

silently crying

Oblivious in the morning



How how how

Is this the sound of pain

The sound of love

Escaping my veins

 

Is this the sound

How how how

Of silent tears

Heading back to my ears






How many nights

Have I been crying

Crying silently

Surrounded but so lonely



As love or is it hope

as it escapes me

As it escapes me

Listen to the sound

The sound of my silent tears

 

............................my silent tears.



Poème écrit le 23 novembre 2010

 

 

Pour citer ces poèmes


Marie Gossart, « Face à la vague/hanami for a tsunam (tribute to The dead and alive in Japan) », «  L'âme lyre (lyrics) » & «  Silent tears » (poèmes précédés par un préambule), in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : « Le printemps féminin de la poésie », Hors-Série n°1 [En ligne], sous la direction de C. Aubaude, L. Delaunay, M. Gossart, D. Sahyouni & F. Urban-Menninger, mis en ligne le 10 mai 2013.

Url.http://www.pandesmuses.fr/article-face-a-la-vague-hanami-for-a-tsunam-l-ame-lyre-lyrics-silent-tears-116293700.html/Url.http://0z.fr/eWC9u

 

Auteur/Autrice


Marie Gossart, née en France en Avril 1969. Elle tombe en poésie quand elle a 5 ans, moment où elle découvre aussi la musique, les arts plastiques et la danse. Plus tard, elle étudie à Sciences-Po Paris et devient publicitaire, chargée des stratégies de communication pour de grands annonceurs.

Après un long moment, et la naissance de deux enfants, Marie Gossart part vivre deux ans à Tokyo, y retombe en écriture. Elle écrit en français, et en anglais, son “autre” langue. De retour à Paris en 2008, elle s'intéresse particulièrement à l'écriture plastique et sonore de la poésie, y compose depuis des poèmes et des paroles de chansons. Depuis 2012, elle travaille l’écriture de fictions pour le cinéma et la télévision (court et long métrage). Premières publications au printemps et à l'automne 2012 dans la revue Le Pan poétique des muses

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Hors-Séries du Ppdm
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 13:00

 

 

Poèmes 

Déchue

 

&

 

Les temps fauves 

 

  
Martine Jacquot

 

 

  Pour Tibault

 

Déchue



 Plus nocif que le diable
le riverain s’éraille
la voix
Bourdonnement
dans un arsenal
de mégots
Je frémis en agrippant les rideaux
gluants de gloire
déchue


 

 

Les temps fauves

 


Je chevauche un courant d’air
qui s’adosse aux aiguilles
d’une montre
Rien n’est ordinaire
dans la parade
des fous

 
Dans le fatras de fin du monde
quand le faste n’est plus que
leurre
la cartomancienne pleure
sur les cendres
inondées
Je patauge dans le bourbier
de mes contemporains

 

Le trottoir reflète
l’image de modes
anciennes
Flaques gris-acier de protocoles
profanés
Et moi je crie
que le corps
du monde
a la gangrène

 
Miroir des carnassiers
dans la cascade
du jour
Parfois l’odeur camouffle
nos illusions
Je mettrai un loup
sur mon visage
Anonymat au cœur du
caravansérail

 
Le passage du temps est
un lapsus
Récoltes cycliques et
guerres saisonnières
estampillent nos mémoires
Sans protocole
je file
écrire de la fiction
dans un journal
que des sages liront

 
Rire démoniaque
du soleil de minuit
Le métro court comme
un buvard taché
Errance dans la forêt rasée de
la veille
Plus farouches que des liasses d’archives
les indomptés se surpassent
dans le décor de carton-pâte

 
Dans le clavardage
de la rumeur
du monde
échec à l’examen
de conscience
Le spectacle de la migration
s’est noyé dans la banquise
effilochée

 
Je patauge devant une tasse de café
Que reste-t-il des estaminets
enfumés
du poisson frit dans du papier froissé
Des maisons se vident
de leur sens
et nous côtoyons
des choses
qui ont eu un
nom

 
Lumière en pointillé venue
de nulle part
étoiles blanches sur ciel
de nuit
flocons blanc sur terre
boueuse
J’écris sur des arbres assassinés
Je calligraphie une musique
inaudible

 
Alchimie larvée
Je faufile les signes annonciateurs
Dehors hurle
l’ignorance
Jeter des poignées de mots
au hasard
des ruines
C’est le récital
des anges

 
Il est toujours temps pour
un rituel de l’aube
Des morts lèchent la cire
des chandelles
ou marchent sur l’eau
une lyre à la main

 
Il aura fallu un bistouri violet
pour profiler les assassins
qui nous cernent
Une bonne occasion pour
admirer
les entrailles
des temps fauves

 

 

  

Pour citer ces poèmes


Martine Jacquot,  « Déchue  » & « Les temps fauves », in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : «  Le printemps féminin de la poésie », Hors-Série n°1 [En ligne], sous la direction de C. Aubaude, L. Delaunay, M. Gossart, D. Sahyouni & F. Urban-Menninger, mis en ligne le 10 mai 2013.

Url.http://www.pandesmuses.fr/article-les-temps-fauves-116293729.html/Url.http://0z.fr/kmUKe

Auteur/Autrice  

 

Martine Jacquot

Martine L. Jacquot vit entre la France et le Canada. Elle a publié une trentaine d'ouvrages (poésie, romans, nouvelles, essais, récits et romans jeunesse) dont Au gré du vent, roman (éd. du Grand Pré, prix européen de l'Adelf) et Duras ou le regard absolu, essai (éd. des Presses du Midi, France). Elle a aussi contribué à de nombreuses anthologies et a fait plusieurs tournées littéraires internationales (Russie, Cameroun, Maroc, Roumanie, Inde).

 

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Hors-Séries du Ppdm
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 13:00

 

 

Invitée

Jour des fleurs 

 

 

Aurélie-Ondine Menninger

 

 

 

                                                      à Sabine Sicaud 


 

Jour des fleurs ! 

Les sentiers embaument pourtant

Ça me crève le cœur… !

Parfums jolis, fleurs aux robes printanières virevoltant

Dans les jardins, bercées par les doux baisers du vent, ce léger

Sentiment d’amour à la rencontre d’âmes éthérées…Non !

Je souffre de l’absence, d’être loin derrière, de ne pas sentir

Ou de trop sentir…


J’aime dans un couloir fermé

Aux aguets des lumières

Derrière des fenêtres closes

Et les fleurs, toutes vos fleurs…

M’écoeurent !


Sabine, petite Sabine

Depuis ta Solitude

Toi seule me comprendrais

Nous jouerions avec ton petit chat

Les lueurs du jour et l’eau des sources !

Nous serions des idées en fleurs, des pensées en rires

Des joies dansantes au cœur d’un aujourd’hui vivant

Comme un ami entre nous deux !


Jour des fleurs

Jardins d’un seul jour

À tenir entre nos mains comme

Un bouquet de primevères

Nourries de tes espoirs

Aux eaux de nos solitudes


Et ton petit chat miaulerait

 

Au milieu de nos silences

Il démêlerait sa pelote de laine

En face de nous, parmi les fleurs

Nous regardant en effeuiller les pétales


 

Pour citer ce poème 


Aurélie-Ondine Menninger, « Jour des fleurs », in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : «  Le printemps féminin de la poésie », Hors-Série n°1 [En ligne], sous la direction de C. Aubaude, L. Delaunay, M. Gossart, D. Sahyouni & F. Urban-Menninger, mis en ligne le 10 mai 2013.Url.http://www.pandesmuses.fr/article-jour-des-fleurs-116293793.html/Url.http://0z.fr/iF5HL

 

Auteur/Autrice

 

Aurélie-Ondine Menninger , est doctorante en Lettres et prépare actuellement une thèse sur la place du tango dans la littérature mondiale sous la direction de l'universitaire Michèle Finck. Parallèlement, elle rédige des articles sur les expositions et les autres manifestations culturelles pour le journal bi-hebdomadaire Les Affiches-Moniteur. Aurélie-Ondine Menninger a déjà publié un recueil de poésie Une virgule dans un sac de pierres aux éditions Éditiner et illustré par elle-même.

 

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Hors-Séries du Ppdm
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 13:00

 

Invitée
Exposition

Poésie visuelle 


Poèmes en papiers pliés

 

Vivian O'Shaughnessy

 

 

 

Cliquez sur les photos pour les agrandir

 

Hors-serie-n-1 5006 

Hors-serie-n-1 5004 

 Hors-serie-n-1 5008

 

Hors-serie-n-1 5005
 

 

Avertissement : ces images sont protégés tous droits réservés.

 

Pour citer ce billet

 

Vivian O'Shaughnessy, « Poèmes en papiers pliés » (poésie visuelle), in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : « Le printemps féminin de la poésie », Hors-Série n°1 [En ligne], sous la direction de C. Aubaude, L. Delaunay, M. Gossart, D. Sahyouni & F. Urban-Menninger, mis en ligne le 10 mai 2013. Url. http://www.pandesmuses.fr/article-poemes-en-papiers-plies-116293860.html/Url.http://0z.fr/rpZtY

 

Auteur/Autrice


 Vivian O'Shaughnessy

 

 

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Hors-Séries du Ppdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • La petite musique
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie La petite musique Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : une magnifique image de Claude Menninger,...
  • Ah, revoir la Niagara ! (haïkus)
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Ah, revoir la Niagara ! (haïkus) Chantal Robillard Crédit photo : "Niagara Falls", winter 1911 ", Commons,Wikimedia. Au bord de la rivière, Je prends les embruns Dans cheveux et figure. Penchée...
  • Inutile [enfer]tile
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Biopoépolitique | Réflexions féministes sur l'actualité Inutile [enfer]tile CAM[...]ILLE Je me présente, au moins vous serez témoins : J’ai été privée de ce qui devait être un besoin Je suis celle qu’on plaint, celle...
  • C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles
    Lettre n°15 | Réflexions féministes sur l'actualité C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles Dina Sahyouni Crédit photo : " Gousses de Haricot Tarbais", Patrick Boilla, Commons. Les témoignages associés à #MeTooInceste sur les crimes...
  • Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise et écologique Centre d'impression numérique Everest
    Lettre n°15 | Eaux oniriques...| Revue des éditrices & éditeurs ou Revue des Métiers du livre Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise & écologique Centre d'impression numérique Everest Propos recueillis par David Simon pour LE PAN POÉTIQUE DES MUSES...
  • Barbara Polla (dir.), Équinoxe, recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Annonces diverses | Annonce de parution Barbara Polla (dir.), Équinoxe recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020 LE PAN POÉTIQUE DES MUSES a le plaisir de vous annoncer...
  • Mer infamilière
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Mer infamilière Texte de Carole Clotis Œuvres artistiques de Poline Harbali Site officiel © Crédit photo: P oline Harbali, Série Le Damas des autres, no 1. « Et ce jour-là les grands vaisseaux,...
  • Nous ferons l’amour et Mon souffle dessine
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie Nous ferons l’amour & Mon souffle dessine Textes de Sylvia Undata Site officiel Poèmes reproduits de son recueil érotique Murmures avec son aimable autorisation...