27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 10:16

Poème

 

Hier Demain Jamais (extrait)

 

 

Gérard Georges

Extrait reproduit avec l'aimable autorisation

des éditions l’Échappée Belle et l'auteur

 

© Crédit photo : 1ère de couverture de l'ouvrage


[pp. 32-36]

 

Impressions mouvantes

 

Un ciel où rament

des corbeaux

des étourneaux

Un paquebot de nuages

Des panses ventrues

Des bedons bedonnants

L’apex des grands hêtres

jusqu’à l’épaule de la montagne

et en bas,

tout en bas,

une mare

où coassent des grenouilles en mal d’amour

de mâle en pis

La lune y reflète son albédo couleur de miel

couleur de fiel

rament des corbeaux

des étourneaux

à ne plus rien voir, ne plus pouvoir,

je suis resté après la pluie

sur un capuchon de neige gelée

à dénombrer tous ces automnes

et ignorer les brumes hiémales,

j’ai lapidé mon temps qui se rouille

bien sûr,

l’aube vient toujours quand le ciel se délie

ou que

l’ondée se juxtapose.

Trésors d’antan

pour que s’ouvrent les écluses du temps

et que

jouent à la marelle les étoiles buissonnières.

C’était un éternel passé

qui tardait à venir.

La fenêtre ouverte laissait fluer toutes les pensées

les plus osées –les moins formelles.

Des embruns crépitaient sous les senteurs de résine.

Ton corps alangui sur la couche

-si nu, si beau, si doux-

tressautait au moindre souffle du vent.

Cette envie de te toucher

de faire l’amour

de renaître aux jours anciens

-tous ceux qui fleurissaient comme les roses de Noël-

et puis

ce demain qui déboulait tellement vite

que,

sitôt que je pus ouvrir mes yeux purulents,

je ne sus remonter

tout à l’envers

du temps.

La brume a tissé

des ombres éphémères

sur le calendrier des jours

qui ne sont plus

l’hiver est descendu des nues

il a cadenassé en silence les vents des antipodes

et ouvert la porte au souffle boréal

-celui qui pèle qui rugit qui désosse

qui exaspère aussi

rien ne vit plus que la neige

une poussière qui court de vallon en vallon –

et puis

quelques cendres d’un feu de bois

au hasard d’une coupe sombre dans la forêt

tout s’est figé

tout s’est tu

et jusqu’à l’herbe en déshérence

qui, depuis la Toussaint,

compte à rebours les nuits sans faim ni soif

qui tombent long temps

souvent

L’antépénultième soleil d’hiver

irradiait sa comptine.

Après après demain, peut-être

-ou bien alors avant avant hier-,

il serait mort.

Les épluchures d’un vent céleste

menaient grand train dans les entrailles de la terre-mère.

Moi,

je remontais mon col

je rêvais, je rêvais

j’avais rêvé aussi

mais

tout avait été tellement dit

que

cela n’aurait servi à rien

de vouloir mâcher ses mots

ni

de cacher ses maux.

 
***

 

Titre : Hier, Demain, Jamais

Poète : Gérard Georges

Genre : Poésie

Collection : Pioche

Nombre de pages : 50 pages

Date de parution : Novembre 2016

Prix : 10 euros

ISBN : 978-2-919483-44-0

Page dédiée au recueil chez l'éditeur : http://www.lechappeebelleedition.com/gerardgeorges_hierdemainjamais.html

 

 

 

Voir aussi la présentation de l'ouvrage dans

Les nouveautés des éditions L'Échappée Belle

 

***

Pour citer cet extrait

 

Gérard Georges, « Hier Demain Jamais (extrait) », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 27 février 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/jamais.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 09:40

 

Poèmes

 

Extraits de Palimpsestes

 

 

Luc-André Rey

Extraits reproduits avec l'aimable autorisation

des éditions l’Échappée Belle et l'auteur

 

 

© Crédit photo : 1ère de couverture de l'ouvrage

 

 

 
***
 

 

[pp. 19-20]

un après-midi

 

I

si tu chopes la queue du cochon,

la manège s’arrête

garde-la précieusement,

tu sauras,

pas longtemps

comment faire cette queue tourner toutes les têtes

conseil à un petit garçon

ou une petite fille

c’est selon

jupon, ou tire-bouchons

 

II

 

les couleurs

disparues

les yeux le monde,

nus

s’agenouillent où l’enfance

se couvre

quelques enfants

bonnets et gants de laine

boules de neige et frissons

le ciel

entre les mains

 

III

 

lorsque

lorsque lorsque

la tendresse

se recourbe

quelques traits sur la page

quelques traits

le visage

peut-être

peut-être peut-être

peut-être

entre ces traits

quelque chose

de l’aimer

 

 

[p. 21]

l’épaisseur des choses

 

tellement peu d’épaisseur

et pourtant

c’est là

et seulement là

qu’il se peut l’épaisseur

que n’osons pas

nos cœurs

tellement peu d’épaisseur

on ne le voit pas

pourtant

où si peu d’épaisseur

tellement

qu’on ne voit pas

tellement peu d’épaisseur, où il parle

on se tait

tellement peu d’épaisseur

tellement peu d’épaisseur

on a peur pour lui

le vent

[p. 37]

vivant

 

rien ne bouge et pourtant

quelque chose

tout autour

quelque chose frémit on n’en sait pas le nom

... quelque chose

toutes ces choses

qui nous entourent monde rien ne bouge

et pourtant

tout autour

frémit

notre sang

cette chose



 

***

Titre : Palimpsestes

Poète : Luc-André Rey

Genre : Poésie

Collection : Ouvre-Boîtes

Nombre de pages : 90 p.

Date de parution : Janvier 2017

Prix : 15 euros

ISBN : 978-2-919483-45-7

Page dédiée au recueil chez l'éditeur : http://www.lechappeebelleedition.com/lucandrerey_palimpsestes.html

 

Voir aussi la présentation de l'ouvrage dans

Les nouveautés des éditions L'Échappée Belle

 

***

Pour citer ces extraits

 

Luc-André Rey, « Extraits de Palimpsestes », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 27 février 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/palimpsestes.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 18:07

 

Poème

 

Mission Rosetta

 

Nicolas Grenier

Extrait sans titre reproduit avec l'aimable autorisation

des éditions l’Échappée Belle et l'auteur

 

© Crédit photo : 1ère de couverture de l'ouvrage

 

mission Rosetta

Ariane 5 G+

sonde européenne


 

îles du Salut

à côté du port spatial

le littoral gronde


 

sous l’effet de fronde

au-dessus de l’équateur

Kourou étincèle


 

dans un conteneur

avion-cargo Antonov

Rosetta accoste


 

route de l’espace

parmi les herbes sauvages

convoi spécial


 

climatisation

en salle blanche S3b

la sonde repose


 

sur la plate-forme

robot multifonction

impulsion avant


 

silence total

sous la lumière blafarde

Rosetta s’endort


 

dans le bâtiment

les panneaux solaires tournent

mouvement d’air froid


 

fibre de carbone

et voiles d’aluminium

Philae s’échauffe


 

sonde Rosetta

EADS Astrium

mission cométaire


 

mât ombilical

dans le dock d’intégration

Ariane se coiffe


 

encapsulation

sous pavillon helvétique

le robot s’échappe


 

automate bleu

dans un coma argentique

avant le vertige


 

sonde spatiale

pour le système solaire

vol 158


 

station météo

le ballon-sonde voltige

vent en altitude


 

dans le télescope

la comète est un reflet

au bord du chaos


 

derrière leur casque

les ergoliers sautillent

une aiguille vibre


 

sur le pas de tir

entre les paratonnerres

la fusée chancelle


 

dans l’espace vert

zone de lancement 3

calme à l’horizon


 

au fond des carneaux

démarrage automatique

l’eau froide surgit


 

autour du béton

la fumée blanche circule

compteur à zéro


 

partout des éclairs

commutation électrique

les flammes crépitent


 

continent muet

dans la fenêtre de tir

la terre vacille


 

les boosters scintillent

fosse d’évacuation

tonnerre de dieu


 

halo de lumière

le moteur-fusée Vulcain

me brûle les yeux


 

lancement d’Ariane

centre spatial à Kourou

la brume se lève


 

au-dessus de l’air

rouge comme un brasier

la tempête éclate


 

mouvement léger

sur l’océan Atlantique

les vagues refluent


 

dans la nuit opaque

le lanceur perce le ciel

colonne de blanc


 

le long de la côte

sur la montagne des Pères

les antennes captent


 

propulseurs à poudre

les tuyères infléchissent

le vol d’Ariane


 

tube métallique

dans la couche de nuages

panache de feu


 

dans la turbopompe

éjection d’hydrogène

les ergols déferlent


 

tension maximale

sur l’orbite hyperbolique

la fusée poudroie

 
***

 

Titre : Rosetta (suivi de Philae)

Poète : Nicolas Grenier

Genre : Poésie

Collection : Ouvre-Boîtes

Nombre de pages : 67 pages

Date de parution : Octobre 2015

Prix : 14 euros

ISBN : 978-2-919483-389

Page dédiée au recueil chez l'éditeur : http://www.lechappeebelleedition.com/nicolasgrenier_rosetta.html

 

Voir aussi la présentation de l'ouvrage dans

Les nouveautés des éditions L'Échappée Belle

 

***

Pour citer cet extrait

Nicolas Grenier, « Mission Rosetta », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 26 février 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/rosetta.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 16:30

 

Poème inédit


 

 

On aura tout vu !

 

 

 

Huguette Bertrand

Site personnel : http://www.espacepoetique.com/Espace/intime.html

 

 

 

La suite est en bas de l'échelle

qu'il faut remonter à petits pas

pour remettre à l'endroit

l'essence du poème en désarroi

 

cet esclave des mots

ce tord-cœur

amant des vers

séduit le froid

anime le chaud

dans l’œil du présent

ce labyrinthe des beautés

et misères du monde

devant l'échelle recourbée du temps

 

faut-il monter ou descendre cette courbe

ou laisser le poème se profiler

à l'horizon de nos songes

insoumis ?

24.02.17

 

***

Pour citer ce poème

Huguette Bertrand, « On aura tout vu ! », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 26 février 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/vu.html

 

© Tous droits réservés                         Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 12 | HIVER 2022-23
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°12 | HIVER 2022-23 UNE POÉMUSIQUE DES FEMMES & GENRE* © Crédit photo : Delphin Enjolras (1865-1945), ce tableau représente des musiciennes...
  • De la finance à l'art
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Entretiens artistiques, poétiques & féministes | Dossier majeur | Articles & témoignages De la finance à l'art Propos recueillis par Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Entrevue avec & peintures de...
  • Douleur de Manfred
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia Douleur de Manfred Pierre Zehnacker Poète & artiste peintre Crédit photo : Gauguin,...
  •  la chevelure du vent
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia la chevelure du vent Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit...
  • À Marlene Dumas, pour la peur abolie
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil À Marlene Dumas, pour la peur abolie Barbara Polla Crédit photo : Berthe Morisot, La cage, 1885, image capturée via Wikipédia. Un poème inspiré par votre exposition (Venise, 2022-2023),...
  • Invitation à prendre part à notre agenda poétique de 2023
    N°13 | (Auto)Portraits poétiques & artistiques des créatrices | Appel à bénévoles | Agenda poétique Invitation à prendre part à notre agenda poétique de 2023 SIÉFÉGP Société Internationale d'Études des Femmes et de Genre en Poésie Crédit photo : Conteuse,...
  • Chevelure dorée, prix de la liberté
    Événements poétiques | Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & N°2 | REVUE ORIENTALES O | Varia Chevelure dorée, prix de la liberté رنا علم / Rana Alam A enseigné au Liban & en...
  • Déchirons le voile de l’obscurantisme
    Événements poétiques | Concours Féministes| Festival des poésies féministes 2023 | Recueil | Poésie féministe pour éliminer les violences faites aux femmes & filles & N°12 | Poémusique... | Dossier mineur | Florilège | Revue Poépolitique Déchirons le...
  • Les voix des femmes afghanes à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | Réflexions féministes sur l'actualité Les voix des femmes afghanes à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Reportage photographique par Claude Menninger © Crédit photo : Reportage...
  • Soyons la voix des soeurs afghanes à Strasbourg
    N°12 | Poémusique des femmes & genre | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes & hommages Soyons la voix des sœurs afghanes à Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Le visuel du rassemblement à Strasbourg...