4 août 2022 4 04 /08 /août /2022 17:50

N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules | Voies-Voix de la sonorité 

​​​​​

 

 

 

 

 

 

L'amie

 

 

 

 

 

​​

Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859)

Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni

 

 

 

 

​​​© Crédit photo : Dessin de Marceline Desbordes-Valmore trouvé dans son recueil cité ci-dessous & photographié par DS pour LPpdm.

 ​​​​

 

 

Quand mon ombre au soleil tremble seule et s'incline,

Quand je cherche des pas à l'entour de mes pas,

Quand j'écoute attentive et que je dis tout bas :

« Personne! » une jeune ombre éternelle, divine,

Se lève et me répond : « Me voici, Marceline !


 

« Ne dis jamais : Personne ! où l'abandon te prend.

Si tu montes vers Dieu, je suis sur la colline ;

Si tu descends en pleurs, je descends en pleurant. »

– Et mon âme s'écrie : « Oh ! bonsoir, Albertine ! »

 

 

 

Le poème ci-haut provient de DESBORDES-VALMORE, Marceline (1786-1859), Poèmes et proses, Préface et notes de Tony TAVEAU, Paris, Marcel SEHEUR éditeur (10 rue Tourlaque XVIIIe), coll. « L'âme de la femme », 1928, p. 43. Le recueil appartient au domaine public.

 

 

 

* Voilà ce qui est imprimé dans le livre à propos de cette collection :

La collection « L'Âme de la Femme ». Il a été tiré de cette édition soixante-quinze exemplaires sur papier de Hollande, numérotés de 1 à 75. Le quatrième volume à paraître est le « Dictionnaire des Étiquettes de la Cour » de Madame de Genlis.

 

 

***

 

 

Pour citer ce poème d'amitié & de sonorité entre aïeules

 

 

Marceline Desbordes-Valmore, « L'amie », extrait de DESBORDES-VALMORE, Marceline (1786-1859), Poèmes et proses, Préface et notes de Tony TAVEAU (1928), choisi & transcrit par Dina Sahyouni pour Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°11 | ÉTÉ 2022 « Parfums, Poésie & Genre »mis en ligne le 4 août 2022. URL :

http://www.pandesmuses.fr/no11/mdv-amie


 

 

 

Mise en page par Aude

 

 

Retour au sommaire du N°11

Liens à venir​​

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Numéro 11 Amour en poésie Muses et féminins en poésie
3 août 2022 3 03 /08 /août /2022 17:50

N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Poésie, musique & art audiovisuel


 

 

 

​​​​​

 

 

 

En mal d'amour, la nouvelle chanson

 

 

de MIKA vous console

 

 

 

 

 

© Crédit photo : MIKA dessinant un cœur lors d'un de ses concerts, une des imges fournies en 2021 par ​Catherine Melin, @Vebemika & d'autres Fans du chanteur. 

 

​​

© MIKA - Who's Gonna Love Me Now (Official Visualizer) The official visualizer for

 

 

« Lately I hit self-destruct

It’s like my on switch can’t turn off 

I’ve been up and down spinning round yo yo never hit the ground »

par MIKA, « Who's Gonna Love Me Now », juillet 2022.

 

 

 

 

Après son éclatant single « Yo Yo » lancé le 13 mai dernier et présenté lors de la finale de l'Eurovision le 14 mai, et un duo d'été en italien avec la rappeuse Baby K1, l'auteur-compositeur-interprète MIKA revient avec une nouvelle chanson écrite pour le film engagé en faveur des personnes LGBTQ+ au titre bien évocateur « Anything's Possible » du réalisateur  Billy Porter (chanteur et acteur également).2

 

Et cette fois-ci encore, l'artiste offre au public une nouvelle litanie mélodieuse intitulée « Who's Gonna Love Me Now » dans laquelle, le chanteur à succès s'approche de plus en plus de toutes les personnes en mal d'amour. Or, celles-ci se retrouvent souvent empêtrées dans une situation délicate et peinent à porter le poids de leurs désarrois et solitudes. 

 

D'emblée, cette rengaine émouvante dont le rythme rappelle celui du nô () lyrique japonais, est poétique et chantée tendrement pour tenter de décrire cet état affectif : ce mal d'amour qui frappe incessamment certains humains les fragilise ou pis les plonge dans une dépression.. parfois sans fin.

 

Ici, en lyreur (poète lyrique), MIKA tente de soulager cette peine, de l'accompagner et de l'apaiser en la sublimant à travers le chant, la musique, les mots et surtout leur poésie.

Et l'on peut exprimer les mêmes propos concernant la vidéo réalisée en noir et blanc des souvenirs de vacances heureuses du chanteur pour « Who's Gonna Love Me Now » qui ne fait que susciter et mettre en scène la nostalgie... Cet arrière-plan romantique et nostalgique se révèle donc être le décor parfait de la chanson dissociée du film pour consoler et apaiser en faisant appel à Mnémosyne (déesse symbolisant la mémoire et la mère des Muses) comme chronotope (ce concept a été développé par le théoricien de la littérature Bakhtine) dans Le court-métrage présent ci-dessus de « Who's Gonna Love Me Now ».

 

 

En effet, l'Art (comprend entre autres la poésie)3, comme l'explique bien le philosophe Nietzsche est un « facilitateur de vie »4 et bien avant lui le philosophe Schopenhauer affirmait que l'art nous console.5 Sans oublier la déclaration intéressante de l'écrivain Stig Dagerman :

 

« La consolation… je devrais dire la vraie, à la vérité, il n’existe pour moi qu’une seule consolation qui soit réelle, celle qui m’a dit que je suis un homme libre, un individu inviolable, un être souverain à l’intérieur de ses limites. »6 et la conclusion lumineuse de l'article de Jean-Marie Bédoret sur la "fonction consolatrice de l’Art" :
​​​​

 

« Hanté par l’éventuelle absurdité de la vie et la mort, Stig Dagerman indique que « les vraies expériences de vie sont hors du temps dans un combat pour la liberté » corroborant ainsi sa perception d’une consolation n’étant pas l’ordre d’une aide extérieure dépendante d’autrui. Au contraire, elle illumine le sens de soi.

L’art est consolant par sa capacité à accéder à ce sens de soi et par là-même à celui de la vie dans ces moments fugitifs, hors du temps, de communication vraie entre l’œuvre et l’amateur. »7



 

 

 

Pour vous qui êtes en peine, cette litanie profane et poétique peut probablement vous consoler et faire jaillir de vos larmes la limpidité de la beauté de votre liberté d'être et d'exister.

 

 

Notes

1. Voir la vidéo de cette séquence mémorable (MIKA, Eurovision 2022, Medley Performance), URL. https://m.youtube.com/watch?v=Sz6-8LoLeAo (vidéo incluse ci-dessous), à consulter aussi son Website, URL. https://www.yomika.com/ et la vidéo de son duo "Bolero", URL. https://youtu.be/m2l3pcdlqmk

2. Réf. Voir les liens suivants et The Queer Review :

a) https://twitter.com/mikasounds/status/1553747038608703489?t=ZACACXhgGrsrF-xYiLQYZA&s=19, b) https://twitter.com/mikasounds/status/1550546960872243200?t=bSqLzquGXM5L_xj6WyrVwA&s=19 ; MIKA : "NEW MUSIC! My song 'Who’s Going To Love Me Now' is featured on the soundtrack for the new #AnythingsPossible movie, out now on @PrimeVideo

I love this song! Heartbreaking, pure, sincere & with a stunning melody. I hope that you love it as much as I do. Check it out (link in bio) https://t.co/BAmiuH8F4m", c) https://thequeerreview.com/2022/07/15/outfest-la-2022-opening-night-film-review-anythings-possible-amazon-prime-video/

3. Voir l'éditorial de Dina Sahyouni, « La belle consolatrice » dans Le Pan Poétique des Muses, Lettre n°13, 2018, http://www.pandesmuses.fr/1/2018/consolatrice 

4. Cf. "Réponse ce matin avec Michel Guérin", URL: https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-chemins-de-la-philosophie/la-consolation-3-4-schopenhauer-et-nietzsche-l-art-consolateur-1555291

5. Voir la série de Michel Guérin sur ce point, URL: https://www.schopenhauer.fr/multimedia/l-art-peut-il-consoler.html

6. Voir Jean-Marie Bédoret, l'art. « À propos de la fonction consolatrice de l’Art » Dans Hegel 2014/4 (N° 4), pp. 396 à 404, URL. https://www.cairn.info/revue-hegel-2014-4-page-396.htm

7. Ibidem.

 

 

© Dinah, août 2022.

 

***

 

 

 

Pour citer cet article sur une poésie audiovisuelle 

 

Dinah, « En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°11 | ÉTÉ 2022 « Parfums, Poésie & Genre »mis en ligne le 3 août 2022. URL :

http://www.pandesmuses.fr/no11/mikavousconsole


 

 

 

Mise en page par Aude

 

 

© Tous droits réservés

Retour au N°2

 

Retour au sommaire du N°11

Liens à venir​​

Repost0
30 juillet 2022 6 30 /07 /juillet /2022 16:12

N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

​​

À mes vers

 

 

&

 

 

À une femme poète

 

​​

 

 

 

 

 

Zoé Fleurentin (1815-1863)

Poèmes choisis & transcrits par Dina Sahyouni

 

 

 

 

 

​​​​​Crédit photo : Elisabetta Sirani, "Melpomène, la Muse de la tragédie", domaine public, Wikimedia.

 ​​​​

 

 

À mes vers

 

 

 

Dans les sombres forêts qu'un Dieu caché tourmente,

Quand le chêne effrayé sent fléchir ses rameaux

Et jette sous les cieux sa voix qui se lamente,

Calme, la fleur sourit, se mirant sur les eaux,

 


 

Le vol de l'ouragan sème en vain l'épouvante ;

Elle garde, tranquille, à l'abri des roseaux,

Pendant que le torrent près d'elle gronde ou chante ;

Son parfum au poète et sa graine aux oiseaux.


 

 

Soyez tels, ô mes vers ! si l'amour vous inspire ;

Rendez-vous sans tarder où quelque âme soupire,

Cherchant le ciel d'azur sous l'orage vainqueur,


 

 

Et, discrets confidents, pour calmer ses alarmes,

Comme aux sources des bois vous baignant à ses larmes,

Dans ce cœur attristé faites naître une fleur !

 

 

 

 

 

À une femme poète

 

 

 

Tu demandais des fleurs, en voici pour ta tombe,

Ô toi qui vis trop tôt le rivage inconnu

Où la rose flétrie et la feuille qui tombe,

Pleuvent sur les mourants dont le jour est venu !

 

 

Recouvrez son front pâle, ô sombres scabieuses,

Mariez votre pourpre au muguet argenté,

Inclinez-vous sur elle, ô pervenches pleureuses,

Que sous un dais de fleurs son sein soit abrité !

 


 

En voyant de mes mains s'échapper vos corolles

Où les pleurs de mes yeux se plaisent à couler,

Qu'elle ait, dans le tombeau de plus douces paroles

Pour le céleste ami qui la vient consoler !


 

 

 

Car les frêles mourants dont le destin s'achève

Avant l'heure marquée à tout homme ici-bas,

Dans l'éternelle nuit ne cessent point leur rêve ;

La foule les oublie et ne les entend pas !


 

 

Mais nous qui comprenons les plaintes de la brise,

Nous, poètes errants au hasard emportés,

Nous savons deviner, quand un rameau se brise

Ce qu'il contient de pleurs pour les jours regrettés !



 

 

Aussi lorsque, le soir, passent des bruits étranges,

Nous, sans nous effrayer, nous écoutons, rêveurs,

Les immobiles morts parler avec les anges

Dont les lyres d'argent frémissent dans nos cœurs !


 

 

Recouvrez son front pâle, ô sombres scabieuses,

Mariez votre pourpre au muguet argenté ;

Inclinez-vous sur elle, ô pervenches pleureuses,

Louisa va sourire en renvoyant l'été !

 

 

Les poèmes ci-dessus proviennent de FLEURENTIN, Zoé (1815-1863), Poésies élégiaques (Ancienne élève de la Maison impériale de Saint-Denis), Paris, au bureau de la revue de la Province, C. VANIER, Libraire-Éditeur, 25 rue de Buffault, 1861, pp. 3-4 puis 28-30. Ce recueil de poèmes appartient au domaine public.

​​​​​​

 

***

 

 

Pour citer ces  poèmes élégiaques

​​

Zoé Fleurentin« À mes vers » & « À une femme poète », deux extraits de FLEURENTIN, Zoé (1815-1863), Poésies élégiaques, (1861), choisis & transcrits par Dina Sahyouni pour Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°11 | ÉTÉ 2022 « Parfums, Poésie & Genre », mis en ligne le 30 juillet 2022, Url :

http://www.pandesmuses.fr/no11/zf-femmepoete

 

 

 

 

Mise en page par David

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°11

Lien à venir​​

Repost0
28 juillet 2022 4 28 /07 /juillet /2022 15:37

 

N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège 
 


 

 

 

 

 

 

Des parfums divinement poétiques


 

 

 

 

 

 

Poèmes & peinture de

 

Sarah Mostrel

 

Site : https://sarahmostrel.wordpress.com 

Facebook www.facebook.com/sarah.mostrel

 

 

 

 

© Crédit photo : Sarah Mostrel, "Divinement poétique", huile sur toile. 

 

 


 

Arbre de vie
de la connaissance du Bien et du mal

Pilier référent autour duquel l’homme penche…

Difficile de se tenir droit 

et pourtant ! 

Les anges te gardent et te guident (si tu voulais bien voir) !

 

 

   

Jardin où coulent 4 Fleuves 

    de lait, de vin, de baume, de miel

Terre aux 4 bras,
    Pishon, Guihon, Tigre, Euphrate 

Où poussent 800 sortes d’arbres 

    Et dont le plus petit est le plus parfumé de la terre !
Gan Eden, tu me fais pleurer de joie !

 

 

 

Va et vagabonde
Au réveil du printemps
À l’amorce de l’hiver
Au signal de l’automne

 


Va et contemple
Admire la renaissance
La brillance de l’été
Viens célébrer l’amour
Humer son parfum
Admirer la myrte et boire le lait de fleur

En souvenir, une fragrance, si odorante
Qu’elle inonde tous les jardins du monde !

 

 

Éden, parée de ses plus beaux atours

Prône nature, vin et amour

Et danse de sa panoplie enchantée

À l’orée des bois et forêts

 

 

 

Parfums en toute saison 

Floraison et passion

Un défilé royal

Tout en fraîcheur, tout en couleurs, tout en fleurs… *

 

 

 

 

* © Sarah Mostrel, extraits de « Célébration » (paru aux éditions Unicité) et reproduits avec l'amiable autorisation de l'auteure et de sa maison d'édition.


 

 

***

 

 

Pour citer ces extraits de poèmes & tableau

 

Sarah Mostrel (poèmes & peinture)« Des parfums divinement poétiques », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°11 | ÉTÉ 2022 « Parfums, Poésie & Genre », mis en ligne le 28 juillet 2022, Url :

http://www.pandesmuses.fr/no11/sm-parfumsdivinementpoetiques

 

 

 

Mise en page par David

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire du N°11

Lien à venir​​

Repost0

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 11 | ÉTÉ 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°11 | ÉTÉ 2022 PARFUMERIE POÉTIQUE OU PARFUMS, POÉSIE & GENRE © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Strange roses", tableau. SOMMAIRE...
  • La jeune aveugle pianiste du concert de la loterie des artistes lyonnais en faveur des inondés du Midi
    N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules | Handicaps & diversité inclusive La jeune aveugle pianiste du concert de la loterie des artistes lyonnais en faveur des inondés du Midi Adèle Souchier (1832-19??) Poème...
  • Strasbourg, capitale mondiale du Livre en 2024
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Revue des Métiers du livre | Revue culturelle d'Europe Strasbourg, capitale mondiale du Livre en 2024 Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Cette...
  • Muse
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules Muse Adèle Souchier (1832-19??) Poème choisi & transcrit avec une note par Dina Sahyouni Crédit photo : Johann Heinrich Tischbein, "Une Muse", peinture, domaine public, Wikimedia. Le...
  • La chanteuse
    N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules La chanteuse Adèle Souchier (1832-19??) Poème choisi, transcrit & annoté par Dina Sahyouni Crédit photo : Pierre-Auguste Renoir, une musicienne (et chanteuse ?) jouant de...
  • Un parfum d'âme et image éphémère
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège Un parfum d'âme & image éphémère Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Tableau par Hélène Martinez-Urban © Crédit photo : Hélène Martinez-Urban, nature morte, peinture. Un...
  • L'amie
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules | Voies-Voix de la sonorité L'amie Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni © Crédit photo : Dessin de Marceline Desbordes-Valmore...
  • En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Poésie, musique & art audiovisuel En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console © Crédit photo : MIKA dessinant un cœur lors d'un de ses concerts, une des imges fournies en 2021 par Catherine Melin, @Vebemika...
  • Les Cèdres
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège & REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Florilège de créations Les Cèdres Édouard Gemayel Ou Édouard Gemayel Poème choisi & transcrit avec une note par Dina Sahyouni Crédit photo : "Cèdre du Liban du...
  • Hélène Martinez-Urban
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Bémols artistiques| Revue Matrimoine Hélène Martinez-Urban Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Peintures par Hélène Martinez-Urban © Crédit photo : Hélène Martinez-Urban, tableau de nature morte,...