13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 13:55

 

 

Megalesia 2020 | Poésie, musique & art audiovisuel

 

 

Savoir aider en la compassion

 

 

 

 

 

Nicole Coppey

 

Site officiel : http://www.nicolecoppey.com/

 

Chaîne officielle YouTube : https://www.youtube.com/channel/UC_Mt28JgxfzPW91iaO7TS1g

 

 

 

Description

"Savoir aider en la compassion" est un poème calligramme mis en musique et récité par Nicole Coppey ​​​​​

 

Lien du poème audiovisuel :

 

https://youtu.be/vk6nBXUg6_A

 

***

 

Pour citer ce poème audiovisuel

Nicole Coppey, « Savoir aider en la compassion », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Megalesia 2020, mis en ligne le 13 juin 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/savoiraider-coppey

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés 

Retour à la table de Megalesia

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia Audiothèques-vidéothèques
12 juin 2020 5 12 /06 /juin /2020 14:34

 

Megalesia 2020 | Critique & réception

 

 

 

 

 

Christophe Schaeffer

 

Quantique de L’Ombilic,

 

L’Improbable, 2020, 65 p.

 

 

 

 

Maggy de Coster

​​​​Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

 

© Crédit photo : Première de couverture du recueil, image fournie par Maggy de Coster. 

 


 

 

Christophe Schaeffer nous offre un savoureux cocktail de vers agrémentés d’ironie sur fond de métaphores. Les images se déploient au fil des pages et ne manquent pas de nous surprendre comme une pluie glaçante. On plane et l’on ne redescend pas indemne. 

 

« L’homme grattait sa vie 

sur un ticket de loterie

jusqu’au jour où il empocha 

le gain de son infortune »

 

 

Comme Rimbaud, il a compris que le poète doit se faire voyant, donc il voit au-delà du réel conventionné. Il nous décrit un univers où tout se fait à contresens aussi constate-t-il que :  

 

« le lac s’engouffra dans la vallée

descendit jusqu’au village

    qui trempait dans un alcool charmant » 

 

De par sa finesse d’esprit, il malaxe les mots avec dextérité. Il les transformer et les détourne de leur sens commun, il dérive, dirait-on, dans le métalangage. Cela dit, dans chaque poème il y a un message à décoder :

 

« Le drame se renversa sur la table

aspergeant le monsieur bien habillé

Le garçon se précipita avec une éponge

mais il était trop tard

Le drame était indélébile

et pantalon immaculé »

 

Ici l’action est portée à son paroxysme : le drame est synonyme de l’irréparable. La fatalité affiche aussi une présence notable :

 

« Bien qu’insomniaque

Il mourut dans son sommeil »

 

Sous la plume de Christophe Schaeffer fleurissent tant de figures de style comme cet oxymore qui ne passe pas inaperçu :

 

« Il était de ces ombres silencieuses

qui se terrent dans les interstices de lumière »

 

Le poète nous entraîne aussi de la finitude à l’infinitude :

 

« Son collant noir attirait les étoiles

au moment où il fila »

 

Tout est passé en revue dans cette Quantique de L’Ombilic : les contraires se dévoilent, les oppositions se remarquent. Ainsi le poète philosophe semble nous inviter à porter un regard nouveau sur notre environnement matériel et immatériel afin de redéfinir notre place par rapport à lui.

 

MDC

 

 

NDLR : Christophe Schaeffer est docteur  en philosophie, poète et artiste. Il mène une double activité, à la fois en tant qu’auteur (une vingtaine d’ouvrages publiés) et créateur lumière pour le spectacle vivant depuis 1996.

 

***

 

Pour citer ce texte

Maggy de Coster, « Christophe Schaeffer, Quantique de L’Ombilic, L’Improbable, 2020, 65 p. », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiquesMegalesia 2020mis en ligne le 12 juin 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/quantique-ombilic

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés 

Retour à la Table de Megalesia

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 14:10

 

Megalesia 2020 | Sourires & rires féministes

 

 

 

 

Poèmes satiriques

 

 

 

 

Camille Aubaude

Sites officiels : http://www.camilleaubaude.com/

& www.lamaisondespages.com/

Blog officiel : https://camilleaubaude.wordpress.com/

 

 

© Crédit photo :  La Maison des Pages éditions, 30 rue Beaubourg, 75003 PARIS, 10 mars 2020,  image fournie par l'autrice.

 

 

Furies de la Nature


 

696 mouvements telluriques 

d’intensité 4 sur l’échelle de Richter 

relevés entre le 26 février et le 27 mars 2012.

 

Raz de marée, tornades, tremblements de terre : 

depuis que l’homme vit sur la Terre, 

il subit la violence de sa Maison, la Nature,

des fracas de ténèbres. 

 

L’autre violence est celle de l’homme. 

Comment mesurer cette violence ? 

On peut établir des échelles de magnitude,

prévoir le nombre de maisons qui vont être détruites, 

le nombre de blessés, le nombre de morts.

 

En additionnant les deux violences, 

combien de maisons détruites, 

combien de blessés, 

combien de morts ?

 

Pas de semaine sans pluies torrentielles, 

sans fonte de neiges, sans fleuves qui débordent,

sourds aux lamentations. 

Pas de semaine sans déforestation, 

sans embouteillages qui créent les cancers, 

sans incendies de forêts, sans forages,

sans les traînées blanches des gaz d’avion polluant le ciel,

et des espèces qui disparaissent.

 

 

© Crédit photo : Dessins de Jean-Claude Guétrot et Pierre-Henri de Valenciennes, images fournies par l'autrice Aubaude.

 

 

Ô Furies, ô déraison !

 

La terre sous nos pieds est un géant qui dort.

Le ciel demande un regard.

L’homme ignorant son devoir,

incertain du climat et de la mort

raisonne

fuyant son destin.

 

Il dit :

Ô Sainte Mère, comment se préparer à la guerre 

avec la Nature ? Faut-il une valise de première urgence :

du gel antibactérien, du papier hygiénique, une lampe,

une radio, de quoi écrire, des numéros de téléphone, 

des paquets de gâteaux, de l’eau…?

Oui, les tiares de fleurs des enfants

qui savent la magie de la vie,

qui savent le don de la Terre

arracheront-elles des larmes de repentir

aux brigands qui surpeuplent la Terre.

 

Je ne veux pas qu’on oublie les douleurs.

 

11 avril 1815 : séisme en Indonésie, 

le village de Tambora anéanti.

Plus de 90 000 morts.

1er septembre 1923 : Tokyo, Yokohama,

381 000 habitations brûlées, 

des vagues de 12 mètres de haut,

142 000 victimes.

 

Des pluies torrentielles l’année 1931 en Chine,

300 000 morts, et puis famine, épidémies,

encore 4 millions de victimes.

 

Valdivia, Chili, 9,5 sur l’échelle de Richter,

la plus haute intensité jamais enregistrée,

dans l’Histoire de l’Humanité,

10 minutes de supplice, 37 épicentres,

3 tsunamis, des flammes, des cris, des larmes,

du sang.

 

1970 : 500 000 morts au Bangladesh.

2004 : 275 000 victimes du tsunami 

après le tremblement de terre à Sumatra.

 

2005 : une semaine d’hurricane 

dans le Golfe du Mexique

détruisant la Nouvelle Orléans.

 

Puis Haïti, vous savez, en 2010, Tokyo en 2011,

des immeubles qui tanguent dans vos écrans télé,

un soldat qui porte un vieillard sur son dos

— parce que l’Homme est bon.

 

Les listes d’images et de chiffres

servent de sépultures 

quand la tempête est finie.

Ils chassent les Animaux, Âmes du Paradis !

Ils ne veulent pas parler du nucléaire

Ils ne veulent pas parler de robot messianique

ni prier pour les forêts

ni ouvrir les yeux

sur le Ciel en feu.

 

 

© Crédit photo : Vieilles maisons parmi des arbres, image fournie par l'autrice Aubaude.

 

 

Se quereller, entasser l’or, gonfler,

crier pour que la Terre éclate,

eux dont l’œil est collé de venin,

eux qui me dévorent

et dont la bouche insatiable

scelle les lèvres du mot « Amour. »

 

Principaux ouvrages de Camille AUBAUDE

MYTHE D’ISIS la (la BnF l’a jugé suffisamment important pour le mettre en ligne) CINÉVITA (chroniques de cinéma & scénarios) ;

LIRE LES FEMMES DE LETTRES (essai d’histoire littéraire) ;

LA MAISON DES PAGES (conte gothique, et une éd. bilingue italien) ;

LE VOYAGE EN ÉGYPTE DE GÉRARD DE NERVAL (sur les correspondances) ;

IVRESSES D’ÉGYPTE (lais) ;

POÈMES D’AMBOISE (éd. bilingues espagnol, italien, japonais, arabe, anglais) ;

L’ÉGYPTE CÉLESTE (épyllions, ebook avec photographies) ;

POÈMES SATIRIQUES (et une éd. bilingue espagnol) ;

L’AMBROISIE (proses poétiques, avec photographies) ;

IMPRESSION INIMAGINABLE (recueil avec photographies) ;

LA MALCONTENTE (recueil avec photographies) ;

VOYAGE EN ORIENT (carnet de voyage & oratorio) ;

SEVRAGE (livre multimédias).

 

***

 

Pour citer des poèmes

 

Camille Aubaude, « Poèmes satiriques », textes inédits, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiquesMegalesia 2020mis en ligne le 9 juin 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/poemes-satiriques

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés 

Retour à la Table de Megalesia

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia
8 juin 2020 1 08 /06 /juin /2020 16:07

 

Megalesia 2020 | Chroniques de la pandémie de COVID-19 | Articles & témoignages 

 

 

 

 

Les mères sont-elles à la fête ?

 

 

 

 

Barbara Polla & ​Ada Salomé Polla

Site officiel :

https://sarasvati.fr/

Texte reproduit avec l'aimable autorisation des autrices/auteures

 

 

 

 

 

© Crédit photo :  "Ada Salomé et sa mère Barbara", image reproduite avec l'aimable autorisation des autrices/auteures.

 

 

Paroles de mère

et Paroles de fille

 

 

 

Paroles de mère

 

J’ai quatre filles. Évidemment  merveilleuses : la douce volontariste, la poétesse, l’enfant joueuse, l’intellectuelle. Être mère, pour moi, a été et continue d’être une fête quotidienne. Quand elles étaient petites, c’était une fête des sens. On ne parle pas assez – on n’oserait pas – de la merveilleuse sensualité du corps des enfants, des enfants à soi, à soigner, à admirer, à respecter, à humer, à regarder grandir. Nous toutes, mamans, pourtant le disons un jour, le corps de notre enfant entre les bras, pour exprimer notre émerveillement, « mmmm, je vais te manger ». Nous ne les mangeons pas, mais quels délices.

 

Pendant notre récent confinement mondial, j’ai écrit une longue lettre d’amour à ma fille aînée, Ada. L’histoire d’un autre confinement, il y a 40 ans, quand elle est née et que je n’avais personne pour m’aider à m’occuper d’elle. Confinée avec elle, pendant deux mois, je me suis mise à l’aimer, sans la connaître encore ; j’ai laissé l’amour naître et grandir, en me disant que je ferai connaissance plus tard. Je l’allaitais et je l’aimais. L’amour est d’abord un libre choix, puis une question hormonale, puis une histoire… Il s’est écoulé 29 ans entre la naissance de Ada et le moment où la benjamine a quitté le nid familial. J’ai alors fait le libre choix d’une nouvelle vie, d’une rencontre avec moi-même et les désirs profonds qui m’animaient, d’art, de réflexion, d’écriture, de découverte, d’amour. Une nouvelle vie, une nouvelle manière d’être mère. À la demande, si je puis dire. À la demande de mes filles. Après quelques vagues tempétueuses, elles ont joué le jeu de ce nouveau choix. N’est-ce pas Ada ? Cela t’a pris quelques années…

Aujourd’hui, tu me sollicites parfois ; je te sollicite en retour, pour écrire par exemple le chapitre sur les femmes qui ne souhaitent pas avoir d’enfants dans mon livre Femmes Hors Normes (Odile Jacob, 2017). Ou pour écrire ensemble cet article.

 

Les plus belles fêtes sont celles où l’on donne. Que puis-je donner aujourd’hui, à 69 ans, à mes filles ? Ni argent, ni confort matériel, ni conseils, ni présence…, je leur offre en revanche la possibilité de se réjouir d’avoir 69 ans. À ces quatre femmes qui vivent leur vie souvent compliquée de jeunes femmes indépendantes, mères ou pas, mais aussi à toutes les jeunes femmes dont j’ai la chance d’être entourée, j’offre la vision d’une femme de 69 ans, j’y insiste, en évolution constante, toujours dans le doute et le désir, toujours au travail, mentalement et sexuellement bien dans son corps. Ma fête d’être mère, aujourd’hui, c’est de transmettre ce désir, ce possible-là : vivre pleinement une vie de femme, à tout âge, que l’on soit mère ou non. Le fait d’être mère n’est pas une addition de féminité. Pour moi – j’ai cette chance, parmi tant d’autres – c’est une fête. Ada, d’autres pensées t’animent aujourd’hui. Dis-nous.

 

 

 

Paroles de fille

 

 

Dans le contexte des événements de la semaine dernière aux États-Unis, et suite aux décès d’Ahmaud Arbery, Breonna Taylor et George Floyd, la maternité m’est apparue d’une manière différente : pas exactement « une fête ». J’ai essayé d’imaginer ce que cela signifie, en termes de vécu maternel, que d’être la mère d’un adolescent noir, d’un jeune homme noir, aux États-Unis, aujourd’hui. Il m’a fallu le discours aussi puissant qu’émotionnel de Madame Keisha Lance Bottoms, Maire d’Atlanta, en pleines manifestations suite à la mort de George Floyd, pour réaliser que si toutes les mères du monde partagent les mêmes inquiétudes, les mères de jeunes hommes noirs s’inquiètent  autrement, s’inquiètent davantage1. Elles s’inquiètent de voir leurs fils subir des préjugés et ne jamais bénéficier du doute. Elles s’inquiètent de voir leurs fils injustement disciplinés à l’école parce que les éducateurs assument le pire (les étudiants noirs sont plus de trois fois plus susceptibles que leurs pairs blancs d’être expulsés ou suspendus des écoles américaines2). Elles s’inquiètent de voir leurs fils arrêtés sans motif. Elles s’inquiètent de la manière dont la brutalité policière peut s’exercer sur leurs fils. Elles s’inquiètent de voir leurs fils tués par la police. Malheureusement, la liste est longue. Malheureusement, leurs inquiétudes sont toutes justifiées. Je rends hommage à ces mères et je m’engage à faire ce qui est entre mes mains pour favoriser le changement pour les jeunes enfants noirs aux États-Unis. Afin que la fête des mères soit une fête pour toutes les mères.

 

 

Ada Salomé Polla et sa mère Barbara.

7 juin 2020, "Fête des mères "

 

 

Notes

 

1. Voir : https://www.fox5atlanta.com/video/689455

 

2. À lire : https://www.brookings.edu/research/2017-brown-center-report-part-iii-race-and-school-suspensions/

 

***

 

Pour citer ce témoignage

 

Barbara Polla & Ada Salomé Polla, « Les mères sont-elles à la fête ? », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiquesMegalesia 2020|V- Chroniques de la pandémie de COVID-19mis en ligne le 8 juin 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/paroles-de-mere-fille

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés 

Retour à la table de Megalesia

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE SON FESTIVAL EN LIGNE Megalesia édition 2021 du 8 mars 2021 au 31 mai 2021 © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "La Tendresse", no 1, Collection "dame nature", acrylique, peinture. Festival numérique, international...
  • Table de Megalesia 2021
    Table de Megalesia 2021 Édition 2021 du 8 mars au 31 mai Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie (SIÉFÉGP)...
  • Je vous aime
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Poésies printanières & colorées | Florilège de textes poétiques Je vous aime Poème de Corinne Delarmor Peinture de Mariem Garali Hadoussa Artiste plasticienne & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme...
  • La faim
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Pionnières en poésies féministes | Florilège de textes poétiques La faim Laureline Loyez Crédit photo : Portrait de "Louise Michèle", Wikimedia, domaine public. Ma sœur, je voudrais te parler de la faim. De celle...
  • No 1 | O | Les figures des orientales en arts et poésie
    PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales... Les figures des orientales en arts & poésie © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. Crédit photo : Mariana Marrache (1848-1919), auteure et poète syrienne,...
  • La Prêtresse des câlins qui parle d'Amma
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations poétiques La Prêtresse des câlins qui parle d'Amma Poème & peinture de Armelle Dupiat-Aellen Auteur-poète © Crédit photo : Armelle Dupiat-Aellen, "Souffle de vie", peinture. MATA AMRITANANDAMAYI DIT...
  • Le Prix International de Poésie pour l'ensemble de...
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | 8 avril | Distinctions 2021 | Prix poétiques de la SIÉFÉGP Le Prix International de Poésie pour l'ensemble de son Œuvre de l'Académie Claudine de Tencin Ce prix international de poésie récompense l'ensemble des...
  • Le Prix International de Poésie Lyrique....
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | 8 avril | Distinctions 2021 | Prix poétiques de la SIÉFÉGP Le Prix International de Poésie lyrique de l'Académie Claudine de Tencin Le Prix International de Poésie Lyrique de l'Académie Claudine de Tencin récompense...
  • Le Prix International de Spécialiste de poésie...
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | 8 avril | Distinctions 2021 | Prix poétiques de la SIÉFÉGP Le Prix International de S pécialiste de Poésie de l'Académie Claudine de Tencin Ce Prix International de Spécialiste de Poésie de l'Académie Claudine de...
  • Le Prix International des Éditions engagées en faveur des femmes...
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | 8 avril | Distinctions 2021 | Prix poétiques de la SIÉFÉGP Le Prix International des Éditions Engagées en Faveur des Femmes & Genre en Poésie de l'Académie Claudine de Tencin Ce Prix International des Éditions engagées...