1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 19:02

 

1er concours international de poésie

 

Poème sélectionné sur le "handicap"

 

 

Supplément au n °6 | Muses au masculin

 

Poésie engagée

 

 

 

Un été pas comme les autres

 

 

 

 

Mhamed Hassani

 

 

 

 

La mer gronde

L’enfant somnole

Le soleil brille

L’enfant s’endort

La brise se fait caressante

L’enfant rêve…

Un été pas comme les autres

Pour ces enfants

Qui chantent et qui dansent

 

Je suis né

Sans crier gare

J’ai pris

Le train du désespoir

Et depuis je suis

L’handicapé

Que l’on cache

Que l’on maudit

Que l’on touche

Que l’on bénit

 

Je suis né

J’ai appelé

La vie m’a entendu

Et j’ai couru

Jusqu’à tomber

Pour ne plus me relever

Et depuis je suis devenu

« L’handicapé »

Que l’on gatte

Que l’on guette

Ou que l’on rejette

 

 

Je suis né

À la fin de ma vie

Je refais un parcours

Qui ne mène ni ne ramène

Je suis celui qui prend tout

Et ne donne rien

 

À ma naissance

Tout était joué

Pour les uns malédiction

Pour les autres, bénédiction

Mais toujours bourgeon

Que l’on arrose

En toute saison

Sans attendre de moisson

 

Je suis là

Je chante et je danse

Je soulage

La peine des bien-portants

Je suis « l’handicapé »

Que l’on gatte toujours

Que l’on ne cache plus

Qui vous prend un peu

Et vous rend heureux*

 

***

 

*L’auteur, Mhamed Hassani, était président fondateur d’une association d’aide aux inadaptés mentaux à Bejaia en Algérie. Pour la première fois, en 2002, un camp de vacance a été organisé pour cette catégorie d’enfants de la région d’Aokas, en bord de mer. Durant ce séjour exceptionnel, le poète ne put s’empêcher d’écrire ces vers en regardant « ses » enfants s’amuser follement avec leurs surveillants.

***

 

Pour citer ce poème

 

Mhamed Hassani, « Un été pas comme les autres », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poétiques|Concours international (édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie) & Supplément au n°6 sur « Penser la maladie et la vieillesse en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 1er novembre  2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/concours-etepascommelesautres.html

 

© Tous droits réservés | Retour au sommaire du Supplément | n°6

Lien à venir

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Événements poétiques Numéro 6 Distinctions
15 octobre 2017 7 15 /10 /octobre /2017 16:47

 

1er concours international de poésie

 

Poème inédit pour "Les voix de la paix et de la tolérance" 

 

 

 

Poème sélectionné sur le thème "la joie"

 

 

 

La voix d'un enfant inconnu

 

 

 

Mona Gamal El-Dine

 

 

 

En souvenir des enfants coptes massacrés sur le chemin de monastère de Saint Samuel à Minieh

 

 

Musique

 

Je contemple l’arbre anéanti et la terre brûlée...

J’ai poussé un cri d’amour et de désespoir...

Je n’entends pas le chant des oiseaux, ni leurs petits gazouiller comme autrefois...

Je pleurais et le ciel pleuvait...

Je vis le présent mais le passé m’habite... j’ai effacé les souvenirs !

 

Il était une fois, des champs de blé, surface dorée, étaient l’espoir de nourrir les habitants de la vallée...

Comme ma mémoire est perturbée, je me souviens que je jouais avec les filles et les garçons : Léa, Mina, Amal, Khalid, Youssef,...

 

À l’époque, les cloches de l’église annonçaient un événement, nous rentrons avec l’espoir de partager le pain sacré...

 

Avant le coucher du soleil, c’était le retour des paysans avec leurs troupeaux, nous sautions de joie devant cette image...

Nous rentrons pour le dîner...

C’était la joie de vivre...

 

Sur le chemin, l’odeur du pain engouffré dans le four nourrit notre cœur avec un immense bonheur...

Sur la route des souvenirs, j’ai perdu mes mots, les cris des enfants et le chant des oiseaux...

 

Je ne me souviens plus des couleurs de l’arc-en-ciel, au moment du coucher de soleil, sur notre village...

J’ai oublié les couleurs de joie des costumes traditionnels des femmes,...

 

Je suis revenue pour marcher sur les cadavres de mon village, corps silencieux, yeux ouverts sans regard qui voudraient raconter l’histoire de notre village anéanti – arrêt sur l'image – sans reconnaissance de mémoires...

 

Anges innocents, ils n’ont pas touché le bonheur de la vie

Un fantôme obscure hante ses victimes

Les âmes révoltées sont en souffrance

On mutile les cadavres, on brûle leurs objets sacrés

Leur corps immobile, continue à méditer...

L’œil de la divinité est indifférent du flot de sang ? !

Combien de poèmes pour me consoler ? !

 

Musique

 

Il était une fois, un village, une montagne, des enfants qui jouaient, des femmes préparaient le pain, des hommes récoltaient le blé, des mariages et des deuils, une vie de village !...

 

Des arbres grandissaient pour faire de l’ombre sur notre village bien aimé…

Des oiseux parlaient, chantaient, ils vivaient en paix !

 

Il était une fois, des larmes de joie, mariages, fêtes, départ, tambours...

Je suis revenue à l’époque où des tambours de guerre et des nouvelles suspendues,...

Je suis abasourdie par les nouvelles diffusées, déformées par la radio qui annonce un seul gagnant, celui qui a réussi à mettre le feu dans toutes les vies...

Celui qui a triomphé en semant la peur, anéantissant des sentiments nobles...

Décadence avec fierté...

 

Musique

 

Mon cœur saignait, mes mains tremblaient, mes yeux en larmes...

Je ne pouvais pas distinguer les cadavres, même pas jeter un dernier regard,...

Mes cousines, mes cousins, mes nièces, mes neveux, les enfants du village.

Où sont-ils ?

 

Musique

 

L’œil observe la fosse commune...

Oui, ils sont tous ensemble...

Oui, nous sommes ensemble dans la douleur, dans le deuil de l’Humanité...

Les enfants du monde déposent des gerbes de fleurs rouges, devant le mémorial de l’enfant inconnu,...

Ces innocents sont massacrés sans idée légitime ?!

Est ce vrai que Dieu est puisant ?... juste ?

 

Le ciel abriterait- il les criminels ?!

 

Ces enfants envoient un message à l’Humanité…

Nous sommes la terre, nous sommes la Paix !

 

Musique

 

Ils conseillent de dire, d’écrire, de chanter l’hymne de la Paix, chaque matin à l’école...

Ils souhaiteraient offrir des fleurs, chaque jour pour fleurir les tombeaux, les protéger contre l’oubli.

 

Ils seraient satisfaits d’envoyer aux victimes des lettres d’amour car ils sont les martyrs de la Paix...

 

Musique

 

Ils voudraient être la mémoire vivante dans le cœur de l’Humanité…

Ils s’adressent à l’Humanité pour nous dire : le temps est venu pour vivre en Paix ensemble !

 

 

En ce moment, sur cette note d’espoir, ainsi s’achève le message d’un enfant inconnu...

 

Mon crayon cesse de bouger et s’arrête sur ces mots en or : Ensemble pour la Paix !

 

 

Musique

 

Ya May, .. waladi... (appel d’un enfant à sa mère)

 

Ya May...Waladi... (réponse de la mère)

 

Ya May...Waladi...

 

 

Accompagnement musical

Thomas LALLEMAND

Guitare

 

26 mai 2017, ce poème a été traduit en espagnol

 

Poésie engagée

 

 

Lettre n°12 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages

 

***

Pour citer ce poème

 

Mona Gamal El-Dine, « La voix d'un enfant inconnu », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n° 12 & Événements poétiques|Les voix de la paix et de la tolérance|Concours international (édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie), mis en ligne le 15 octobre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/concours-voix-enfant.html

 

© Tous droits réservés                            Retour au sommaire

Repost0
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 15:50

 

1er concours international de poésie/1 st international competition

 

 

 

Poèmes sélectionnés sur le thème "le handicap"/Selected poems on "Disability"

 

 

 

 

The pain

 

 

and

 

 

 

Instead of my will

 

 

 

Tatjana Debeljački

 

 

 

 

 

The pain

 

 

 

I take a nap and IT HURTS,

I fall asleep, wake up

IT HURTS

I think about something else

I feel THE PAIN

I look for myself,

I lie to myself,

I get drunk,

and IT HURTS,

and IT HURTS.

To die in the arms of someone who does not trust you

IT HURTS.

 

***

 

 
Instead of my will

 

 

Before the sunrise,

Before the cock-a-doodle-do,

Barking of the dog,

And something else,

While I’m introducing myself,

I’m showing special attention

Laughing at

The double-echoing applause.

By the same sound they are revealing the secret.

Are these the people I used to know ?

Why are they here ?

I accept the boquets

Of withered words.

I don’t have time to dry the greeting,

To tune up the look.

To shake hands.

I’m in a hurry for thirsty Eros

Blisfully absent minded !

 

 

 

***

 

 

Pour citer ces poèmes/To cite these poems

 

Tatjana Debeljački, « The pain » & « Instead of my will », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poétiques|Concours international (édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie), mis en ligne le 10 octobre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/concours-pain.html

 

© Tous droits réservés                            Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Événements poétiques Distinctions
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 08:45

 

1er concours international de poésie

 

 

Poème sélectionné sur le thème "les animaux"

 

 

Oiselle en gras vagabonde

 

 

Natacha Guiller

 

Blog/blogue : http://natachaguiller.blogspot.fr/

 

 

 

 

Le mât voilé, l'âme amaigrie

Le bois massif à bleuets

Restauration à plat

Dorure frappée du siège

 

Icelui n'incorpore la liberté cloison

Ma prison d’espérance, d'expérience plastique

Chambrée laboratoire où le cobaye en gestes

Trafique le tamanoir en atteste l'autruche

 

Bled in bed, voyage autour de ma jambe

La danse d'réclusion, je chausse mes chaussons

À sabots repus, saute exilée des symptômes

Sabotage addictif du schéma de saint-homme

 

L'illuminée inextricablement trouble

Dépasse tout sans drainer le passage

Annexe patiente chancelle le dénivelé

Des caves à pompes funambules

 

Mythiques chroniques

De la vieille fille frêle et fêlée

Créative en rêve, la course débile

Énigmatique bile arriérée de sagesse

 

***

 

Pour citer ce poème

 

Natacha Guiller, « Oiselle en gras vagabonde », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poétiques|Concours international (édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie), mis en ligne le 10 octobre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/concours-oiselle.html

 

© Tous droits réservés                            Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Événements poétiques Distinctions

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • La petite musique
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie La petite musique Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : une magnifique image de Claude Menninger,...
  • Ah, revoir la Niagara ! (haïkus)
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Ah, revoir la Niagara ! (haïkus) Chantal Robillard Crédit photo : "Niagara Falls", winter 1911 ", Commons,Wikimedia. Au bord de la rivière, Je prends les embruns Dans cheveux et figure. Penchée...
  • Inutile [enfer]tile
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Biopoépolitique | Réflexions féministes sur l'actualité Inutile [enfer]tile CAM[...]ILLE Je me présente, au moins vous serez témoins : J’ai été privée de ce qui devait être un besoin Je suis celle qu’on plaint, celle...
  • C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles
    Lettre n°15 | Réflexions féministes sur l'actualité C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles Dina Sahyouni Crédit photo : " Gousses de Haricot Tarbais", Patrick Boilla, Commons. Les témoignages associés à #MeTooInceste sur les crimes...
  • Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise et écologique Centre d'impression numérique Everest
    Lettre n°15 | Eaux oniriques...| Revue des éditrices & éditeurs ou Revue des Métiers du livre Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise & écologique Centre d'impression numérique Everest Propos recueillis par David Simon pour LE PAN POÉTIQUE DES MUSES...
  • Barbara Polla (dir.), Équinoxe, recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Annonces diverses | Annonce de parution Barbara Polla (dir.), Équinoxe recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020 LE PAN POÉTIQUE DES MUSES a le plaisir de vous annoncer...
  • Mer infamilière
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Mer infamilière Texte de Carole Clotis Œuvres artistiques de Poline Harbali Site officiel © Crédit photo: P oline Harbali, Série Le Damas des autres, no 1. « Et ce jour-là les grands vaisseaux,...
  • Nous ferons l’amour et Mon souffle dessine
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie Nous ferons l’amour & Mon souffle dessine Textes de Sylvia Undata Site officiel Poèmes reproduits de son recueil érotique Murmures avec son aimable autorisation...