11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 12:00

 

Annonce de parution

 

 

 


 Jacqueline Aymeries 

 

 

Fanny Heldy, carnet de souvenirs d'une cantatrice 1910-1940  

 

 

préf. Roberto Alagna aux éditions Pippa 

 

   

 

 

Couverture de : Fanny Heldy, carnet de souvenirs d'une cantatrice - Ouverture dans une nouvelle fenêtre

© Crédit photo : Couverture illustrée de l'éditeur


 

Titre : Fanny Heldy, carnet de souvenirs d'une cantatrice

Auteure : Jacqueline Aymeries

Préface : Roberto Alagna

Éditions : Pippa 

Langue : Français

Date de parution : 2013

Genre : N/A

Collection : N/A

Format : Broché

Dimensions :  Format 21x13 cartonné

Nombre de pages : 96 quadri

ISBN :  978-2-916506-34-0

Prix : 14,90 €

Site de l'éditeur : url. http://www.pippa.fr/Fanny-Heldy-carnet-de-souvenirs-d

 


Réception/critique dans un média


Camille Aubaude, « Fanny Heldy, carnet de souvenirs d'une cantatrice » dans Le Pan poétique des muses  ,  Lettre n°5, mis en ligne le 11 décembre 2013. 


© Crédit photo : Couverture illustrée de l'éditeur


 

Présentation de l'éditeur


 

Cantatrice rayonnante, Fanny Heldy a profondément mar-qué l’histoire de l’Opéra de Paris. Prima donna assoluta, elle incarna plus de 50 rôles phares et enthousiasma les mélomanes et les compositeurs les plus illustres de la Belle Epoque. De renommée internationale, elle fut réclamée par les plus grandes scènes du monde. Son nom brille encore au cœur de l’Opéra Garnier, sur la porte de la loge d’honneur : la loge Fanny Heldy.

 


« Fanny HELDY n’est connue aujourd’hui que par quelques mélomanes ou collectionneurs de vieux enregistrements d’opéras. Elle fut pourtant dans les années 1930 une des figures marquantes des scènes lyriques. Sa personnalité, son goût, l’amour et la dévotion qu’elle porte à son art, sa beauté sensuelle et la fascination que son timbre exerce sur le public font d’elle une artiste hors norme. Précieux témoignage et inestimable héritage pour les générations futures de chanteurs et chanteuses d’Opéra... Merci Madame HELDY ! » Préface de Roberto ALAGNA 

 

  

Auteure 

  

 


Jacqueline Anick Roschi, biographe, s’intéresse plus particulièrement aux femmes célèbres qui ont marqué le début du XXe siècle. Elle a rassemblé ici des photos inédites de la diva qui l’a fascinée par son courage, son talent et sa modernité. Elle prépare une biographie exhaustive de Fanny Heldy à paraître en 2012 aux éditions Pippa.

 

Sommaire
  • Enfance
  • Naissance d’une cantatrice
  • Théâtre Royal de La Monnaie, Quatre années intenses
  • L’Opéra-Comique
  • L’Opéra de Paris, Vingt ans de succès
  • Ses rôles et ses créations

 

 

 

Pour citer ce texte

LPpdm, « Jacqueline Aymeries, Fanny Heldy, carnet de souvenirs d'une cantatrice 1910-1940, préf. Roberto Alagna aux éditions Pippa », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°5 [En ligne], mis en ligne le 11 décembre 2013. Url.http://www.pandesmuses.fr/article-jacqueline-aymeries-121491425.html/Url.http://0z.fr/8uWpp

 

Page précédente
Retour au sommaire Page suivante

 

 
Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 12:00

 

 

S'indigner, soutenir, lettres ouvertes



Lettre ouverte

 

 

à Madame la Ministre de la Justice


 

Catherine Lévy-Hirsch 

    

 

Strasbourg, le 12 novembre 2013

 

Madame la Ministre de la Justice

13 Place Vendôme. 75800 Paris

 

 

Madame la Ministre,


 

Quand un geste cynique est associé aux paroles de rejet, c’est notre République qui est en danger, quand la société civile et les politiques ne se mobilisent pas ensemble contre toute forme d’exclusion et de rejet de l’autre, c’est la Démocratie qui est en danger, quand un seul enfant parmi les enfants focalise la haine, c'est la Condition Humaine qui est en danger.

 

Le silence qui a suivi les paroles et gestes odieux qui ont été proférés et commis à votre égard (avant que « Minute » publie d’autres insultes vous concernant) ne semble pas être de la même essence que ce silence qui est l’allié du vide où se niche et se développe la terreur. Il ressemble plus à cet effroyable silence qui est l’expression de la sidération.

 

De quoi avons-nous été le plus atteints ? De ces actes ou par le fait que ce sont des répétiteurs mesurant moins d’un mètre cinquante qui ont proféré ces invectives contre vous, l’être humain, la femme et la ministre que vous êtes ?

 

Que faire devant ce rejet de l’autre qui, jour après jour, s’inscrit dans la banalité ? Parler, écrire ? Trouver quelle solution rapide pour exorciser cette énorme dose de violence assénée par des gamins (je ne m’en tiendrai qu’aux enfants) ? Quelle réponse reflétant les mesures de bientraitance peut être donnée par les adultes et par l’Etat à ces attaques provenant des Petits Poucets de notre République ? Que faire pour que ces pitchounets colorent la vie de leurs parents d’espoir, eux sur qui le cynisme des adultes a déteint ?

 

La démocratie permet à tout à chacun de s’exprimer. Et c’est tant mieux. Les enfants ont aussi ce droit à l’expression. Par le biais des conseils municipaux pour jeunes, ils peuvent l’exercer dans les communes. Grâce aux représentations des élèves dans les institutions scolaires, ils ont la possibilité de développer cette capacité. Avec le nombre de structures « solides » (institutions, associations….) et « liquides » (toutes les possibilités offertes par les nouvelles technologies), les enfants de la République ont les moyens de s’exprimer. Ils sont membres de la cité, et au titre d’enfants ou de jeunes, ils apprennent au fur et à mesure de leur croissance à être des citoyens actifs respectueux de la Loi et des règles qui ont pour but l’amélioration perpétuelle des conditions du « vivre ensemble » et du « vivre avec ». Avec cette évidence pour postulat, peut-être n’avons-nous pas été suffisamment vigilants ?

Les évènements phobiques dont vous êtes victime sont comme une gifle à la façon dont nous vivions la Fraternité. Nous vivions, car il y a l’avant et il doit y avoir l’après le fait de vous avoir injuriée.

Depuis plusieurs décennies, la phobie de la peau noire ne tenait plus la Une des médias remplacée par les juifs et les musulmans qui focalisaient les intérêts de la haine. Or, les relents d’un colonialisme détestable refont surface.

 

Ce réveil brutal opéré par les faits d’une extrême jeunesse vouée à la phobie en est la preuve. Avec ces culottes courtes et jupettes porte-paroles de la haine, c’est un pan entier de notre pays qui exprime sa peur et qui assoit sa légitimité sur de vieux démons. Du civique, on est subrepticement passés au civil. Le rassemblement des citoyens a fait place au clivage renforcé par les idées extrémistes. La France « blanche » se réveille, pendant que les Français sont spoliés de leurs simples droits de citoyens appartenant à la République française une et indivisible. Pourtant, de nombreuses alertes ont été lancées par celles et ceux qui subissent de plus en plus les phobies de ceux qui ont un goût de  revenez-y.

 

Madame la Ministre, vous êtes la gardienne de la Loi. De par ce fait, vous ne pouvez pas être juge et partie. Votre silence, signe de réserve et de dignité en réponse à ces actes odieux, est, en plus d’être un exemple, le seul moyen de ne pas faire passer les feux de la haine que certains veulent développer en un incendie qui ravagerait notre pays et mettrait en danger la laïcité.

 

 

C’est avec cette même dignité que nous devons tous combattre ce cancer qui ronge notre République, et œuvrer ensemble à combattre ces paroles et gestes porteurs d’idées que l’on croyait oubliées.

Ensemble, oui ensemble. Parce qu’en vous insultant Madame notre sœur en humanité, ils nous ont tous et toutes insultés-ées : citoyens-nes lamda, êtres humains aux pigmentations cutanées différentes, aux croyances diverses, aux choix de vie personnels…

Or, il ne s’agit pas de citoyens comme les autres. Il s’agit d’enfants. De ces êtres porteurs de nos espoirs, des ces cœurs que l’on dit grands parce que non limités par les miasmes des adultes, de ces esprits en formation qui devraient être les enfants des Lumières et, de ce fait, porteurs de la lumière qui éclaire cœurs et esprits et qui illumine le futur.

 

Ces enfants représentent l’inversion proportionnelle de la mesure. Plus les mots et actes de rejet sont commis par des enfants, plus l’ancrage de l’hostilité envers son prochain est grand. Que choisir pour y faire face ? Parler, écrire ? Peu importe, il faut agir.

 

 

Agir immédiatement et mener des actions dans le temps pour que la démesure ne parte pas à vau-l’eau. Donner à ces enfants de la mesure au travers de l’école et de l’instruction qu’ils y reçoivent, par les biais des activités périscolaires, par les actions menées par les associations (du travail de lutte contre l’oubli aux projets d’entraide et de solidarité)...

À nous de savoir mesurer avec les outils que nous avons pour aider ces enfants à grandir et s’épanouir.

Joindre des actions concrètes à l’indignation suscitée par les propos honteux vociférés à votre égard est la seule réponse possible. Associer cette enfance à des projets républicains et fraternels est la seule action possible.

 

C’est donc bien ensemble que nous devons répondre aux violences que vous avez subies. C’est aussi ensemble et à vos côtés que nous devons mettre en valeur dès à présent toutes les actions visant à la mixité et au rapprochement de nos frères et sœurs en humanité.

 

L’union, par le simple fait de son expression, prend sa force dans la réplique qu’elle donnera par ricochet aux parents de ces enfants. Les mots doux de l’amitié fraternelle, les mots forts du combat pour la liberté, les flots d’actions communes qui nourrissent le fleuve de l’égalité sont autant de réponses à ces détracteurs qui assassinent leurs propres enfants en les asphyxiant au moyen de leurs idéaux de caniveaux pêchés au plus profond de leurs abysses qu’ils croient salvateurs. Mais ces parents, sont-ils conscients de ce qu’ils engendrent ? Des dégâts ultérieurs que causera cette bombe à retardement qu’est l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants ? Sont-ils conscients qu’ils nourrissent leur progéniture des sucs produits par la bête immonde ? Quelle que soit la réponse, le temps presse car le mal n’a déjà que trop progressé.

 

Avec le passé pour héritage à transmettre, c’est avec un présent actif et solidaire et des actions menées sur un long terme que se construiront les esprits de la France et du Monde de demain. À ces enfants spoliés de la partie la plus noble et bienveillante de leur humanité, à savoir l’altérité, disons leur : je t’aime.

 

Les inviter à contribuer aux différentes actions solidaires, leur permettre de nous inviter aux leurs (celles qu’ils mènent dans leurs écoles, ou par le prolongement d’associations tel que Copains du Monde, ou encore institutionnels tels que les Clubs Unesco…) est, à mon sens, une des meilleures réponses que nous pouvons offrir à ces messagers désignés d’office par des adultes mûs par une animosité qui devient endogène. Ils sont, à l’instar de ces enfants soldats, de la chair à canon pour les partis politiques qui manipulent les foules au lieu d’instruire le peuple. Ces porteurs d’avenir ne pourront jamais passer de « être » à « devenir » s’ils sont utilisés comme autant de réservoir des contre-valeurs républicaines.

 

Nous, citoyens de la République française avons les moyens d’accompagner tous les enfants de la République à devenir des femmes et des hommes libres et résistants au joug des totalitarismes. J’en reste persuadée.

 

Merci, Madame Taubira, pour votre énergie à construire un monde où l’apparence est signe d’appartenance à l’Humanité et où la force constructive est un maillon qui enrichit la chaîne de la fraternité.

Merci pour votre dignité.

 

Catherine Lévy-Hirsch

Membre du Cercle Menachem Taffel

 

 

 

 

Pour citer ce texte

Catherine Lévy-Hirsch, « Lettre ouverte à Madame la Ministre de la Justice »  Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°5 [En ligne], mis en ligne le 11 décembre 2013. Url.http://www.pandesmuses.fr/article-lettre-ouverte-121481408.html/Url.http://0z.fr/22NR5

 

Page précédente
Retour au sommaire Page suivante

 

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 12:00

 

 

Poèmes


Anima Mutandis

 

 

Paysage de glace – Brueghel/Amsterdam


 

Marie Gossart

    

 

 

 

 

Anima Mutandis

 

 

 

 

 


L'animal bondit

Sortit

Du bois

Du moi

Je veux de l'eau

En et autour de moi

Tenter d'apaiser ma soif

Tes mains, ces mains

Qui me touchent

Ne parviennent pas à contenter

Ma bouche

Agrippe toi à ma chair

Fais moi vivre ici bas

De peur que je ne pénètre,

En toi

Anima Mutandis

Mes rêves me créent

C'est le présent qui m'abstrait

De temps en temps

Je suis ce guépard allongé

Qui oublie

Absorbe l'air et le temps

Avant que la faim ne le remette

En émoi, aux aguets

Où es tu toi

Mon autre Prince

Aux charmes différents

Des peurs ignorant

Viens donc poser tes pattes

Sur mon velours

Mon ventre tendu

Mes fesses fermes

Mes seins rebondissants

Anima Mutandis

Joue, joue ta musique

Et

Fais moi

Danser

Danser

Pour que mon âme s'enflamme

Que mon esprit t’acclame

Que mon coeur, enfin repus et calme

Pour que mon coeur

S'étale

-----

Alors

Anima Mutandis

De ma gueule entrouverte

Je t'attraperai tendrement par le collet

Tu ne diras rien et te laissera transporter

Tout doucement, je te déposerai sur cette étendue

Ce grand, beau, lac

Frais et pur

Où nous pourrons nous ébattre joyeusement

Nous enrouler

Sans crainte

Nous parler

Silencieusement

Nous partager,

Absolument

Anima Mutandis

Mon visage magnifique

Couvert de mes poils

Mes yeux perçants, agiles

Mon âme, cet animal

Mon âme s'écrira

Chantera

Et tout alors

Enfin sera.

Réellement,

NORMAL.

 

 

Poème écrit le 10 Mai 2012

 

 

 

 

 

Paysage de glace – Brueghel/Amsterdam

 

 

 

 

 

 

 

J'ai été prise

Comme dans la glace,

Le vertige

Du temps,

Immobile.

Ces petits personnages,

Patinant

Fiévreusement,

Cette lumière, chaude

Qui caresse la pierre

Renvoie les ombres

Dessous la glace

Derrière les murs

Sous les canaux

Façades.

J'ai été prise

Par ce vertige,

Le temps

Immobile.

Mon enfant,

Non, le temps ne passe

Pas de changements

Nulle bourrasque

Ancré dans son plaisir

L'homme nu n'en finit pas de jouir

Et quelles que soient les guerres

Et quelles que soient les traces

Pierres roulent, oiseaux trépassent

Le monde toujours,

Toujours jacasse.

Et pourtant.

J'entends

Ce silence

Autour de l'homme nu, frais

Le corps frétillant,

Bien vivant.

Le vois-tu mon enfant?

Non, je te le dis

Le temps ne passe.

 

 

 

Poème écrit le 9 février 2012

 


 

 

Pour citer ces poèmes

Marie Gossart, « Anima Mutandis » & «  Paysage de glace – Brueghel/Amsterdam »Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°5 [En ligne], mis en ligne le 11 décembre 2013. Url.http://www.pandesmuses.fr/article-anima-mutandis-121480637.html/Url.http://0z.fr/3dzNk

 

 

Page précédente
Retour au sommaire Page suivante

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 12:00

 

 

Exposition photographique 

 

 

Hiver poétique


 

Bérangère Thomas

    

 

 

 

img050

 

img047

 

img156

J Boufflers 2

© Crédits photos : Hiver poétique par Bérangère Thomas  

 

 

 

Pour citer cette exposition

Bérangère Thomas, « Hiver poétique » (exposition photographique), Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°5 [En ligne], mise en ligne le 11 décembre 2013. Url. http://www.pandesmuses.fr/article-hiver-poetique-121478699.html/Url.http://0z.fr/hGwre

 

Page précédente
Retour au sommaire Page suivante

 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 10 | AUTOMNE 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 10 | AUTOMNE 2021 CÉLÉBRATIONS DES LAURÉATES & LAURÉATS* DE L'ACADÉMIE CLAUDINE DE TENCIN & DIX ANS DE CE PÉRIODIQUE AVEC LES INVITÉES...
  • No1|MDV|Célébration
    PÉRIODIQUES | REVUE MDV | N°1 | CÉLÉBRATION Célébration © Crédit photo : Cristina Rap (illustration et photographie), Marceline Desbordes-Valmore, dessin inspiré de ses œuvres, été 2020. IMPORTANT : Suite à un problème technique grave et indépendant de...
  • Un Pan de Poèmes pour Toutes à l'École & La Journée Internationale des Droits des Filles
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE L'ÉVÉNEMENT POÉFÉMINISTE UN PAN D E POÈMES POUR TOUTES À L'ÉCOLE & LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FILLES ÉDITION 2021 QUI FÊTE LE 11 OCTOBRE 2021 LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FILLES CET ÉVÉNEMENT...
  • Adieu à l'enfance / Adiós a la niñez
    Événements poétiques | Un Pan de Poèmes pour Toutes à l'École & La Journée Internationale des Droits des Filles 2021, N°10 | Célébrations | Dossier majeur | Florilège & REVUE MDV | N°1 Célébration | AS | Spicilège Adieu à l'enfance / Adiós a la niñez...
  • La poésie et la prose de Maggy De Coster étudiées à l’Université italienne... Trois volets
    N°10 | Célébrations | Dossier majeur | Articles & Témoignages La poésie & la prose de Maggy De Coster étudiées à l’Université italienne à travers le prisme de l’autotraduction & de l’intuitisme Propos recueillis & volets réalisés par Stefania Pisano Maria...
  • Nos informations et publications depuis le premier septembre
    N° 10 | Célébrations | Agenda poétique Nos informations & publications depuis le premier septembre Crédit photo : "Roses", image de Wikimedia, Commons. Cher lectorat, LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous adresse son unique rappel pour prendre part au dixième...
  • Splendeur et solitude d'Isadora Duncan
    N°10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège Splendeur & solitude d'Isadora Duncan Mustapha Saha Sociologue, poète, artiste peintre Crédit photo : La danseuse, chorégraphe & auteure américaine "Isidora Duncan" S tadsschouwburg, 1904-1905, domaine...
  • NO 9| FIN D'ÉtÉ 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES VOUS PRÉSENTE SON N°9 | FIN D' ÉTÉ 2021 FEMMES, POÉSIE & PEINTURE 2ÈME VOLET SOUS LA DIRECTION DE Maggy DE COSTER © Crédit photo : œuvre...
  • No 9 | Sommaire
    N°9| SOMMAIRE N°9|FIN D'ÉTÉ 2021 FEMMES, POÉSIE & PEINTURE 2 ÈME VOLET Sous la direction de Maggy DE COSTER Nous continuons la mise en ligne interrompue involontairement en 2018 avant la parution du numéro en version imprimée en octobre 2021. Le Pan Poétique...
  • Quand la peinture devient Poésie
    N°9 | Femmes, poésie & peinture | Éditorial Femmes en poésie & en peinture, Dina Sahyouni Poéticienne, éditrice, lyreuse & fondatrice de la SIÉFÉGP Crédit photo : "Psalter with rose", image de Commons, Wikimedia domaine public. L'art de composer des poèmes...