26 janvier 2021 2 26 /01 /janvier /2021 15:00

 

Lettre n°15 | Réflexions féministes sur l'actualité 

 

 

 

 

 

 

 

Un enfant n'est pas

 

 

un partenaire sexuel ! 

​​

 

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème​​​​​​

 

 

 


   Crédit photo : Fillette à l'orange par Louise Catherine Breslau (1856-1927),
wikimedia, domaine public.

 

 

 

Si dans les années 70, les mouvements féministes dénoncent le patriarcat qui se traduit par la domination du corps des femmes et des enfants, il existe selon l'historienne Anne-Claude Ambroise-Rendu, un autre courant d'idées qui se propage !

 

Son terreau n'est autre que celui de l'après-mai 68 qui nourrit l'impensable... Des intellectuels, et non des moindres, militent en faveur d'une décriminalisation des relations entre adultes et enfants ! Le 26 janvier 1977, soixante-neuf intellectuels français signent une tribune aux côtés de Gabriel Matzneff et de Guy Hocquengheim dans le journal Le Monde puis dans Libération pour défendre trois hommes incarcérés pour avoir abusé de mineurs de moins de quinze ans…

 

Parmi les signataires, on trouve Roland Barthes, Gilles et Fanny Deleuze, Philippe Sollers, Jack lang, André Glucksmann, Bernard Kouchner mais aussi Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir !

 

Le 23 mai 1977 dans « Opinions » du Monde, huit intellectuels signent un moratoire pour décriminaliser les rapports sexuels entre les adultes et les enfants de moins de 15 ans au motif que « les enfants seraient consentants » ! On retrouve les noms de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir, pour ne citer qu'eux.

 

Rappelons que les mêmes s'étaient lourdement trompés quant à la réalité de l'Union Soviétique à l'instar d'Yves Montand et de Simone Signoret….

 

L'affaire Marc Dutroux dans les années 90 en Belgique fait basculer les esprits dans l'horreur et Latifa Benani, fondatrice de l'association « L'Ange bleu » s'insurge contre les écrits sur les relations avec les enfants !  Marie-Jo Bonnet dénonce la morale ambiguë entretenue par Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir qui ont voulu s'affranchir des conventions bourgeoises.

 

Aujourd'hui, il reste toujours difficile pour les féministes d'égratigner l'image d'une icône, celle de Simone de Beauvoir qui demeure exemplaire dans son combat pour l'émancipation des femmes mais dont les zones d'ombre suscitent de nombreuses interrogations !

 

Voltaire écrivait au 18e siècle qu'il y avait deux morales, celle des élites et celle du peuple... Déclaration, ô combien d'actualité !

 

Souvenons-nous que le talent ne doit pas excuser le crime ! Quant à l'alibi de la Grèce antique où l'éducation était bâtie sur la relation entre un adulte un jeune homme (éphébophilie), l'argument est tout simplement anachronique et totalement erroné car Platon a lui-même dénoncé l'attirance pour les jeunes enfants !

 

Aujourd'hui la page semble définitivement en passe de se tourner avec l'affaire Duhamel et certains intellectuels ont repris leurs esprits !

 

Jack Lang parle « d'une connerie » quant à la pétition qu'il a signée car tout cela correspondait à « l'air du temps » et procédait de « la libération des mœurs ».

Daniel Cohn Bendit est revenu sur ses écrits publiés dans les années 70 « Le grand Bazar » où il était question de « la sexualité fantastique des gosses ». Il en regrette certaines formules nées de ses fantasmes et qui auraient dépassé sa pensée...

L'une des seules intellectuelles à s'offusquer des dérives des années 70, c'est l'écrivaine Denise Bombardier sur le plateau de Bernard Pivot qui interrogeait Gabriel Matzneff avouant préférer les jeunes filles car, déclarait-il « une fille très très jeune est plutôt gentille »….

 

Aujourd'hui, la morale des élites s'effrite, le bon sens l'emporte et semble effacer toute ambiguïté en rappelant à tout un chacun que « L'enfant n'est pas un partenaire sexuel » et qu'en aucun cas, on ne peut parler de « consentement » car une relation entre un adulte et un enfant est marquée par un rapport de force inégale et par une forme de domination que l'on nomme « l'emprise » et que toutes les féministes, dignes de ce nom, se doivent de dénoncer !

 

 

***

 

Pour citer ce texte féministe, engagé & militant

 

Françoise Urban-Menninger, « Un enfant n'est pas un partenaire sexuel ! », texte inédit, féministe, engagé et militantLe Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°15 « Eaux oniriques : mers/mères », mis en ligne le 26 janvier 2021. Url : http://www.pandesmuses.fr/lettre15/fum-enfantpasunpartenairesexuel

 

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire de la Lettre n°15 ​​​​​​

Repost0
25 janvier 2021 1 25 /01 /janvier /2021 15:28

 

Lettre n°15  | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques |  S'ndigner, soutenir, Lettres ouvertes, Hommages, etc. | Poésie féministe pour lutter contre les violences faites aux femmes

​​​​

 

 

 

 

perdre la mer

 

​​

 

 

Houle

 

 

 

 

Crédit photo : Édouard Debat-Ponsan (1847- 1913), La Vérité sortant du puits, domaine public, image trouvée sur Wikipédia.

 

 


 

je me souviens de l'angoisse dans mon ventre. quelques jours, quelques semaines après les viols. si je portais un enfant ? si je portais l'enfant de l'homme ayant volé mon corps de petite fille ? mon ventre était déjà plein d'une peine trop lourde pour mon corps. Chaque soir et chaque matin, je me déshabillais devant le miroir de plain-pied. je contemplais mon ventre de profil, de face, de trois quarts, pour constater un changement, ou son absence. je comptais sur mes doigts les jours me séparant de mes règles. puis les jours de trop. ceux que je n'aurais jamais dû compter. pourtant mon ventre ne grossissait pas. mon ventre était une mer tranquille, qu'aucune vague ne venait troubler. je pensais que, peut-être, l'enfant était aussi fragile que moi. aussi faible que je l'avais été. peut-être même que l'enfant avait la taille de mon amour, et qu'il ne grandissait pas. j'avais tellement honte. honte de porter un enfant. honte qu’à peine sortie de l'enfance, il faille donner naissance à mon tour. je ne voulais qu'une chose, c'était que l'enfant sorte de moi, qu'il me tue. je voulais mourir, et je voulais que ma mort l'emporte, comme les rouleaux des vagues m'attirent. je voulais noyer tout mon corps. laver chaque enfant de son angoisse, et de sa haine. mais je ne pouvais pas. je ne savais pas comment faire. comment donner la vie, alors que je mourrais. donner naissance alors que j'étais incapable de survivre.


 

 

 

 

 

 

cela ne te suffit pas de prendre mon corps
et de repartir, me laissant pour morte,
quelque part sur ton lit,
les volets clos contre mes larmes.
cela ne te suffit pas de prendre mon corps.
il faut que tu l'habites,
que tu l'occupes alors même
que tu n'es plus là.
quand je rentre seule le soir,
je me fonds dans un recoin de la chambre,
mes jambes contre mon torse,
je serre mon ventre si fort
pour qu'il ne grossisse pas.
je murmure dans une prière,
il n'y a pas la place pour deux enfants
dans mon corps*

 

 

* Ces deux poèmes contiennent une  licence grammaticale portant sur le refus de la majuscule, nous les publions tels quels avec leur titre pour respecter la volonté de la poète, LPpdm. 

 

 

***

 

Pour citer ces poèmes féministes pour lutter contre le viol

 

 

Houle« perdre la mer », poèmes féministes inédits sur le viol, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n° 15 « Eaux oniriques : mers/mères », mis en ligne le 25 janvier 2021. Url : http://www.pandesmuses.fr/lettre15/houle-perdrelamer

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire de la Lettre n°15 

Repost0
22 janvier 2021 5 22 /01 /janvier /2021 11:40

 

Lettre n°15  | Eaux oniriques... | Critique & réception 

 

 

 

 

 

Adrien Cannamela​​​​​​,

 

Le Petit Prince aux douze pieds,

 

L’Harmattan, 2018, 125 p., format A5, 20€

 

 

 

 

Maggy de Coster

Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

 

© Crédit photo, Première de couverture illustrée du recueil Le Petit Prince aux douze pieds aux éditions L’Harmattan, 2018. 

 

 

Le Petit Prince de Saint-Exupéry, après avoir fait le tour du monde est maintenant campé sur douze pieds par une prouesse poétique d’Adrien Cannamela pour qui rien ne semble impossible. Pari réussi ! 

Et on le comprend bien quand il écrit dans le prolongement de l’idée de Saint Ex « Ce rêve me hante ». Rêve qui se traduit dans une sorte de complétude de la pensée de Saint Ex.

On se demande ce que le créateur du Petit Prince aurait pensé de cette rencontre avec son personnage. En effet, en chacun de nous loge un Petit prince avec lequel on rêve de dialoguer. Le poète s’est accordé une certaine licence en juxtaposant sa pensée à celle de St Ex. Au discours originel (en italique) s’adjoignent les mots issus de son imaginaire et le tout est construit en alexandrin.

Les qualificatifs employés tombent bien à propos sur le plan discursif. Là encore, on peut toujours épiloguer en se demandant si sur le plan sémantique tout est dans le droit fil. Mais on ne va pas lui tenir rigueur, privilégions l’aspect poétique car il s’agit d’une fantaisie littéraire Apprécions ainsi ces vers de la page 19 :

 

Il me fallait fallut longtemps ainsi pour bien comprendre

De quel endroit venait Petit prince charmant,

Il posait des questions ne voulant pas m’entendre

Mais ses mots prononcés par hasard doucement, «

» Vont ainsi révéler le fond de sa pensée,

 

De très belles évocations et des apartés sur fond poétique qui ne manquent pas de nous enchanter, nous dérider. Le poète a su y mettre du sien sans être insipide. Très bel hommage à Saint-Exupéry. Comme quoi la poésie se mêle de tout ou à tout, c’est selon.

Il a su maintenir le souffle sur 117 pages divisées en vingt-sept chapitres avec une maîtrise de la syntaxe classique.

Adrien Cannamela n’a pas fini de nous étonner en s’appropriant l’œuvre de Saint-Exupéry. C’est une leçon de vérité qu’il nous enseigne par la voie poétique en nous faisant entendre la voix du Petit Prince. Notons les vers suivants (cf. p. 96) :

 

Mais il ne répond pas lorsque je le questionne

Il me dit simplement : « L’eau vois-tu pour le cœur,

Est bonne également, un bonheur, qu’elle donne !*

 

 

 

 

* Voir aussi la page du livre aux éditions L'harmattan :

 

***

 

Pour citer ce texte 

 

 

Maggy De Coster​​​​«  Adrien Cannamela, Le Petit Prince aux douze pieds, L’Harmattan, 2018, 125 p., format A5, 20€ », critique inédite, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n° 15 « Eaux oniriques : mers/mères », mis en ligne le 22 janvier 2021. Url : http://www.pandesmuses.fr/lettre15/adriencannamela-lepetitprinceauxdouzepieds

 

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire de la Lettre n°15 

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans La Lettre de la revue LPpdm
21 janvier 2021 4 21 /01 /janvier /2021 16:28

 

Lettre n°15  | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques

 

 

 

 

 

 

Les dépossédé. e. s

 

  

 

 

Charlène Lyonnet

 

 

 


 

 

Mélodie des sirènes alarmées,

Par le passage,

Du navire près des rochers.

Naufrage.

 

 

Dépêchées sur la plage,

Les mariées ont retrouvé,

Emportés par l’orage,

Le cœur brisé, 

Marins volages,

Maris pêcheurs échoués.

 

 

Leur dernier baiser

Était humide et salé.

 

 

À chaque mariage,

Les cloches ont résonné,

Dans le petit village.

Mères et belles mères désenchantées,

Par funèbres hommages,

Mise en garde ont formulée,

Comme un funeste présage :

 

 

« Hissée, comme sur le mât d’un voilier

Par la mer jalouse qui enrage,

Portée par les vagues tourmentées,

La voile noire du veuvage,

Déployée,

Menace d’abordage,

Les épouses restées,

Sur le rivage. »

 

 

 

***

 

Pour citer ce poème féministe 

 

 

Charlène Lyonnet​​​​« Les dépossédé.e.s », poème féministe inédit, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n° 15 « Eaux oniriques : mers/mères », mis en ligne le 21 janvier 2021. Url : http://www.pandesmuses.fr/lettre15/cl-lesdepossede-e-s

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour au sommaire de la Lettre n°15 

Repost0

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE SON FESTIVAL EN LIGNE Megalesia édition 2021 du 8 mars 2021 au 31 mai 2021 © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "La Tendresse", no 1, Collection "dame nature", acrylique, peinture. Festival numérique, international...
  • Table de Megalesia 2021
    Table de Megalesia 2021 Édition 2021 du 8 mars au 31 mai Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie (SIÉFÉGP)...
  • À mesure que je t’aime, Une saveur de ciel et I have a dream
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Poésie audiovisuelle À mesure que je t’aime, Une saveur de ciel & I have a dream Poème & peinture de Sarah Mostrel Site : https://sarahmostrel.wordpress.com Facebook : www.facebook.com/sarah.mostrel À mesure que...
  • Adieu Philippine (film de 1962)
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Chroniques de Camillæ | Revue culturelle d'Europe Adieu Philippine (film de 1962) Camille Aubaude Site & blog officiels : www.lamaisondespages.com/ https://camilleaubaude.wordpress.com/ C’est magique de voir enfin...
  • Frivole et Le jardin douceur
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Poésie érotique Frivole & Le jardin douceur Poème & peinture de Sarah Mostrel Site : https://sarahmostrel.wordpress.com Facebook : www.facebook.com/sarah.mostrel © Crédit photo : Sarah Mostrel, "Fête", peinture. Frivole...
  • Le désir...
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Varia de textes poétiques sur Le Printemps des Poètes 2021 Le désir... Anick Roschi Peinture de Mariem Garali Hadoussa Artiste plasticienne & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme nabeul" © Crédit photo...
  • No 1 | O | Les figures des orientales en arts et poésie
    PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales... Les figures des orientales en arts & poésie © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. Crédit photo : Mariana Marrache (1848-1919), auteure et poète syrienne,...
  • Savoir discerner dans la prudence, Savoir pardonner dans la simplicité et...
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Carte blanche à une artiste | Poésie audiovisuelle Savoir discerner dans la prudence, Savoir pardonner dans la simplicité & Savoir espérer dans la foi Nicole Coppey Site officiel : http://www.nicolecoppey.com/ Chaîne officielle...
  • Les amants et Le baiser
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Varia de textes poétiques Les amants & Le baiser Poème de Corinne Delarmor Peinture de Mariem Garali Hadoussa Artiste plasticienne & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme nabeul" © Crédit photo : Mariem...
  • Je vous aime
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Poésies printanières & colorées | Florilège de textes poétiques Je vous aime Poème de Corinne Delarmor Peinture de Mariem Garali Hadoussa Artiste plasticienne & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme...