7 mars 2018 3 07 /03 /mars /2018 13:16

 

Encyclopédie évolutive de la poésie mineure

 

(ou des femmes et du genre en poésie)

 

 

Section « Les poètes par eux-mêmes »

 

 

 

Maggy de Coster par elle-même

 

 

 

Rédactrice : Maggy de Coster

 

 

 

 

© Crédit photo : Maggy de Coster.

 

SON ITINÉRAIRE

 

Formée métier de journalisme au CFPJ (Centre de formation et de Perfectionnement des Journalistes) et à l’IFP (Institut Français de Presse), Maggy De Coster, est titulaire d’un DEA de Sociologie du Droit et relations sociales à l’Université Panthéon-Assas-Paris II, ancien membre de l’Association des Femmes Journalistes (AFJ), après avoir fait un stage à Radio France–Hérault, elle a travaillé pour plusieurs journaux en France et à l’étranger, elle a été pendant quelques années la principale correspondante du Journal de L’Ariège à Paris et en Île-de-France, aussi a-t-elle interviewé et rencontré différentes personnalités comme Danielle Mitterrand et bien d’autres, poète, traductrice, anthologiste, parolière, Maggy De Coster, a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages, tous genres confondus. Ses poèmes sont traduits en 10 langues et publiés dans des revues et anthologies universitaires. En 1994, elle obtient une bourse d’encouragement du Centre National du livre (CNL) pour son manuscrit « Rêves et Folies ». En 2000, elle fonde la revue et association littéraire « Le Manoir des Poètes ». Elle intervient au lycée dans le cadre des forums sur les métiers de la presse. Elle est sociétaire de la Société des Gens de lettres (SGDL), membre du P.E.N. Club français. Elle fut membre du Conseil d’Administration de la Société des Poètes Français pendant 9 ans et rédactrice en chef de sa revue, l’Agora, pendant 2 ans.

 

Elle a obtenu plusieurs prix et distinctions en France, en Italie et en Amérique latine. Traduits en espagnol, en italien, en portugais, en catalan, en anglais, en roumain, en arabe, en serbe, et en persan, ses poèmes sont publiés dans différentes revues littéraires en France, en Italie et en Amérique latine où elle est invitée régulièrement en tant que journaliste et conférencière à représenter la France. Elle a traduit en français plusieurs poètes et romanciers latino-américains et plus d’une quarantaine de poètes français en espagnol. Elle a reçu en 2012 un certificat d’honneur et Mérite du Collège OCTAVIO CRESPO à Panama en qualité de conférencière.

Un de ses recueils de poèmes bilingue-français espagnol « Entre relámpagos y penumbras » ainsi que son recueil de nouvelles «  Au gué des souvenirs » ont fait l’objet de mémoires d’études à L’Université de Cagliari en Sardaigne, sous la direction du Professeur Mario SELVAGGIO

Son recueil de poèmes AVANT L’AUBE/ ANTES QUE DESPUNTE EL ALBA, faisant l’objet d’un mémoire de Maîtrise sous la Direction du Professeur Mario SELVAGGIO est également traduit en italien par le laboratoire de langues de L’Université de Cagliari en Sardaigne fait l’objet en 2017.

 

Elle a également collaboré à différents autres journaux à la Barbade, en Suisse, en Angleterre comme The Financial Times. Elle verse actuellement dans la pédagogie journalistique et le journalisme culturel. Depuis 2000 elle organisait régulièrement des manifestations dans le cadre de Lire en fête, du Printemps des Poètes et du Marché de la poésie. De 2006 à 2010 elle y organisait une rencontre poétique et littéraire mensuelle baptisée « AU RENDEZ-VOUS DES LECTEURS » (conférences et débats) . En 2009 elle est élue à la Commission d’Information et de Contrôle des Associés à la SOFIA (Société de protection des droits d’auteurs). Elle donne des conférences littéraires, organise des ateliers d’écriture (poésie et contes). Après avoir obtenu le 1er Prix de Poésie française de l’Académie Internationale Il Convivio en Italie (Sicile), elle fut membre du jury de ladite académie pendant quelques années, et aussi membre du Jury du Prix Calliope à Maisons Laffitte. Depuis plusieurs années elle dirige des ateliers d’écriture en partenariat avec La Ville de Montmagny. Elle a différentes publications à son actif : poésies, chansons, romans, nouvelles, essais sur la presse, biographie, anthologie.

Elle est également membre titulaire de l’Académie Internationale de Culture de Brasilia depuis 2014.

 

Elle figure dans différentes anthologies dont Terre de Femmes, (Éditions Bruno Doucey, 2010), Voix sans Frontières, Anthologie bilingue français-roumain, traduits par Marilena Lica-Masala, (Le Scribe L’Harmattan Poezia, 2010), Au-Delà de l’instant-Anthologie bilingue-français italien, des Poètes intuitistes sous la direction de Giovanni Dotoli, Mario Selvaggio et Eric Sivry, Schena Editore, 2013), Constelación de Poetas francófonas de Cinco Continentes (diez siglos) bajo la direccion de Verónica Martínez lira y Yael Weiss (Espejo de viento, 2010, (Constellation des poétesses francophones (dix siècles) sous la direction de Verónica Martínez lira y Yael Weiss (Espejo de viento, 2010 ), Voyage au bout des doigts, Éditions de la lune bleue – Plébiscite, 2012), Dans le ventre des femmes, anthologie en mots et en images, sous la direction de Maïa Brami, (BSC Publishing, 2011). Anthologie de Poésie haïtienne contemporaine, dirigée et présentée par James Noël, (Poésie Points, 2015)

Les Poètes et le Cosmique, anthologie 2015 dirigée par Jean-Pierre Béchu et Marguerite Chamon, (Les Éditions du Net)

Nueva Poesía y Narrativa Hispanoamericana 2015, Editorial Lord Byron, Desde Madrid, España. Ónfalo, una visión al erotismo, dirección: Jacinta Ceballos © 2016, Desarrollado por la Coordinación General de Comunicación Social Dehors, anthologie au profit des sans abri, Editions de Janus 2016.

« Entre ciel et terre l’Olivier en vers » Anthologie trilingue de l’Université de Cagliari, 2017, Edizioni Univesitarie Romane

Certains de ses poèmes ont été publiés dans la revue du Département de Lettres de l'Université Autonome de Santo Domingo (UASD), sous la direction de Diógenes Céspedes. Sans compter d’autres anthologies en Argentine et en Colombie.

 

Poésies

 

RÊVES ET FOLIE (Ed. Saint Germain des Prés, 1994), (Bourse d’encouragement du Centre National du livre, CNL).

MÉMOIRES INACHEVÉS D’UNE ÎLE MORIBONDE (Ed. Nouvelle Pléiade. 1998)

Premier Prix de poésie de L’Académie Internationale « IL CONVIVIO », Sicile, Italie, 2003

CD "Mémoires d'une île", extraits du recueil : « Mémoires inachevés d'une île moribonde » aux Éditions Nouvelle Pléiade, Paris

(Compositions, programmation, instruments, enregistrement numérique, montage et mastering par Michel HUBERT au studio « L'AUBE ». Avec les voix de : Maggy DE COSTER, Michel HUBERT, Aubin HUBERT, Cécile AREN et Anita SAÏ. CD de 24 titres, durée totale : 47 minutes.)

LA TRAMONTANE DES SOUPIRS OU LE SIÈGE DES MARÉES (Ed. NEW LEGEND, 2002)

(Diplôme et Médaille de Vermeil de L’Académie International de Lutèce, Mars 2004, Paris)

LES VENDANGES VESPÉRALES (Ed. Silex/Nouvelles du Sud, Paris, 2005

(2ème Prix d’argent de : Art et Poésie de la Côte d’Azur, 2005)

COMME UNE AUBADE (Éditions du Cygne, 2007)

PETITES HISTOIRES POUR DES NUITS MERVEILLEUSES, Ed. Le Manoir des Poètes, 2004)

LE SÉMAPHORE DU TEMPS-recueil de 8 poèmes illustrés et numérotés par Irène Schraer, Éditions de la Lune bleue, 2010

DOUX RAMAGES POUR PETITS DIABLOTINS, Éditions L’Harmattan, 2010

AVANT l’AUBE/ANTES QUE DESPUNTE EL ALBA/, Éditions Le Scribe- L’Harmattan, 2010

CANTILENE POUR MADRID DU CLAIR DE SOLEIL AU CLAIR DE LUNE /CANTILENA PARA MADRID DESDE EL CLARO DEL SOL HASTA EL CLARO DE LUNA, Éditions Le Manoir des Poètes, 2011.

ENTRE ÉCLAIRS ET PENOMBRE/ENTRE RELAMPAGOS Y PENUMBRAS, Éditions l’Harmattan 2014

IN-VERSION POETIQUE/IN-VERSIONE POETICA, Editione Universitarie Rome, Italie, 2015

AVANT L’AUBE/ANTES QUE DESPUNTE EL ALBA/PRIMA CHE SPUNTI l’ALBA, Edizioni Universitarie romane, Italia, 2017 LES VERSETS SIMPLIFIES DU SOLEIL LEVANT, Éditions du Cygne, Janvier 2017

DÉCLINAISON DU VERBE, Éditions Unicité, 2018

 

Anthologies

 

LE CHANT DES VILLES-ANTHOLOGIE DU MANOIR DES POÈTES, sous la direction de Maggy De Coster, (Éditions Dianoïa, 2006)

Anthologie bilingue français-espagnol (traduction et direction Maggy De Coster)

FENÊTRE OUVERTE/VENTANA ABIERTA, Éditions Idem, janvier 2017

POÉSIE POUR ENFANTS (POESIA PER RAGAZZI) :

DOLCI CINGUETTI PER ADORABILI DIAVOLETTI per piccoli diavoletti, Edizioni Universitarie Romane, 2015, Italia

 

CONTES POUR ENFANTS Narrativa per Ragazzi

 

IL MISTERIO DEL BOSCO DI BORGORICCO, Editizioni Universitarie Romane, 2015, Italia

 

Essais

 

ANALYSE DU DISCOURS DE PRESSE (Ed. Choucoune, 1996)

BRÉVIAIRE À L’USAGE DES ASPIRANTS AUX JOURNALISTES, (Éditions du Cygne, 2008)

 

POÉSIE POUR ENFANTS ( POESIA PER RAGAZZI)

 

DOLCI CINGUETTI PER ADORABILI DIAVOLETTI per piccoli diavoletti, Edizioni Universitarie Romane, 2015, Italia

 

Roman

 

LE CHAND DE SOLEDAD, (Ed. NEW LEGEND, 2002) puis (Éditions du Cygne, 2007) (Médaille d’argent de l’Académie Internationale de Lutèce, Paris, février 2005)

 

Biographie

 

GERMAINE LOISY-LAFAILLE OU LA VIE INCROYABLE D’UNE COMÉDIENNE (Éditions du Cygne, 2008)

ZORICA SENTIC, UNE POÈTE DANS LES ÉTOILES, Éditions Le Manoir des Poètes, 2014

 

Nouvelles

 

AU GUÉ DES SOUVENIRS, Éditions du Cygne, 2008

ET CETTE FOIS FACE AU POTOMAC/ » « Y ESTA VEZ FRENTE AL RIO POTOMAC » (nouvelle bilingue Espagnol/français, Éditions Le Manoir des poètes, 2012

Participation à :  DANS LE VENTRE DES FEMMES Anthologie en MOTS & en IMAGES, Sous la direction de Maïa Brami, BSC Publishing, 2011

VERS L’AILLEURS OU LA MIGRATION POÉTIQUE, Éditions Le Manoir des Poètes, 2016

 

Autres prix

 

Prix Jean Cocteau au Grand concours international de Poésie Richelieu pour un poème sur la Paix, 2004

Prix de la chanson poétique au Grand concours international de Poésie Richelieu en 2007

 

 

Activités culturelles

 

1997-1999 : Participation à l'atelier-théâtre de Montmagny (attribution du rôle de Ciutat dans Les Caprices de Marianne puis participation à une pièce de création intitulée" Lever de rideau sur jeux de dames"

2000 : organisation du Printemps des Poètes sous l’égide de la Mairie de Montmagny-exposition de poèmes du Moyen Age à nos jours

2000 : Création de la revue Le Manoir des Poètes

2001 : organisation d’une exposition rétrospective de la vie et l’œuvre de Rimbaud à la Société des Poètes Français dans le cadres de « Lire en fête »

2001 : Exposition de poèmes sur le thème du « Printemps » à la Société des Poètes Français

2002 : Exposition de poèmes intitulée « La femme et l’amour » à l’Espace Mompezat dans le cadre du Printemps des Poètes

2002 : Exposition en Hommage à Victor Hugo à l’École Élémentaire Luc Ferry à Montmagny sous l’égide de La Société des Poètes Français

2004 : Exposition photo-poésie à L’Espace Mompezat (Société des Poètes Français)

2005 : Intervention à la Sorbonne en DEA de Littérature comparée avec Thierry Sinda dans le cadre du Printemps des Poètes

2007 : Récital de poèmes d’Aimé Césaire
 

 

Conférences en français

© Crédit photo : Maggy de Coster lors d'une de ses conférences, image 1

 

2001 : « Regard autour de Rimbaud »

2002 : « Les structures de la famille haïtienne »

2003 : « Le modernisme et Rúben Darío » en collaboration avec Sophie SOULIE

Mai 2006 : « Quand le destin de Louise Michel croise celui de Victor Hugo », conférence donnée au Palais du Luxembourg (le Sénat) sous l’égide de la Société des Poètes Français

Février 2016 : la même conférence est donnée chez Florence Issac, directrice des Éditions L’Échappée Belle

Septembre 2006 : « Olivier Larronde, un poète génial méconnu »

© Crédit photo : Maggy de Coster lors d'une de ses conférences, image 2

 

2007 : Publication de « AU RENDEZ-VOUS DES LECTEURS, CONFÉRENCES ET DÉBATS », Septembre 2006-Juin 2007, Éditions des Poètes Français (Un ensemble de conférences proposées et animées par Maggy De Coster à la Société des Poètes Français

Mai 2008 : Réflexions autour du « Cahier d’un retour au pays natal de Césaire »

Juin 2008 : « Le baroque et la poésie »

2009-2010 : « L’apport des femmes haïtiennes dans la peinture, le théâtre et la musique »

© Crédit photo : Maggy de Coster lors d'une de ses conférences, image 3

 

Conférence sur le journalisme

 

Novembre 2016 : Conférence à l’Université de Cagliari en Sardaigne : « JOURNALISME, LANGAGE ET DISCOURS DE PRESSE »

© Crédit photo : Maggy de Coster lors d'une de ses conférences, image 4

 

Conférences en espagnol

 

© Crédit photo : L'affiche de la conférence du 11 novembre 2016.

 

2012, « Cuando el destino de Luisa Michel Cruzo el de Víctor Hugo». À la Xème Rencontre des Femmes Ecrivains, à l’Université Santa María la Antigua (Panamá)

Mars 2014, « El Barocco y su influencia en la Poesía francesa », à la « XIème Rencontre Internationale de Femmes écrivains » à Brasilia

© Crédit photo : Maggy de Coster lors d'une de ses conférences, image 5

 

Traductions

 

Matilde Espinosa : El telar de las estrellas/Le métier à tisser des étoiles, 2011 inédit.

Berta Lucia Estrada Estrada : «La ruta del espejo/ La route du miroir», Éditions du Cygne, 2012

Bella Clara Ventura : « Libertad huésped del corazón/Liberté, hôtesse du cœur », Éditions du Cygne, 2012

et « La voz de la pasión /La Voix de la passion », roman, L’Harmattan 2014

Ana Edith Tequextle : « De sol o de luna/ Le soleil ou la lune », Éditions du Cygne, 2015

Marta C. Salvador, «Poemas con perfume francés/Poèmes au parfum français», (publié en Argentine)

Elizabeth Altamirano,(Pérou) « Loar/ Louange», 2014

Jacinta Ceballos : « Nuestros cuerpos », Mexique, 2015

La Voix de la passion, roman de Bella Clara Ventura, traduit de l’espagnol en français

Santiago Risso « Puertos. Ports.Anthologie », traduit de l’espagnol en français, (Pérou, 2017)

Autres poètes latino-américaines traduites en français : Marieta Cuesta Rodríguez (Pérou), Isabel Espinosa, Gudiela Paternina Patt, Carolina Urbano (Colombie), Mayrim Cruz Bernal (Porto Rico), Silvia Pepió, Susanna Elena Sánchez Nardón, (Argentine)

 

Émissions (Radio-TV)

 

Participation à différentes émissions de radio dont RFI, Radio Enghien, Radio Aligre

Février 2009 : Invitée à Télé Sud au sujet des femmes écrivains, invitée à La Locale.

Avril 2010 : Passage à France 3 à « Francophonie sur scène » 

2013 : Interview France3 dans le cadre du Mécénat pour la rénovation du Panthéon

Chansons

2010 : sortie d’un CD intitulé « Les trames du crépuscule », textes : Maggy de Coster, voix et arrangements musicaux, Paul et Frédérique Glaeser

 

Projet de collaboration

Chansons intitulées « Amours, fissures et rêves » (inédits)

Août 2010 : Publication d’une interview avec le rédacteur en chef Marius Chelaru dans la revue roumaine POEZIA

Collaboration à la revue bilingue franco-roumaine DOÏNA dirigée par Marius Chelaru et Marilena Lica-Masala

 

Divers Voyages

 

Dans le cadre des mes activités féministes, journalistiques et poétiques :

La République Dominicaine, invitée du Centre d’Investigation pour l’action féminine, CIPAF), aux USA (International Visitor’s) en qualité de journaliste.

2001 : La Tunisie (avec les peintres de Montmartre et en tant que Sociétaire des Poètes Français)

L’Italie (plusieurs voyages d’échanges culturels avec l’association « Les Drôles »,

2012 : La Colombie (invitée de l’Ambassade de France, elle a représenté la France à la IXème rencontre des femmes écrivains à Bogota, octobre 2010)

Avril 2012 : Représentation de la France au Panama à la Xème rencontre des femmes écrivains et conférence intitulée : « Quand le destin de Louise Michel croise celui de Victor Hugo »

Mars 2014 : Représentation de la France à Brasilia à la XIème rencontre des femmes écrivains  et conférence sur « Le Baroque et son influence sur la Littérature française »

 

Autres missions 

 

Ambassadrice de l’Anthologie « Terre de femmes, 150 ans de poésie féminine haïtienne », Éditions Bruno Doucey, octobre 2010 dans laquelle je figure.

Participation à de nombreuses anthologies en français, en espagnol et en italien, en roumain et en portugais.

Participation au salon du livre de Méry-sur-Oise au Château du même nom.

Invitée à la 5ème Biennale de la Poésie à Guyancourt où deux de mes poèmes ont fait l’objet d’affichage dans le cadre de l’exposition « Attendre ensemble »

Lecture de poésie dans une Librairie de la ville de Meaux.

Portrait filmé de femmes d’Outremer : Maggy de Coster par le réalisateur italien Valerio TRUFFA.

Janvier 2012 et janvier 2013 : Intervention au Forum des Métiers et de formations au Lycée Camille Saint-Saëns en qualité de journaliste.

28 septembre 2012 : présentation à la Maison de L’Amérique Latine du recueil de Bella Clara Ventura sous l’égide de mon association  « Le Manoir des Poètes »

Mars 2013 : Participation au spectacle poético-musical FAR-AWAY

20 février 2015 : Présentation avec Les Éditions du Cygne, à la Maison de l’Amérique Latine, de romans et poésie latino-américain traduites par mes soins.

Mai 2015 : Invitation à l’Université de Cagliari en Sardaigne.

Novembre 2015 : Intervention à la Bibliothèque Almirante Brow à Adrogué (Argentine) à l’invitation de la poétesse argentine Pepió Argentine et au Club Espagnol à l’invitation de la poétesse Lilia Farah.

Mars 2016 : Présentation de mes livres au Parlement de Rome.

Février 2016 : Intervention en L2 de langues à L’Université de Créteil, Paris XII

Mai 2016 : Invitée du Territoire du Poème par Christophe Bregaint et présentée par Jean-François Blavin.

Novembre 2016  : Conférence à l’Université de Cagliari en Sardaigne : « JOURNALISME, LANGAGE ET DISCOURS DE PRESSE »

Mars 2017 : Intervention en Licence, Master1 et 2 de Littérature francophone à L’Université Paris-Est de Créteil/Val de Marne

28 avril 2017 : Présentation à la Maison de l’Amérique Latine de l’anthologie bilingue français espagnol Fenêtre ouverte/Ventana abierta », traduit en espagnol et sous ma direction, Éditions Idem, 36 poètes, 334 pages, 2017.

« FENÊTRE OUVERTE/VENTANA ABIERTA », Éditions Idem, janvier 2017, présentée à la Maison de l’Amérique latine en avril 2017

Invitée à l’émission «  Rencontre francophone » à Radio Enghien (Val d’Oise) le 8 février 2018, émission animée par Pedro Vianna et Nathalie Cousin, qui a été dédiée à la mère de Maggy De Coster, Madame Caridad Montes décédée le 7 févier 2018.

***

 

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster (texte & photographies), « Maggy de Coster par elle-même », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Encyclopédie évolutive de la poésie mineure (ou des femmes et du genre en poésie) de la SIÉFÉGP, section « Les poètes par eux-mêmes », [En ligne], mis en ligne le 7 mars 2018. Url : http://www.pandesmuses.fr/ency/maggydecoster

 

© Tous droits réservés                    Retour à la Section

Page créée le 7 mars 2018.

Repost0
Rédaction de la revue LPpdm - dans Encyclopédie
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 13:21

 

Encyclopédie évolutive de la poésie mineure 

(ou des femmes et du genre en poésie)

 

Section « Les poètes par eux-mêmes »

 

 

Sarah Mostrel par elle-même

 

 

Rédactrice : Sarah MOSTREL

 

 

De formation initiale ingénieur, Sarah Mostrel est écrivain, journaliste, musicienne. Auteure publiée, elle chante sur ses textes, prend des photos, peint. Son aspiration : conjuguer éthique et esthétique, exprimer par différentes expressions artistiques le Beau, allier les arts, ajouter de la vie à la vie par la créativité. En bref, participer à un monde meilleur !

 

© Crédit photo : Sarah Mostrel en coulisses d’un concert en 2015

 

I – VIE

 

Parcours : De ses études d’ingénieure à l’avènement de la création jusqu’au changement d’orientation professionnelle

 

Sarah Mostrel est née en région parisienne. À 7 ans, elle apprend le piano, pour lequel elle éprouvera une véritable passion. Elle obtient un diplôme d’ingénieur en électronique-informatique, domaine dans lequel elle travaillera, mais la technique la lasse. Elle s’intéresse aux relations humaines, est sensible au beau, a besoin de décrire et exprimer le monde dans lequel elle évolue. En 1999, elle est primée lors d’un concours international de poésie organisé par la Porte des Poètes. Une année où elle écrira près de 500 poèmes. La poésie ne la quittera plus. Les textes de Sarah Mostrel voient le jour en 2000, date de sa première publication (L’Absolu illusoire, éd. La Porte des Poètes). Deux recueils publiés plus tard, aux éditions La Bartavelle, elle décide de s’adonner à l’écriture. Elle travaillera en tant qu’ingénieur jusqu’en 2002, mais déjà, elle publie des articles, pige pour plusieurs supports, et finalisera ce parcours en faisant une école de journalisme, métier qu’elle exerce actuellement dans la presse magazine.

 

Une artiste éclectique

 

La musique :

 

En 2010, le musicien Pierre Meige lui propose de mettre ses textes en musique. Un disque est enregistré en studio, Désirs Pastel, un CD musical de 15 titres qu’elle interprète, sur une musique du compositeur qui l’accompagne au piano. L’expérience l’enchante et Poser le monde, un EP de 6 titres s’ensuit. Elle n’aura de cesse depuis de se produire dans des théâtres, des cafés, des scènes parisiennes et autres.

2017 sera l’année de la sortie d’un nouvel album Des fleurs dans le regard, un disque de 14 titres à couleur rock, écrit et interprété par Sarah et composé par Jean-Pierre Brouard. Un nouvel opus avec Roger Pouly (pianiste de Charles Trenet et de Caussimon) est en préparation (17 chansons enregistrées à ce jour).

 

Les sciences humaines :

Sarah Mostrel s’est beaucoup intéressée à la psychologie, et a publié en 2009 une enquête sur les relations amoureuses (Osez dire je t’aime, essai, éd. Grancher). Elle a participé également à des émissions radios en tant que chroniqueuse et réalisé quelques modules psy pour différents supports. (Voir notamment soundcloud.com/sarah-mostrel/sets/love-conseil)

 

L’art dans tous ses états

 

Aspirant à conjuguer les arts, un livre d’artiste, À cœur défendant, composé de 10 poèmes inédits est publié en 2011 aux éditions TranSignum, illustré des peintures de Jean-Luc Guinamant et traduit en anglais par Michel Lavaud. Sarah publiera par la suite dans les mêmes éditions deux autres livres d’artiste dont un avec l’éditrice et plasticienne Wanda Mihuleac et un autre avec Marc Bergère illustrant de ses encres les textes de Sarah en français traduits en hébreu par Marlena Braester.

 

Après la publication de recueils de nouvelles dont des nouvelles de jeunesse puis d’autres plus contemporaines, Sarah se met à illustrer elle-même sa poésie. Ainsi, paraîtra Chemin de soi(e), un recueil de 75 poèmes aux éditions Auteurs du monde, et Le grand malentendu (Z4 éditions). Les deux ouvrages sont illustrés de ses propres photos, sa nouvelle passion. En 2016, elle publie un livre de spiritualité Célébration, éd. Unicité, illustré cette fois de ses peintures. L’ouvrage lui inspirerera aussi une pièce de théâtre qu’elle mettra en scène et jouera dans Paris en 2016, avec Gérard Gahnassia au piano et Laurent Gahnassia en partenaire dans la pièce.

 

L’écrivaine continue d’explorer ces différents modes d’expressions artistiques. De l’écriture à la musique avec l’interprétation de ses textes sur les scènes parisiennes, la poétesse sociétaire Sacem s’adonne aux arts visuels (photo et peinture). Tout média permettant la traduction et transmission d’une sensibilité la touche, dans cette tentative inouïe d’embrasser l’universel.

 

Humanisme

 

Sarah Mostrel publie en 2017 Pour un humanisme éclairé, allons-y ! (éditions Au Pays Rêvé). Un essai qui dresse un état des lieux et propose des solutions pour un meilleur vivre, dans les domaines de l’éducation, de la culture, de l’entreprise.

 

 

La poétesse a été choisie pour figurer dans plusieurs anthologies poétiques : Anthologie de l'éternel amour, de Pierre Haïat, éd. du Cherche Midi en 2007, Poètes juifs de langue française, de Jacques Eladan, éd. Courcelles Publishing en 2010, Anthologie des auteurs et poètes contemporains de la francophonie 2000-2010, et dans les Florilège des poètes francophones de la Société des Auteurs et poètes de la Francophonie en 2011, 2012, 2013 et 2014. Elle figure aussi dans les anthologies de la Lucarne des Écrivains : Les écrivains en pleine Lucarne (2014) et D’écriture en écriture (2015).

 

II – ŒUVRES

 

ROMAN :

UN AMOUR SOUS EMPRISE, roman, éd. Trédaniel (2016)

 

RECUEILS DE POÉSIE :

 

LE GRAND MALENTENDU, éd. Z4 éditions (2016). Illustré avec les photos de l’auteure

CÉLÉBRATION, éd. Unicité (2016). Illustré avec les peintures de l’auteure. Livre qui a inspiré une pièce de théâtre éponyme mise en scène par l’auteure et jouée dans Paris en 2016, avec Sarah Mostrel, Gérard Gahnassia (piano) et Laurent Gahnassia.

CHEMIN DE SOI(E), éd. Auteurs du monde (2015). Illustré avec les photos de l’auteure

TEL UN SCEAU SUR TON CŒUR, éd. Auteurs du monde (2012)

LE PARFUM DE LA MANDRAGORE, éd. Atlantica-Séguier (2009)

LA CARESSE DE L’ÂME, éd. La Bartavelle (2003)

LA ROUGEUR DES PENSÉES, éd. La Bartavelle (2001)

L’ABSOLU ILLUSOIRE, éd. La Porte des Poètes (2000)

 

LIVRES D’ARTISTE :

 

D’AUSSI LOIN QU’IL M’EN SOUVIENNE, éd. TranSignum (2018), bilingue français/hébreu, avec Marc Bergère. Traduction Marlena Braester.

À MESURE QUE JE T’AIME, éd. TranSignum (2015), avec Wanda Mihuleac

A CŒUR DÉFENDANT, éd. TranSignum (2011), bilingue français/anglais, avec JL Guin’Amant. Traduction Michel Lavaud.

 

ESSAIS :

 

POUR UN HUMANISME ÉCLAIRÉ, éd. Au pays rêvé (2017)

OSEZ DIRE JE T’AIME, éd. Grancher (2009)

 

© Crédit photo : Salon du livre, 2012

 

RECUEIL DE NOUVELLES :

 

LA DÉRIVE BLEUTÉE, éd. L’Échappée Belle (2014)

RÉVOLTE D’UNE FEMME LIBRE, éd. L’Échappée Belle (2013)

© Crédit photo : Salon du livre de Paris, 2014

 

CD :

DES FLEURS DANS LE REGARD
(texte-voix-chant : Sarah Mostrel, Musique : Jean-Pierre Brouard) (2017)

POSER LE MONDE (texte-voix-chant : Sarah Mostrel, Musique : Pierre Meige) (2011)

DÉSIRS PASTEL (texte-voix-chant : Sarah Mostrel. Musique : Pierre Meige) (2010)

© Crédit photo : Sarah Mostrel au festival Kréatika, 2014

 

 

MAJEURES REPRÉSENTATIONS MUSICALES

 

Théâtre de l’Aire Falguière (Paris 15e) , théâtre de l’Ogresse (Paris 20e), Au Chat noir (Paris 11e), Gambetta Club (Paris 20e), l’Echelle à Coulisse (Paris 13e), Café Cosy Montparnasse (Paris 15e), théâtre des feux de la Rampe (Paris 9e), China (Paris 12e), Maison d’arts du Perreux-sur-Marne (94), Théâtre de Vanves (92), L’entrepôt (Paris 15e), Café Fleurus (Paris 14e), Lenouvô Cosmos, Dalles Olympiades (Paris 13e), Passerelle (Paris 11e), Matana (Paris 6e), Amblainville, Vendôme, Kim Kino (Munich) etc.

 

Ouvrages collectifs :

 

MA PLUS BELLE HISTOIRE D’AMOUR (éd. L'Épingle à nourrice (2018),
101 LIVRES ARDOISES, éd. Transignum (2018),

UN SI BEAU VOYAGE, éd. L'Épingle à nourrice (2017),
ENFANCES EN POÉSIE, hors série Pan des muses, éd. SIÉFÉGP (2016), 3 poèmes et une nouvelles, avec 10 photos de l'auteure
LA BELOUETTE, éd. Plumes et talents (2016), avec la nouvelle "Absurde"
LES PETITS MOTS DU DIABLE, éd. L'Épingle à nourrice (2016),
VERBALISEZ L'HOMME APPROXIMATIF, éd. TranSignum (2016), avec le texte "Les vers sonnent implacables, acerbes, corrosifs",
LA BELOUETTE, éd. Plumes et talents (2015),
LA VILLE QUI CONTAIT DANS SA TÊTE, éd. L'Epingle à nourrice (2015),
CHARLIE FOR EVER, éd. Ovadia (2015),
LE ZAPPING DES FÉES, éd. L'Epingle à nourrice (2015),
PAROLES VANVÉENNES, éd. du Bout de la Rue (2004), 
NOËL NOIR, éd. l’Ours Blanc (2003), 
ACCIDENTS DE PARCOURS, éd.la Bartavelle Noire (2000) 

 

Publications en revues :

LE RÈGNE DE LA BEAUTÉ, Revue Chemins de Traverse (déc. 2017),


INFLUENCE PICTURALE (texte et peintures), Pan poétique des muses : http://www.pandesmuses.fr/2017/11/influence-picturale.html

http://www.pandesmuses.fr/7no.html (automne 2017)

DÉCOUVERTE (photo), Revue Méninge #10 (sept. 2017),

FLEURS BLEUES, Revue La Gazette de la Lucarne (septembre-octobre 2017),

 

AU PAYS DE LA RÊVERIE, LES MAINS LIÉES, ANALOGIE D'UN REFLEX, Revue Chemins de Traverse (juin 2017),
LES « CLIQUES » ET LES « CLAQUES » et INTÉGREZ-VOUS, QU’ILS DISAIENT…, Revue La Levure littéraire. Juin 2017 : http://levurelitteraire.com/sarah-mostrel-3/ et photos : http://levurelitteraire.com/sarah-mostrel-4/ 
DRÔLES DE DRONES, A Contrepied-Editions (juin 2017) :
http://www.acontrepiededitions.com/spip.php?article172 
LA MARQUE DU TEMPS, Revue La Gazette de la Lucarne (avril 2017),
UN AIR ÉPANOUI, DÉLIVRANCE, DES LIMBES DE L'OCÉAN, Revue Le Capital des mots (avril 2017) : http://www.le-capital-des-mots.fr/2017/04/le-capital-des-mots-sarah-mostrel.html
ROSE EST SON NOM, Revue La Gazette de la Lucarne (mars 2017),
LETTRE À L'ÊTRE AIMÉ, Le Pan poétique des muses, Lettre no10 (mars 2017),
PARIS... MIROIR DE MES RÊVES, Revue La Gazette de la Lucarne (janvier 2017),
ENFANCES EN POÉSIE, hors série Pan des muses, éd. SIÉFÉGP (2016),
RIEN NE BOUGE, Revue La Gazette de la Lucarne (décembre 2016),
UNE SAVEUR DE CIEL, Revue Chemins de Traverse (décembre 2016),
EN AVANT !, Revue La Gazette de la Lucarne (novembre 2016),
L'HISTORIEN DE CE QUI SE PRÉPARE, Revue La Gazette de la Lucarne (octobre 2016),
L'APPEL DU PAPIER PEINT, Revue La Gazette de la Lucarne (septembre 2016),
CLAIR DE FEMMES, nouvelle et fragments pour le théâtre, dans Le Pan poétique des muses, Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°8 (juillet 2016). 3 parties. http://www.pandesmuses.fr/2016/07/clair-de-femmes.html 
L'INDIFFÉRENCE DU MONDE PENDANT LA SHOAH : UNE PLAIE BÉANTE, Revue La Levure littéraire. Mai 2016 (http://levurelitteraire.com/sarah-mostrel-32http://levurelitteraire.com/sarah-mostrel-34,
http://levurelitteraire.com/sarah-mostrel-33
LES RIVES DE L'INTANGIBLE (nouvelle). Revue Chemins de Traverse (été 2016),
LA BÊTE NOIRE N'EST PAS QUI L'ON CROIT, Revue La Gazette de la Lucarne (juin 2016),
UN MONDE SANS PONCTUATION, Revue La Gazette de la Lucarne (mai 2016),
UN CONTE DE FAITS, Revue La Gazette de la Lucarne (mars 2016),
LE SILENCE DE LA MÉMOIRE Revue La Gazette de la Lucarne (février 2016),
UNE HARMONIE PARFAITE et 2015, ANNÉE CAPITALE (texte en hommage aux victimes des attentats de 13 novembre, illustré d'une de mes peintures), Revue Chemins de Traverse (déc. 2015),
UNE HISTOIRE LIVRESQUE Revue La Gazette de la Lucarne (décembre 2015),
EN FIN DE CONTE... Revue La Gazette de la Lucarne (octobre 2015),
DESSINE-MOI UN JARDIN Revue La Gazette de la Lucarne (septembre 2015),
LA PAIX DU MONDE, LA MUSIQUE DU BONHEUR, L’OISEAU SAIT-IL CE QUI S’EST PASSE SUR SA BRANCHE ?, CHAMBRE 117, SAMBA, Levure littéraire (été 2015)
PEACE & ROSE, JUSQU'AU 7e CIEL, PLEINEMENT, UNE ROMANCE ATTACHÉE À UNE ÉTOILE, Revue Chemins de Traverse (été 2015), 
UNE PRÉOCCUPATION MAJEURE, Revue La Gazette de la Lucarne (juillet-août 2015),
HARO SUR LE MODÈLE, Revue La Gazette de la Lucarne (juin 2015),
LES ENFANTS DU PARADIS (mai 2015),
LA BOUTIQUE AUX MIRACLES, Revue La Gazette de la Lucarne (avril 2015),
FRAGILE, revue Florilège#158 (mars 2015)
OMBRE RETORSE, BEAUTÉ DIVINE, ESCALADE,
RESSUSCITÉE, CROIRE EN NOUS, Revue Francopolis (mars 2015)
PIC ET PIC ET KOLÉGRAM, Revue La Gazette de la Lucarne (2015),
LE CHANDELIER, LE MONDE RÉVÉLÉ, PARTIR AUTOUR DE LA TERRE, Revue Chemins de Traverse (déc. 2014)
ALLÔ OUIN…, Revue La Gazette de la Lucarne (2014),
FÊTE-MOI RIRE, Revue La Gazette de la Lucarne (2014),
L'ÉCOLE DE L'ALGÈBRE INFAILLIBLE (Revue Chemins de Traverse (avril 2014),
COCOTTE SUR CANAPÉ, Revue La Gazette de la Lucarne (2014),
L'ÉVEIL POÉSIE, VACILLEMENT, revue Le Manoir des poètes (2014),
ABSENCE, Revue Encriez (2014), (http://lekiosqueamot.wordpress.com/2014/03/20/absence/)
IL ÉTAIT UNE FOI, Revue La Gazette de la Lucarne (2014),
MATCH NUL, Revue La Gazette de la Lucarne (2014),
LA DISPARITION, Revue La Gazette de la Lucarne (2014)
SACRÉE POÉSIE, Revue La Gazette de la Lucarne (2014)
SOUFFRANCE, JOLI BONHEUR, Revue Chemins de Traverse (2013) GLOIRES ET DÉBOIRES, Revue L'Acrobate des mots (2013),
L'ACTRICE DE SES MOTS, Revue La Gazette de la Lucarne (2013)
SURNATUREL ÉMOTIONNEL ÉTERNEL UNIVERSEL, Revue La Gazette de la Lucarne (2013),
SOUVENIRS D'ÉCOLE, DES BULLES DE TERRE AUX PÉTALES ROUGES, DESTINÉE, MATHS, Revue Chemins de Traverse (2013),
VOUS TU ELLES, Revue La Gazette de la Lucarne (2013),
PAUVRE MARTIN, Revue La Gazette de la Lucarne (2013),
PAR ELLE, La Lucarne des Écrivains (2013),
L'ANIMAL QUI EST EN SOI, La Lucarne des Écrivains (2013),
LA FIN D'UN MONDE ?, Revue La Gazette de la Lucarne (2013),
MÉDITATION, CÉLÉBRATION, Revue Chemins de Traverse (2012)
JUSQU'À L'EFFLEUREMENT DE L'AUBE, Revue La Gazette de la Lucarne (2012),
RENVERSEMENT, Revue La Gazette de la Lucarne (2012),
LE COURAGE D'AIMER, Revue La Gazette de la Lucarne (2012),
INSTANTS DE VILLE, Revue Chemins de Traverse (2012),
L'AVOCAT DU DIABLE, Revue La Gazette de la Lucarne (2012), 
LA LECTRICE, Revue Chemins de Traverse (2012),
AUTOPORTRAIT, sur une photo de Philippe Barnoud, Revue La Gazette de la Lucarne (2011),
FAUX, POUR DE VRAI ?, Revue La Gazette de la Lucarne (2011), 
UN PRINTEMPS DES POÈTES À VANVES (dossier) et poèmes Revue Chemins de Traverse (2011),
IL SE FAIT TARD, Revue Chemins de Traverse (2009),
UN ROMAN NOIR, Revue Chemins de Traverse (2004), 
ERREUR DE PROGRAMMATION, Revue La Nef des Fous (2003), 
LE CAFÉ, Revue La Nef des Fous (2002), 
L’AMOUR A LA FEUILLE, Revue Paperolles (2001) 
PRINTEMPS DES POÈTES VANVÉENS (livre-Cd collectif, éd. Chapitre 12, mars 2011). Textes inédits, lus et chantés.

 

III – RÉCEPTION À TRAVERS LE TEMPS

 

DISTINCTIONS

 

Primée lors d’un concours de photographie organisé par le groupe LAGARDÈRE (2016)

Médaillée de l’académie ARTS-SCIENCES-LETTRES (2015)

 

© Crédit photo : Réception de la médaille Arts-Sciences-Lettres

à l'hôtel Intercontinental, Paris. 2015

 

Médaille du rayonnement culturel de LA RENAISSANCE FRANÇAISE (2014)

Prix de poésie néoclassique ANDRE OMBREUSE, SAPF (2014)

Grand prix international CHARLES LE QUINTREC (Mention spéciale), SAPF (2012)

Primée lors du 7e concours international de Poésie La Porte des Poètes (1999)

 

Articles dans la presse

2004-2015 :

www.facebook.com/notes/sarah-mostrel/presse1-2004-2015-sur-le-travail-de-sarah-mostrel/10151654651030639/

2016-2017 :

www.facebook.com/notes/sarah-mostrel/presse-2-2016-aujourdhui/10155684746850639/

Interventions

www.facebook.com/notes/sarah-mostrel/interventions/10152446132565639/

Chronologie des passages en radio

https://www.facebook.com/notes/sarah-mostrel/passages-radios/10155484997590639/)

 

INTERVIEWS ET INTERVENTIONS EN RADIO

 

Les interviews de Sarah Mostrel sont aussi sur www.sarahmostrel.online.fr/?radios, sur soundcloud.com/sarah-mostrel et www.youtube.com/user/SarahMostrel

–  4 décembre 2017 : Emission radio Air Show, sur "Pour un humanisme éclairé"
https://www.mixcloud.com/Arnokoby/emission-du-4-decembre-2017-christophe-médici-air-show/

– 24 avril 2017 : interview radio par Maya Nahum sur Radio JFM
. Emission "L’Étoile et le jasmin" sur "Un amour sous emprise"
– 5 avril 2017 : Interview radio par Jean-Paul Reynaud autour d'"Un amour sous emprise" sur
CKCU literary news, radio canadienne : http://cod.ckcufm.com/programs/414/31811.html

– 28 mars 2017 : Interview autour de "Célébration" sur IDFM98 Enghien dans l'émission "Au-delà du miroir" de Joëlle Vérain : http://www.idfm98.fr/celebration-sein-chant-sacre-sarah-mostrel/

– 20 février 2017 Emission radio Air Show :
www.mixcloud.com/Arnokoby/emission-du-20-février-2017-comment-surmonter-une-rupture-amoureuse/ : http://frblogs.timesofisrael.com/emission-consacree-a-sarah-mostrel-et-un-amour-sous-emprise/

– 8 février 2017 Emission Radio JM "Paris cultures spectacles" : www.youtube.com/watch?v=YZwFyblkCmU

– 2 janvier 2017 Radio Montréal Cité : soundcloud.com/user-973517900/sarah-mostrel-l-artiste-a-la-une

– 21 décembre 2016 sur CKCU literary news radio canadienne (poèmes sous fond de musique juive) :

http://cod.ckcufm.com/programs/ondemand-player.html?id=30308&token=Sh3%5BndLKAH%3B5o5Rm%3BE%27BabHulf%5C%26Mx%40%3EJoYh%60-9i4l%2BK%2F%5BQp%3A%3A

– 30 novembre 2016 : dans "Entre Amis" sur Radio J :

http://www.radioj.fr/node/136

– Interview radio Daniel Michaut, danieljdog11 septembre 2016 :

www.youtube.com/watch?v=NdJw1wc7Y7k

– Radio Hexagone FM 11 juin 2016

https://www.mixcloud.com/denis-durand/luciano-reçoit-sarah-mostrel-11-juin-2016/?play=fb&fb_action_ids=10208633417226947&fb_action_types=mixcloud%3Auploadyoutu.be/phz9ztgYlCY

–  Radio Côte d'Opale, 28 mai 2016

Radio JL Lyon (Entre vous et moi) 25 mai 2016

www.youtube.com/watch?v=QTx5mTTt7-A

– Radio Arc en ciel : 21 mai 2016

www.youtube.com/watch?v=HebQqXh2YmQ

– Radio JM Marseille (Paris, Cultures et spectacles) : 15 mai 2016

https://www.youtube.com/watch?v=s9ZO0YRl628

(http://frblogs.timesofisrael.com/emission-consacree-a-sarah-mostrel-et-chemin-de-soie/)

–  Radio Vibe : 7 mai 2016

(http://www.radiovibe.fr/wa_files/Parlez-moi_20de_20vous-_20invite_CC_81_20Sarah_20M__20pre_CC_81sente_CC_81e_20par_20JP_20Reynaud.mp3)

– Cocktail show : interview sur Radio Air Show (17 mars 2016): http://sd-5b.archive-host.com/membres/up/14235193352562581/Cocktail_Show/Audrey_Shine_-_Lilian_Llyod_-_Sarah_Mostrel_-_Cocktail_Show_17_03_2016.mp3

Radio BLTV, interview radio chez François Deymier, émission "Et si on allait mieux !" (19 novembre 2015). http://www.btlv.fr/sarah-mostrel-osez-dire-je-taime.html

(www.btlv.fr/extrait-video-oser-dire-je-taime-sarah-mostrel.html)

NEW STAR PEOPLE Spéciale poésie (12 juillet 2015) : //adr90.webnode.fr/products/sarah-mostrel/

CKCU literary news (22 octobre 2014) : http://cod.ckcufm.com/programs/414/19215.html

RTBF : interviewée par Anne Geritzen dans "La pensée et les hommes" (octobre 2013)

http://www.lapenseeetleshommes.be/?Pod_Radio%3A2013%3A10080

CKCU Literary News, Canada : Interviewée par Hans G. Ruprecht (mars 2013),

http://cod.ckcufm.com/programs/player.raw.html?id=11857

– Interview radio par Michel Berger pour "Les artistes ont la parole" (octobre 2013)

www.youtube.com/watch?v=X5dPMyXsuTY

Radio People : Interviewée par Philippe Jung sur la radio suisse (24 sept. 2013).

http://www.radio-people.ch/podcasts/le-coup-de-phil/chanteurs-chanteuses-dj-s/356-sarah-mostrel-auteur-journaliste-chanteuse-24092013
 

RJL Lyon : interviewée par Patricia Drai dans "Entre vous et moi" (12 mars 2013) : www.youtube.com/watch?v=QTx5mTTt7-A
 

VALLÉE FM : Beth'El, Interviewée par Nathalie Zylberman (10 mars 2013) : soundcloud.com/sarah-mostrel/vall-e-fm-10-03-2013

RJM : Interviewée par Gilbert Gabbay (28 octobre 2012)

RJFM : L'ÉTOILE ET LE JASMIN, Interviewée par Edouard Nahum (juin 2012) : www.youtube.com/watch?v=kt5WUMbYyuU

CKCU Literary News, Canada : Interviewée par Hans G. Ruprecht (Interview en anglais, septembre 2012) :

http://www.ckcufm.com/uploads/pod/litnews1pod38.mp3

–  CKCU literary news Chroniques littéraires, Canada : Interviewée par Hans G. Ruprecht http://www.ckcufm.com/uploads/pod/litnews2pod12.mp3, (mai 2012)

Radio JM : interviewée par Monique Naccache (mars 2011) : www.youtube.com/watch?v=rs_-tUPPFhY

– LE LIRE ET LE DIRE, Fréquence Paris Plurielle. Interviewée par Jean-Claude Caillette et Eric Dubois : 'http://www.wat.tv/audio/emission-lire-dire-15-mars-3idg7_2g6sn_.html (mars 2011)

Radio JFM : Interviewée par Lise Gutmann (14 septembre 2009) : www.youtube.com/watch?v=CsE5eEKwWFA
 

RMC : Interviewée par Brigitte Lahaie (24 juin 2009)

Invitée dans l'émission "Lahaie, l'Amour et Vous par" : soundcloud.com/sarah-mostrel/rmc

 

Radio Ici et Maintenant : Interviewée par Jean-Paul Bourre ! (95.2 FM), 4 février 2004

www.youtube.com/watch?v=ly8oZO0SjQA
 

Radio Libertaire : interviewée par Jhean Vanlanghenhoven, (3 émissions, en 2002, 2003, 2004)
 

FRANCE MUSIQUE : Poèmes sélectionnés par le jury de France Musique (R. Espili, G. Pierron, L. Bettoni) sur le thème "appel à écriture musique et cinéma" : textes écrits sur Le beau Danube bleu de J. Strauss et Platoon (Barber). Enregistrement par Véronique Sauger pour le web de France Musique et les Contes du jour et de la nuit (diffusion en février 2012). http://sites.radiofrance.fr/francemusique/_c/php/emission/popupMP3.php?e=11&d=435000580

http://sites.radiofrance.fr/francemusique/_c/php/emission/popupMP3.php?e=11&d=435000803

 

Autres

 

CHRONIQUES RADIO

 

– 25 juillet 2017 : chroniqueuse sur Dynamic radio, avec Thigpotard (Thierry Neyraud)

– Chroniqueuse sur AIR SHOW dans l’émission de Christophe Medici « Pour vivre heureux, vivons coachés. » Quelques podcasts :

– 26 juin 2017 :

http://www.dailymotion.com/video/x5z1voj,

www.mixcloud.com/Arnokoby/emission-du-26-juin-2017-air-show-scomment-gerer-un-deuil/

– 20 février 2017 :

www.mixcloud.com/Arnokoby/emission-du-20-février-2017-comment-surmonter-une-rupture-amoureuse/

– 4 décembre 2015 :

www.mixcloud.com/Arnokoby/christophe-medici-emission-du-4-decembre-2015-la-générosité-en-question-les-hommes-naissent-tous/

– Chroniqueuse pour DATING RADIO (www.datingradio.fr) :

https://soundcloud.com/search?q=love%20conseil

 

 

EN TÉLÉ

 

Vidéo : Osez dire je t'aime ! sur Experts télé :

http://www.youtube.com/watch?v=fN8FJI2q_V8

et DATING TV (rubrique Love Conseil) et sur MCE : (https://www.youtube.com/playlist?list=PLccqs2z7503m3OXnPNMrQBG_OgokTkirg
et www.youtube.com/playlist?list=PLrSGcQJuoy104gFLsQUJkHWF9Tqz5aYZl).

 

Quelques liens

Page facebook : www.facebook.com/sarah.mostrel

Chaîne You Tube : www.youtube.com/user/SarahMostrel

Clips : www.youtube.com/playlist?list=PL021766CFCE286241

Chaîne Soundcloud : soundcloud.com/sarah-mostrel

Site : www.sarahmostrel.online.fr

 

***

 

Pour citer ce texte

 

Sarah MOSTREL (texte & photographies), « Sarah Mostrel par elle-même », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Encyclopédie évolutive de la poésie mineure (ou des femmes et du genre en poésie) de la SIÉFÉGP, section « Les poètes par eux-mêmes », [En ligne], mis en ligne le 26 février 2018. Url : http://www.pandesmuses.fr/ency/sarahmostrel

 

 

© Tous droits réservés                    Retour à la Section

Page créée le 26 février 2018

Repost0
Rédaction de la revue LPpdm - dans Encyclopédie
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 10:04

 

Encyclopédie évolutive de la poésie mineure 

(ou des femmes et du genre en poésie)

                                                   

 

Section de la poésie engagée : "Féminismes, vies et œuvres engagées"

 

 

 

Portrait croisé

 

 

George Sand et Louise Michel :

 

 

deux avant-gardistes féministes

 

 

du monde littéraire français

 

 

Rédactrice : Maggy de Coster

 

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

 

© Crédit photo : Photographies des auteures/autrices, domaine public

 

Propos liminaires

 

Georges Sand et Louise Michel sont deux grandes figures littéraires féministes nourries des idées socialistes progressistes. L’une a combattu par la plume, l’autre, passionnée, modèle de dignité et de ténacité a mené sans concession une lutte acharnée contre l’injustice. Dans cette optique, nous nous proposons de faire ressortir les convergences et divergences dans leur cheminement. Cependant notre propos n’est pas de verser dans une analyse de contenu des œuvres des deux protagonistes, d’ailleurs très riches et abondantes, mais d’établir un parallèle entre les voies et moyens utilisés par ces deux femmes de lettres engagées dans la lutte contre l’injustice.

 

George Sand

 

Née à Paris le 1er juillet 1804, Amantine Aurore Lucile Dupin, fille de Maurice Dupin de Francueil et Sophie-Victoire Delaborde. Elle est l’arrière-petite fille du Maréchal Maurice de Saxe du côté paternel, donc elle est à cheval sur l’aristocratie et la classe populaire, ce qui la porte à dire :

 

On n’est pas seulement l’enfant de son père, on est aussi un peu, je crois, celui de sa mère. Il me semble même qu’on l’est davantage, et que nous tenons aux entrailles qui nous ont portés, de la façon la plus immédiate, la plus puissante, la plus sacrée. Or, si mon père était l’arrière-petit-fils d’Auguste II, roi de Pologne, et si, de ce côté, je me trouve d’une manière illégitime, mais fort réelle, proche parente de Charles X et de Louis XVIII, il n’en est pas moins vrai que je tiens au peuple par le sang, d’une manière tout aussi intime et directe ; de plus, il n’y a point de bâtardise de ce côté-là.

 

Dans sa généalogie, George Sand revendique la primauté de l’héritage de sa généalogie maternelle. Cela révèle aussi son attachement au matriarcat. Avec sa grand-mère bien-aimée Marie-Aurore de Saxe, Aurore Dupin, elle découvre Jean-Jacques Rousseau et se nourrit des lectures de Chateaubriand à travers le Génie du christianisme, de Montaigne, de Montesquieu, de Dante, d’Aristote, de Shakespeare, de Virgile et des philosophes comme Leibniz, Locke etc. Caroline la grande sœur maternelle d’Aurore Dupin se présente chez Marie-Aurore de Saxe sa grand-mère pour la chercher, elle se fait chasser sans ménagement par cette dernière. La petite Aurore, traumatisée par cette injustice, tombe malade.

Ayant eu recours à un subterfuge pour cacher son identité sexuelle afin de se prémunir du rejet du monde littéraire, elle devient George, synonyme de force dans la tradition berrichonne et Sand n’est que le raccourci du nom de son amant Jules Sandeau avec lequel elle a écrit Rose et Blanche, ou la Comédienne et la religieuse, paru en 1831 sous le nom de Jules Sand. Notons que c’est par l’entremise de ce dernier qu’elle fera la connaissance de Balzac. À l’instar de plusieurs femmes de lettres, elle se travestit donc en homme afin de déjouer le poids de la condition féminine au XIXème siècle qui pèse sur les femmes.

 

 

Louise Michel

 

Louise Clémence Demahis dite Louise Michel est née au Château de Vroncourt, canton de Bourmont en Haute-Marne, le 29 mai 1830 de Marianne Michel, femme de chambre des châtelains Demahis. La belle Marianne aurait été surprise, en pleurs, par la châtelaine qui insista pour savoir la raison de son chagrin. Et Marianne d’avouer qu’elle était enceinte de Laurent, le fils de cette dernière. La rumeur voulait que Laurent eût subi cette paternité pour protéger son père, Étienne Charles Demahis qui finit par l’expulser du château.

Louise Michel reçoit une éducation solide mais libérale dans une ambiance voltairienne, sous la houlette de son grand-père, avocat républicain à la retraite, humaniste et fin lettré, et de sa grand-mère adorée qui l’initie à la musique et à la poésie, sans abstraire sa proximité avec sa mère Marianne. Notons qu’à l’époque l’école n’était pas encore accessible aux filles et qu’il eut fallu attendre 1850. À la mort de son grand-père, elle avait 15 ans et voulait se faire religieuse. C’est à la mort de sa grand-mère Charlotte Maxence Porquet Demahis que sa vie va basculer. Désespérée, elle lance ce cri de détresse :

 

Hélas ! Pourquoi ces jours ont-ils passé si vite ?

Déjà tu restes seule et sur ton front serein

J’ai peur de voir une ombre et que tu ne me quittes.

Comme au jour où l’aïeul mourut, tenant ma main,

Je me sens frissonner ; mon âme se délite

Sous le vent glacé du destin.

 

À la mort de sa grand-mère est chassée du Château de Vroncourt par sa belle-mère. Elle dilapida son héritage financier en jouant la bonne samaritaine, elle se retrouva sans ressource, aussi s’écria-t-elle : « Me voilà arrachée à mon repos et jetée dans un océan orageux, sans avoir, sans ressources mais avec du courage, de la jeunesse et une grande croyance en Dieu… »

À Cherbourg, elle va se rendre à l’évidence de la triste réalité de la condition ouvrière et c’est de là que va naître chez elle le déclic révolutionnaire. Elle exerce avec passion son métier d’institutrice dès janvier 1853 dans la maison Causelle, rue de Ham à Audeloncourt en Haute-Marne. À la rentrée de 1857, grâce à l’aménité de son ami Fayet, Louise trouvera une place d’institutrice dans la pension de Mme Vollier, rue du Château d’Eau à Paris. Elle dilapide son maigre salaire dans l’achat des livres et au profit des défavorisés. Mue par l’esprit républicain, en 1865, elle se révolte contre la misère environnante et commence à porter un regard réprobateur sur Napoléon III.

Contrairement à Louise Michel, George Sand convola avec François-Casimir Dudevant. Le 17 septembre 1822 dont elle eut deux enfants Maurice et Solange (qui dit-on, serait la fille de Stéphane Ajasson). Notons qu’à l’époque le mariage enfermait les femmes dans une position de mineure, le divorce n’existant pas encore (après sa suppression par Napoléon I), une séparation de corps sera prononcée le 16 février 1836 par le Tribunal de la Châtre pour motifs « injures graves, sévices et mauvais traitements » reconnus.

 

Si l’une et l’autre se révoltent contre les injustices sociales, il existe toutefois des divergences dans leur engagement politique.

 

À la proclamation de la IIIème République, George Sand se mobilise en faveur des condamnés et prisonniers politiques en intervenant auprès de Napoléon III. Ainsi, elle entreprend de multiples démarches en leur faveur, au cours des mois de janvier et février 1852. Cependant en 1871, elle n’a pas hésité à rejoindre les écrivains qui condamnent la Commune de Paris comme Gustave Flaubert, Théophile Gautier, Alphonse Daudet, Émile Zola, Leconte de Lisle et ose même critiquer Victor Hugo. Elle plaide pour une amnistie générale, mais sa tentative n’aboutira pas.

George Sand va jusqu’à s’exprimer en ces termes : « Les exécutions vont leur train. C’est Justice et nécessité », propos qu’elle justifiera dans le Journal Le Temps. À la faveur de la chute de Louis-Philippe et aux termes de la Monarchie de juillet le 24 février 1848, George Sand s’illustra par un engagement politique actif en créant La cause du peuple, Le bulletin de la République et l’Éclaireur de l’Indre.

L’échec de la Révolution et l’arrestation massive des députés dont Adolphe Thiers sonnent le glas de sa militance politique et la plongent dans la désillusion. Confrontée à la censure de la presse, elle se retranche dans ses écrits littéraires pour faire passer ses messages à travers ses romans, le théâtre et ses correspondances.

George Sand, anticléricale à l’égal de Louise Michel a reçu tout comme elle une éducation basée sur la foi chrétienne qui s’est modifiée à la faveur de l’esprit des Lumières. Aussi s’insurge-t-elle contre le clergé qui porterait « un voile mensonger sur la parole du Christ, une fausse interprétation des sublimes Évangiles, et un obstacle insurmontable à la sainte égalité que Dieu promet, que Dieu accordera aux hommes sur la terre comme au ciel ». L’ancienne pensionnaire du couvent des Augustines anglaises collaborait au Journal Le Monde fondé par Lamennais, le démocrate chrétien dont elle disait : « Nous vous comptons parmi nos saints... vous êtes le père de notre Église nouvelle ». Elle partageait aussi les idées de Leibniz et de Saint-Simon sans se réclamer ouvertement de la doctrine de ce dernier. La libération de la femme devenait la toile de fond de son roman Indiana (1832). À l’époque elle venait de se séparer de son mari. Elle récidivait avec Valentine paru la même année et Lélia (1833). Ce sont des romans dits féministes. La question sociale sera également son cheval de bataille. Cela dit dans Lettre à Guéroult en date du 20 octobre 1835, tome III p.73, on peut lire ce qui suit :

 

Je vous dis, moi je ne connais et n’ai qu’un principe : celui de l’abolition de la propriété. Voilà en quoi j’ai toujours vénéré le saint-simonisme.

 

Souscrivant à un mysticisme énergique, elle avançait :

[…] je révère ceux qui, dans ce siècle maudit n’ont subi aucun entraînement vicieux, et qui se retirent dans une vie de méditation et de recherche pour rêver le salut de l’humanité. Mais je crois qu’avec la moindre vertu mise en action et soutenue par une certaine énergie, on en ferait plus qu’avec toute la sagesse des nations délayées dans les livres.

 

Républicaine et socialiste en 1848, elle n’avait pas hésité à rejoindre en 1871 les écrivains qui condamnaient la Commune de Paris, comme Gustave Flaubert, Edmond de Goncourt, Théophile Gautier, Maxime Du Camp, Charles Marie René Leconte de Lisle, Alexandre Dumas fils, Ernest Renan, Alphonse Daudet, Ernest Feydeau et Émile Zola.

Entre temps Louise Michel, personnage emblématique de la Commune, surnommée la « Vierge rouge », s’active, pose des barricades. Elle sera arrêtée et condamnée à mort. Radicalement opposé à la peine capitale, Victor Hugo, sans approuver ses agissements, va intervenir en sa faveur pour obtenir sa libération.

 

Louise Michel, rebelle et généreuse

 

En 1851, âgée de 21 ans, elle fit ses premiers pas dans le journalisme dans L’Écho du peuple de Chaumont sous un prénom masculin comme Gorge Sand en signant Michel Demahis. Figure emblématique de la commune de Paris, Louise Michel prenait parti pour les petites gens, défendait les minorités, les noirs de la Nouvelle Calédonie, les déportés algériens. C’est une âme rebelle et généreuse qui n’hésiterait pas à donner sa vie pour la cause qu’elle défendait. À ce compte la mort ne lui serait pas moins une apothéose. Il n’est pas toujours facile de s’accuser d’une faute qu’on n’a pas commise mais elle l’avait fait sans hésitation. « Si vous n’êtes pas des lâches, tuez-moi », déclara-t-elle le 16 décembre 1871 devant le tribunal militaire. Quelle bravoure ! Victor Hugo la magnifia en lui consacrant un poème intitulé son poème Viro Major (Plus grand qu’un homme), dont voici des extraits :

 

Ayant vu le massacre immense, le combat

le peuple sur sa croix, Paris sur son grabat,

La pitié formidable était dans tes paroles.

Tu faisais ce que font, les grandes âmes folles

Et, lasse de lutter, de rêver, de souffrir,

Tu disais : « Jai tué ! » car tu voulais mourir.

 

Ou encore :

 

Tu mentais contre toi, terrible et surhumaine.

Judith la sombre Juive, Aria la Romaine

Eussent battu des mains pendant que tu parlais.

Tu disais aux greniers : « J’ai brûlé les palais ! »

Tu glorifiais ceux qu’on écrase et qu’on foule.

Tu criais : « J’ai tué ! Qu’on me tue ! – Et la foule

Écoutait cette femme altière s’accuser.

Tu semblais envoyer au sépulcre un baiser ;

Ton œil fixe pesait sur les juges livides :

Et tu songeais, pareille aux graves Euménides.

 

 

George Sand : une vie littéraire intense et une vie sentimentale agitée

 

Elle mena une vie littéraire très intense et reçut tant dans son domaine de Nohant qu’à Palaiseau des personnalités très variées comme Franz Liszt, Frédéric Chopin, Marie d’Agoult (connue sous le pseudonyme de Daniel Stern), Honoré de Balzac, Gustave Flaubert Eugène Delacroix cependant ce n’était pas sans affronter la misogynie de nombre de ses congénères comme Charles Baudelaire, Jules Barbey d’Aurevilly. Elle avait une vie sentimentale agitée découlant probablement de l’échec de son mariage contracté à l’âge de seize ans. Aussi fustigea-t-elle le mariage.

 

Condamnant vivement La Commune, elle justifiait sa position dans le journal Le Temps en posant des arguments conservateurs car elle y voyait un moyen de saper les bases de la République naissante. Elle préféra proposer « L’éducation pour tous » comme alternative à la Commune. Loin de la remettre en question, les critiques ont préféré privilégier son autorité littéraire, son ascendant sur les écrivains de sa génération en tant que femme, à savoir la place qu’elle avait su occuper à leurs côtés et pour avoir su s’imposer à ses détracteurs.

 

Cela dit, à Balzac elle inspira les Galériens ou les Amours Forcés signifiant l’idylle entre Franz Liszt et Marie d’Agoult. Cette dernière est campée sous les traits de Béatrix, (le titre éponyme du roman) et le compositeur sous celui de Conti, paru dans la Collection de La Comédie humaine, roman où George Sand est représentée par Camille Maupin. En 1862, elle fut la seule femme à être admise au traditionnel dîner Magny réunissant le gratin du monde intellectuel comme Ernest Renan, Augustin Sainte-Beuve sans oublier Gustave Flaubert, son fidèle ami ainsi que des scientifiques et des journalistes.

 

George Sand laisse une œuvre foisonnante qui compte plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’œuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Elle a publié environ quatre-vingt-dix titres évoquant pour la plupart le Berry sans compter ses correspondances d’écrivain, comprenant plus de quarante mille lettres connues et recueillies entre 1812 et 1876.

 

 

Qu’en est-il de Louise Michel ?

 

 

Tout aussi polyvalente que George Sand, sociétaire de l’Union des poètes, Louise Michel a écrit des romans, des nouvelles, des poèmes, des contes pour enfants, des essais, des opéras, des opérettes, des mémoires, des chansons, une encyclopédie et des pièces de théâtre, dignes d’intérêt mais pour la plupart inédits. Vingt-sept titres ont été publiés de 1861 à 1898. treize œuvres posthumes entrent dans sa bibliographie. Ses œuvres se trouvent dispersées à Amsterdam, à Moscou et aussi au Musée de l’histoire vivante à Montreuil, lequel abrite cent cinquante-cinq pièces de l’écrivaine.

Institutrice très avant-gardiste et boulimique des savoirs, elle se forme sur tous les fronts et participe à des réunions à caractère social. Ainsi se développe sa conscience politique. C’est dans la lecture des Misérables que l’ancienne royaliste trouvera sa voie. Mue par l’esprit républicain, en 1865, elle se révolte contre la misère environnante et commence à porter un regard réprobateur sur Napoléon III. En 1871, elle collabore au Cri du peuple fondé par Jules Vallès et Pierre Denis.

Déportée en Nouvelle Calédonie en 1873, elle fait la connaissance de Henri de Rochefort et prend parti pour les autochtones et crée Petites Affiches de la Nouvelle-Calédonie et édite Légendes et chansons de gestes canaques. Ses correspondances entreprises depuis l’âge de quinze ans avec Hugo sous le nom de Enjolras, se poursuivirent jusqu’au moment de sa retraite à Guernesey. C’était l’époque où elle écrivait La Marseillaise noire, véritable chant de guerre :

 

La nuit est courte et fugitive

En avant tenons-nous la main

Garde à toi citoyen qui vive

Républicain républicain

Entendez-vous les cris d’alarme

Écoutez gémir le tocsin

Lève-toi peuple aux armes aux armes

 

 

 

Elles ont toutes les deux défendu les valeurs féministes

 

Pour Louise Michel, féministe avant la lettre : « La question des femmes est […] inséparable de la question de l’humanité » ou encore : « Notre place dans l’humanité ne doit pas être mendiée, mais prise. » (Cf. L’histoire de ma vie). Son militantisme ne lui laissait guère de place pour une vie privée sinon équilibrée du moins connue et non plus le temps de vivre de sa plume. Cela ne lui valait-elle pas le surnom de la Vierge rouge si bien qu’elle aurait eu un enfant caché de Victor Hugo. Cet enfant de sexe féminin, prénommé Victorine aurait grandi sous le sceau du secret pour ne pas nuire à l’éminence de la personnalité du poète et homme politique qu’elle admirait tant et qui l’aurait trahie, si l’on en croit les révélations du journaliste et écrivain Yves Murie, descendant même de Victorine. (Cf. L’enfant de la Vierge rouge, L’Harmattan, 2002, 288 p.)

Les deux femmes étaient reconnues et vénérées de leur vivant pour leurs engagements politiques respectifs. Quant à Louise Michel, elle avait préféré enseigner dans des écoles publiques libres au lieu de prêter serment à Napoléon III qui fut un ami de George Sand et qui l’accompagna jusqu’à sa dernière demeure. Pour saluer la mémoire de George Sand, le poète et critique anglais Matthew Arnold avance dans un article commémoratif : « L’immense vibration de la croix de George Sand dans l’oreille de l’Europe ne s’éteindra pas de si tôt. On a abondamment parlé de ses passions et de ses erreurs. Elle les a laissés derrière elle et le monde l’oubliera. Ce que l’humanité retiendra d’elle, ce sera le sentiment d’avoir bénéficié du passage sur cette terre de cette grande et franche nature, d’avoir été stimulé par cette vaste et pure expression, l’expression des dieux primitifs ». Cf. (« George Sand », Mixed Essays New York, 1901, p.240-260). Après la lecture de ses romans : Indiana, Jacques et Lelia, le critique littéraire italien Giuseppe Mazzini ne tarit pas d’éloges en faveur de la romancière en affirmant : « Tout le monde reconnaît que du point de vue de la langue, du style, de la forme et de l’imagination, elle est la deuxième des écrivains français contemporains. Elle serait la première si Lamennais n’était pas encore vivant » (Cf. G. Mazzini, Scritti editti. Epistolario vol. XVIII, Imola Galeati, 1921, 16 juin 1837). Histoire de donner écho à la cause italienne en France, l’Italie étant à l’époque un pays morcelé et où la place de la femme était encore dans la sphère domestique.

 

 

En résumé, on peut dire que George Sand et Louise Michel sont deux femmes de lettres d’exception qui avaient en commun la vénération de leurs grands-mères maternelles respectives par qui elles furent élevées. Elles admiraient toutes les deux l’œuvre de Victor Hugo. George Sand entretenait une grande amitié épistolaire sans jamais le rencontrer contrairement à Louise Michel qui l’aurait rencontré une seule fois au temps de sa jeunesse. Elles militaient toutes les deux pour une société égalitaire et sans clivage. Elles ont légué toutes les deux une œuvre très abondante à la postérité. Si George Sand avait fait des concessions en matière politique quant à Louise Michel, elle avait défendu ses idées jusqu’au bout et sans concession donc elle était restée égale à elle-même politiquement jusqu’à sa mort. Son engagement politique a en quelque sorte occulté sa carrière de femme de lettres si bien que seul le titre de communarde lui est connu aujourd’hui par plus d’un. Elles avaient toutes les deux soutenu et accompagné les plus faibles : George Sand n’avait pas hésité à voler au secours des comédiens en détresse et Louise Michel à ôter son jupon pour l’offrir à une pauvresse. Elles restent toutes les deux attendrissantes de bonté. C’était deux belles âmes, chacune à sa façon. Leurs œuvres respirent leurs actes et leurs idées.

 

On conviendra donc que le mode opératoire des deux écrivaines diffère. Louise Michel est allée plus loin que George Sand dans ses actes révolutionnaires, ce qui lui a valu l’étiquette de « Pétroleuse » alors que le nom de George Sand est resté lié à sa propriété dans le Berry d’où son surnom : « la Dame de Nohant ».

Atteinte d’une occlusion intestinale George Sand expire le 8 juin 1876 à Nohant et l’accompagnent à ses funérailles le 10 juin suivant son ami Flaubert, Alexandre Dumas Fils et le Prince Napoléon. Louise Michel meurt d’une pneumonie à Marseille au cours d’une Tournée de conférences dans le sud de la France. Son corbillard est suivi par une foule de cent-vingt-mille au cimetière de Levallois.

Nous parachevons cet article en rééditant La Reine Mab, un des rares poèmes de George Sand, paru pour la première fois le 15 décembre 1832 dans les Soirées littéraires de Paris, un album de fines gravures de Madame Amable Tastu.

 

La Reine Mab

(Ballade)

 

 

Chasseur, sur cette plaine

Que vois-je donc venir ?

Dans la nuit incertaine

Qui peut ainsi courir ?

Quelle rumeur profonde

S’élève dans les airs !

Est-ce du sein de l’onde

Que partent ces concerts ?

 

Ces vivantes nuées,

Ami, c’est le sabbat ;

Des follets et des fées

C’est l’essaim qui s’ébat.

Ils escortent leur reine,

Mab, aux cheveux dorés,

Dont le pied couche à peine

L’herbe fine des prés.

Vois-tu, c’est la plus belle

Parmi les fils de l’air.

Plus d’un barde pour elle

Souffre un tourment amer.

Oh ! crains qu’elle te montre

Seulement son pied blanc ;

Ou songe, à sa rencontre,

À te signer, tremblant.

 

À son regard perfide

Ne va pas t’exposer.

Ici-bas la sylphide

Ne saurait se poser.

Pétulante et menue,

L’air est son élément ;

Elle enfourche la nue

Et chevauche le vent.

 

Quand la lune se lève,

Sur le pâle rayon

Elle vient comme un rêve,

Dansante vision.

Le duvet que promène

Le souffle d’un lutin

Est le char qui l’emmène

Au retour du matin.

 

Au bord des lacs humides,

Dans la brume des soirs,

De ses ailes rapides

Effleurant les flots noirs,

Sur un flocon d’écume

Que le vent fait voguer,

Molle comme une plume,

Elle aime à naviguer.

Lorsqu’à grand bruit l’orage

Court sur le bois flétri,

La fleur d’un lis sauvage

Souvent lui sert d’abri :

La tempête calmée,

Elle prend son essor,

Et s’envole embaumée

D’une poussière d’or.

 

Au nid de l’hirondelle

Qui pend sous le rocher,

Parfois, pliant son aile,

On la voit se cacher ;

Puis, s’élançant comme elle

Sur les flots en fureur,

Rire à la mer cruelle,

Où sombre le pêcheur.

 

En vain de son passage

Sur l’Océan vermeil

J’ai cherché le sillage

Au lever du soleil,

La grève de sa trace

Ne peut rien retenir ;

D’elle, hélas ! tout s’efface,

Tout, hors le souvenir !

 

Le pieux solitaire

À cru souvent, la nuit,

Voir sa forme légère

Glisser dans son réduit ;

Mais, loin qu’il l’exorcise,

À son regard si doux,

Pour un ange il l’a prise,

Et s’est mis à genoux.

 

Du chasseur téméraire

Elle égare les pas,

Et rase la bruyère

En lui tendant les bras ;

Sur la mare trompeuse,

Qu’elle effleure sans bruit,

Elle l’attend, moqueuse,

L’y fait choir, et s’enfuit.

Mais, dit-on la diablesse,

Soit caprice ou remord

Parfois d’une caresse

Tient en suspend la mort.

Eh bien ! Mab est si belle,

Qu’on me verrait courir

Après un baiser d’elle,

Quand j’en devrais mourir !

 

(George Sand, La Reine Mab, ballade, ce poème a été transcrit par Maggy de Coster)

 

 

Bibliographie partielle de George Sand : Indiana (1832) ; (Le Compagnon du Tour de France) ; Mauprat (1837) ; Consuelo (1843) ; Le Meunier d’Angibault (1845) ; La Mare au diable (1846) ; François le Champi (1848) ; La Petite Fadette (1849) ; Les Maîtres sonneurs (1853) ; Histoire de ma vie (1855) ; Les Beaux Messieurs de Bois-Doré (1858)

 

Bibliographie partielle de Louise Michel : Misère, roman (1886, avec J. GUETRE) ; Les Microbes, roman (1886 et suiv.) ; Nadine (drame, 1882) ; Le Coq rouge (drame, 1888) ; Je vous écris de ma nuit : correspondance générale de Louise Michel 1830-1905, éd. de Paris (1999) ; Plus de mille 1000 correspondances et réponses. ; Histoire de ma vie (autobiographie), texte établi et présenté par Xavière Gauthier, Presses universitaires de Lyon, 180 p, tome I, juin 2000 ; Le livre de bagne, précédé de Lueurs dans l’ombre, plus d’idiots, plus de fous (écrits sur l’enfermement asilaire et carcéral) et Le Livre d’Hermann, présenté par Véronique FAU-VICENTI, Presses universitaires de Lyon, 150 p, oct. 2000.

 

 

Cet article est également classé dans le Calepin des personnes d'exception

 

***

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Portrait croisé. George Sand et Louise Michel : deux avant-gardistes féministes du monde littéraire français », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Encyclopédie évolutive de la poésie mineure (ou des femmes et du genre en poésie) de la SIÉFÉGP, section de la poésie engagée : « Féminismes, vies et oeuvres engagées », [En ligne], mis en ligne le 31 août 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/portrait-sand-michel

 

© Tous droits réservés

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Encyclopédie Calepins SIEFEGP
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 14:11

 

Encyclopédie évolutive de la poésie mineure 

 

(ou des femmes et du genre en poésie) de la SIÉFÉGP

 

 

 

Section de la poésie engagée :

 

 

« Féminismes, vies et œuvres engagées »

 

 

 

Dans la section de la poésie engagée intitulée « Féminismes, vies et œuvres engagées », on souhaite explorer les différentes formes d'engagement en poésie et par extension en littérature (mineure) où la poétique joue un rôle important dans la vie et/ou l’œuvre des femmes et hommes de lettres. Il s'agit donc d'esquisser des portraits voire des profils de types de parcours/voies poétiques. Cette section permet à notre Encyclopédie (entreprise éditoriale érudite mais surtout pragmatique et pratique) de se différencier des autres encyclopédies et dictionnaires en mettant fin au formatage traditionnel et systématique de ces ouvrages en élargissant les horizons du traitement de l'information et de la réception des vies et des ouvrages des auteur-e-s.

Dina Sahyouni

 

 

Maggy de Coster, « Portrait croisé. George Sand et Louise Michel : deux avant-gardistes féministes du monde littéraire français » |

 

 

Pour citer ce billet

 

SIÉFÉGP, « Section de la poésie engagée : "Féminismes, vies et œuvres engagées" », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Encyclopédie évolutive de la poésie mineure (ou des femmes et du genre en poésie) de la SIÉFÉGP, [En ligne], mis en ligne le 30 août 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/encyclopedie-section2

 

© Tous droits réservés

Page créée le 30 août 2017, en construction.

Dernière mise à jour le 31 août 2017

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Encyclopédie SIEFEGP

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2020
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous présente son festival en ligne Megalesia édition 2020 du 1er avril au 1 er 30 septembre 2020 Crédit photo : " La Muse du chant et de la dance Terpsichore", toile de François Boucher, domaine public. Festival numérique, international...
  • Table
    Table de Megalesia 2020 Édition 2020 du 1er avril au 1er 30 septembre Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie...
  • Participer à la journée "Un pan de poèmes pour Toutes à l'école 2020"
    Megalesia 2020 | Appels à contributions | Événements & manifestations avec des membres de notre équipe | Agenda poétique Participer à la journée "Un pan de poèmes pour Toutes à l'école 2020" Crédit photo : "Three little girls"/"Trois petites filles (ou...
  • Invitation aux soirées de Barbara au Lyceum (Club International de Genève)
    Megalesia 2020 | Annonces diverses Invitation aux Soirées de Barbara au Lyceum (Club International de Genève) Barbara Polla Site où elle publie régulièrement : https://sarasvati.fr/ ou https //womentoday.fr/ Blog officiel : https://barbarapolla.wordpress.com/...
  • Exposition virtuelle | Paysages. Peindre en confinement
    Megalesia 2020 | Bémols artistiques | Expositions virtuelles Paysages. Peindre en confinement Mariem Garali Hadoussa Artiste peintre & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme nabeul" © Crédits photos : Mariem Garali Hadoussa "Sept tableaux...
  • No1|MDV|Célébration
    PÉRIODIQUES | REVUE MDV | N°1 | CÉLÉBRATION Célébration © Crédit photo : Cristina Rap (illustration et photographie), Marceline Desbordes-Valmore, dessin inspiré de ses œuvres, été 2020. Succinct Do (Dossier) Jean-François Blavin, « Marceline Desbordes-Valmore...
  • Les poèmes de Marceline Desbordes-Valmore chantés, parlés, accompagnés
    REVUE MDV | N°1 | Célébration | DO (Dossier) Les poèmes de Marceline Desbordes-Valmore chantés, parlés, accompagnés Annpôl KASSIS Brève introduction à la formation et aux savoirs littéraires et musicaux de Marceline Desbordes-Valmore Avant toute présentation...
  • Thomas de Vuillefroy répond à nos questions
    Megalesia 2020 | Entretiens artistiques, poétiques & féministes Thomas de Vuillefroy répond à nos questions Propos recueillis par Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédit photo : "Portrait de l'artiste Thomas de Vuillefoy". Thomas...
  • Et voilà le rouge qui bouge !
    Megalesia 2020 | Sourires & rires féministes Et voilà le rouge qui bouge ! Mariem Garali Hadoussa Artiste peintre & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme nabeul" Crédit photo : "Alejandra Higareda", 2017, image de Wikimedia, domaine public,...
  • Inébranlable cèdre !
    Megalesia 2020 | Faits-divers & catastrophes | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. | Textes poétiques Inébranlable cèdre ! Mokhtar El Amraoui Liban altier généreux Liban Ton grand cèdre ne cédera pas Ton destin de phénix ne t’a jamais...