19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 09:43

 

Poèmes, nouvelles, lettres, fragments

Poésie de l'errance

 

 

De l’eau, à l’o en passant.

 

Poème Évolutif. Mots doux.

 

Quelques cris. Un « heu… »

 

 

 

Laure Delaunay

Site officiel : https://lauredelaunay.com/

 

 

Parce que c’était E. Parce que c’était eux.

Émoi, bien … entendu.

Bien enregistré, bien vu, « bien aimé ».

Pour Dina.

À mon grand-père paternel. Celui qui ne lira jamais. Sauf si…

Et puis les noms… Initiales. BB. FB. DL. EF. FD. MD. MD. OD.

Et moi. Un travail d’équipe.

Pour Alexandre Delaunay-Dejter

 

Ce chagrin, c’était pas grand-chose…

Emanuele, ho i cioccolatini e sei benvenuto.

Le dauphin (A.F.)

 

L’ondée avive le vertige.

Pourtant le souffle ne perturbe ni l’allant ni la courbe. Se nourrit d’air, de bouffées et d’une vague.

Voltige, est prince, une brassée d’écumes.

Respire, jet d’air, et accompagne l’autre en sa trouée, en sa promenade, lui est ami, berce ses flots de rires.

L’aileron navigue, arrondit la surface. Profond soleil, léger bambin.

Aller là où luit l’eau.

Et découvrir, intense, l’espace, le loin. Fendre alors les mers, caresser l’horizon à une touche, y puiser l’espoir d’être toujours et infini, le premier. Avant-gardiste ? Anachronique. Et utopiste. Le pionnier ne laisse pas de sillon.

D’un bond gagner le large et se souvenir comme d’un trésor de la main croisée au bas de l’esquif.

Frère d’un jour, furtif. À l’âme éphémère. À l’élan temporel. Au flux parfait.

Liberté belle.


 

La biche (I.L.)

 

Ma douce chemine en toute tendresse sur les sols, les terres, les lits, les mousses.

À sa venue, ploie une branche en hommage.

« Maman » dit le lierre. « Ma belle », toute la forêt. Et la clairière : « mon ange ».

Sautille, gambade, son air de rien, ses yeux fendus, ses chasses délicates.

« Ma douce », dis-je.

Elle se cache, ne veut pas qu’on la voit, préfère l’obscur et l’humide et le rayon timide au soleil écrasant. La rousseur d’un pelage est lumière à soi seul.

L’herbe et les brins ornent ses pieds de vert. Les feuilles lui font couronne. Ses yeux plissent un peu pour que renaisse le goût des innocents.

Futilités l’habillent mais les choses sérieuses lui sont naturelles.

Des églantiers semblent parfois piquer sa pureté de sang mais la cruauté glisse et il ne reste dans ses espaces que les joliesses ambrées.

Elle tient, elle tient, sa vie d’âtre battant au cœur de la nature.


 

L’anémone (D.L.)

 

Pincées de sel dissout accompagnent tâches et filaments. Couleurs ployées, déployées.

Danse, orientale ou japonaise. Bras « lacs des cygnes » et lacets de signes jusqu’à l’épanouissement. Croix, points, ronds : tissu, soie corpulente.

Petit nu d’arc en ciel.

Fleuves sur les hauts fonds du cœur amollissants de pigments toute cruauté.

Parcelle, part belle.

Souffles d’eau. Bibelots.

Et la murine navigue, mosaïque. Moelleuse.

 

La colombe (L.C.)

 

Quand l’envol est léger, les nuages l’écoutent. Et autour de l’oiseau blanc s’organisent.

À l’orée des nues, le bleu naît tous les jours.

La grâce se déploie et de chaque rayon fait un pont. Et de chaque vide, une vague.

Percées et plongées habillent les anges.

Et chaque coup d’aile appelle « doux de la voûte » le pli qui ne dit que les beautés et les nouvelles heureuses.

Puretés, ouvrirez-vous aux mots soyeux ? Glisserez-vous ce message dans l’embrasure d’une fenêtre ? Je crois qu’aucun cœur ne bat dans le ciel et que tout est pleins et déliés à qui se dévoile.

Le vent souffle ; l’air est tendre.

Puretés, ouvrirez-vous aux mots soyeux ?

La pyrale des prés (F.L.)

 

Tout s’offre et le diaphane oblige. Blanc déambule à antennes gratuites.

Les vides, les grâces. Et le vent pertinent.

Corpuscule se dévoile dans la corolle et le laurier rose lit mieux, et la belle de nuit s’émeut, et l’iris aperçoit.

Qui du brin ou du pétale triomphe ? Ni l’un ni l’autre. Seule la pâle altitude ou le ruisseau éphémère pense le voyageur, la tâche en mouvement dirait le peintre, la feuille allant au pré et au loin, le poète.

 

Le couple de chats (F.DG.)

 

Chapotant tout d’une patte qui se tend à l’envie, le chat dort puis rêve puis tâtonne, parfois alangui, roucoule de bien-être. Lape. Titille. Et qui lit dans son jeu d’équilibre comprend Chaplin. Avide du moelleux il s’y glisse comme une peinture japonaise : avec minimalisme, liberté et justesse.

Sa queue en coda l’aide à folâtrer d’étage en étage car toujours debout retombe même de haut, même d’un la haut, chanteur des accents.

« Miaou », « miaou », ses vocalise rares. Il s’ouvre comme un espoir pour les amateurs de confort. Se ferme rarement malgré les racontars sur un égoïsme de prince. Mais non, « matou », c’est tout son nom. Bonhomme, petit bonhomme. Accoudé à son bol.

Qu’on sonne l’heure du repas ? Il accourt. Oh Chat ! Vois : elle ! Ta consœur promenant des pas de danseuse de gouttière en gouttière. Chat des champs. Chatte des villes. Les deux font l’ah ! père !

Si nous nous perdons dans un arbre, nous appellerons au secours. Ils viendront bien ces sacrés hommes sont sortir d’embarras.

En attendant, à table !

Les crocs caquettent dans les croquettes.

MMMIIIIIAAAA ou…..

S’étire… d’ELLES.

S’étire-t-elle.

Miam lui répond – il.

T’as le lait ?

Chiedi a Lei. Elle a l’œil. Chiodo.

Chiocciola.

Bellissimi.

Dolcissimi.

 

La chienne (P.V.)

L’o raye. Elle a l’œil. Et le sol. Et la truffe.

Donne la patte. Bat le rythme et la campagne.

Opine.

Jappe.

On ne sait pas d’où elle vient. On sait ce qu’elle veut.

On.

Une récompense. Une lune qu’on hume. Une tête.

Le con regarde.

Le chasseur dresse.

Et l’eau ?

Apaise.

Eux ? heu… À la queue leu leu.

Warf. Waf.

Et l’air ?

Sent.

Et l’hic ? Top secret.

Et là ?

Non.

Mie.

Elle est l’amuse hic. Elle la muse hoc.

Et… nunc.

AH.

Elle aime… l’ami d’Hoche.

Elle a… l’os.

Et deux halos et deux allo de Lumière noire. Et deux Al. O de lu mi ère.

Noir.

Pitié… Pitié…

Pis, tiens.

Mais oui, j’t’aime.

Ma p’tite louve à moi.

Ouvre-la. Quand je te le dis. Quand tu penses que c’est bien.

T’es matée. Mais t’es ma déesse. Pis non, c’est le chat.

T’es ma sentinelle.

L’animal boniment. Vite ! On en a qu’une.

Des larmes ? Une vallée.

Une avalée.

 

Le singe (à A.L.)

 

Ô. Oin. L.

+

-

Et je, ma muse.

Et JE m’amuse.

Et jeu m’amuse.

Et… ergo sum.

À peine dit.

Plus doucement ?

Je te désire.

Et bisou… et bise you.

2

Ou

Tooo

LELE

Os… car Lea…


 

Et DEA ?

DIO, très cher.

Je ne suis… que pas à pas.

Petit pour le singe, important pour l’homme.

Merveilleux pour la femme.

Pour moi, tout doux.

Y a rien à se dire, y a qu’à s’aimer.

Et la suite, tu la connais.

Signe.

Sans point


 


 


 

Tu dEvine.

Moi divine.

Bien lu.

Bien, Lu.

Bien vu.

Bon, Vu.

Bonne vue.

À toi… touchée.


 

Youcou

Roucouler


 

Junior ne choisira pas son sexe.

Manquerait plus que ça…

Demande à qui tu sais.

L’autre, je m’en charge.


 

Et si je faisais l’otarie ?

Ah… en effet…

T’occupe de rien… t’as la souris.


 

Ça y est… je ne pense plus à rien.

Je ne pense plus qu’à… oh, non, rien…

À toi.

À toi ?

Demande à qui je sais.

L’adresse ?

Mie stère.


 

L’homme (à C.A.)

 

Des ma… quelques tu… aucun tue.

Voilà ce qu’il faut souhaiter.

Regarde.

Vois, là.

Une femme.


 

La femme (à F.C.)

 

On t’a pris pour. Pas moi. Sois toi. Même si… J’aime, oui. J’en suis une sacrée… enfin, une, quoi.


 

L’enfant (à B.O.)

 

Au seul œil. À la lumière. Oublie. Et… se souvient.

J’oublie. J’y pense.

Apprends-moi à parler.

Baba.

Ma… MA.

N’essence.

Mais sens.

La lune ?

Ma ris… On en fait notre affaire…

On est… bien.

On est… ensemble.

Mon héros, mon frère, pense à tout.

Ma fille, ma sœur, pense à rien !

J’en veux deux.

Le hasard fera le reste.

Et la science ?

Et ben…


 

Ô… ça c’est une histoire de grand-mère.


 

Les sciences. Les si. On sait.

Les noms, pas encore.

Mais le non, ça, c’est moi.

Je lève le doigt à l’école pour demander la parole.

J’écoute la maîtresse.

Enfin, ça dépend laquelle.

Bref.

E.

St’eup.

Tu sais…

Celui à qui Dieu donne beaucoup…

Il est à gauche, à côté de ton bureau…

Dans mes rêves, il te lit une poésie…

En vrai, demande à Prévert.

Car il a du stylo et un bic bleu.

À pis and…

To infinity ?

Juste pas à pas.

Juste, pas à pas.

21-28 Décembre 2016

 

***

Pour citer ce poème

Laure Delaunay, « De l’eau, à l’o en passant. Poème Évolutif. Mots doux. Quelques cris. Un "heu…" », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°9 [En ligne], mis en ligne le 19 janvier 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/01/eau.html

 

© Tous droits réservés                           Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 09:19

 

Premier colloque 2017-2018 | II – La poésie et les poètes selon les contemporaines

 

 

 

Quid de la poésie ?

 

 

Maggy de Coster

 

 

 

Depuis La Cantilène de Sainte Eulalie, premier texte littéraire français de 880, qui exhale les complaintes d'une martyre, la poésie française a fait du chemin. Du Moyen Âge à nos jours, elle a évolué dans la forme mais demeure l'expression des sentiments humains rythmés par la musique des mots, lesquels puisant leurs racines dans le vécu du poète.

 

La poésie, exprimant des situations observables de par sa morphologie, sa constitution, peut tendre vers l'abstraction. Elle rend compte également des faits tangibles, traduit le schéma affectif du poète, en ayant recours à des images qui peuvent se former par analogie ou par opposition ou contraste.

Ce sont autant d’éléments qui entrent dans son organisation et qui la distinguent d'une pensée prosaïque, somme toute concrète ou accessible au commun des mortels. À l'égard de ces derniers, le poète doit jouer le rôle d'éclaireur en ce sens qu'il leur dessille les yeux pour mieux appréhender le réel qui, tant de fois, leur paraît flou.

 

 

La poésie : un élan du cœur

 

« Quand la main écrit c’est le cœur qui parle et qui soupire » avance Musset. Donc, on écrit pour panser les morsures d’un vécu malheureux ou pour sublimer ou transmuter une souffrance en harmonies spirituelles par la musique des mots.

« Ah ! frappe-toi le cœur, là est la poésie ! » lance Victor Hugo. Cela dit, la poésie répond à un besoin de traduire les émotions de l’âme, les élans du cœur. Ainsi, le poète ne saurait se soustraire à cet appel venant du tréfonds de son être à des moments inattendus. « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux / Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots » s’exclame Musset. N’est-il pas vrai que certaines évocations douloureuses de l’existence nous font déboucher sur la voie royale de la poésie.

 

La poésie : une arme qui ne tue pas

 

Elle appelle plutôt à « changer la vie » comme l'avisait Rimbaud sans mettre en péril la vie des uns et des autres. Tantôt elle berce en remuant les sens, tantôt elle est comme un ferment qui porte à l'élévation, à la transcendance. Elle reflète les préoccupations du poète et lui octroie une place particulière dans la société, place au nom de laquelle il revendique ses droits : se fait entendre, se faire comprendre.

La poésie s’empare de vous, elle frappe à votre porte au moment le plus inattendu. L’on s’ouvre à elle et elle envahit votre espace vital en faisant corps avec votre personne. Elle peut vous solliciter le matin, au réveil, dans le silence de la nuit, dans des moments de contemplation ou à la suite d’une situation implacable qu’il faut dépasser en déversant son trop-plein intérieur en harmonies verbales, véritable chant de l’âme. Elle peut naître aussi d’un vide apparent puisque la nature a horreur du vide. Dans ce cas, elle se fait l’écho de votre inconscient. Elle peut aussi naître d’un élan de joie. Un rien ou un tout peut flatter l’inspiration jusqu’à donner naissance à un poème qui est le fruit de la sensibilité et de l’imaginaire du poète. Dans cette optique, il y a un conditionnement ou ce que je pourrais appeler « un état poétique qui est en rapport avec l’être en soi ».

La poésie dans sa diversité peut revêtir différentes fonctions : didactique, satirique, épique, lyrique, narrative... Par ailleurs, le poète dans sa quête perpétuelle de changement, peut impulser le sentiment de partage, qui va de pair avec la justice et le bonheur pour tous.

 

La poésie : porteuse d’idéaux

 

La poésie peut donner lieu à un cadre de réflexion, à savoir qu'elle est porteuse d'idéaux qui la mettent en confrontation avec la philosophie. À ce compte, elle est dispensatrice de bienfaits immatériels dans un monde trop matérialisé. Elle devient indispensable et Ionesco de convenir que : « Les poètes sont inutiles mais indispensables. »

Si la connaissance des formes classiques s'avère un passage obligé pour un poète, il n’en demeure pas moins que les préoccupations de ce dernier ne se résument pas qu’à l’art pour l’art. Ne pas négliger la valeur esthétique qui lui est un atout. C'est un credo juste. Néanmoins, il est louable que le poète se penche sur la dictée de l'heure afin de retranscrire ou traduire pour tout un chacun les Vérités qui s'imposent. La poésie est événementielle, dans ce cas, elle prend la forme d'un chant qui s'entend dans tous les champs.

La poésie est un concert de mots dont participent le réel et l'imaginaire. la compréhension de la poésie ou du discours poétique s'éloigne de celle du langage courant. De ce fait, le poème se décline en musicalité, en sonorité, en rythmique et en images qui lui confèrent une morphologie propre.

 

La poésie : un don qui se cultive

 

Et pour cause, la valeur d'un texte poétique se mesure par le degré d'émotions déclenchées à sa lecture, par le transport causé, grâce à la cadence des mots et enfin par la poussée d'admiration suscitée chez l'auditeur, eu égard à sa qualité esthétique. Ainsi, disons que la poésie est un don qui se cultive avant de s'installer durablement comme un comportement voire une manière d'être, de se connaître et de s'appliquer. Elle incarne le sens des réalités auxquelles nous sommes assujettis. Elle est la vague qui berce nos tympans et caresse nos cœurs. Elle est aussi la pulsion qui s'éveille en nous quand tout nous déchante. Elle est certes, cet élan d'humanité qui entraîne les incompris, les illuminés, les maudits, les voyants comme Baudelaire, Rimbaud, Verlaine, Lautréamont et bien d'autres, à tout chambarder pour donner l'alerte, pour faire éclore un règne nouveau.

 

Qu’en est-il du vrai poète ?

 

Il se doit d’assurer la transmission des valeurs en images réelles capables de produire un effet sur les sensibilités. C’est un éclaireur dont le flambeau (la plume) doit élucider les réalités tangibles. Il doit pouvoir se démarquer des bâtisseurs d’inepties en opposant son refus de la contre-vérité poétique. Dans cet ordre de pensée, la poésie en tant que manifestation du schéma intrinsèque du poète, répond à une nécessité, un impératif et ne peut nullement se situer dans un contexte de préfabrication de la pensée intellectuelle.

Disons pour finir, que nul ne saurait anéantir cette force (un cadeau de la nature à l’égal de la Vie) qui fait se mouvoir les poètes. On a martyrisé les poètes comme Lorca, Chénier..., pour leurs idées. On les a marginalisés et jetés dans l'oubli pour les ressusciter à la veille de leur mort physique (comme c'est le cas de Rimbaud) et les immortaliser mais on ne réussira jamais à engloutir cette citadelle fortifiée qu'est la poésie, laquelle a su traverser tous les siècles. Honni soit qui mal y pense !

***

Pour citer ce texte

Maggy de Coster, « Quid de la poésie ? », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Premier colloque international & multilingue de la SIÉFÉGP sur « Ce que les femmes pensent de la poésie : les poéticiennes », mis en ligne le 15 janvier 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/quid.html

 

Dernière mise à jour :  15 juin 2017

© Tous droits réservés                        Retour à la table des matières 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans colloques en ligne
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 11:00

 

Les éditions de la SIÉFÉGP Pan des muses et le périodique Le Pan poétique des muses sont très heureuses de vous annoncer la parution de leur ouvrage

 

1 | NUMÉRO SPÉCIAL  2016

 

Des hommes en poésie

 

Invitée Nelly SANCHEZ

 

coordonné par la rédaction du Ppdm de Grenoble

 

© 1ère et 4ème de couverture illustrée par Gordan ĆOSIĆ et Nelly SANCHEZ (photo non actuelle)

 

Coll. OPS, 29, 70 cm x 21 cm. In-Plano, broché, 26 TTC ISSN 2492-0487

 

Numéro paru le 31 décembre 2016 &

 

en vente chez la SIÉFÉGP dès le 24 janvier 2017*

 

* Ce numéro (comme le Hors-SÉRIE) ne peut pas être vendu avant pour une raison d'organisation interne à la SIÉFÉGP. Merci de votre compréhension !

 

***

Pour citer ce texte

LPpdm, « 1 | NUMÉRO SPÉCIAL 2016 ; "Des hommes en poésie", coordonné par la rédaction du Ppdm de Grenoble », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°9 (publication partielle de nos derniers numéros imprimés de 2016) [En ligne], mis en ligne le 7 janvier 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/hommes.html

 

© Tous droits réservés 

Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm Numéros
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 09:17

 

Les éditions de la SIÉFÉGP Pan des muses et le périodique Le Pan poétique des muses sont très heureuses de vous annoncer la parution de leur ouvrage

 

N°2 HORS-SÉRIE | HIVER 2016

 

Enfances en poésie

 

Avec Mona GAMAL EL DINE & Paul TOJEAN

 

coordonné par Nelly SAHYOUNI-TAZA

 

 

© 1ère de couverture du HORS-SÉRIE N°2 illustrée par © Gordan ĆOSIĆ, Night-day-4, 2016

 

Présentation de louvrage

 

« Toutes les grandes personnes ont dabord été des enfants. »

(Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince)

 

« Enfances en poésie » porte sur les traces de lenfance en nous par le biais de la présence des femmes et/ou du féminin au sein dun art empreint des couleurs de lenfance et de sa pureté réelle et/ou imaginaire... Des fables antiques aux poètes morts jeunes comme Rimbaud en passant par la rose du petit prince et des sons du tam-tam de la négritude, des univers poétiques et artistiques souvrent à nous, en nous. On définit les poètes depuis des siècles en les qualifiant déternels enfants, de rêveurs et de perturbateurs de lordre établi dans la société. Cependant, il n’y a pas plus de Peter Pan, dilluminés et de fées Clochette chez les poètes que chez les autres. Les poètes sont souvent des empêcheurs de tourner en rond, des personnes qui ont gardé au creux de leur être un imaginaire vif et un cœur démiurgique. Les poètes sont les enfants de leur temps, mais aussi de tous les temps et de tous les arts. Comme les saltimbanques et les bohémiens, leur cœur est sans cesse offert en poèmes au lectorat. Lenfance représente aussi la légèreté, linsouciance et la liberté [...] Ainsi, quelques aspects des univers poétiques et variés de lenfance, y compris en art, sont explorés ici pour redonner à notre monde terni par les guerres et les violences ses saveurs dantan et ses puissances magiques qui nous portent à rêvasser, à sémerveiller et à retrouver tout simplement lesprit candide, désinvolte, révolté, curieux et étonné de lenfance. Il sagit donc de parler des enfances de lâme revisitées par les universitaires, les poètes et les artistes. Ce plaidoyer pour la poésie des enfances de l’âme est celui de l’amour de la poésie et de ses lectorats. […] Les termes « enfance », « poésie » et « négritude » sont féminins et à ce titre de grâce, au féminin et aux femmes, ce numéro est dédié. .Bonne lecture !

Dina SAHYOUNI

Éditrice scientifique

Nelly SAHYOUNI-TAZA est universitaire syrienne, co-fondatrice de la revue féministe Le Pan poétique des muses et membre de lunité de recherche indépendante de la SIÉFÉGP. Elle a déjà travaillé sur le merveilleux et les contes de fées. Depuis quelques années, elle s’intéresse aux études des femmes en poésie.

 

Ont contribué à ce numéro : Mona GAMAL EL DINE, Paul TOJEAN, Emmanuel TOH BI, Maggy de COSTER, Aurélie-Ondine MENNINGER, Claude MENNINGER, François TÉRROG, Sarah MOSTREL, Vivian OSHAUGHNESSY, Nancy MANOCHERIAN, Françoise URBAN-MENNINGER, Camille AUBAUDE, Zohra SEDIRA, Trihn LO, Laure DELAUNAY, Gordan ĆOSIĆ, Huguette BERTRAND, Sandrine DAVIN, Aude COURTIEL, Tatiana DEBELJAČKI, Ciela ASAD, Jérôme AVIRON, Mario PORTILLO, Marceline DESBORDES-VALMORE, Carole CLOTIS, Khalid EL MORABETHI, Frèd BLANC, Nelly SAHYOUNI-TAZA & Dina SAHYOUNI.

 

 

Coll. OPS, 29, 70 cm x 21 cm. In-Plano,

broché, 104 p., 28 TTC

ISSN 2492-0487

 

Sommaire

© Photographie prise par LPpdm

 

Numéro paru le 30 décembre 2016 &

en vente chez la SIÉFÉGP dès le 12 janvier 2017

 

***

Dans la même collection & le même périodique :

2015 : Le Pan poétique des muses ; « Identités genrées en poésie », numéro spécial 2014-2015, avec les invités Claude BER, Éric GUILLOT & Pierre LE PILLOUËR, coordonné par Dina SAHYOUNI (sous le nom de plume d’Anna PERENNA)

2016 : Le Pan poétique des muses ; « Tant de Philomèles en ce monde ! » & « Muses & Poètes. Poésie, Femmes & Genre », n°4 | Hiver 2015-2016, sous la direction de Camille AUBAUDE

 

Fiche technique :

Titre : N°2 | HORS-SERIE 2016 ; "Enfances en poésie"

Éditrice scientifique : Nelly SAHYOUNI-TAZA

Ouvrage collectif : Mona GAMAL EL DINE, Paul TOJEAN, Emmanuel TOH BI, Maggy de COSTER, Aurélie-Ondine MENNINGER, Claude MENNINGER, François TÉRROG, Sarah MOSTREL, Vivian OSHAUGHNESSY, Nancy MANOCHERIAN, Françoise URBAN-MENNINGER, Camille AUBAUDE, Zohra SEDIRA, Trihn LO, Laure DELAUNAY, Gordan ĆOSIĆ, Huguette BERTRAND, Sandrine DAVIN, Aude COURTIEL, Tatiana DEBELJAČKI, Ciela ASAD, Jérôme AVIRON, Mario PORTILLO, Marceline DESBORDES-VALMORE, Carole CLOTIS, Khalid EL MORABETHI, Frèd BLANC, Nelly SAHYOUNI-TAZA & Dina SAHYOUNI.

Iconographies : Claude MENNINGER, Sarah MOSTREL, Gordan ĆOSIĆ & Carole CLOTIS.

Image de couverture : Gordan ĆOSIĆ, Night-day 4, 2016

Éditions : Pan des muses, Éditions de la SIÉFÉGP

Collection : Ops

Date de parution : 30 décembre 2016

Imprimé en France, à Grenoble

Dimensions : 29,70 cm x 21 cm

Format : in-plano

Nombre de pages : 104 p.

Impression en noir, blanc avec des pages en couleur

Reliure : broché dos carré collé.

Langues : français avec des pages en anglais & espagnol

ISSN 2492-0487

Prix de vente : 28 € TTC

2 € de frais d'emballage et de port pour un exemplaire en France métropolitaine.

Merci d'ajouter 1 € par exemplaires supplémentaire commandé.  À partir de 4 exemplaires, les frais de port deviennent ceux d'un colis (merci de nous contacter).

Prix de vente de la version électronique (format PDF) livrée sur CD : 20 € TTC (emballage et frais de port inclus en France métropolitaine) & 15 € TTC (transmission par courriel)

Diffusion en France & dans les autres pays par l’Association SIÉFÉGP & la revue LPpdm

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES est un périodique édité par l’Association Société Internationale d’Études des Femmes et d’Études de Genre en Poésie (sigle SIÉFÉGP) à but non lucratif.

 

Nous remercions les personnes qui contribuent à la réussite, à la diffusion et à l'existence de nos structures ou qui nous soutiennent en ligne :

 

www.pandesmuses.fr

www.facebook.com/RevueLPpdm

twitter.com/LPpdm

www.facebook.com/siefegp

 

Merci d'utiliser le bulletin ci-dessous pour acquérir cet ouvrage !

 

Bon de commande format docx du Hors-Série n°2 à télécharger

Bon de commande format PDF du Hors-Série n°2 à télécharger

Bulletin à retourner à l'Association SIÉFÉGP (chez M. BONTRON). 24 rue Lucien Andrieux. 38100 Grenoble, France

J'ai pris connaissance de vos conditions générales de vente affichées en ligne et je les accepte

 

Bon de commande de la revue Le Pan poétique des muses

 

N°2 | HORS-SÉRIE  2016   Enfances en poésie

 

□ Je commande ce numéro pour moi

Nom : ...........................................................

Prénom : .......................................................

Autre : .......................................................

Adresse : ........................................................

........................................................................

.......................................................................

Code postal : .......................... Ville : ...........................................................

Pays : ............................................................

Téléphone : .................................................. E-mail : ........................................................

□ J'offre ce numéro à □ Mme | □ M. | □ Autre et je reçois la facture par voie électronique ou postale.

Nom : ...........................................................

Prénom : .......................................................

Autre : ..........................................................

Adresse : ..................................................................

.....................................................................................................................................

Code postal : .................................. Ville : ...........................................................

Pays : ............................................................

Téléphone : .................................................. E-mail : ........................................................

□ un exemplaire : 28 € TTC □ .......... exemplaires :......................... €

□ une version PDF livrée sur CD : 20 € TTC

□ une version PDF livrée par courriel : 15 € TTC

□ .................... exemplaires PDF :................................... €

 □ Reste du monde (frais de transport selon pays, merci de nous contacter)

□ France métropolitaine  

Merci d'ajouter 2 €  de frais d'emballage et de transport pour un exemplaire en France métropolitaine. Merci d'ajouter 1 € par exemplaire supplémentaire commandé. À partir de 4 exemplaires, les frais de port deviennent ceux d'un colis (merci de nous contacter).

Total de ma commande : …............................................. €

Le prix au numéro varie de 20 à 30 euros

Nous acceptons le règlement de votre commande par

□ chèque bancaire payable en France à l'ordre de l'ASSOC. S.I.E.F.E.G.P

□ mandat postal à l'ordre de l'ASSOC. S.I.E.F.E.G.P

□ virement à l'ordre de l'ASSOC. S.I.E.F.E.G.P (merci d'apporter la preuve de votre virement sur le compte cité ci-dessous *)

□ Je souhaite recevoir des informations de votre revue.

 

 

Fait à ….................... Le ….......................... Signature :

 

 

LPpdm est un média qui respecte la vie privée et vos données personnelles conformément à l'article 34 de la Loi « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données nominatives qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en nous adressant un courrier.

 

 

 

Insérez ici le message et/ou l'image de votre choix.

 

 

Lieu : ........................................................… Date : ...........................................

........................................................................................................ ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

 

LPpdm est un média qui respecte la vie privée et vos données personnelles. Conformément à l'article 34 de la Loi « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et de suppression des données nominatives qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en nous adressant un courrier.

***

Pour citer ce texte

LPpdm, « N°2 | HORS-SÉRIE 2016 ; "Enfances en poésie", coordonné par Nelly SAHYOUNI-TAZA », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°9 (publication partielle de nos derniers numéros imprimés de 2016) [En ligne], mis en ligne le 30 décembre 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/12/taza.html

 

© Tous droits réservés 

Retour au sommaire

Mis à jour en février 2017

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm Numéros

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 12 | HIVER 2022-23
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°12 | HIVER 2022-23 UNE POÉMUSIQUE DES FEMMES & GENRE* © Crédit photo : Delphin Enjolras (1865-1945), ce tableau représente des musiciennes...
  • De la finance à l'art
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Entretiens artistiques, poétiques & féministes | Dossier majeur | Articles & témoignages De la finance à l'art Propos recueillis par Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Entrevue avec & peintures de...
  • Douleur de Manfred
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia Douleur de Manfred Pierre Zehnacker Poète & artiste peintre Crédit photo : Gauguin,...
  •  la chevelure du vent
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia la chevelure du vent Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit...
  • À Marlene Dumas, pour la peur abolie
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil À Marlene Dumas, pour la peur abolie Barbara Polla Crédit photo : Berthe Morisot, La cage, 1885, image capturée via Wikipédia. Un poème inspiré par votre exposition (Venise, 2022-2023),...
  • Invitation à prendre part à notre agenda poétique de 2023
    N°13 | (Auto)Portraits poétiques & artistiques des créatrices | Appel à bénévoles | Agenda poétique Invitation à prendre part à notre agenda poétique de 2023 SIÉFÉGP Société Internationale d'Études des Femmes et de Genre en Poésie Crédit photo : Conteuse,...
  • Chevelure dorée, prix de la liberté
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia Chevelure dorée, prix de la liberté رنا علم / Rana Alam A enseigné au Liban & en...
  • Déchirons le voile de l’obscurantisme
    Événements poétiques | Concours Féministes| Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & filles & N°12 | Poémusique... | Dossier mineur | Florilège | Revue Poépolitique Déchirons le...
  • Les voix des femmes afghanes à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Réflexions féministes sur l'actualité Les voix des femmes afghanes à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Reportage photographique par Claude Menninger © Crédit photo : Reportage...
  • Soyons la voix des soeurs afghanes à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages Soyons la voix des sœurs afghanes à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Le visuel du rassemblement à Strasbourg...