23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 05:30

 

 

 

[invitée de la revue] 

Entretien inédit

 

 

 

 

Entretien sur les poésie, peinture,

 

 

danse, cabaret, fétichisme & genre

 

 

accompagné d'exposition virtuelle de quatre toiles de l'artiste-peintre

  


 

Filomena Salley & Cyril Bontron

 

 

 

 

 

 

 

CB. Pourriez-vous nous parler de votre collection « Cabaret » qui nous rappelle certains peintres du XIXe-XXe siècle comme Jules Chéret et Henri de Toulouse-Lautrec. Pourquoi cet univers, la scène des danses classique et moderne ne vous intéresse-t-elle pas ?

 


FS. Si, justement ! Comme je vous ai déjà confié, et malgré les horreurs du monde au quotidien, je garde une image foncièrement positive de la vie. Il me faut la voir légère – pas irréfléchie, non – mais aérienne, et la danse me semble être, de tous les arts, celui qui exprime ce sentiment. Comme je ne danse plus, j'ai échangé mes chaussons pour les pinceaux et la scène par la toile. Mais, jusqu'à présent, ce qui me motivait était plus la représentation de ces corps qui laissent deviner soit une future gestuelle de la danse, soit l'après... Comme une invitation... Peut-être un jour viendrai-je à les faire danser...

  Tableau 4Filomena Salley

 

CB. Comment une artiste-peintre peut-elle peindre la poétique du corps d'une femme qui danse ? Le corps masculin est-il présent dans votre art, quelle en est la raison ?

FS.  Il me faut répondre d'abord à la 2ème partie de la question...

Oui, l'homme – l'homme aimant – est toujours présent dans mon oeuvre, même si dans la réalité, je ne le représente que rarement ; un peu à la manière de Lorca qui dans « La maison de Bernarda Alba » le rend omniprésent jusqu'à l'obsession et à la mort. Sauf que moi, j'ai besoin de les sentir vivants pour rendre toute la lumière à ma peinture. Et, puisqu'ils sont vivants et qu'il y a de l'amour, la danse s'impose d'elle-même et, dans ce cas-là, les corps ne peuvent qu'être harmonie.. de la même manière que la poésie, même quand elle découle de la douleur, ce quelle transmet c'est de l'harmonie. La non-représentation de l'homme dans mon oeuvre permet à chacune ou chacun de s'approprier l'acte...

 

 

CB.  Et vos modèles ? Ces femmes nommées et représentées de l'univers du cabaret sont-elles bien réelles (je pense au tableau intitulé Marie par exemple...) ? Que représente pour vous les danseuses du cabaret ?

FS. Oui, elles sont bien réelles. Pas que je les connaisse personnellement, mais il suffit de voir le nombre croissant de spectacles ayant pour sujet le monde du cabaret, à l'affiche dans le monde, voire des femmes-artistes confirmées se produire dans les plus célèbres cabarets. L'univers du cabaret est la représentation miniaturisée du monde : les coulisses et ses couloirs sombres, avec sa frénésie, ses essayages, ses ratés, ses grandes malles à parures, ses miroirs où transparaissent nos doutes, nos déprimes, nos tentations – un peu notre jardin secret de tristesse et solitude inavouables - et la scène où les feux de la rampe lavent les corps de toute souillure. Je vais me répéter mais j'aime cette expression qui, je crois, défnit bien ma peinture des femmes dans la collection Cabaret : « Dans ma malle à accessoires, il n'y a que de beaux atours »...

 

Tableau Filomena Salley

 

 


CB.  Les travestis des cabarets sont-ils présents dans votre univers ? Comment concevoir et peindre leur féminité ?

FS. Non, ils ne sont pas du tout présents. Pas que j'eusse un quelconque préjugé à leur encontre, peut-être même qu'un jour ils entreront dans ma peinture, mais ce n'est pas le cas jusqu'à présent. Je vous avoue que ne sais pas trop quoi vous répondre quand à la concrétisation picturale de leur féminité puisque je n'y ai pas songé.

Mais, d'emblée, ce qui me vient à l'esprit, et je ne suis pas très originale, ce serait le meneur de revue de « Cabaret », justement !

 

CB.  La danse, la poésie et le genre sont imbriqués, quelle est la place de la danse érotique (et de sa poétique) dans votre travail artistique ?

FS. Pour qu'il y ait de la danse, il faut de la musique et, là encore, elle se joue dans ma tête tout en harmonie. J'imagine un tango langoureux – et pas besoin de grands pas acrobatiques – une valse lente, pourquoi pas un slow-country de Slim Witmann, la voix sensuelle de Carole Laure, à moins que cela ne soit un menuet ou un lied qui s'imposent, et mes pinceaux obéissent alors à la progression des notes, tel le désir qui vient crescendo... Concrètement c'est une chorégraphie qui se met en place mentalement.

 

 

CB.  Le fétichisme est une autre facette de votre inspiration artistique, pourquoi cela porte-t-il sur les femmes et non pas sur les hommes ? Peignez-vous à travers le regard d'un homme peintre, une femme peintre ou à travers les clichés du fétichisme comme foncièrement portant sur les femmes par les hommes ?

FS. Il reste tout de même très soft, car, par-dessus tout, j'ai besoin de pureté et, comme vous le savez, de beauté (puisqu'il faut se vêtir autant que cela soit beau, non ?!).

Mais comment représenter la nudité de la femme, et plus particulièrement dans ma collection « Cabaret », sans cela ? 

Sauf que pour moi ce n'est pas du fétichisme. Je m'explique : une femme habillée, rentre chez elle, va dans sa chambre (ou où l'on veut) et se déshabille. Elle doit forcément passer par toutes les étapes...

Ce que je fais c'est dépeindre ces étapes et comme ce qu'elle portait était beau...

Vous voyez, j'y suis pas pour grand chose... ! Non, c'est l'inverse, je peins à travers mon regard de femme sur moi-même, avec le souhait que les femmes s'y retrouvent aussi. Si nous nous sentons bien notre image ne peut être que valorisée. Et non, je ne considère pas que le fétichisme doive être foncièrement lié aux femmes. Si vous remarquez bien, vous constaterez que les rares apparitions de l'homme dans ma collection « Cabaret » représentent justement cette part de « fétichisme » au masculin, exemple les chaussures d'homme.

Mais c'est vrai que l'atavisme socioculturel a la peau dure ; comment exprimer le fétichisme au masculin sans courir le risque que l'homme se sente atteint dans sa virilité ? Ou, mieux, accepte de voir dévoilée sa part de féminité ? Là, la société a encore du chemin à parcourir, à moins de dépeindre, comme vous le disiez plus haut, le monde des travesti(e)s ou même des homosexuel(le)s. Ce n'est pas ma vision de l'humanité et des rapports hommes-femmes, tout simplement.

 

 

Tableau 2Filomena Salley

 

 

 

CB.  Le corps de l'objet est-il un lieu de transgression sociale, artistique et culturelle ?

FS. Oui et non. Non, car la société a atteint un tel apogée de transgression des lois et d'acceptation du tout et n'importe quoi que forcément le corps n'est regardé que comme un objet et, finalement, tout est permis, surtout le laid.

Mais, d'un autre côté, c'est oui car le « classique », pour utiliser un mot banal, banal comme le classicisme, l'épuré, sont regardés comme une offense à la nature, à la vie. Il suffit de constater la régression des comportements – regards, paroles - vis-à-vis des femmes dans le quotidien : jamais, au grand jamais, les femmes ne furent traitées comme elles le sont aujourd'hui, même pas quand elles ne bénéficiaient pas de droits civiques ; puisque, alors, elles étaient peut-être des objets mais, soit des objets utiles qu'il fallait faire durer, soit des bibelots à estimer.

 

 

CB. Les couleurs et les formes dans le monde fétichiste comme dans le monde poétique sont primordiales, comment les choisissez-vous ?



FS. J'ai en mémoire une question ancienne assez approchante, alors, permettez que je vous réponde en utilisant peut-être les mêmes termes. Le choix des couleurs ne s'impose pas en termes de tel ou tel monde. Elles me sont suggérées, à l'image de l'écriture automatique, par mon esprit au moment même où je débute l'oeuvre et ne s'attachent qu'à la concordance avec le sujet... après tout c'est sa peau ! En ce qui concerne les accessoires, je m'efforce de rendre à l'être humain toute sa dignité, même dénudé car la société, elle, se charge assez de l'en priver.

CB. Et vos nouveaux projets ?

FS. Un regard de plus en plus empreint de Sagesse, car mon imaginaire est déjà à lui seul un grand projet (sourire).

 

Tableau 3Filomena Salley

 

 

Exposition virtuelle Exposition virtuelle

 

  Galerie de l'artiste-peintre Filomena Salley

 



Pour citer cet entretien

 

 

Filomena Salley & Cyril Bontron, « Entretien sur les poésie, peinture, danse, cabaret, fétichisme & genre accompagné d'exposition virtuelle de quatre toiles de l'artiste-peintre », in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : « Poésie, Danse & Genre » [En ligne], n°1|Printemps 2012, mis en ligne en Mai 2012.

URL. http://www.pandesmuses.fr/article-poesie-danse-cabaret-fetichisme-104086016.html ou URL. http://0z.fr/2b9SB
  

 

 

 

Pour visiter les pages/sites des auteur(e)s ou qui en parlent

 

 

 

www.artquid.com/filomena

www.lestoilesdefilomena.com

 

 


 

Auteur(e)s


 

Filomena Salley & Cyril Bontron

 

 

 


 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans n°1|Printemps 2012
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 05:30

 

 

 

  Avant-première

 

Texte inédit

 

 

Douve 

 


Trois danseuses autour du poète

 

 

 


Tatiana Julien & Alexandre Salcède

 

 

 


Tatiana Julien, chorégraphe avec les danseuses Élodie Sicard et Mai Ishiwata — le compositeur Pedro Garcia Velasquez et Alexandre Salcède, collaborateur littéraire, préparent un spectacle mêlant danse, poésie et musique. Ce projet, intitulé Douve, sera présenté en février 2013 au Festival Faits d'Hiver (sous réserve) et a déjà pu jouir de premières résidences de création à Micadanses  à Paris, à Rhizome à Lyon, et au théâtre des Brigittines à Bruxelles. Les travaux en cours seront présentés en septembre octobre 2012 à l'issue de résidences au Centre Culturel du Safran à Amiens et au Pacifique CDC de Grenoble.

 

 

 

Comment transposer ce qui est fait de mots et tissé de sons dans le corps et sur l’espace de la scène ? Cette interrogation naît de nos expériences, de nos travaux respectifs et de notre rencontre avec l'œuvre d’Yves Bonnefoy , Du mouvement et de l’immobilité de Douve (1953). Un tel titre aurait pu être choisi pour un essai philosophique ou scientifique tels qu’en faisaient les Anciens, ou encore, pour un traité sur la danse.


Douve, un nom propre, vient du nom commun désignant le fossé souterrain, qui peut être rempli d’eau et, est ici porté par un personnage féminin agonisant. Cette agonie, ce combat est celui où s’affrontent la vie et la mort, l'immobilité et le mouvement, Éros et Thanatos, mais aussi la vision binaire, traditionnelle, du corps : le cadavre, putrescible allant au néant et le corps sensuel, érotique.


Comme le roi chez Kantorowicz, Douve a deux corps : l’un périssable, l’autre glorieux. Le poème est le lieu de la confrontation, de la dialectisation et de la conciliation de ces couples de contraires. Or, le recueil est l’illustration de cette dialectique féconde : il se compose au fur et à mesure que Douve se décompose. Disons-le d’emblée : le personnage Douve, féminin, échappe au filtre du regard masculin du poète.

 

Peu déterminé, le personnage est pris dans le dispositif du désir d’une manière émancipée des conventions sociales. Le poème donne donc à lire le corps de manière entière, absolue, détachée des représentations réductrices. C’est ce que dit Yves Bonnefoy dans sa « Préface » aux Poésies de Marceline Desbordes-Valmore :

 

[…] le grand obstacle des femmes […] est, tout simplement, le langage. Dans notre société, les hommes n’échangent plus tout à fait des femmes comme on ferait de biens matériels, ils n’en ont pas moins décidé entre eux des valeurs, des idées, des perceptions, des projets qui donnent structure à la langue ; et sans même y penser ils sont donc les seuls sujets libres d’un acte de la parole où la femme n’est qu’un objet1

 

La poésie, parole qui déconstruit le discours ordinaire, détricote ces structures inventées par les hommes au détriment des femmes et qui nient leurs subjectivité et statut de sujet.

Le poète Bonnefoy loue Marceline Desbordes-Valmore d'avoir été la première femme dans le paysage poétique français moderne à porter la voix des femmes puissamment :

 

La poésie, je ne l’oublie pas, est plus complexe et quelquefois plus lucide que la simple littérature. Que la langue comme elle existe, avec ses préjugés, ses contraintes, y soit considérée bien souvent comme la valeur suprême, cela n’empêche pas que ceux des poètes qui sont attentifs au monde sensible, à ses aspects non verbalisables, à une impression d’unité qui par instants s’en dégage, s’impatientent de ce système des mots qui voile l’univers autant qu’il le fait paraître, et veulent le transgresser, visant alors aussi bien les catégories, les façons de sentir ou d’être qui privent les femmes d’être libres2.

 

Nous croyons que la danse, avec ses moyens, déconstruit les modes conventionnels et sociaux d’être au monde et achève de libérer le corps féminin de cette vision métaphorique qui en fait un simple objet de désir.

 

Notre approche de Douve consiste en une écoute attentive des textures évoquées, des couleurs des mots, fidèles en cela à la vision d'Yves Bonnefoy qui considère que la poésie est une attention portée au son dans les mots plus qu'à leur sens, « perception du son du mot dans le vers, ou celle de l’immédiat dans le spectacle du monde, avec pour effet que l’autorité des concepts dans le discours y est relativisée »3

 

Devant les insuffisances confessées de la parole face à l’expérience de la mort, du deuil, du beau, comment la danse peut-elle venir prendre le relai ? Dans ces zones de turbulence de l’expression poétique, aux frontières du dicible et de l’indicible, la danse peut-elle, tout représenter et tout incarner ?  Que faire pour éprouver l'effet des mots dans la chair ?

Comment dans l'expérience de la lecture peut émerger chez les danseuses Tatiana Julien, Élodie Sicard et Mai Ishiwata,une nouvelle poétique du corps, de l'écriture du temps, une tentative d’expression de l’indicible de la matière.

 

 


Incarner les mots

 

 

 

Au commencement étaient les mots d’Yves Bonnefoy. Nous nous sommes confronté-e-s, face à eux, à la difficle incarnation de la parole, d'autant plus lorsqu'il était explicitement question du corps « Maintenant c’est la tête qui craque4 », etc., pourrait sembler servir de matériau direct à la danse. Pourtant, ce phénomène physique, une fois inscrit dans le poème, possède surtout sa musicalité propre qui se trouverait appauvrie par une transposition mimétique en danse. Sous ces mots dans le poème, quelque chose du monde se fait sentir, une vision du monde tel qu’il était perçu par l’enfant encore sans langage. La métaphore, rapprochant deux objets éloignés dans le réel, est un outil précieux dans cette quête de l’unité, comme dans les expressions qui ont encore le corps comme propos : « les menuiseries faciales »5 et « un beau geste de houille »6

 

 

On voit combien il est moins aisé de céder à la tentation du mime devant ces belles images qui font appel à l’imagination et à la sensibilité des danseuses pendant les périodes d’improvisation. Ce geste de houille7, qui rentre en écho avec les gestes de Douve, gestes déjà plus lents, gestes noirs8, avec l’éclat de [ses] gestes9 amène la chorégraphie à esquisser des gestes qui s’éteignent et trouvent dans cet épuisement la ressource de leur renaissance, rejoignant l’image du Phénix présente dans le recueil comme un symbole de Douve.

 

Là où la poésie aspire à s'affranchir du sens conceptuel des mots, car elle est précisément étrangère à la littérature qui cherche à signifier, à transmettre des idées, et qu’elle veut dire uniquement au sens où elle est un effort vers un indicible qu’elle voudrait dire, la danse aspire à unifier le geste et son essence-même par l'écriture d'un temps, d'un espace, et d'une qualité qui lui sont propres et ne renvoient à aucune autre signification que sa propre présence. Ainsi, l’intention même de traduire ces craquements dans une gestuelle mimétique serait anti-poétique parce qu'elle reposerait sur l’idée que les mots réfèrent directement et fidèlement.

 

C'est aussi quand les mots, dans le poème, donnent forme et rythme à une émotion.Pour mettre en gestes les mots, les danseuses font appel au souvenir, à la mémoire, et à la sensibilité qui les constituent. L’établissement d’une liste de verbes extraits du poème (''disloquer'', ''rompre'', ''s'étendre'', ''reculer'', ''envahir'', ''couler'', etc.) est une solution pour dépasser la tentation de référer dans l’improvisation. En effet, ces verbes à la forme infinitive se trouvent absolument détachés de toute situation et permettent de déclencher un mouvement, un élan. Les danseuses qui exécutent le geste de « rompre » se voient créatrices dans les nombreuses possibilités de rompre : elles inventent un espace, un temps, une intensité dans la rupture qui leur sont singuliers. C’est une é-motion résolument émancipée du poème, bien que ce dernier en soit le moteur. Ce procédé est une solution pour retranscrire l’univers du poème, ses couleurs verbales, son mouvement, ses développements sans qu’ils contraignent le corps au mimétisme.

 

 

La poétique du corps

 

 

Tentative d’incarnation, donc. Le corps est très présent sous la plume d’Yves Bonnefoy.

Et que fallait-il attendre d’autre à cet égard chez un lecteur assidu de Baudelaire, acharné de Rimbaud ? Que fait l’alliance de la poésie et de la danse à l’égard du corps ? Ne vient-elle pas réunifier ce qui dans l’humain pose le plus problème ? Ne vient-elle pas jouer avec la vieille dichotomie entre corps et esprit, qu’évoque Yves Bonnefoy dans le premier sonnet de « Soient Amour et Psyché » :


Âme et corps, pour nouer vos doigts, unir vos lèvres,

Faut-il vraiment l’approbation des yeux ?

Peinent nos yeux, qu’oblige le langage

À déjouer sans répit trop de leurres !10

 

 

 

Mais ce Verbe fait chair, quelles formes, quels corps lui donner ? Renonçant au mimétisme, à la simple traduction en gestes, au mime, nous avons fait le choix d’expérimenter l’effet des mots dans la chair des danseuses. Qu’évoquent les mots arbres d’une autre rive11, robe écarlate de l’air12 pour vous ? Quelles sensations, à la seule écoute de ces mots, s’emparent de vos corps ? Quel geste, immédiatement, cherche à se frayer un chemin ? Quels souvenirs se lèvent à l’horizon de vos consciences ?

 

Par le procédé de la synesthésie, par exemple, Yves Bonnefoy permet la création d'un corps et d'une proprioception décloisonnés. La métaphore d'un corps végétal, d’un corps géologique influe directement sur un imaginaire corporel à incarner pour les danseuses. De même, à propos de la charogne, le poète offre l’image d’un corps qui se fond dans la terre, envahi par les insectes, retournant à l’humus :

 

Dans la ville écarlate de l’air, où combattent les branches sur son visage, où des racines trouvent leur chemin dans son corps – elle rayonne une joie stridente d’insectes, une musique affreuse13

 

La description de ces métamorphoses de Douve offre aux lectrices-danseuses un imaginaire du corps singulier. Elle appelle à l'émergence d'un corps qui s'enracine, qui s'accroît d'un repoussé du sol, mais aussi qui s'y enfonce profondément, comme le lierre s'y attache. Il s'agit alors, pour les interprètes, d'éveiller une mobilité microscopique du squelette par la recherche de l'air entre les articulations et des attaches entre chaque vertèbre qui offre au geste dansé d’atteindre le corps végétal imagé dans le poème. La poésie en ce sens, invite la danse à réinventer le geste par des moteurs de fabrication à la fois étrangers et à la fois très proches de la sensibilité des danseuses.


 

 

Faire l'expérience du poème

 

 

 

Les lectures réitérées, les discussions, les échanges autour de la poésie d'Yves Bonnefoy au cours de nos résidences de création, ont permis aux danseuses de s'imprégner profondément des images du poème. Dans le travail d'improvisation ou d'écriture a ainsi pu éclore un imaginaire, un lexique corporel de ces images devenues des paysages intérieurs, des émotions.

 

Trois silhouettes de femmes, dans la pénombre, présences gardiennes de quel secret, veilleuses, se creusent, vertigineuses, chancellent. Devant le gouffre du néant, de la disparition, leur souffle se coupe, les regards s’embrument et se perdent, à l’absence d’horizon. Là où la poésie trahit l’absence en la convoquant, en la rendant présente, en creux, la danse peut, sur l’espace de la scène,— par des zones d’obscurité ou des zones d’apparition en lumière, ou encore par la simple existence d’un espace vide — la faire exister, dans son mystère. C’est là que se situe l’enjeu du projet Douve : éprouver les limites de chacune des formes d’expression utilisées et observer ce que la danse et la poésie peuvent s’apporter mutuellement.

 

 

Le paysage chorégraphique

 

 

La poésie a le pouvoir de susciter l’expansion des choses infinies14, dirait Baudelaire. La rencontre entre la danse et la poésie est alors une invitation à pénétrer l'invisible et par la seule substance du geste, rendre possible la sensation d'une étendue dépassant les limites de la scène. Dans l’espace du plateau, l'éloignement ou le rapprochement des corps peuvent être un moyen de rendre palpable l'élasticité d'un espace et d’installer réellement le foyer de la poésie, le lieu de Douve où le poète la voit et la dit, avec insistance, étendue. Cette rencontre de la danse avec le texte de Bonnefoy est ainsi un moyen d'approcher la dimension indicible de la poésie.

 

Au souvenir du poème, jaillissent des couleurs, des vibrations, des émotions propres à chacune des interprètes. La rémanence du rouge, dans le poème, apparaît aussi comme une tâche de couleur qui se révèle sur un tableau, une couleur en soi, qui n'est ni forme, ni renvoyée à un objet concret, mais qui porte en elle cette dimension charnelle présente dans le poème. L'espace charnel du poème perçu par les danseuses donne à peindre la rougeur d'un visage féminin, d'un geste sensuel, le poids d'un sein. Les trois danseuses, nourricières du monde, perçoivent l'appel au féminin chez le poète, cette relation intime entre l'auteur et Douve, et en accouchent par leur simple présence, de la féminité comme paysage.


Et c’est précisément le sens de l’entreprise poétique, comme le dit Bonnefoy lorsqu’il loue Baudelaire d’avoir célébré « une passante » et non plus « la passante »15 :  La poésie est le lieu du particulier, de l’éphémère et non celui du général, de l’abstraction. Il ne s’agit donc pas de présenter le corps de la femme, mais trois corps particuliers de trois femmes singulières. Voilà pourquoi les sensations suscitées de manière spécifique pour chaque danseuse par le poème sont les seules et uniques matériaux authentiques, loin de toute lecture systématique ou thématique.

 

Yves Bonnefoy s’est intéressé de près, dans ses essais, à la poésie, mais aussi aux autres arts, comme la sculpture, la peinture et la musique. La danse est donc la grande absente de ses écrits. Pourtant, Terpsichore, muse de la danse, figure féminine elle aussi, peut s’emparer de Douve par le biais de la chorégraphie exécutée par les danseuses qui lui prêtent leurs corps dansants : cette rencontre donne à la chorégraphie les moyens de réinventer une manière d'écrire une temporalité, un espace, un acte quelque part détrempés des schémas intérieurs de l'écriture parfois peu remis en cause. C'est un moyen de douter et donc de rendre au geste dansé une signification propre, une nouvelle essence

poétique.

 

Dans l'émergence directe des paysages que le poème suscite, dans la tentative d'incarner le verbe, il y a une nécessité intérieure de laisser poindre un sens poétique du réel.

Cet entretien des Muses de la poésie, de la danse et de la musique retente  l’ouverture16 espérée par le poète dans l’épaisseur du monde17.

 

 

 

Notes

 

 

1 Voir la « Préface » du livre Poésies, éd. Gallimard, Paris, 1983, p.10.

2  Ibid., p.11

3  Voir Yves Bonnefoy, Le Siècle où la parole a été victime, Paris, éd. Mercure de France, 2010, p. 286.

4 Voir  Yves Bonnefoy, Du mouvement et de l'immobilité de Douve, éd. Gallimard, Paris, 1982, p.52.   

5 Ibid.

6 Ibid.,  p. 51.

7 Ibid., p. 51.

8 Ibid., p. 49.

9 Ibid., p. 62.

10 Voir Yves Bonnefoy, L’heure présente, Paris, éd. Mercure de France, 2011, p. 35.

11 Voir Du mouvement et de l'immobilité de Douve, op. cit.  , p.50

12  Ibid.,   p. 56.

13 Ibid.

14 Baudelaire, Les Fleurs du mal, « Correspondances », Gallimard, Paris, 1996, p. 37.

15 Ibid., « À une passante », p. 127.

16 Voir Du mouvement et de l'immobilité de Douve, op. cit., p.63.

17 Ibid.

 

 

 

Pour citer cet article

 

 

Tatiana Julien & Alexandre Salcède, « Douve : Trois danseuses autour du poète » ,  in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : « Poésie, Danse & Genre » [En ligne], n°1|Printemps 2012, mis en ligne en Mai  2012.

URL. http://www.pandesmuses.fr/article-douve-trois-danseuses-103914261.html ou URL. http://0z.fr/TQ_Lj
  

 

 

 

Pour visiter les pages/sites des auteur(e)s ou qui en parlent


 

  https://sites.google.com/site/cinterscribo/

 

http://litterature-poetique.u-paris10.fr/colloques/detailmanif.php?id=91

 

 

 

 

Auteur(e)s

 

 

 

Tatiana Julien & Alexandre Salcède

 

 

 

Tatiana Julien, à la suite de son diplôme du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en juin 2010, elle interprète Les Indes dansantes de Nathalie Pernette et la création Nil de la Cie 72/73. En janvier 2011, elle rejoint la Cie Illico de Thomas Lebrun où elle interprète les pièces La Constellation consternéeLe Baiser, et Les soirées What you want?

Diplômée d’une Licence d'Art du Spectacle Chorégraphique de l'université Paris VIII, elle a publié des articles dans la rubrique Scène du site d'actualité culturelle L'Intermède.com ainsi que dans la revue Repères. En mars 2011, elle fonde la compagnie C’Interscribo (https://sites.google.com/site/cinterscribo/). En mai 2010, elle présente sa pièce Ève sans feuille & la cinquième côte d’Adam inspirée de nus érotiques. Dans la continuité de sa recherche, sa seconde pièce, la Mort & l'Extase, traite de l'érotisme et la mort dans une conception sacrée. Elle est présentée le 26 juin 2010, dans le cadre de l'évènement Danse élargie par le Musée de la Danse/CCN de Rennes, au Théâtre de La Ville de Paris, puis programmée à Micadanses et au CCN de Tours. Désignée en juin 2011, parmi 8 jeunes artistes des pays du pourtour méditerranéen, par Boris Charmatz et Vincent Baudriller, Tatiana Julien participe à la 2ème édition du Réseau Kadmos, impulsé par les Festivals d'Avignon, de Barcelone, d'Athènes et d'Istanbul.

 


Alexandre Salcède, est rédacteur pour le site d’actualité littéraire Nonfiction.fr et étudiant en Master 2 de recherche en Lettres Modernes. Il s’intéresse tout particulièrement à la littérature française contemporaine, il participe au colloque sur les vanités organisé par Jean-Claude Laborie (professeur à l’Université Paris XNanterre) où il présente ses travaux sur le vent comme symbole de la vanité dans l’œuvre de Pierre Michon. Croisant le texte de cet auteur contemporain avec celui de l’Écclésiaste, il montre que ce premier considère, d’une part, la littérature comme une entreprise vaine lorsqu’elle cherche à ressusciter les morts et, d’autre part, qu’elle est une ''forme déchue de la prière''.

Alexandre Salcède travaille actuellement sur les rapports entre la poésie et la prière dans l’œuvre du poète contemporain Philippe Jaccottet. Malgré le constat de l’absence des dieux, le poète, soucieux de ré-enchanter le monde, célèbre la présence du monde en employant, parfois, une certaine forme de prière. Une communication problématique dans un monde sans Dieu, où la Nature retrouve une place privilégiée face au poète.

 

 

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans n°1|Printemps 2012
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 05:30

 

 

 

  Poèmes  inédits  

 

 

 

Vouivre

 

&


La jouvencelle oubliée

 


 

  Patrick Aveline

 

 

 

  Vouivre   

 

 

 

Les tuiles se serrent

À l’ombre du roucas blanc

D’où l’on mire l’eau verte et sa chair

Ruban mobile

Ichtyose d’une vouivre

Balafrée jusqu’au sang

 

À l’assaut des lacets

Les spartiers dissimulent

Les incessantes virades

Embaument la montagne

De leurs crevettes jaunes

Enivrent l’ecchymose du ciel

Et la cadence de mon pas

 

Et tandis que la vierge patiente

Derrière les barreaux cambrés

De son oratoire de poupée

J’entrevois enfin

Les frasques d’une autre péninsule

 

Sur son océan imberbe

Les sept cités de Cibola ripostent

À la vaste plaine Assiniboine

 

À la racine de ses poteaux de bois

Où circule le télégraphe

Le galop fantôme des bisons

Palpite d’un accord tellurique

 

Mais ce sont les mustangs

Dont j’aperçois au loin

Le brouillard de poussière

Qui récitent au mieux

La convulsion des nomades

 

Car c’est là sur ce toit

Au ciel de cet incalculable Nazca

Que la lumière des étoiles

A choisi de s’établir

 

Car c’est là que je ne dormirai plus

Me réchauffant seulement à l’essieu

Et au brasier de leurs spirales

 

Là que je garderai les yeux béants

Sur la nuit et la clarté de son soupir

Remettant aux lendemains

L’élégance de nouveaux plateaux

 

20 décembre 2011

(poème sur le Plateau de suech)

 

 

La jouvencelle oubliée

 

 

 

 

Au chemin de sa rêverie

Une vieille Mandingue pêche

Aux rives onduleuses du fleuve

La mémoire de l’eau qui dort

L’insouciance de sa fraîcheur

 

À l’hameçon pleine patience

S'écoulent six cliques

Où s'enlisent en paix nombre

De mates algèbres

Le clignement d’un bref séjour

 

Longue torpeur

D’un sommeil insondable

La vieille traque l'enfance

Les respirations amples du griot

Son théâtre de gestes

Bleus les rires du stentor

 

Au soir calme

Baobabs géants

De Diouloulou

Ultimes rayons

Elle piège l’enfance

Ses vertiges de canopées

Sirotées sont les cabanes du ciel

 

Entre chacal et lionne

Un temps sans relâche

Elle talonne l’enfance

Ses pieds nus

À la cervelle incertaine

Les pirogues qui chantent

Chahute marigot

 

À ses yeux embués

Par les pluies du temps

Répondent les phalènes du soir

Leurs songes d’enfant

Invitant les bêtes

À tapisser de terre

Les doigts du vent 

 

À ses yeux abîmés

Qui ont tant puisé

Au fil ocre du puits

Répondent

L’eau des soifs d’été

Et la peine des calebasses

 

Proche innocence

Se laisse parfois glaner

Au creux de ses mains ridées

Elle offre ses tresses

Aux lianes ingambes

 

La vieille femme les poursuit

De ses haleines qui s’épuisent

Éparpillées perdues

À la brousse des hautes herbes

 

S'entiche d'un arbrisseau

Longe la falaise

Aux branches noueuses

La candeur habite ce destin

Qui se perd dans le lacis

Des grands fromagers

 

Dans une clairière informe

La jouvencelle oubliée de Sissoko

Saisie la main de l'insouciance

Une cousine qui se fiance

Toutes deux légères

Se dirigent vers un seuil

Aux bruits joyeux

Poussières de sueur

 

Leurs nuits se prolongent souvent

D’un caméléon bavard du matin jaune

L’arbre aux palabres pour ombrelle

Et les denses silences pour amis

 

Parfois des éclairs griffonnent encore

Au ciel bas de Casamance

Leurs étranges épigraphes codées

Où l’on cherche la frisure

D’une cédille d’un tilde

Un signe de l’attachement

 

La vielle femme ne cille pas

Aux ténèbres du dernier orage

S’ouvre à ce jour qui vacille

 

Et par le trou de la serrure

De la vieille aquarelle

Par les sentiers rouges

Du temps accompli

Elle sourit aux ombres

De l’enfance oubliée

 

8 février 2012

 

 

 

 

Pour citer ces poèmes

 

 

Patrick Aveline, « Vouivre », « La jouvencelle oubliée »,  in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : « Poésie, Danse & Genre » [En ligne], n°1|Printemps 2012, mis en ligne en Mai   2012.

URL.  http://www.pandesmuses.fr/article-vouivre-jouvencelle-oubliee-103895440.html ou URL. http://0z.fr/PSTa6
 

 

 

 

Pour visiter les pages/sites de l'auteur(e) ou qui en parlent



http://www.leshommessansepaules.com/auteur-Patrick_AVELINE-36-1-1-0-1.html

 

http://antimeandres.kazeo.com/les-poesies-de-pat-aveline/les-poesies-de-pat-aveline,r105032.html

 

http://lesbellesphrases.skynetblogs.be/archive/2009/09/28/l-ile-patrick-aveline.html

 

 

 

 

Auteur(e)

 

 

 

 

Patrick Aveline


 

Patrick Aveline, né à Tanger 1961. Vit et travaille à Marseille dans l'industrie aéronautique.
Publie depuis 01/2009 dans différentes revues de poésie et de création littéraire et artistique telles que Verso, Les hommes sans épaule, Traction-Brabant, Franche lippée, Le moulin de la poésie, Art le sabord, Borborygmes, Art-en-ciel, (Sik), L'arbre à paroles, Du nerf, Traversées, Libelle, Soleils et cendre, Pages insulaires, Nouveaux délits...
Sa poésie est publiée également sur les sites de la maison d'éditions Soc et Foc, sur le blog "les belles phrases" du poète Éric Allard, sur le site "les poètes" du poète toulousain Christian Saint-Paul et sur le blog "Poèmes épars" du poète et peintre Ivan Watelle.
Auto-publie en mars 2010 aux éditions L'Orée du Château Formulaire 36 suivi de Coeurdillère des Anges, son premier recueil de poésie.

 

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans n°1|Printemps 2012
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 05:30

 

 

[poète jeune, moins de vingt-six ans]

Version traduite  

Quatre poèmes inédits & un reproduit

 

 

 

Beso, Recuerdo, Fidelidad,

 

Compañera & Escribir a oscuras 

 

 

  Mario Portillo Pérez

  Le dernier poème est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et de la revue "PFF! - Palabras, Fonemas y Formas / Paroles Phonèmes et Formes"

 

 

BESO

 

Me besas/y grabo sobre tus labios mi dedicatoria.

Te beso/y escribo dentro de mis labios tu historia.

 

   

 

Recuerdo

 

 

 

Recuerdo que escuché la quietud

de tu cabello mientras dormías

camino de un otoño interminable,

con un perfume de hojas que caen.



Desvanecía caricias de la brisa de mis manos

a los tersos estanques de tus pechos

como si ambos fueran un paisaje aparte.



Y rescaté una flor

del silencio

de entre tus piernas.



Una mariposa fue tu sonrisa

posada en mi boca.

Desnudándote vestí a mi piel,

dentro de tu cuerpo

sembré un corazón­.

 


Fidelidad

 

 

Nada nombro cuando

sobre tu piel escribo

el roce

de mis palabras

va más allá

de cualquier contacto.

 

Escribir es abrigarte

al inventar

tu desnudez entre mis manos.

 

 


Compañera 

 

Existes en la belleza

porque mi boca

                / te nombra

 

Figura que mis manos

                 dibujan / desdibujan

hasta llegar siempre

a la maravilla de nuestra unión.  

 

Esto  me puede llevar

todas las noches

a contemplar lo sublime

de tu presencia.

 

Compañera

cuerpo tuyo es alma mía

si lo deseas

en mi corazón,

puedes guardar tu vida.



Escribir a Oscuras 

 

 

Escribir a oscuras

mientras las ideas siguen vivas

y los latidos aumentan,

escribir para opacar al silencio,

escribir sobre las páginas de los diarios,

escribir sobre las hojas rescatadas,

escribir por encima de las paredes,

escribir acomodando sentimientos,

escribir sin importar, sobre otros libros,

por encima de sus letras.

Escribir para traducir una caricia,

escribir hasta que la hoja se desgaste,

escribir para que la tinta

materialice mi voz,

porque tiene tanto que decirte

y no se atreve.

 

Escribir para ti a oscuras

esperando a que algún día

la luz de tus ojos asista por fin mis letras.

 



 

Pour citer ces poèmes

   


 

Mario Portillo Pérez , « Beso », « Recuerdo », « Fidelidad »,  « Compañera  »  & « Escribir a Oscuras » (le dernier poème cité est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur & de la revue PFF Palabras, Fonemas y Formas), in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques :  « Poésie, Danse & Genre » [En ligne], n°1|Printemps 2012, mis en ligne en Mai 2012.

URL. http://www.pandesmuses.fr/article-beso-recuerdo-fidelidad-escribir-103792199.html ou URL.  http://0z.fr/zMQ-k

 

 

 

 

Pour visiter les pages/sites de l'auteur(e) ou qui en parlent,

 

 


http://www.facebook.com/marioportillo28


http://www.facebook.com/pages/Mario-Portillo-Attilio/170714932951087

 

 

 

 

Auteur(e)

 

 

Mario Portillo Pérez

 

Eudónimo: Attilio

Escritor y estudiante, Mario Portillo Pérez, nació en la Ciudad de México en 1989.

Poeta, cuentista y dramaturgo. Actualmente estudia la Licenciatura de Creación Literaria por la Universidad Autónoma de la Ciudad de México (UACM). Obtuvo el primer lugar en el Primer Concurso Estudiantil de Poesía Cuautepec 2010 (UACM), y una mención honorífica en el Primer Concurso Estudiantil de Cuento Cuautepec 2011 (UACM).Se ha presentado en el Foro de Poesía “El tejedor”, de la Cafebrería "El Péndulo". Ha publicado su poesía en la Revista "Palabras, Fonemas y Formas", bajo el título de "Metáfora y Atmósfera".

 

Traduction

 

Nom de plume : Attilio.

Mario Portillo Pérez, né  dans la cité de Mexico en 1989.

Poète, conteur et dramaturge, il est actuellement étudiant en licence dans la Création littéraire à l'Université Autonome de le Cité du Mexico (UACM).

Il a remporté la première place dans le premier concours pour étudients de Poésie Cuautepec 2010 (UACM), et une mention honorable dans le premier concours pour étudients de Conte Cuautepec 2011 (UACM). Il est apparu dans le forum de poésie "Le Tisserand/El Tejedor " de la Cafétéria et Librairie "Le Pendule/El Péndulo". Il a publié "La métaphore et de l'atmosphère" dans le revue "PFF! - Palabras, Fonemas y Formas / Paroles Phonèmes et Formes".

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans n°1|Printemps 2012
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 05:30

 

 

 

 

Deux poèmes inédits & extraits reproduits

 


 

Le poème dansé, La musique danse

 

&

Extraits d'Encres marines

 

 

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Extraits reproduits avec l'aimable autorisation de l'auteure et des éditions Éditinter

 

 

 

 

 

 

Le poème dansé
 
                                                     dédié à Ondine
 
 
quand tu danses
tu n’es jamais seule
ce sont toutes les femmes
qui t’habitent
 
qui dansent avec toi
une lignée de femmes
qui t’ont mise au monde
depuis la nuit des temps
 
et qui écrivent avec toi
le poème dansé
d’un rêve d’éternité
en lettres de ciel
 
 

 

 

 
La musique danse
 
 

 


 
la musique danse
dans le fourreau de tes hanches
 
elle bat sans façon le tempo
sous l’orbe de ta peau
 
chacune de ses ondes
vient te mettre au monde
 
dans cette épure de silence
où l’âme se balance
 
 

 
 
                                   

Extraits d’Encres marines

poème en prose, recueil paru chez Éditinter en 1999, à ce jour épuisé...


 
 
Incestueuse, ma sœur l’océane enroulait sa chevelure d’algue autour de mes hanches de sable. Et nous dansions tanguées sous le corps hybride du mâle amour aimant. Nous dansions baignées d’épaves d’or, nous dansions muettes sur la scène de nos agapes marines. Nous dansions arrimées dans le regain de nos reins. Et la vague dans la hanche, la croupe offerte, nous nous aimions à perte de mer, le plaisir ancré dans nos cuisses ouvertes.
 
                                                                                                          ***


 
Tragédienne de haute mer, mysticienne érotisée, mon règne fut celui d’une souveraine. Mais mon sceptre de démence me brisa dans le cortège amer de mes paroles de mer.
Je fus Antigone, la fille éternelle au destin de rebelle. Je fus Aphrodite, la séductrice, née de la semence divine et de l’écume des flots. Je fus Ophélie morte dans les eaux rimbaldiennes de ma mémoire, je fus aussi Electre et je reconnus Œdipe dans l’œil de mes chimères.
Toute la tragédie antique défila derrière le masque de ma déraison.
La barque de mes hanches, tanguée, oscillée, chaloupée sous les tempêtes lunaires, s’enlisa dans les sables de l’oubli.
Dans ma conque de silence, je rêvais au coït ininterrompu de l’océan infatigué et la mer me ramenait ses floches d’écume jusque dans mon ventre de batelière.
Mon livre de bord ouvert sur mon sexe d’enfer, je mis le cap sur la mer d’agonie où je décidai de disparaître.
 
     

 


 

Pour citer ces poèmes

 

 

 Françoise Urban-Menninger  « Le poème dansé », « La musique danse » & « Extraits d'Encres marines » (Extraits reproduits avec l'aimable autorisation de l'auteure & des éditions Éditinter, Encres marines, 1999, url. http://www.editinter.fr)  , in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques :  « Poésie, Danse & Genre » [En ligne], n°1|Printemps 2012, mis en ligne en Mai 2012.

URL. http://www.pandesmuses.fr/article-poeme-danse-extraits-encres-marines-103757674.html  ou URL. http://0z.fr/mClUg
 

 

 

 

Pour visiter les pages/sites de l'auteur(e) ou qui en parlent,

 

 

 


Françoise Urban-Menninger  Wikipédia

 

http://www.lemanoirdespoetes.fr/poemes-francoise-urban-menninger.php

 

http://sociedadedospoetasamigos.blogspot.fr/search/label/Fran%C3%A7oise%20Urban-Menninger

 

 http://www.editinter.fr 


 

Auteur(e)


 

 

Françoise Urban-Menninger

 
Poète et nouvelliste, Françoise Urban-Menninger est l’auteur d’une vingtaine de recueils de poèmes comme Le temps immobile, Lignes d'eau, L'or intérieur, Encres marines, Fragments d'âme, L'arbre aux bras nus, La  draperie des jours, Chair de mémoire...

Et elle a également écrit deux recueils de nouvelles : Les heures bleues et La Belle Dame.

Elle est surtout éditée par Éditinter*, réside aujourd’hui à Strasbourg où elle anime des ateliers d’écriture, collabore à la revue Transversalles et au site littéraire Exigence-Littérature. Elle a été l’invitée de la semaine de la francophonie à Izmir en 2006 et a participé au colloque « Poésie au féminin » à l’université de Clermont-Ferrand en 2011.

 

   
*   http://www.editinter.fr

 


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans n°1|Printemps 2012
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 05:30

 

 

 

 

  Poèmes inédits

 

 

 

 

 Danse, danse, danse

 

 

&

 

 

RAIN d'après RAIN d'Anne Teresa de Keersmaeker

 

 

 

 

 


  Marie Gossart

 

 

 

 

 

Danse, danse, danse


 

Dansent à la lune

Danse aux soleils

Une constellation d'étoiles

Danse dans le tournoiement blanc

 

Tes pas rythmes

Rythmes du coeur

Qui cherchent l'infini

Dans les volutes blancs

L'évanescent, de notre présent

 

Tes bras s'élèvent

Ta tête, tout doucement,

Penchée vers moi

Tandis que tu tournoies

Cet espace sans âge

Brusquement se déploie

 

J'entends le sang

Qui vibre en toi

La danse qui te fait toucher

Le ciel et la terre

D'un seul doigt

 

Tes pieds cadences

Cadencent l'arrivée de la joie

La montée de la sève

Au plus profond de toi

 

 

 

Univers tournoient

Flottent dans l'air

Touchent les astres

Comme des soleils qui poudroient

 


Derviches

Poètes

Grandioses

Sobres

Sans pudeur

Tout à leur foi.

    

 

 

 

 

RAIN d'après RAIN d'Anne Teresa de Keersmaeker

 


 

Je lui ai dit que je voulais écrire un poème

comme de la pluie

un poème

qui serait long

doux et violent

qui s'étirerait comme un ruban

qui créerait la mousse

l'espace

ferait fuir le temps

 

il tomberait

devant

comme je suis tombée

moi

en poésie

un jour

j'avais 5 ans

 

comme de la pluie

des cordes raides

et souples

dans le vent

 

un torrent

des petites pierres qui rient

qui dansent

ces larmes qui me poussent

qui m'éclaboussent

 

et il y aurait le rose du vent

celui qui s'étale

et vous réchauffe gaiement

celui qui n'attend pas

celui qui court, vole et flamboie

ardeur et joie

 

et il y aurait le vert

les vers de mes pas

quand le jaune et le gris

se mélangent

remontent aux parois

 

 

 

 

RAIN

PAIN

CHAIN

BRAIN

 

que les mots CLAC

rrrrrroulent

nous caressent hop! rebondissent

qu'ils nous emmènent....

la main rouge de leur étreinte

la bourse pleine

et les joues fendues

comme d'un soleil

un soleil

qui veut monter

monter au ciel

 

RAIN

RAIN

 

je ne ressens pas ton absence

un oiseau s'est posé sur mon coeur

et ses petites pattes

quand il marche

me rappellent que je suis bien vivante

 

voilà la pluie

la pluie féconde

 

tes notes enlacées à mes mots

tes notes qui murmurent

tout au creux de mon cou

ta voix comme un nuage

 

te souviens tu de ces animaux graciles

que nous voyions courir de toit en toit

de toi à moi?

L'air était vibrant

c'était le printemps

ta fenêtre ouverte

nos bras, nos âmes étincelants

 

 

 

 

RAIN

RAIN

 

Un poème comme un ruban

 

le satin se tord

comme des paupières lourdes

mes jambes éreintées

mes pieds

brisés

la nuit

enfin

me lâche

s'endort

 

RAIN

 

de cette étroite,

délicate fêlure

quelques brindilles

fragiles

quelques fleurs

fines

ont poussé

 

RAIN

 

la vie jamais ne lâche

il faut vraiment le vouloir

la mort ne vient que si tard

il n'y a que les sots

qui vivent comme ils meurent

en un instant

 

j'ai vu de petites momies

qui voulaient marcher

elles ont ouvert la bouche

quelques unes seulement

se sont mises à chanter

 

leurs bras levés vers le ciel

elles l'imploraient

pour que le corps

enfin

se laisse à bouger

 

 

RAIN

CHAIN

 

ces hommes attachés

dont les yeux sont aujourd'hui dévorés

ces hommes que l'on peut éventrer

sans qu'ils ne crient

...

vas-y

plante leur bien au fond

ton couteau

et vois

10101010101010101

le système binaire

les a remplis

leur a tout pris

 

RAIN
BRAIN

 

Un poème comme la pluie

un poème fait de sons

qui se percutent

se reconnaissent

se disent MERDE ZUT et FLUTE

 

Contre ré, contre Ut

le champ est large

l'espace est là

jambes ouvertes

tout prêt

la grâce toujours naît d'un cri

 

 

RAIN

 

 

où sont ces vers

qui se nourrissent de la terre

laissez moi plonger les mains

à pleine tête

dans cette poussière d'os et d'humus

cette terre rouge et or

celle qui de mes orteils

remonte jusqu'à mes ailes

 

vois comme mes moustaches apparaissent

comme mes bras, les dents, mes cheveux poussent

 

Il n'y a de chant

sans animal au dedans

 

Et puis te voilà qui court

qui court pour attraper toutes les gouttes

tu ruisselles et tu jouis au dedans

 

Un poème comme la pluie

fertile

qui assassine les journées sans vie

l'ennui

 

 

RAIN

PAIN

 

et tu écris

 

à cette génération

à genoux

 

à ces populations

bâillonnées

 

étouffées

par leur avidité

leur anxiété

la peur de perdre

la peur de naître

nu

seul

sans toit

sans moi

 

« danse danse

sinon nous sommes perdus »

 

danse

danse

pour faire vibrer

la flamme

au creux

l'iris

la prunelle

de tes yeux

 

 

 

monte escalade culbute trébuche enfonce tes doigts tes pieds je veux voir l'empreinte

La trace de tes petits coussinets

mon enfant

pars en ballade

forge tes souvenirs

comme découvre ton avenir

cours dans le vent

les herbes hautes

caresseront tes flancs

ton doux museau

humide de promesses

frétille à l'avance de tant d'ivresse

 

 

 

Un poème comme la pluie

libre

simple

vivant

 

RAIN-PAIN- RAIN-BRAIN- RAIN-CHAIN- RAIN- PLAIN

RAIN- RE-RAIN-MAIN.

 

RAIN

rainrainrain

 

 

RAIN-PAIN- RAIN-BRAIN- RAIN-CHAIN- RAIN- PLAIN

RAIN- RE-RAIN-MAIN.

 

RAIN

rainrainrain

 

RAIN-PAIN- RAIN-BRAIN- RAIN-CHAIN- RAIN- PLAIN

RAIN- RE-RAIN-MAIN.

 


 

 

Pour citer ces poèmes

 

 

Marie Gossart,  « Danse, danse, danse » & « RAIN  d'après RAIN d'Anne Teresa de Keersmaeker », in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : « Poésie, Danse & Genre » [En ligne], n°1|Printemps 2012, mis en ligne en Mai 2012.

URL. http://www.pandesmuses.fr/article-danse-103752630.html   ou URL. http://0z.fr/FJwOa

 

 

 

Pour visiter les pages/sites de l'auteur(e) ou qui en parlent


 

www.mrsboeuvreschoisies.com

.......

 

Auteur(e)


 

Marie Gossart

 

 

Marie Gossart, née en France en Avril 1969, tombe en poésie quand elle a 5 ans. Moment où elle découvre aussi la musique, les arts plastiques et la danse. Plus tard, étudie à Sciences-Po Paris et devient publicitaire, chargée des stratégies de communication pour de grands annonceurs. Après un long moment, et la naissance de deux enfants, elle part vivre deux ans à Tokyo, y retombe en écriture. Elle écrit en français, et en anglais (son “autre” langue). De retour à Paris en 2008, elle s'intéresse particulièrement à l'écriture plastique et sonore de la poésie, elle y compose depuis des poèmes et des textes de chansons. Elle recherche un éditeur pour publier sa poésie...

 

Très investie dans les arts plastiques pour lesquels elle a fondé MrsB Oeuvres Choisies, une structure destinée à la promotion d'artistes contemporains, voir url. www.mrsboeuvreschoisies.com

Elle est membre de l'ADIAF, association de collectionneurs décernant chaque année le Prix Marcel Duchamp, dans le cadre de la FIAC, membre du comité de sélection des artistes en 2012,  elle exerce aussi son intérêt pour les mots et la langue dans le cadre de sa fonction actuelle de conseillère de programme auprès de France Télévisions (département jeunesse), en charge de la supervision des adaptations de l'anglais au français.

 

 

 

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans n°1|Printemps 2012
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 05:30

 

 

 

 

Poème intédit

 

 

 

Les Porteuses exilées

 

 

 

 

 

Angèle Bassolé-Ouédraogo

 

 

 

 

Il est des portes qui s’ouvrent

Il est des portes qui se ferment

Les portes de l’exil s’ouvrent et se ferment

 

 

S’ouvrent et se ferment

Pour des Porteuses en quête d’Afrique

Des Porteuses en quête d’humanisme

 

 

L’Humanité a perdu le Nord

Une fois le Cap de Bonne Espérance franchi

Ici

Les cœurs sont froids

Comme l’hiver

 

 

Les mains ne se tendent pas

Même pas pour le salut de Paix du Christ

Non !

 

 

 

 

 

 

 

L’autre est une menace

Menace perpétuelle

Menace permanente

Partout

 

 

Au travail

Dans la rue

Dans les églises

 

 

Peur

Peur de l’autre

Peur de ce que l’on ignore

Peur de ce que l’on n’est pas

Ne saurait être

 

 

On parle d’Amour

On parle de Charité

On parle de Fraternité

Paroles

 

 

 

 

 

 

 

 

Paroles dans mon cœur en exil

Mon cœur et mon âme

Hors de mon corps

Mon être désintégré

 

 

Ma Lune et mon Soleil

Brillent et se lèvent au vent du sud

Le nord a épuisé  mes réserves

 

 

Car le soleil y brille inutilement

Il brille et me fait manquer de

Vitamine D

 

 

Ce soleil de décor

Que poursuivent des âmes désespérées

Désespérées et prêtes à mourir sur les côtes de Lampedusa

Pour un soleil

Qui ne se lèvera jamais au-dessus de leurs yeux fermés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Porteuses sont là

Tenaces

Tenaces et fermes

Fermes et déterminées

Déterminées

Comme une armée rangée en bataille

 

 

Les Porteuses restent Debout

Les Porteuses restent braves

Parce que telle est leur destinée

 

 

Rester Debout

Debout toujours

Même couchées

Les Porteuses sont à  jamais

Debout

 

 

Debout

Pour garder le flambeau allumé

Allumé

Pour les générations de Porteuses

À venir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gardiennes du feu sacré

Elles ne renoncent pas

Ne renoncent jamais

Grande est l’adversité

Forte est leur résistance

 

 

Debout

Est leur devise

Debout toujours

Debout à jamais!

 

 

Comme Yennenga

Comme Abla-Pokou

Comme Ndette Yalla

Comme Nzingha

Comme Wêemba

Debout

 

 

Salut,

Mères!

Les Porteuses regardent

Altières et fières

L’horizon plein d’incertitudes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Porteuses écrivent Demain

Avec Aujourd’hui

Car Hier N’existe plus

 

 

Demain est bleu

Bleu indigo

Comme l’horizon

L’horizon que dessine ma grand-mère sur ses batiks

 

 

Il est de portes qui s’ouvrent

Il est des portes qui se ferment

Se ferment et se referment

Mais l’Espérance des Porteuses

Demeure

Intacte !

 

 

Intacte

Comme leur Foi

En Demain

Demain

Qui ne saurait ressembler à Hier

 

 

 

 

 

 

 

 

Hier est passé  avec sa boue

Sa boue de hontes

Sa boue d’humiliations

Sa boue de railleries

 

 

Hier est passé

Avec sa horde d’errances

 

 

J’ai planté  ma tente

Dans un pays nommé 

Exil

 

 

Être et ne pas être

Dans une île

Exister

Dans l’ailleurs

 

 

Être ici

Être ailleurs

Être nulle part

Nulle part ailleurs

Nulle part au monde

 

 

Car les Sans Pays

Ont pour citoyenneté

Nulle Part

 

 

 

 

 

 

Ni d’ici

Ni d’ailleurs

Jamais de Nulle Part

 

 

Les Étoiles sont nos compatriotes

Car nous avons toujours les yeux fixés au Firmament

Là où se dessinent nos rêves

Là où s’écrivent nos poèmes

 

 

Je suis née là

Depuis des lunes

Je viens de là depuis des pluies

 

 

Je vis ici depuis

Des printemps

Automnes

Étés et

Hivers

 

 

Mais toujours de Nulle Part

Nulle Part ailleurs

Est mon Pays

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon Pays

Mon Pays

N’est plus de là

Ne sera jamais d’ici

 

 

L’exil est empreint

Dans mes paumes

Comme un stigmate

 

 

Un stigmate précieux

En moi

Précieux en mon cœur

Précieux en mon âme

 

 

Je lis et écris l’exil

Dans ma paume

L’exil

Dans mon cœur en miettes

L’exil

Dans mon âme désorientée

 

 

L’exil de mes rêves

Rêves de Liberté

Rêves d’Égalité

Rêves de Fraternité

 

 

 

 

 

 

 

J’ai chanté être

À tous les temps

Je suis de là et d’ailleurs

Je suis d’ici et de là

Je serai toujours

L’Exil

 

 

 

 

Les Porteuses exilées

Chantent des Cantates

Pour des Soleils Libres

 

 

Exilées pour rêver

Rêver la Liberté

La Liberté enfouie dans nos déserts sans noms

Nos déserts sans limites

Nos déserts sans frontières

 

 

Les Porteuses exilées

Vous saluent !

Les Porteuses exilées

Vous disent

Mères,

Merci !

 

 

 

 

 

Pour citer ce poème

 

 

Angèle Bassolé-Ouédraogo, « Les Porteuses exilées »,  in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques :  « Poésie, Danse & Genre » [En ligne], n°1|Printemps 2012, mis en ligne en Mai 2012.

URL.  http://www.pandesmuses.fr/article-porteuses-exilees-103740903.html ou URL. http://0z.fr/8629m
  

 

 

 

Pour visiter les pages/sites de l'auteur(e) ou qui en parlent,

 

 

http://www.cief.org/nouvelles/2004/index.html

 

http://www.cief.org/congres/2004/ecrivains/bassole.html

 

http://www.africultures.com/php/index.php?nav=livre&no=2763

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ang%C3%A8le_Bassol%C3%A9-Ou%C3%A9draogo

 

Avertissement

Les documents présents au-dessous sont protégés tous droits réservés aux éditions L'Interligne et à la revue Amina, ne les téléchargez pas.

 

Communique Yennenga[1] Communique Yennenga[1]

Article de la revue AMINA, n°454, 2008 du livre Les porteuses d'Afrique (Angèle Bassolé-Ouédraogo Article de la revue AMINA, n°454, 2008 du livre Les porteuses d'Afrique (Angèle Bassolé-Ouédraogo

 

 

Auteur(e)


 

Angèle Bassolé-Ouédraogo

 


 

Née en 1967 à Abidjan en Côte d'Ivoire, Angèle Bassolé est chercheuse associée à l'Institut d'études des femmes de l'Université d'Ottawa. Elle est aussi écrivaine et éditrice.


Journaliste de formation et de profession, critique littéraire, elle est détentrice d’un Doctorat en Lettres françaises. Spécialiste de poésie (sociocritique) et des études de femmes (EFH : Égalité femmes/hommes), sa thèse a porté sur la poésie des femmes d’Afrique francophone.

 

En 2004, elle remportait le Prix Trillium de poésie pour son recueil Avec tes mots. Son 5erecueil,Yennenga est sorti en librairie au mois de février 2012. Elle anime une chronique socio-politique et culturelle dans le bi-hebdomadaire L’Événementipublié au Burkina Faso.

 

 

Note

i L’Événement, bi-hebdomadaire d’informations publié au Burkina Faso est spécialisé dans le journalisme d’enquête (url. www.evenement-bf.net)

 

 

 

 


 



 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans n°1|Printemps 2012
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 05:30

 

 

 

Sélection du web

 

 


Une danseuse étoile & La tzigane

 

 

 

 

 

Siamchinois

 

 

 

 

 


Une danseuse étoile

 

 

 


Une danseuse étoile
Griffonne quelques lignes
De la pointe de toile
Du crayon ballerine

Elle esquisse une lettre
Quelques mots de ballets
Invisibles oui certes
À nos yeux embués

Pourtant je me permets
De vous ouvrir la malle
Qui contient le secret
De la reine du bal
 
Quiconque recherche
L’instant soulier
De la chaussée
Du temps lacet
De t’enlacer
Finit nu pied
Comme ciel vague et poème

Quiconque respire
L’instant plongée
De la marée
Du temps brassé
De t‘embrasser
Finit noyé
Comme ciel vague et poème

Quiconque fredonne
L’instant miré
Du pas jeté
Du temps portée
De t’emporter
Finit muet
Comme ciel vague et poème

Quiconque divague
L’instant bohème
De ce poème
Finit au ciel
Comme

Comme ciel vague et poème

Une danseuse étoile
Se faufile arabesque
Vers la nuit qui s’étale
En un noir de fresque

Elle rejoint les comètes
Et fait sa révérence
Fatale pirouette
De sa dernière danse

 

 

 

La tzigane

 

 

Elle pouvait bien ternir
La vie de ses pommettes
Le fruit des eaux salées
Et l’humeur des comètes

La tzigane dansait

Son donjon dénudé
Et la magie des tours
À la nuit dérobaient
La lune et ses atours

La tzigane rêvait

Arrimée en bohème
Les voiles teintées de rose
Sa voix courait zelem
Dans un doux champ de prose

La tzigane chantait

Rien ne pouvait se lire
Dans ses yeux d’opéra
Si ce n’est l’avenir
Une ombre de ses pas

La tzigane je l’aimais

 

 

 

 

 

Pour citer ces poèmes

   


 

 Siamchinois  « Une danseuse étoile »    & « La tizigane  » (poèmes reproduits avec l'aimable autorisation de l'auteur), in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques :  « Poésie, Danse & Genre » [En ligne], n°1|Printemps 2012, mis en ligne en Mai 2012.

URL.    ou URL. http://0z.fr/U-sqp
 

 

 

 

Pour visiter les pages/sites de l'auteur(e) ou qui en parlent,

 

 

 

http://www.inlibroveritas.net/auteur2370.html

 

http://www.atramenta.net/authors/siamchinois/2370

 

 

 

 

Auteur(e)

 

 

Siamchinois

 

 

 


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans n°1|Printemps 2012
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 05:30

 

 

 

 

Il ne m'est de saison

 

 

&

 

Prends-moi comme je suis

 

 

 

 

Fialyne. H.Olivès 

 

 

 

 

 

Il ne m'est de saison

 

À mon père

 

Le voici l’instant qui se pointe 
 
Et  le ciel se couvre de gris 
 
Au-dessus de tristes prières, 
 
Qui pêle-mêle jonchent ton lit. 
 
Il afflue sur l’arbre de vie 
 
 De l’absence, des gouttes amères 
 
Qui coulent au long de mon rêve. 
 
 L’aile de Décembre a gravé, 
 
Ton destin à jamais, 
 
 La neige se pose doucement 
 
 Sur chaque lettre de ton nom, 
 
L’âme s’apaise mais n’oublie pas. 
 
Il ne m’est de saison que l’hiver 
 
Depuis l’interminable hier 
 
 Où tu nous as quittées, mon cher.

 


 

 

 

Prends-moi comme je suis

 


 

Si tu me prends comme je suis 
Je t'emmènerai dans mes rêves 
Dans ces lointaines prairies 
Où l'on peut courir sans trêve. 
 
Si tu me prends comme je suis 
Je te promènerai dans mon monde 
Ainsi tu poseras ta fronde 
Loin du doute qui déroute. Et puis ? 
 
On ira au Sahara errer 
  Voir le sable blond au petit matin 
Voir les dunes danser et rouler 
dans un silence calme et serein. 
 
On grimpera le Djurdjura 
Fières montagnes de Massinissa 
Où les femmes en gandouras oranges 
Forgent et ramassent leurs songes. 
 
On ira à Bejaïa-plages 
 Mer bleue et joli paysage 
Où la liesse accueille, en sourires 
 offrant de merveilleux souvenirs. 
 
On ira au grand Alger 
 Au Makkam qui domine les voies 
Et la Casbah et ses airs Algérois 
 Haïk* et serwal** en identité. 
 
On ira chez le sultan 
Au fameux palais d'or et d'argent 
Des burnous et des caftans 
De la poésie et l'art d'antan.

 
Si tu me prends comme je suis 
Nous chanterons à l'orientale 
Un air commun, original 
Qui égayera jours et  nuits. 
 
Prends, prends-moi comme je suis 
De France et d'Andalousie 
Avec mon cœur d'Algérie, 
ma culture, un toit à mon logis. 
 
Si tu me prends comme je suis 
J'épouserai ta philosophie 
Ta musique, tes tours de vision 
Riche de Nous, on vivra en fusion. 
 
Prends, prends-moi comme je suis. 
  

 

* Haïk : Voile Algérien 
** Serwal : Pantalon Algérien

 

 

 

Pour citer ces poèmes

 

 

Fialyne. H.Olivès « Il ne m'est de saison » « Prends-moi comme je suis »    (poèmes reproduits avec l'aimable autorisation de l'auteure), in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : « Poésie, Danse & Genre » [En ligne], n°1|Printemps 2012, mis en ligne en Mai 2012.

URL. http://www.pandesmuses.fr/article-saison-103636556.html ou URL. http://0z.fr/EOMtj  

 

 

 

Pour visiter les pages/sites de l'auteur(e) ou qui en parlent,

pour commander ses livres  


http://www.ilv-edition.com/librairie/la_feuille_rouge_du_saule_pleureur.html

http://www.ilv-edition.com/librairie/sous_les_jasmins.html

 

 

 

 

 

 

Auteur(e)


 

Fialyne. H.Olivès 

 


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans n°1|Printemps 2012
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 05:30

 

 

 

 

Poèmes calligraphiés inédits

 

Danse petit cœur

 

 

Nicole Coppey

 



  Cliquez sur la photo pour l'agrandir

  Danse petit coeur

 

 

J'existe et je danse  


 

 

Nicole Coppey

 

 

    Cliquez sur la photo pour l'agrandir

 

 

J'existe et je danse

 

Pour citer ces poèmes

 

 

Nicole Coppey , « Danse petit cœur » & « J'existe et je danse » , in Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : « Poésie, Danse & Genre » [En ligne], n°1|Printemps 2012, mis en ligne en Mai 2012.

URL. http://www.pandesmuses.fr/article-danse-103626186.html   ou URL. http://0z.fr/fl5bt
 

 

 

Pour visiter les pages/sites de l'auteur(e) ou qui en parlent

 

 

http://www.nicolecoppey.com/

 

http://www.billetreduc.com/spectacle-nicole-coppey.htm

 

http://jmtheytaz.over-blog.com/article-couleurs-et-senteurs-de-vagues-avec-nicole-coppey-96060865.html

 

 

 

Auteur(e)


 

Nicole Coppey

 

 

Vidéos choisies par la revue (de la poésie multimédia)

 


 


Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans n°1|Printemps 2012

Rechercher

À La Une

  • N°6 | Printemps 2017 | Penser la maladie et la vieillesse en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°6 | PRINTEMPS 2017 Penser la maladie & la vieillesse en poésie Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER © Crédit photo : Claude...
  • N°6 | Sommaire
    N°6 | Sommaire Mise en ligne progressive avant la parution du numéro en version imprimée Le Pan poétique des muses publie aussi un Supplément au sixième numéro afin de répondre à vos nombreuses demandes de publication Merci bien de votre intérêt pour...
  • Pour une main tendue
    Dossier majeur | Textes poétiques Pour une main tendue Jean-Claude Paillet Pour une main tendue Un sourire, une voix Au bord de la vie Pour un autre regard, une attention D’une brindille d’espoir Allumez un feu de joie Pour l’enfant qui joue Insouciant...
  • Catherine Gil Alcala, La Somnambule dans une Traînée de Soufre, éd. La Maison Brûlée, 2017, 108 p., 13€
    Critique & réception Catherine Gil Alcala La Somnambule dans une Traînée de Soufre éd. La Maison Brûlée, 2017, 108 p., 13€ Dina Sahyouni © Crédit photo : image de la 1ère de couverture illustrée par Catherine Gil Alcala Joliment présenté, le recueil intitulé...
  • Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha
    Compte-rendu Bémol artistique & poétique Magnifique vernissage parisien, en présence d'Adonis, de l'exposition « Peinture-poésie » de Haider et Mustapha Saha Texte & illustrations Mustapha Saha © Crédit photo : « Adonis, Mustapha Saha et Élisabeth Bouillot-Saha...
  • Contribuer à l'Encyclopédie évolutive de la poésie mineure
    Appel à contribution Contribuer à l'Encyclopédie évolutive de la poésie mineure « La poésie est le langage naturel à tous les cultes » (Germaine de Staël (Mme la Baronne de Staël-Holstein, 1766-1817)* La poésie est partout et nulle part, elle brode nos...
  • La poésie malgré la pluie !
    Compte rendu du récital d'Apollonia Événement poétique avec un membre de la revue LPpdm La poésie malgré la pluie ! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Récital d'Apollonia , image fournie par Françoise Urban-Menninger...
  • Adonis en fraternité poétique
    N°6 | Muses au masculin (/genre en poésie) Article Adonis en fraternité poétique Cette rubrique est dédiée aux hommes & au masculin qui inspirent les hommes poètes & artistes Mustapha Saha Sociologue, poète, artiste peintre © Crédit photo : "Adonis et...
  • Polychromies lyriques avec Adonis, Haider et Mustapha Saha
    Bémol artistique & poétique Polychromies lyriques avec Adonis, Haider et Mustapha Saha Texte & illustration de Mustapha Saha © Crédit photo : Portrait d’Adonis par Mustapha Saha Peinture sur toile. Dimensions : 100 x 81 cm Adonis est sans doute aujourd’hui...
  • À la dérive & Elles s'en vont les joyeuses pensées
    Dossier majeur | Textes poétiques Poèmes d'une aïeule À la dérive & Elles s'en vont les joyeuses pensées Amélie Gex À la dérive [P. 182/P. 186 PDF, « En fermant le livre »] J'ai vu s'enfuir ma riante jeunesse Comme un parfum s'envole d'une fleur !......