8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 13:32

 

Megalesia 2020 | 8 avril | Distinctions 2020 | Prix poétiques de la SIÉFÉGP

 

 

 

Le Prix International de Poésie pour l'ensemble de son Œuvre de l'Académie Claudine de Tencin

 

 

 

 

Ce prix international de poésie récompense l'ensemble des œuvres d'une littératrice le 8 avril de chaque année durant le festival Megalesia afin de célébrer les femmes et le genre en poésie ou La Journée Internationale de la Poésie Mineure. Il est décerné avec le titre honorifique "Princesse des Poètes" à une femme de lettres qui n'appartient pas au Conseil Administratif de l'Académie de Tencin. 

 

Attestation officielle

 

 

Crédit photo : Portrait de la femme de lettres, Claudine Guérin de Tencin, domaine public​​​​​​.

 

Académie Claudine de Tencin

 

        Grenoble le 8 avril 2020

 

 

La Présidente de l'Académie Claudine de Tencin a l'honneur et la joie d'annoncer à la femme de lettres Madame Françoise URBAN-MENNINGER que le Conseil Administratif de l'Académie lui a décerné le Prix International de Poésie 2020 pour l'ensemble de son Œuvre avec le titre honorifique "Princesse des Poètes" et lui adresse ses sincères félicitations.

 

 

Signature de la Présidente

Dina SAHYOUNI

 

 

Cette distinction suspendue en 2019, a été attribuée pour la première fois en 2018 à Camille AUBAUDE :

 


Académie Claudine de Tencin

 

        Grenoble le 8 avril 2018

 

 

La Présidente de l'Académie Claudine de Tencin a l'honneur et la joie d'annoncer à la femme de lettres Madame Camille AUBAUDE que le Conseil Administratif de l'Académie lui a décerné le Prix International de Poésie 2018 pour l'ensemble de son Œuvre avec le titre honorifique "Princesse des Poètes" et lui adresse ses sincères félicitations.

 

Signature de la Présidente

Dina SAHYOUNI

 

***

 

Pour citer cet avis


Le PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm), « Le Prix International de Poésie pour l'ensemble de son Œuvre de l'Académie Claudine de Tencin », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Megalesia 2020|Distinctions 2020 « Prix poétiques de la SIÉFÉGP du 8 avril », mis en ligne le 8 avril 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/prix-tencin

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés                                 Retour à la table de Megalesia​​

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Distinctions Megalesia
21 février 2018 3 21 /02 /février /2018 15:22

 

1er concours international de poésie  

 

 

Poème sélectionné sur "les animaux"

 

 

 

Bel orchestre

 

 

Mariem Garali Hadoussa

 

Artiste peintre & poète

Présidente de lassociation "Voix de femme nabeul"

 

Extrait reproduit de Comme nos pluies seront parfumées !

avec l’aimable autorisation de l'auteure/autrice

 

 

 

 

Bel orchestre

Les buissons frémissent à notre passage,

Les oiseaux s’arrêtent de gazouiller,

Pour nous écouter chanter d’une seule voix !

Nous nous dirigeons vers l’étang,

Sa surface brille de mille étoiles reflétées !

Allons nous asseoir sur son bord !

Les grenouilles nous rejoignent,

Les cigales chantent et dansent

Toutes si contentes de nous voir,

Parmi elles, si heureux, si légers !

Les oiseaux nous rejoignent aussi !

Quel bel orchestre !

Quelle merveilleuse nature !

Lettre n°13 | Textes poétiques

 

***

Pour citer ce poème

 

Mariem Garali Hadoussa, « Bel orchestre », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poétiques|Concours international (édition 2017-18 sur les animaux, le handicap & la joie) & la Lettre n°13 mis en ligne le 21 février 2018. Url : http://www.pandesmuses.fr/2018/2/orchestre

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 16:34

 

1er concours international de poésie 

 

 

Poème sélectionné sur "la joie"

 

 

 

Ode à Gaïa pour 2018

 

 

/

 

إنشودة إلى غايا لعام ٢٠١٨

 

 

 

Camille Aubaude

Sites officiels : http://www.camilleaubaude.com/

& www.lamaisondespages.com/

Blog officiel : https://camilleaubaude.wordpress.com/

 

 

Poème traduit en arabe par 

Ketty Salem

 
 

 

Ode à Gaïa pour 2018

 

 

Colombe qui porte le Nom,

sais-tu que je suis faite pour me brûler les ailes

comme le Papillon amoureux de la Flamme ?

 

Je suis bien hors de mon pays

en des Maisons aux langues étrangères

dont j’entends bruire les Délices !

 

Reine de Paix, tu es Celle qui est.

Il y a encore une Mission extrême,

lavée des douceurs du fatras catholique

sous l’écorce pleine de vers de notre basse époque

aux émotions cruelles, aux attentes inchangées

qui se veulent éblouies mais ne sont que prisons

dans le cliquetis d’un ersatz de bonheur 

ruine, usure, fatigue.

 

Ah ! la Terre m’étreint.

Elle ne dit rien, elle danse.

Terre de Genèse !

Elle naît dans la volupté du désir

bruissant d’oiseaux et de graines telluriques :

Quinoa          Quiwicha

et de fruits :

Granada       Passion

 

L’Éden est ce monde, pas l’autre.

 

Tu le dis, ô Mon Ange

au Visage radieux, si plaisant qu’il faut le croire !

Parée de Boucliers d’Or

lorsque volètent des Papillons renouvelés,

Tu l’enfouis en mon Âme

pour nous éveiller en Grâce et en Beauté.

 

Je t’aime et goûte tes caresses

d’Amour sacré.

 

***

Avec la traduction de Ketty Salem, traductrice des Poèmes d’Amboisepour augurer la réussite de la reconstruction d’Alep et de la Syrie :

 

 

 

إنشودة إلى غايا لعام ٢٠١٨

 

 

كولومب اسم على مُسمىّ[1]

أتعرفين أنني خُلقتُ لأحرق جناحيَّ

شأن الفراشة عاشقة اللهب ؟

 

حقاً إنني خارج بلدي

في منازل ذات لغات أجنبية

يتناهى إليَّ منها حفيف الملذات !

 

ملكة السلام، هكذا أنتِ.

لا تزال هناك رسالة قصوى،

هي غسل عذوبة الخليط الكاثوليكي

تحت القشرة المفعمة بديدان عصرنا المنحط

ذي الانفعالات الوحشية، والانتظارات التي لا تتبدل

وتريد أن تكون منبهرة لكنها ليست سوى سجونٍ

في قعقعة تستعيض عن السعادة

حطاماً، تلفاً، تعباً.

 

آه ! تضمني الأرض.

لا تنبس ببنت شفة، إنها ترقص.

أرض الخليقة والتكوين !

ترى النور في لذة الرغبة

تعج بالطيور وبحبات أرضية

من جبال الأند

ومن فواكه : "حبات العشق"

 

فجنة عدن هي هذا العالم، وليست العالم الآخر.

 

تقولينه، يا ملاكي

يا ذا الوجه المشرق، والبالغ الظرافة لذا يجب تصديقه !

لقد تزينتِ بدروع من ذهب

حين ترفرف فراشات تتجددُ

تدسين وجهك في روحي

لنستيقظ في الحسن والجمال.

 

أحبك وأتذوق لمساتك

من الحب المقدس.

 


[1] ـ كولومب تعني بالفرنسية حمامة أي حمامة السلام. (المترجمة)

 

***

 

La Fondation Camille Aubaude-Maison des Pages

      30 rue Beaubourg 75003 PARIS        

       La Maison des Pages 37400 AMBOISE

      lamaisondespages@orange.fr

      

vous souhaite une année pleine de vitalité, de réussite et d’humanité 

ainsi que pour tous ceux qui vous sont chers 

 

 

et vous rappelle les lectures du  VOYAGE EN ORIENT par Delphine André, avec les figures acrobatiques de Raphaëlle Gayon, le 4 novembre 2018, sur les hauteurs de la cité d’art, Quintin (22800, Côtes d’Armor) :

Lecture orientale à la Maison Mère de Camille AUBAUDE et à la galerie Daniel Templon : http://www.pandesmuses.fr/2017/9/concours-ode.html

D’autres informations et poèmes sur nos sites internet :

 

http://www.lamaisondespages.com

 http://www.camilleaubaude.com

http://camilleaubaude.wordpress.com

 

et dans les agendas :

 

https://www.printempsdespoetes.com/index.php?url=agenda

http://www.pandesmuses.fr/2016/10/57fb89ec-a727.html

 

Lettre n°13 | Textes poétiques

 

Poésie géopoétique

 

***

Pour citer ce poème

 

Camille Aubaude, «Ode à Gaïa pour 2018/إنشودة إلى غايا لعام ٢٠١٨ », traduction de Ketty Salem, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poétiques|Concours international (édition 2017-18 sur les animaux, le handicap & la joie) & la Lettre n°13 mis en ligne le 7 février 2018. Url : http://www.pandesmuses.fr/2018/2/ode-gaia

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost0
5 février 2018 1 05 /02 /février /2018 15:26

 

Lettre n°13 | N°8 | Dossier majeur | Florilège de textes poétiques

 

 

 

 

 

Habiter la vie & Pour elle

 

 

 

 

 

Yannick Resch

 

 

 

 

 

Habiter la vie

 

 

Des mois

qu’elle ne me reconnaît plus.

qu’elle ne sait plus

que je suis sa fille

 

Elle est ailleurs.

Un espace-temps

dont j’ignore tout.

 

Elle me fixe un instant.

Je cherche le détail

qui retient son attention

collier ? Coiffure ?

Le prénom que je répète,

le mien ou celui de ses petits-enfants ?

 

Elle a détourné les yeux

ni mes gestes

ni le son de ma voix

ne la ramènent à moi.

 

Je m’approche doucement

pour croiser son regard.

Une ombre passe

dans ses prunelles

quelque chose l’inquiète

ou lui déplaît.

 

Je caresse ses mains

ses cheveux

je cherche à établir

un contact.

En vain.

j’ouvre un magazine

elle regarde sans voir

 

soudain

elle tend la main,

vers une photo.

touche du doigt

les traits du visage

m’empêche de

tourner la page

 

 

 

Sa main seule

est capable

de dire non.

 

Depuis des mois

je la contemple

dans son silence

 

dans son endurance

à vouloir vivre

jusqu’au bout

du possible

 

et j’apprends

dans le doigt

qui se tend

dans le tremblement

des lèvres

de sa bouche muette

dans le frémissement

de la paupière

sur le regard perdu

 

j’apprends

cette force infinie

habiter la vie.

 

***

 

Pour elle

 

 

 

POUR ELLE

 

I

 

Longtemps je suis restée

immobile et muette

guettant son regard

ses mots et ses gestes

refusant les signes

d’un désastre à venir.

 

Maintenant je la vois

absente près de moi

dans la nuit qui l’entoure

elle ne dit rien, ma mère

ne dira plus jamais rien.

 

Son silence dans ses yeux

le mur de ses yeux

qui seulement brillent

à la vue d’un enfant.

 

Elle est toute raide

repliée dans son corps

les poings fermés

sur ses genoux serrés

elle ne desserre pas les bras

ne les ouvrira pas

comme autrefois

pour accueillir les chagrins

et les pleurs d’un tout petit.

 

Sans répit ma mémoire

 

Je la vois en des lieux

où elle était heureuse

loin dans le temps

où j’étais une enfant.

 

Elle était la reine

dans le cœur de mon père

elle était belle

mauvaise parfois

quand j’étais rebelle

elle ne comprenait pas

que je lui tienne tête

que je fuie sa présence

rejoignant mes amies

jusqu’au fond de la nuit.

 

Si différente d’elle

je ne savais l’aimer

qu’éloignée de son corps

je rêvais de tendresse

 

Aujourd’hui je lui parle

Je pose la main

dans ses cheveux

sur son visage

et je suis sans regret

quand je vois sur ses lèvres

relâchées

se dessiner un sourire

 

comme un apaisement

après une caresse.

 

 

Notice biographique

 

Yannick RESCH est professeure des universités à la retraite. Elle a consacré une partie de son travail universitaire à l’œuvre de Colette qu’elle a coéditée dans la collection de la Pléiade, éditions Gallimard, une autre partie aux littératures francophones et plus spécialement à la littérature québécoise. Sa création est tournée vers la poésie. Derniers ouvrages :

Essais / biographies

Écrire/danser la vie Colette et Isadora Duncan, (L'Harmattan)

Gaston Miron Tel un naufragé (éditions Aden, collection Le cercle des poètes disparus)

200 femmes de l’Histoire, Eyrolles


Recueils de poèmes

Au plus haut du désir, (éditions Hippocrène, 2016)

Encres vives

Publications dans des périodiques

Poèmes publiés dans les revues Phoenix, les Archers, Les Écrits (Québec)

 

Distinctions

Officier de l’Ordre des Palmes académiques,

Membre de l’Ordre des Francophones d’Amérique,

Prix Pétrarque Cénacle européen francophone 2016,

Prix Gracia-Vincent 2016

***

 

1er concours international de poésie 

 

 

Poèmes sélectionnés sur "le handicap"

 

Pour citer ces poèmes

 

Yannick Resch, « Habiter la vie » & « Pour elle », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N° 8 Supplément sur « la maladie et la vieillesse en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger & Événements poétiques|Concours international (édition 2017-18 sur les animaux, le handicap & la joie) mis en ligne le 5 février 2018. Url : http://www.pandesmuses.fr/2018/2/vie-elle

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

 

Repost0
Rédaction de la revue LPpdm - dans Numéro 8 Événements poétiques Distinctions

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Table de Megalesia 2022
    Table de Megalesia 2022 Édition du 1er avril au 15 juin* Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie (SIÉFÉGP)...
  • André Seleanu, "Le Conflit de L’Art Contemporain. Art tactile, art sémiotique", L’Harmattan, 2022, 225 pages, 23€
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Bémols artistiques André Seleanu, Le Conflit de L’Art Contemporain Art tactile, art sémiotique, L’Harmattan, 2022, 225 pages, 23€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédit photo : Première de couverture...
  • Le chant de mon oud
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Poésie, musique art audiovisuel | Poésie érotique & N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège | Poésie érotique Le chant de mon oud Poème & dessin Mokhtar El Amraoui © Crédit...
  • Pour que cesse !!
    Événements poétiques | Concours Féministes | Festival des poésies féministes 2021 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes Pour que cesse !! Nouria Diallo-Ouedda Crédit photo : Mimosa rouge de l'été.jpg", image Wikimedia,...
  • Bains de lumière
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Témoignages & articles Bains de lumière Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Edgar Degas, (1834-1917), "Une baigneuse s'épongeant la jambe" (1883). Image libre de droits. Dans...
  • Parfum de couleurs
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège Parfum de couleurs Poème & dessin Mokhtar El Amraoui © Crédit photo : Mokhtar El Amraoui, « Parfum de couleurs ». Pourquoi, humain, ne voudrais-tu être Que froide et laide nuit Alors qu’au fond...
  • La fleur et la fée
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | I. Le merveilleux féerique au féminin | Poésie des aïeules/Astres & animaux La fleur & la fée Zoé Fleurentin (1815-1863) Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni Crédit photo : Rose sous...
  • Scepticisme
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | Poésie des aïeules/ Philosophies & sagesses en poésies Scepticisme Zoé Fleurentin (1815-1863) Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni Crédit photo : "Terracotta statuette of à draped goddess",...
  • La nature
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | I. Le merveilleux féerique au féminin | Poésie des aïeules/Astres & animaux | Travestissements poétiques La nature Zoé Fleurentin (1815-1863) Poème choisi & transcrit avec un commentaire par...
  • Astarté l’immortelle
    Événements poétiques | Festival International Megalesia 2022 | II. Le merveilleux féerique féministe | Florilège & Recueil de nouvelles de Dicé | Avant première Astarté l’immortelle Mona Azzam Crédit photo : la déesse "Astarté l’immortelle ", Commons,...