2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 14:48

 

Clips poétiques sur l'amour


 

Illusion fatale

 

 

 

Sarah Mostrel

 

Site officiel : www.sarahmostrel.online.fr

 

Page facebook officielle : www.facebook.com/sarah.mostrel

 

 

***

 

Ce texte est divisé en quatre parties filmées :

  1. Illusion fatale 1 : www.youtube.com/watch?v=sVkNQ9pq5xA
  2. Illusion fatale 2 : www.youtube.com/watch?v=J91_8vTSvJ4
  3. Illusion fatale 3 : www.youtube.com/watch?v=pQv_HNDG6WY
  4. Illusion fatale 4 : www.youtube.com/watch?v=nRHarkNfwsI

 

***

Pour citer ces clips

 

Sarah Mostrel, « Illusion fatale », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 2 mars 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/illusionfatale.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 13:59

 

Lettre inédite sur l'amour

 


 

Lettre à l'être aimé

 

 

Sarah  Mostrel

 

Site officiel : www.sarahmostrel.online.fr

 

Page facebook officielle : www.facebook.com/sarah.mostrel

 

 


 

Mon ami, mon amour


 

Je ne sais trop ce que nous sommes, mais peu importe finalement les interprétations. Je prendrai, suivant le cas, le registre adéquat : celui d’une relation banale, d’une amitié particulière, d’un amour fou... N’aie crainte, mon ami, si je t’écris, c’est parce que le jour où je t’ai rencontré est l’un des plus beaux de ma vie. Le croiras-tu ? Cela t’effraie-t-il ? Je ne voudrais pas… Mais pourquoi dénier à l’amour ce qu’il fait ressentir ? La vie est un long chemin parsemé d’escales, pas toujours simples. Des étapes voulues ou subies, des cadeaux empoisonnés, des aléas heureux ou tristes. Jusqu’à ce qu’un être vous ébranle, change la donne. Jusqu’à ce présent offert, une fleur qui devient rosée.

Te parler à cœur ouvert, te découvrir a été une joie. Un mélange de saveurs qui m’ont immédiatement séduite, quand d’autres m’interpellaient. J’ai parfois encore du mal à te cerner, toi l’homme aux boucles blondes caché derrière des lunettes noires, avec cet air de rien n’y faire tout en en n’ayant pas l’air. Je t’observais en ce jour d’avant l’été dans cet hôtel à Monaco. J’identifiais un homme d’affaires, un quadra qui avait un je ne sais quoi d’inhabituel. Était-ce le masque qui dissimulait le visage ou le visage qui avait peine à émerger et crever le déguisement ? J’engageai la conversation sans trop savoir à quoi je m’attendais. Tu as immédiatement été disponible pour moi, généreux. Tu t’es joliment prêté au jeu, tu m’as dévisagée. C’est toi soudain qui voulais en savoir plus. La conversation s’est emballée. Et tu m’as emmenée dans ce musée près de la mer. Tu m’as expliqué les secrets de tes maîtres. Ton engouement, ton enthousiasme étaient profondément émouvants. Après la visite, nous sommes allés déjeuner dans un restaurant que tu connaissais bien. Tu m’as embrassée. Était-ce une illusion ? Les nuages avaient disparu, le ciel se faisait translucide, l’attirance était perceptible. J’oubliais ce qui m’avait laissée perplexe. Tes contradictions m’intéressaient au contraire. Je discernais un panache de sensibilité, de vieilles idées, un certain conservatisme mêlé d’un progressisme quelque peu paradoxal, mais tu me convainquais de leur possible alliance. Tu évoquais l’art dont tu étais épris et me narrais comment tu l’avais savamment introduit dans le monde de l’entreprise. J’étais attentive à chacun de tes arguments. Ta passion, tes intonations te dotaient d’un charme irrésistible. Quelle agréable surprise que ton être avec qui se créait une connivence avant l’heure, une entente au-delà du commun !

Je t’ai pris la main et tu m’as enlacée. J’étais follement attirée par toi. La soirée s’est terminée aux chandelles, dans ta maison. Je m’y sentais bien. Notre première nuit d’amour a été fulgurante. J’ai aimé être dans tes bras, j’ai aimé ta douceur, j’hésitais sur ta retenue première, j’avais peur de te brusquer, je ne savais pas trop comment réagir, mais le contact avec ton corps m’a rassurée. Puis tu m’as prise dans tes bras, langoureusement, fougueusement, alternant les manières, et tu m’as mise à l’aise, attentif à mon plaisir… qui a vite explosé. J’étais heureuse, joyeuse de tes sourires. Nous avons fait l’amour encore trois fois. Tu étais un vrai mercenaire, un guerrier enchanteur, et en même temps, tu avais l’air d’un ange. Je me suis ensuite endormie, épuisée mais sereine, comblée de jouissance. Comment as-tu toi passé la nuit ? Si l’on pouvait savoir ce que l’autre ressent au moment où l’on tombe amoureux, on serait soulagé. Tout cela est allé si vite ! En un instant, mon monde a basculé. L’élan était si fort, ta peau était si en écho avec la mienne que je n’aspirais qu’à ce qu’elle me colle de nouveau. Assemblé, le morceau de puzzle manquant avait en un instant annihilé la déchirure… d’antan.

Au petit matin, le désir nous a repris. Et nous avons joui encore. Je me réveillais d’un sommeil paisible. Un flux de pensées m’avait projetée hors contrôle. Dans un espace qui était notre antre. J’étais ta petite femme. Et je me mouvais dans tous les sens. Nous vivions ensemble désormais. Conjointement, nous assouvissions notre passion artistique. Tu dessinais les plans de la ville en suspens, je décrivais les mondes qui l’habitaient. Tu illustrais de lumière les pans et les fenêtres des appartements que tu concevais, tandis que j’étudiais de près les ressentis de leurs habitants pour mieux cerner les âmes, ouvrant les volets de la conscience. Nous étions proches. Tes enfants venaient nous rendre visite à chaque vacance scolaire. Je les avais adoptés immédiatement, j’étais heureuse de les recevoir, je les chouchoutais, éblouie par votre ressemblance. Tout ce qui est issu de toi me touche terriblement…

Je chérissais le temps, je savourais tes baisers, j’aimais quand tu me surprenais à mon bureau et que tu m’embrassais au détour d’un regard. Ta chaleur m’était bonne. La créativité ne me quittait plus. Je ne cessais de composer. Ainsi s’écoulaient les jours, pleins et magnifiques, tandis que nous nous laissions porter par la vie belle, qui en retour, nous emportait, impatiente, fougueuse, tissant ce lien qui devenait indéfectible. Le bonheur nous réussissait. Nous voyagions souvent, nous retrouvant ici et là, sous notre bonne étoile, à la belle étoile. Te souviens-tu cet hôtel où tu m’avais emmenée une fois ? Le groom nous avait, par sa préciosité, tant fait pouffer de rire ! Le fou rire nous avait terrassés. J’étais emplie de toi.

Le quotidien était riche, tu alimentais ma fantaisie, tu étais l’acteur de mes mots, ton amour me portait loin dans l’expression du monde. Mes écrits, enfin, prenaient sens. Le passé n’était plus que trace, il s’estompait sensiblement, il n’était plus qu’expérience, celle qui précède à la maturité.


 

Le sentiment gagne nos âmes, épanouit nos corps, réjouit nos esprits. Quand il s’emplit de la vérité, n’est-ce pas cela, mon ange aux cheveux d’or, l’amour fou ? Tout retourne à sa place. La vie est un chemin le long duquel les embûches nous avaient figés, mais le philosophe, le poète, l’architecte, savent gérer les obstacles. Il suffit d’un hasard finalement pour tout changer. Se trouver au bon endroit, au bon moment, dans la bonne posture, dans la même phase. Je ne m’y attendais pas. Toi non plus. Mais ainsi orienté, l’amour ne demande qu’à faire son œuvre…

L’ascension personnelle, intellectuelle et spirituelle dépassent de loin la réussite matérielle. Elle s’édifie au rythme du cœur qui bat la chamade. Le reste n’est plus que paraître, convention sociale ou autre diversion. La vie sans complicité, considération, confiance, écoute, est un ensemble vide que seul le bonheur peut colorer. Qu’est-il sans cette relation essentielle que des bras éphémères ne peuvent assouvir ? Lui seul freine la course éperdue et lui donne sens lorsqu’elle n’est plus…

Je m’avance, quitte à rêver, fantasmer, perdre. Je m'écarte de l’intermittence, j’oublie les rendez-vous fugaces, dépourvus de magie, absents de l’intensité que solidifie le sentiment. Tu es le plus inestimable trésor que la terre ait engendré sur ma route. Alors je t’attends, mon amour, pour la vie chérie, honorée. Je t’attends dans tes détours, dans ton silence, dans tes velléités complexes. Je t’attends parce qu’il n’y a pas de fin, il n’y a pas d’étapes, il n’y a que la sincérité des émotions. Je t’attends, loin de la peine, loin des chimères, loin de l’impossibilité. Renoncer serait céder à l'absence, la banalisation, la dérision. Fuir, c’est s’aliéner, me priver de ta joie, celle de t’avoir rencontré. Si l’homme était fini, s’il avait tout réglé, ce serait triste. Alors je choisis définitivement le registre de l’amour… fou.

 

© Sarah Mostrel

 

 

***

Pour citer ce poème en prose

 

Sarah Mostrel, « Lettre à l'être aimé », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 2 mars 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/lettre.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 12:13

 

Poème inédit

Poésie sacrée sur l'amour et l'amitié


 

Chair de mon esprit

 

 

Dina Sahyouni

 

 

 

Crédit photo : Various, Die Gartenlaube (1862), Leipzig, domaine public

 

 

 

Cher amour, cher corps de mon cœur

chair de mon âme,

enfant de mes flammes

enflammées pour quelques années encor

 

Cher toi perché sur moi

comme l'oiseau sur son nid

où l'on berce ses petits

 

 

Chère tendresse oubliée hélas

dans ces temps fugaces

où l'amour n'est qu'une amusette

accrochée aux nuisettes

des femmes

 

Oui, elles s'enflamment

pour vous "hommes"

mais laissent vite tomber la bougie

qui les a enflammées par terre

comme l'on laisse les soucis

dans un tiroir à chaussettes

puis au panier à linge sale

 

Cher amour, mon amour, m’amour,

toi seul, parmi tous, tu as su

m'enflammer pour la vie

me voilà consumée en cierges

angéliques devant ton amour divin

Seigneur des cœurs, non point des pleurs

entre amour céleste et amour profane

j'ai choisi comme Marie de Béthanie

sœur de Marthe et de Lazare

le ciel comme mari, ami,

et les anges comme famille et compagnie.

 

Cher amour, cher corps de mon cœur

chair de mon esprit,

enfant de mes flammes

enflammées pour quelques années encor

 

 

Improvisation du premier mars 2017 à 11h15, mercredi des Cendres

***

Pour citer ce poème

 

Dina Sahyouni, « Chair de mon esprit », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 1er mars 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/esprit.html


 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 11:34

 

Poème inédit pour l'Afrique

 


 

L’ancêtre

 

Huguette Bertrand

Site personnel : http://www.espacepoetique.com/Espace/intime.html

 

Illustration par Gordan ĆOSIĆ

 

 

© Crédit photo : "Konak 20" par Gordan ĆOSIĆ

 

 

 

Au panthéon des diversités

les rebelles s'affranchissent

attirées par les sons

et les rimes du tam-tam

que même Lucy l’ancêtre

lancinante jusqu’à nous

en perdrait son chignon

et ses poils au menton !

 

farouche devant la horde des muses

et leurs musiques méli-mélo-dieuses

oserait-elle plonger dans le destin

de sa descendance

entrainée dans le corps du poème

farci de folles passions floconneuses ?

 

frissons de tulle, frissons de lune

reliques de femmes rassemblées

dans le condensé des songes rouges

 

28.02.17

***

Pour citer ce poème

 

Huguette Bertrand, « L’ancêtre », illustration « Konak 10 » par Gordan ĆOSIĆ, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 1er mars 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/ancetre.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 11 | ÉTÉ 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°11 | ÉTÉ 2022 PARFUMERIE POÉTIQUE OU PARFUMS, POÉSIE & GENRE © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Strange roses", tableau. SOMMAIRE...
  • La jeune aveugle pianiste du concert de la loterie des artistes lyonnais en faveur des inondés du Midi
    N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules | Handicaps & diversité inclusive La jeune aveugle pianiste du concert de la loterie des artistes lyonnais en faveur des inondés du Midi Adèle Souchier (1832-19??) Poème...
  • Strasbourg, capitale mondiale du Livre en 2024
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Revue des Métiers du livre | Revue culturelle d'Europe Strasbourg, capitale mondiale du Livre en 2024 Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Cette...
  • Muse
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules Muse Adèle Souchier (1832-19??) Poème choisi & transcrit avec une note par Dina Sahyouni Crédit photo : Johann Heinrich Tischbein, "Une Muse", peinture, domaine public, Wikimedia. Le...
  • La chanteuse
    N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules La chanteuse Adèle Souchier (1832-19??) Poème choisi, transcrit & annoté par Dina Sahyouni Crédit photo : Pierre-Auguste Renoir, une musicienne (et chanteuse ?) jouant de...
  • Un parfum d'âme et image éphémère
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège Un parfum d'âme & image éphémère Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Tableau par Hélène Martinez-Urban © Crédit photo : Hélène Martinez-Urban, nature morte, peinture. Un...
  • L'amie
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules | Voies-Voix de la sonorité L'amie Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni © Crédit photo : Dessin de Marceline Desbordes-Valmore...
  • En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Poésie, musique & art audiovisuel En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console © Crédit photo : MIKA dessinant un cœur lors d'un de ses concerts, une des imges fournies en 2021 par Catherine Melin, @Vebemika...
  • Les Cèdres
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège & REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Florilège de créations Les Cèdres Édouard Gemayel Ou Édouard Gemayel Poème choisi & transcrit avec une note par Dina Sahyouni Crédit photo : "Cèdre du Liban du...
  • Hélène Martinez-Urban
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Bémols artistiques| Revue Matrimoine Hélène Martinez-Urban Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Peintures par Hélène Martinez-Urban © Crédit photo : Hélène Martinez-Urban, tableau de nature morte,...