26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 15:10

 

Critique & réception


 

Annpôl Kassis

 

 

L’UneS

 

 

Le Huchet d’Or, 2017, 58 p., format 21 x 14,8 cm, 9 €

 

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

Annpôl Kassis, L’UneS, Le Huchet d’Or, 2017, 58 p., format 21 x 14,8 cm, 9 €

© Crédit photo : 1ère de couverture illustrée par l'artiste-peintre Christel Valentin

(http://www.christelvalentin.com/)

 

Il s’agit d’un questionnement d’ordre eschatologique et ontologique. D’entrée de jeu la poète se lance dans des considérations tant d’ordre philosophique que métaphysique. L’existence, la vie et la mort, l’éternité tout entre dans son cadre de réflexions. Elle nous fait partager ses peurs, ses erreurs, ses doutes, bref elle nous livre ses états d’âme comme pour se soulager d’un pesant fardeau. On est en empathie avec cette âme vacillante qui cherche à s’élever afin de tendre vers un renouveau, un renouveau qui se concrétisera dans une autre dimension car « Tout peut recommencer », avoue-telle.

 

© Crédit photo : 4ème de couverture de l'ouvrage (voir le site de la maison d'édition : http://www.le-huchet-dor-editions.fr/annpol-kassis/)

 

Elle nous brode les éléments qui nous entourent et qui participent de notre existence de terriens. Elle croit à un infini qui se dévoile et se perpétue dans la chaîne des événements. Elle veut se nourrir à la « Source des origines » pour percer les mystères de ces commencements et recommencements qui s’enchaînent en nous instruisant des choses de la vie.

Le souffle est ce qui anime tout un chacun, ainsi parle-t-elle de souffle de vie. Cela dit, l’être humain annonce sa venue au monde en poussant un cri par lequel il accueille le souffle de vie dont il se libérera à l’instant de la mort. Et c’est un cri de douleur que laisse entendre la poète en faisant le décompte de tant d’êtres chers emportés par la camarde. Ces êtres avec lesquels elle semble faire corps dans une unité plurielle et qu’elle évoque :

 

« Tous toutes les morts / De ma vie me peuplent / M’envahissent m’égarent »

 

« L’UneS », un livre qui respire le parfum d’un adieu couvert d’un voile de pudeur. Un livre qu’on ne peut lire sans se laisser s’émouvoir.

 

***

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Annpôl Kassis, L’UneS, Le Huchet d’Or, 2017, 58 p., format 21 x 14,8 cm, 9 € », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 26 février 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/une.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 16:32

 

Critique & réception


 

Jeanne Guizard

 

Un homme au cœur. Un souvenir vif, d’une rencontre

 

inoubliable, dans les années 1968 : Christian Bobin

 

Thebookédition, 2016, 203 p., 6,63€

 

 

 

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

 

 

Après nous avoir livré sa bouleversante autofiction dans L’amour au fond du puits, Jeanne Guizard nous revient, avec ce livre de souvenirs, entre autres.

Il est des souvenirs qui persistent dans la mémoire jusqu’au dernier soupir. C’est d’autant plus vraisemblable que cela relève de l’affectif, du sentiment amoureux et plus particulièrement chez les femmes, non pas par sensiblerie, mais bien au contraire, tout simplement parce que la maturité affective est plus précoce chez la femme et de ce fait l’élan amoureux peut être plus percutant chez elle. Dans Un homme au cœur, Jeanne Guizard évoque dans les moindres détails ses souvenirs de jeunesse estudiantine dans les années 60 avec Christian Bobin dont elle était éperdument amoureuse alors que ce dernier semblait vouloir prendre le temps de grandir. C’est un témoignage d’affection à un homme qui jadis se cherchait.

 

Un livre empreint de générosité et de bienveillance. En nous faisant partager son vécu d’étudiante et de femme amoureuse, elle nous transporte dans l’univers de Christian Bobin qu’elle veut nous faire aimer aussi pour ce qu’il est, pour sa grandeur d’âme. Elle nous confesse sa passion charnelle inégalable pour lui, qui paradoxalement, lui paraissait si inaccessible : « Il était près de moi. Son corps me hantait. Jamais aucun corps n’avait ainsi pesé sur moi. Je rêvais que nous roulions dans un tourbillon d’étincelles, pris dans la ronde d’une fête éternelle. » La femme qui souffrait du manque d’amour de son père semblait se languir de l’amour concret de son camarade de Fac qui, ne voulant pas grandir, se réfugiait dans l’enfance, puis dans les livres.

« Il m’avait dit ''je t’aime bien'' », comme un enfant aime bien le chocolat. Lui, il a la famille comme rempart mais quant à elle, elle s’est émancipée très tôt et voulait conquérir l’Amour pour y puiser la force de vivre.

 

Deux êtres qui s’admiraient, qui avaient des atomes crochus « […] nous rapprochions nos solitudes, nos points de vue, nos regards croisés sur le monde[…] Il voulait toujours se réfugier dans la vie rêvée ».

« Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction », nous enseigne Saint-Exupéry. Chacun d’eux regardait dans la même direction mais ne semblait pas voir les choses de la même manière, ils aimaient être ensemble parce que c’était plus fort qu’eux mais ils s’aiment tous les deux différemment.

Lui, c’est un homme loyal qui aime avec prudence peut-être pour ne pas se laisser déborder et surtout contrarier dans ses visées spirituelles. Elle, c’est une femme sensible dont le désamour du père portait à chercher ailleurs la pièce manquante.

« Tu n’as pas changé, tu es resté fidèle à toi même et tu me donnes toujours la même émotion joyeuse », concède l’auteure.*

 


 

* (Ndlr) : Jeanne Guizard est professeure d’arts plastiques après avoir été comédienne, professeure de philosophie et institutrice, elle est romancière et poète également.

 

***

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Jeanne Guizard, Un homme au cœur. Un souvenir vif, d’une rencontre inoubliable, dans les années 1968 : Christian Bobin, Thebookédition, 2016, 203 p., 6,63€ », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 23 février 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/guizard.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 16:16

 

Critique & réception


 

 Brigitte Brami

 

Miracle de Jean Genêt

 

 L’Écarlate 2015, 197 p., 19€ 

 

 

 

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

© Crédit photo : 1ère et 4ème de couverture illustrée de l'ouvrage (image fournie par Maggy de Coster)

 

 

Une échappée dans l’univers de Genet, une étude très pointue des thématiques traitées par l’auteur dans ses écrits où le mécanisme du pouvoir est démonté pièce par pièce.

Brigitte Brami fait référence au « Miracle de la rose » de Genet écrit à l’adolescence dans les quatre murs du Pénitencier, en Tourraine. Jean Genet est présenté comme celui qui dé-construit les vérités préétablies pour les reformuler à sa manière car il récuse l’absolu, le conventionnel pour tisser sa propre toile de vérité. Ainsi la morale est mise à mal dans ses pièces.

 

© Crédit photo : Brigitte Brami lors d'une dédicace de son livre ( image fournie par Maggy de Coster)

 

Il y a aussi une poésie qui se dégage de la dramaturgie de Jean Genêt et cela peut-être considéré comme une valeur ajoutée à son œuvre. Il est celui qui nage entre deux eaux et cherche à en sortir grandi. L’auteure nous propose une grille de lecture originale et non convenue de la théâtralité de Jean Genet, comme lui elle a été confrontée aux affres de la vie carcérale et s’est réfugiée dans l’écriture pour décortiquer, radiographier un système jugé inhumain et destructeur.

 

C’est l’insoumis qui va à l’encontre des valeurs classiques. Ne pas faire son procès mais le comprendre dans sa singularité, c’est ce que Brigitte Brami semble nous faire comprendre dans son essai remarquable où Genet en sort lui-même comme un miracle, non dans le sens thaumaturgique du terme mais dans un sens poétique.*

 

* Voir également la page du site Fabula (la recherche en littérature) "Miracle de Jean Genet de Brigitte Brami (rencontre)" : https://www.fabula.org/actualites/signature-du-livre-miracle-de-jean-genetde-brigitte-brami_66714.php

 

***

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Brigitte Brami, Miracle de Jean Genêt, L’Écarlate 2015, 197 p., 19€ », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 23 février 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/miracle.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 13:10

 

Avis de parution & présentation (chronique)

 

Que peut la poésie ? ou

 

la revue L'Aéro-Page

 

N° 117 Printemps 2017

 

Bulletin apolitique et non confessionnel publié sous l'égide de l'Union Nationale

pour l'Information des Auteurs et Concouristes

 

 

© Crédit photo : 1ère de couverture illustrée de la revue illustrée par Antonio MORA

 

Fiche technique 

 

Titre : L'Aéro-Page (Revue)

Sous-titre : Bulletin apolitique et non confessionnel publié sous l'égide de l'Union Nationale pour l'Information des Auteurs et Concouristes

Numéro : 117, Printemps 2017

Illustrateurs : Antonio MORA (www.mylovt.com), Stephen BLANCHARD

Mode de diffusion : presse écrite

Périodique édité par : L'UNIAC

Nombre de pages : 12 p.

Format : grand format, A4

Reliure : pli central avec deux agrafes

Rédaction : Yolaine BLANCHARD, Stephen BLANCHARD, Marie-Pierre VERJAT-DROIT

Maquette : Stephen BLANCHARD

Directeur : Stephen BLANCHARD

Président : Joël CONTE

Périodique édité par :  l'Association régie par la loi du 1er juillet 1901 déclarée le 6 février 1991 : Activités de l'Association subventionnées par la ville de Dijon. Siège social : 19, Allée du Mâconnais - 21000 Dijon.
N° ISSN : 1638-1440. Code APE : 923 A7

 

Poètes du n°117 par ordre alphabétique selon le sommaire : Christian AMSTATT, Raymonde ANDRIVON, Dominique Bauer, Marielle BEAUMONT, Joël Bertrand, Anne-Marie BOUTET-ROUSSEL, Jeanne CHAMPEL-GRENIER, Marie-Annick COLNOT, Joël CONTE, Geneviève CONVERT, Gérard COURTADE, Chantal CROS, Marie-Hélène de MOREUIL, Annie DUFRENOY, Georges DUMOUTIERS, Ellen FERNEX, Teresa FERRO, Jean-Claude FOURNIER, Béatrice GAUDY, Kathleen HYDEN-DAVID, K.J.DJII, LEFEVRE Patrick, LOMPRET Gilbert, Claude LUEZIOR, Gabriel MICHELIN, Gérard MILLOTTE, Madeleine MONTUPET-FALCE, Gérard MOZER, Nicole PIQUET-LEGALL, Édouard RICHEBONNE, Pascal RONZON, Louis SAVARY, Victoria THERAME, Catherine-Marie TOSI, Claude VELLA, Khaled YOUSSEF, YZA, Laurent ZIMMERN.

 

 

© 1ère et 4ème de couverture de la revue prises par LPpdm
Que peut la poésie ? ou la revue L'Aéro-Page, N° 117 Printemps 2017
Que peut la poésie ? ou la revue L'Aéro-Page, N° 117 Printemps 2017

 

Présentation de la revue (ou chronique)

 

Ce périodique composé de 12 pages en grand format A4 est imprimé en couleurs. Il renferme un sommaire, des illustrations, un éditorial, des poèmes, des chroniques, des annonces poétiques et des remerciements publiés sous ces trois rubriques respectives : « En guise d’éditorial », « Rubrique coup d’œil » et « Le fruit est dans le vers », cette dernière est par ailleurs la plus imposante en occupant neuf pages.  Elle nous rappelle les neuf Muses de la mythologie. Le cent dix-septième numéro de la revue L'Aéro-page dont la couverture est illustrée habilement par l'artiste Antonio Mora témoigne une fois encore de la volonté des poètes de demeurer libres et d'élargir l'horizon des rêves et des possibles quand beaucoup de penseurs, philosophes, politiques et médias nous renvoient sans cesse aux déterminismes infranchissables du quotidien, de l'humain et de la réalité du monde.

En outre, certaines personnes pensent que la poésie ne peut rien contre le nihilisme ambiant, pourtant elle exprime l'esprit rebelle et révolté de l'être poète. Cet être est, certes à part, mais qualifié à tort d'égocentrique, de rêveur et d'extravagant. L'être poète ne délire pas le monde quand il transgresse ses règles farfelues pour épouser la métrique, les figures de style, la musique des vers et des rimes, il le réinvente, le recrée et le sublime.

Dans le sonnet « Toi le poète » de Christian Amstatt, l'être poète côtoie le néant et l'apprivoise. S'il est seul, romantique, triste, happé par la beauté et la laideur de ce qu'il entoure, cela ne l'empêche pas de déployer ses ailes et de voler vers les cieux… Ainsi le poème qui clôt le numéro renvoie à l'éditorial de Gilbert Lompret qui décrit un vrai malaise en poésie en affirmant que « l'argent ne fait pas le poète ». Oui, les poètes sont pauvres et Baudelaire déjà en parlait au XIXe siècle.

Oui, les poètes ont besoin d'être publiés et diffusés mais l'argent qui peut tout ne peut pas fabriquer un « vrai poète ». Cet éditorial a en effet le mérite de poser cette question bien ancienne sur ce que c'est être poète surtout dans un monde comme le nôtre et à l'aube de ce siècle d'enchantements électroniques et transhumanistes où l’artéfact et l'ère post-vérité semblent régner...

Que peut la poésie ? Les poèmes de ce printemps ne peuvent à eux seuls l'éluder. Ils donnent toutefois à voir un florilège de talents et de voies poétiques à suivre telles « Ces boutons » de Pascal Ronzon, la « Romantique » de Geneviève Convert, « La paix » de Claude Vella, l'horreur de la « Haine » de Marie-Annick Colnot, « Demain matin » de Calude Luezior, « L'amour » et « Derrière la porte bleue » de Joël Conte, etc.

La question demeure mais les poèmes fleurissent comme un écrin d'une étreinte entre le moi, l'autre et la liberté.

 

© Trois photographies de la revue prises par LPpdm
© Trois photographies de la revue prises par LPpdm
© Trois photographies de la revue prises par LPpdm

© Trois photographies de la revue prises par LPpdm

***

Pour participer à L'Aéro-Page 118 merci d'envoyer vos textes avant le 15 avril 2017 :

"Il faut envoyer vos textes définitifs par internet en document word doc ou en open office à : aeropageblanchard@gmail.com ). Si vous n'avez pas internet, exceptionnellement, veuillez envoyer vos textes à la secrétaire : Mme Marie-Pierre VERJAT-DROIT, 44, rue Jean Moulin 71110 CHALON SUR SAÔNE (lors de l'envoi des épreuves et « bon à tirer », il faudra joindre une enveloppe timbrée à votre adresse). " (E-mail secrétariat : mariepier.verjat@neuf.fr)

 

***

Pour citer ce texte

Dina Sahyouni, « Que peut la poésie ? ou la revue L'Aéro-Page N° 117 Printemps 2017 Bulletin apolitique et non confessionnel publié sous l'égide de l'Union Nationale pour l'Information des Auteurs et Concouristes », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 23 février 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/aeropage.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 12 | HIVER 2022-23
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°12 | HIVER 2022-23 UNE POÉMUSIQUE DES FEMMES & GENRE* © Crédit photo : Delphin Enjolras (1865-1945), ce tableau représente des musiciennes...
  • De la finance à l'art
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Entretiens artistiques, poétiques & féministes | Dossier majeur | Articles & témoignages De la finance à l'art Propos recueillis par Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Entrevue avec & peintures de...
  • Douleur de Manfred
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia Douleur de Manfred Pierre Zehnacker Poète & artiste peintre Crédit photo : Gauguin,...
  •  la chevelure du vent
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia la chevelure du vent Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit...
  • À Marlene Dumas, pour la peur abolie
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil À Marlene Dumas, pour la peur abolie Barbara Polla Crédit photo : Berthe Morisot, La cage, 1885, image capturée via Wikipédia. Un poème inspiré par votre exposition (Venise, 2022-2023),...
  • Invitation à prendre part à notre agenda poétique de 2023
    N°13 | (Auto)Portraits poétiques & artistiques des créatrices | Appel à bénévoles | Agenda poétique Invitation à prendre part à notre agenda poétique de 2023 SIÉFÉGP Société Internationale d'Études des Femmes et de Genre en Poésie Crédit photo : Conteuse,...
  • Chevelure dorée, prix de la liberté
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia Chevelure dorée, prix de la liberté رنا علم / Rana Alam A enseigné au Liban & en...
  • Déchirons le voile de l’obscurantisme
    Événements poétiques | Concours Féministes| Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & filles & N°12 | Poémusique... | Dossier mineur | Florilège | Revue Poépolitique Déchirons le...
  • Les voix des femmes afghanes à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Réflexions féministes sur l'actualité Les voix des femmes afghanes à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Reportage photographique par Claude Menninger © Crédit photo : Reportage...
  • Soyons la voix des soeurs afghanes à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages Soyons la voix des sœurs afghanes à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Le visuel du rassemblement à Strasbourg...