27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 08:53

 

Annonce de parution

 

Avis de parution

 

suivi d'extrait d'"Era la noche..."/C'était la nuit..."

 

d'Aurélie-Ondine Menninger

 

 

 

© Crédit photo : 1ère de couverture de l'éditeur


Poète

 

Aurélie-Ondine Menninger : (Mulhouse, France, 1984)

Est poète, traductrice, professeure de français et journaliste. Elle a étudié la Littérature à l'Université de Strasbourg et rédigé une étude sur le roman Mélusine de Frantz Hellens. Depuis 2002, elle écrit des critiques artistiques et culturelles pour le journal Les Affiches-Moniteur. Elle a publié les recueils Une virgule dans un sac de pierres (Éditions Éditinter, 2011) et Lettres à Bleue (Éditions Éditinter, 2013). Era la noche…/C'était la nuit… (editorial lisboa, 2016, Argentine) est son premier recueil bilingue.

 

Es poeta, traductora, professora de francés y periodista. Estudió Literatura en la Universidad de Estrasbourgo. Redactó un estudia sobre la novela Melusina de Franz Hellens. Desde el año 2002, escribe reseñas culturales para el diario Les Affiches-Moniteur. Publicó los poemarios Una coma en una bolsa de piedras (Éditions Éditinter, 2011) y Cartas a Azul (Éditions Éditinter, 2013). Era la noche…/C'était la nuit… (editorial lisboa, 2016, Argentina) es su primer poemario bilingüe.

 

Présentation de l'ouvrage

Ce troisième recueil d'Aurélie-Ondine Menninger plonge le lectorat dans les abîmes de l'être et du non être. Il nous fait entendre le cri immuable de la poésie en nous. Un cri de vie au pouvoir créateur... Ce cri de la poésie souvent inaudible à cause du vacarme en nous, autour de nous est retranscrit par Aurélie-Ondine Menninger et il surgit de la nuée des poèmes. En revisitant des mythes (comme Narcisse, Téthys, Ainda) et des symboles (comme le miroir, la nuit, l'eau, la mort), la poésie d'Aurélie-Ondine Menninger bifurque en deux voix poétiques comme le recueil bilingue espagnol/français pour expérimenter le périple de la vie et de la mort dans l'écriture de soi, voire de l'univers...

Présentation rédigée par Dina Sahyouni pour LPpdm

 

***

Fiche technique

Titre :  Era la noche.../C'était la nuit...

Poète : Aurélie-Ondine Menninger

Éditions : editorial lisboa, Aurélie-Ondine Menninger

Collection : serie marino

 Édition bilingue : espagnol/français

Date de parution :  septembre 2016

Ville et pays de l'édition Buenos Aires, Argentine

Nombre de pages : 68 p.

Dimensions : 13 x 20 cm

Format :  broché

Design : María Fernanda Bustos

ISBN : 978-987-4121-00-4

Site de la maison d'édition : editoriallisboa.tumblr.com

Page du livre sur le site de la maison d'édition :  http://editoriallisboa.tumblr.com/post/153543255255/era-la-noche-c-%C3%A9tait-la-nuit-aur%C3%A9lie-ondine

 

Extrait

LA noche, Ainda, era la noche

un subsuelo oscuro

y un profundo silencio

de fin de marchandsel hoy

apagado del presente

y el espejo del mundo

invertido

 

 

LA nuit, Ainda, c'était la nuit

un sous-sol sombre

et un profond silence

de fin de d’aujourd’hui

éteint du présent

et le miroir du monde

Renversé*

 

 

* Extrait reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteure et de la maison d'édition Editorial lisboa

 

Lectures publiques

Depuis le 21 décembre 2016 dernier, Aurélie-Onfine Menninger a donné trois lectures publiques en France (voir par exemple les photos ci-dessous)

 

http://www.jds.fr/agenda/spectacles/era-la-noche-101899_A

 

***

 

Réception dans les médias

  • Michel Loetscher, « Aurélie-Ondine Menninger, "La blessure est poésie"», Hibdoscope, N°1036, février 2017, chronique publiée ici en avant-première avec l'aimable autorisation des concernés.

  • Dina Sahyouni, « Être dans le non être ou comment la poésie remédie au nihilisme » (titre provisoire), Le Pan poétique des muses ; Lettre n°9, le 31 janvier 2017.
  • phenixblog123, « La réponse à l’ange »,  La Lettre de Phénix, 2 janvier, 2017 (https://lalettreduphenix.wordpress.com/2017/01/02/la-reponse-a-lange/)

 

Invitation à lire : je recommande vivement ce recueil bilingue abouti aux amateurs de la poésie argentine et française. La poésie d'Aurélie-Ondine Menninger mérite une reconnaissance internationale malgré son jeune âge. Era la noche.../C'était la nuit... distille en effet une poésie aux styles rimbaldien et mallarméen. Il est aussi un vrai remède au nihilisme ambiant car la poésie d'Aurélie-Ondine Menninger joue son rôle orphique de créatrice de mondes et d'univers... 

Dina Sahyouni pour LPpdm.

 

***

Pour citer cet avis de parution

LPpdm, «  Avis de parution suivi d'extrait d'Era la noche.../C'était la nuit... d'Aurélie-Ondine Menninger », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°9 [En ligne], mis en ligne le 27 janvier 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/era.html

 

© Tous droits réservés 

Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 09:33

 

 

Éditorial

 

Une douce année ponctuée

 

de réussites et de joies pour vous !

 

 

Nos sociétés traversent une période charnière, voire pénible pour beaucoup d'entre nous... Les poètes femmes et hommes ont sûrement un rôle à jouer dans ces temps de guerres et de pollutions de tout ordre... Gardons nos révoltes et nos rêves intacts malgré tout pour nous détacher de tout ce qui tue l'empathie de l'humain envers ses semblables et envers le vivant.

La poésie demeure le territoire sans frontières de la liberté des amoureuses et amoureux de la vie et du monde parce qu'elle est l'une des expressions les plus percutantes de l'empathie. Au nom de la Société internationale d'études des femmes et d'études de genre en poésie (SIÉFÉGP) et de ses périodiques, je vous souhaite une douce année 2017 ponctuée de réussites et de joies et vous remercie chaleureusement d'avoir participé à la réussite de nos projets poétiques de l'année 2016.

Parmi les causes que nous défendons cette année et qui nous tiennent à cœur, il y a les maladies chroniques, la vieillesse et le handicap visible et invisible (comme l'autisme, la dépression, les maladies psychiques et mentales). Pour ce faire, le sixième numéro de la revue Le Pan poétique des muses porte sur « La maladie et la vieillesse » sous la direction de Françoise Urban-Menninger (parution imprimée en mars-avril 2017), le Semainier des muses et Le Pan poétique des muses proposeront dès le premier mai un concours d'édition poétique et artistique sur les sujets cités précédemment. La version numérique du périodique Le Pan poétique des muses publiera désormais vos textes selon la disponibilité de la rédaction bénévole sur sa thématique mineure et sur ses rubriques habituelles. Nous acceptons aussi de publier certains types de romans, d'écrits philosophiques, d'écrits scientifiques et artistiques (en lien avec la poésie, les femmes ou le genre) en plusieurs épisodes. Ces publications en ligne peuvent donner lieu à une publication dans la version imprimée de nos périodiques. Vos transcriptions de textes anciens (sur nos thèmes de prédilection), vos caricatures et dessins sont aussi souhaités.

En 2017, il y aura également le colloque international sur ce que les femmes pensent de la poésie, la deuxième édition de Megalesia et les prix internationaux de l'Académie Claudine de Tencin (projets en préparation).

Et sans plus attendre, je vous suggère de consulter le catalogue des éditions Pan des muses qui s'est dernièrement doté de nouveaux ouvrages (http://www.pandesmuses.fr/catalogue-pan-des-muses) et de prendre part à la vie des organismes propulsés par le site www.pandesmuses.fr selon vos disponibilité et préférence...

On avance très lentement selon certaines personnes mais l'essentiel c'est de cheminer ensemble tout en gardant nos singularités poétiques et en contribuant à rendre visible les écrits de femmes, sur les femmes et sur le genre en poésie. Votre aide et vos suggestions sont évidemment attendues pour améliorer et peaufiner nos publications et actions.

L'association Société internationale d'études des femmes et d'études de genre en poésie (SIÉFÉGP) ne reçoit pas encore de subventions, elle fonctionne grâce aux dons de ses membres et à la vente de ses produits livresques. Elle a absolument besoin de votre soutien pour parfaire ses projets.

Merci bien de soutenir nos projets poétiques et de relayer les parutions de la SIÉFÉGP dans vos réseaux ! Amitiés poétiques,

Dina Sahyouni

Fondatrice et directrice de la publication des périodiques

féministes et paritaires de poésie

Le Pan poétique des muses, Semainier des muses,

Iris & Mêtis messagères bleues des muses

Fondatrice et présidente de l'Association SIÉFÉGP

 

***

Pour citer cet éditorial

Dina Sahyouni, « Éditorial. Une douce année ponctuée de réussites et de joies pour vous ! », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°9 [En ligne], mis en ligne le 26 janvier 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017.html

 

© Tous droits réservés                             Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 11:16

 

Poèmes, nouvelles, lettres, fragments

 

 

 

Gribouillage translucide

 

 

 

Dina Sahyouni

 

Crédit photo : "Water", domaine public, image trouvée sur Commons,

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Water_(2093219665).jpg

 

I

 

 

Dans ma mémoire demeure un espoir

pleurer les villes, les ruines, les hommes, les chagrins

te pleurer enfin

dans ma mémoire emplie de déboires

ton visage bleu, En sof, comme une étoffe du ciel

découpée en pans de vie

déroulée sous les pieds des tyrans

dans ma mémoire, pleure l'espoir

 

 

 

Dans ma mémoire, pleure l'espoir,

pleurent les villes, pleurent les campagnes

pleurent les cieux des temps heureux

 

Dans ma mémoire, crie le regard

crient les filles, les armes, et les mies

crient les silences de leur souffrance

 

Dans ma mémoire, se tait le poète

se tait le regard, se fige la main

 

le cœur pleure, "finie la rigolade".

 

 

II

 

Pauvre plume épuisée, de nos tracées, médusée

Nous étions bien amusées et des leurres abusées

C'était bien l'été…

 

pauvre plume laissée pour compte

tu chavires tel le navire

pris dans un orage prompt

 

Pauvre plume tachetée d'encre

ancrée ici, encrée par-là

trempée infiniment de mon sang

 

.....à 19h00

III

 

 

Je ne sais plus écrire, les mots me devancent, voyagent, fuient quelque part

hantent le hasard.

Je cherche à les séduire, ils me taquinent et me jugent dérisoire

Je ne sais plus écrire, les maux sont là, des tas de mots aussi en mare de l'Horla...

Je ne sais plus écrire, les signes s’évanouissent,

je cherche à les attraper et je tombe sur leur nuée

blanche, toute vide, avide de mon sang

Je ne sais plus écrire, je vomis du temps

craquelé en myriade de vents

Je ne sais plus écrire, je dessine des sons

ronds, carrés, rectangulaires, géométriques... que c'est pathétique !!!

Je ne sais plus écrire, je tamponne les feuilles de mes grisailles, des vestiges, des ponts et des pans...

Je ne sais plus écrire, je griffonne, je gribouille, je fustige l'amont

Je ne sais plus écrire, mon sort est bâclé par les mains des Moires

et les Muses s'amusent au loin, ricanent au coin du ciel

Le ciel s'assombrit, plus de mots, plus de maux, plus de signes, plus rien.

Et le rose des friandises – couleur des fans – devient la couleur des femmes

retour en amont, en aval mais certainement pas là où l'aube se réclame de nous…

Je ne sais plus écrire, les amas de larmes gribouillent sur les feuilles,

et la rosée matinale se fane au gré des larmes des oubliées des mots….

 

Janvier 2017

***

Pour citer ce poème

Dina Sahyouni, « Gribouillage translucide », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°9 [En ligne], mis en ligne le 24 janvier 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/gribouillage.html

 

© Tous droits réservés                                Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 17:57

 

Premier colloque 2017-2018 | III – La poésie et les poètes selon les aïeules |

 

III – 1 – Textes anciens réédités

 

 

Portrait de Monsieur de La Motte

par feue Madame la Marquise de Lambert*


 

 

[PDF p. 19 / Livre p. I] Monsieur de La Motte me demande son Portrait ; il me paraît très difficile à faire ; ce nest pas par la stérilité de la matière, cest par son abondance. Je ne sais par où commencer, ni sur quel talent marrêter davantage. M. de La Motte est Poète, Philosophe, Orateur. Dans sa poésie il y a du génie, de linvention, de lordre, de la netteté, de lunité, de la force, & quoiquen aient dit quelques Critiques, de lharmonie et des images : toutes les qualités nécessaires y entrent ; mais, son imagination est réglée ; si elle pare tout ce quil fait, cest avec sagesse ; si elle répand des fleurs, cest avec une main ménagère, quoiquelle en pût être aussi prodigue que toute autre : tout ce quelle produit, passe par lexamen de la raison.

M. de La Motte est Philosophe profond. Philosopher, cest rendre à la raison toute sa dignité, et la faire rentrer dans ses droits ; [PDF p. 20/ Livre p. II] cest rapporter chaque chose à ses principes propres, et secouer le joug de lopinion et de lautorité. Enfin, la droite raison bien consultée, et la nature bien vue, bien entendue, sont les maîtres de M. de La Motte. Quelle mesure desprit ne met-il pas dans tout ce quil faut ? Avec quelles grâces ne nous présente-t-il pas le vrai et le nouveau ? Naugmente-t-il pas le droit quils ont de nous plaire ? Jamais les termes nont dégradé ses idées ; les termes propres sont toujours prêts et à ses ordres.

Son éloquence est douce, pleine et toute de choses. Il règne dans tout ce quil écrit, une bienséance, un accord, une harmonie admirables. Je ne lis jamais ses Ouvrages, que je ne pense quApollon et Minerve les ont dictés de concert. Un Philosophe a dit que quand Dieu forma les âmes, il jeta de lor dans la fonte des unes, et du fer dans celle des autres. Dans la formation de certaines âmes privilégiées, telles que celle de M. de La Motte, il a fait entrer les métaux les plus précieux : il y a renfermé toute la magnificence de la nature. Ces âmes à Génie, si lon peut parler ainsi, nont besoin daucun secours étranger ; elles tirent tout delles-mêmes. Le Génie est une lumière et un feu de lEsprit, qui conduit à la perfection par des moyens faciles.

[PDF p. 21/ Livre p. III] Lâme de M. de La Motte est née toute instruite, toute savante ; ce nest pas un savoir acquis, cest un savoir inspiré. On sent dans tous ses ouvrages cette heureuse facilité qui vient de son abondance; il commande à toute les facultés de son âme, il en est toujours le maître, aussi bien que de son sujet. Nous navons pas vu en lui de commencement ; son Esprit na point eu denfance ; il sest montré à nous tout fait et tout formé.

Ses malheurs lui ont tourné à profit. Quand ce monde matériel a disparu à ses yeux par la perte de la vue, un monde intellectuel sest offert à son âme ; son intelligence lui a tracé une route de lumière toute nouvelle dans le chemin de lEsprit. La vue, plus que tous les autres sens, unit lâme avec les objets sensibles. Quand tout commence a été interrompu avec eux, lâme de M. de La Motte destituée de ces appuis extérieurs, sest recueillie et repliée sur elle-même ; alors elle a acquis une nouvelle force, et est entrée en jouissance de ses propres biens.

Laissons lhomme à talents et envisageons le grand homme. Souvent les talents supérieurs se tournent en malheur et en petitesse ; ils nous exposent à la vanité, qui est lennemie du vrai bonheur et de la vraie [PDF p. 22/ Livre p. IV] grandeur. Ce sont les grands sentiments qui font les grands hommes. Nulle élévation sans grandeur dâme et sans probité. M. de La Motte nous a fait sentir des mœurs et toutes les vertus du cœur dans ce quil a écrit ; ses qualités les plus estimables nont rien pris sur sa modestie ; cet orgueil lyrique quon lui a reproché, nest que leffet de sa simplicité, un pur langage imité des Poètes ses prédécesseurs, et non un sentiment. M. de Fénelon, cet homme si respectable, dit de Monsieur de La Motte que son rang est réglé parmi les premiers des modernes ; quil faut pourtant linstruire de sa supériorité et de sa propre excellence.

Cest un spectacle bien digne dattention, disaient les Stoïciens, quun homme seul aux mains avec les privations et la douleur. Quelle privation que la perte de la vue, pour un homme de Lettres ! Ce sont les yeux qui sont les organes de la jouissance ; cest par les yeux quil est en société avec les Muses ; elles unissent deux plaisirs qui ne se trouvent que chez elles, le désir et la jouissance. Vous nessuyez avec elles ni chagrin, ni infidélité ; elles sont toujours prêtes à servir tous vos goûts, et nous offrent toujours des grâces nouvelles ; mais nous ne jouissons de la douceur de leur commerce, que quand lesprit est tranquille [PDF p. 23/ Livre p. V] et que le cœur et les mœurs sont purs. Non seulement M. de La Motte soutient de si grandes privations, mais sil est livré à la plus vive douleur, il la souffre avec patience ; il est doux avec elle, il fait sentir quil na point usé dans les plaisirs, ce fond de gaieté que la nature lui a donné, puisquil sait la retrouver dans ses peines. dans la douleur, il faut que lâme soit toujours sous les armes, quà tout moment elle rappelle son courage, et quelle soit ferme contre elle-même.

Il a passé par lépreuve de lenvie. Quand lâme ne sait pas sélever par une noble émulation, elle tombe aisément dans la bassesse de lenvie. Quelle injustice na-t-il pas souffert quand ses Fables parurent ? Je crois que ceux qui les ont improuvées navaient pas en eux de quoi en connaître toutes les beautés ; ils ont crû quil ny avait pour la Fable que le simple et le naïf de M. de la Fontaine ; le fin, le délicat, le pensé de M. de La Motte leur ont échappé, ou ils nont pas su le goûter. À ses Tragédies, on a vu les mêmes personnes pleurer et critiquer ; leur sentiment, plus sincère, déposait contre leur injustice ; ils se refusaient à ses douces émotions, et mettaient limprobation à la place du plaisir.

Avec quelle dignité et quelle bienséance [PDF p. 24/ Livre p. VI] n’a-t-il pas répondu à la Critique amère de Madame Dacier ? Enfin, nous jouissons de son mérite et de ses talents, et la malignité du siècle lempêche de jouir de sa gloire et de son immortalité. Pour moi, je le vois avec les mêmes yeux que la postérité le verra.

La constante amitié de M. de Fontenelle pour M. de La Motte, fait léloge de tous les deux ; le premier ma dit que le plus beau trait de sa vie était de navoir pas été jaloux de M. de La Motte. Jugez du mérite dun Auteur, quun aussi grand homme que M. de Fontenelle a trouvé digne de sa jalousie.

 

 

* Il s'agit d'Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles, marquise de Lambert (1647-1733).

 

Source bibliographique : LA MOTTE, Antoine Houdar de (1672-1731), Œuvres de Monsieur Houdar de La Motte, l'un des Quarante de l'Académie française, dédiées à S.A.S.M. Le duc d'Orléans, première Partie, premier tome, Paris, Prault l'aîné, 1754, 9 tomes en 10 vol. ; in-12, format document PDF, domaine public, Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, Z-23372, http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30729954k, Bibliothèque nationale de France. Transcription et remaniement par Dina SAHYOUNI.
 
 

***

Pour citer ce texte

Mme de Lambert, « Portrait de Monsieur de La Motte par feue Madame la Marquise de Lambert », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Premier colloque international & multilingue de la SIÉFÉGP sur « Ce que les femmes pensent de la poésie : les poéticiennes », mis en ligne le 23 janvier 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/lamotte.html

Dernière mise à jour : 15 juin 2017

© Tous droits réservés                            Retour à la table des matières 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans colloques en ligne

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 12 | HIVER 2022-23
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°12 | HIVER 2022-23 UNE POÉMUSIQUE DES FEMMES & GENRE* © Crédit photo : Delphin Enjolras (1865-1945), ce tableau représente des musiciennes...
  • De la finance à l'art
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Entretiens artistiques, poétiques & féministes | Dossier majeur | Articles & témoignages De la finance à l'art Propos recueillis par Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Entrevue avec & peintures de...
  • Douleur de Manfred
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia Douleur de Manfred Pierre Zehnacker Poète & artiste peintre Crédit photo : Gauguin,...
  •  la chevelure du vent
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia la chevelure du vent Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit...
  • À Marlene Dumas, pour la peur abolie
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil À Marlene Dumas, pour la peur abolie Barbara Polla Crédit photo : Berthe Morisot, La cage, 1885, image capturée via Wikipédia. Un poème inspiré par votre exposition (Venise, 2022-2023),...
  • Invitation à prendre part à notre agenda poétique de 2023
    N°13 | (Auto)Portraits poétiques & artistiques des créatrices | Appel à bénévoles | Agenda poétique Invitation à prendre part à notre agenda poétique de 2023 SIÉFÉGP Société Internationale d'Études des Femmes et de Genre en Poésie Crédit photo : Conteuse,...
  • Chevelure dorée, prix de la liberté
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia Chevelure dorée, prix de la liberté رنا علم / Rana Alam A enseigné au Liban & en...
  • Déchirons le voile de l’obscurantisme
    Événements poétiques | Concours Féministes| Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & filles & N°12 | Poémusique... | Dossier mineur | Florilège | Revue Poépolitique Déchirons le...
  • Les voix des femmes afghanes à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Réflexions féministes sur l'actualité Les voix des femmes afghanes à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Reportage photographique par Claude Menninger © Crédit photo : Reportage...
  • Soyons la voix des soeurs afghanes à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages Soyons la voix des sœurs afghanes à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Le visuel du rassemblement à Strasbourg...