23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 13:05

 

N°6 | Bémol artistique |

 

Invitation à se passionner pour la 

 


 

Rencontre avec

 

 

Valérie Schott à Widensolen

 

 

 

dans le café-épicerie de son arrière-grand-mère

 

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

 

 

Photographies de

 

Claude Menninger

 

Rencontre avec Valérie Schott à Widensolen dans le café-épicerie de son arrière-grand-mère

© Crédit photo : Claude Menninger, "Image n°1 de l'exposition de

Valérie Schott", mai 2017.

 

 

 

 

Ce ne sont pas moins de dix années de travaux que Valérie Schott présente à l'occasion des ateliers ouverts de ce mois de mai. Adepte de lieux singuliers, l'artiste après avoir exposé ses œuvres dans la gare de Sentheim, le presbytère de Widensolen ou la synagogue de Bergheim, revient à Widensolen où elle investit le café-épicerie qui appartenait à son arrière-grand-mère.

Après une formation aux Arts Décoratifs de Strasbourg, Valérie Schott s'est plus particulièrement tournée vers la céramique et s'est perfectionnée dans ce domaine à l'Institut Européen des Arts Céramiques de Guebwiller ainsi qu'en suivant les cours du céramiste Michel Hoch.

 

Rencontre avec Valérie Schott à Widensolen dans le café-épicerie de son arrière-grand-mère

© Crédit photo : Claude Menninger, "Image n°2 de l'exposition de

Valérie Schott", mai 2017.

 

 

 

 

Inspirée par le corps humain, l'artiste lui donne chair par le biais de divers matériaux et use de différentes techniques allant du dessin à la céramique, en passant par la peinture. La robe qui a longtemps emprisonné le corps des femmes à l'instar d'une carapace, on songe aux robes à crinoline ou à panier, s'invite de manière récurrente dans les créations de Valérie Schott. Le corps s'y révèle dans ses formes amples, généreuse et sensuelles.

La robe enveloppe un corps invisible mais tangible, l'enrobe pour mieux le dévoiler, ou le « dérober », si je puis m'exprimer ainsi… Une musique silencieuse fait danser ces robes hantées, voire habitées par les fantômes de notre mémoire collective.

Ces robes, qui font toutes références à l'anatomie d'un cœur humain, battent à l'unisson dans un chœur d'argile qui égrène les petites notes d'une poésie intemporelle.
 

Rencontre avec Valérie Schott à Widensolen dans le café-épicerie de son arrière-grand-mère

© Crédit photo : Claude Menninger, "Image n°3 de l'exposition de

Valérie Schott", mai 2017.

 

 

L'immense tableau en bois, réalisé en pyrogravure, évoquant Adam et Eve sous forme d'écorchés, la chair à vif, renvoie à notre vulnérabilité et à notre humaine condition de mortels. Les iris et les ancolies, fleurs que l'artiste affectionne plus particulièrement, plantées au pied du couple biblique, signent notre appartenance au monde végétal.

Car du minéral à l'humain, Valérie Schott n'a de cesse de tracer un lumineux chemin qui interroge dans le même questionnement notre origine et notre finitude.

 

***

 

Pour citer ce bémol artistique

 

Françoise Urban-Menninger, « Rencontre avec Valérie Schott à Widensolen dans le café-épicerie de son arrière-grand-mère », photographies de Claude Menninger, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°6|Printemps 2017 « Penser la maladie et la vieillesse en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 23 mai 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/valerie-schott.html

 

© Tous droits réservés                             Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 6
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 11:28

 

N°6 | S'indigner, soutenir, hommages, lettres ouvertes

 

 

 

 

Hommage aux agents de police

 

 

 

Dina Sahyouni

 

 

 

 

© Crédit photo : image du "Compte Twitter de la Police nationale" prise par LPpdm

 

 

 

 

 

Ces êtres voués à l'invisibilité

que l'on oublie depuis l'éternité

nous protègent en toute humilité

mon hommage à leur amabilité

ne rend compte que de la réalité

 

 

Si les mots ternis par le temps

se parent désormais de sens virevoltants,

sautillent de joie aux quatre coins de la page

et s'inclinent respectueusement tel le page

c'est pour rajouter à ce pâle témoignage

un aimable Grand merci !


 

 

Poème de circonstance, inédit du 18 mai 2017

 

 

***

 

Pour citer ce poème

 


Dina Sahyouni, « Hommage aux agents de police », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°6|Printemps 2017 « Penser la maladie et la vieillesse en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, Lettre n°11,  mis en ligne le 23 mai 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/hommage-police.html

 

© Tous droits réservés                           Retour au n°6|Sommaire

Page mise à jour le 5 juillet 2017 à la demande de D. Sahyouni

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 10:35

 

N°6 | Entretien artistique

 


 

Interview avec l'artiste peintre

 

 

Martine Séchoy-Wolff

 

 

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Illustration de

 

Martine Sechoy-Wolff

Interview avec l'artiste peintre Martine Séchoy-Wolff

© Crédit photo : Martine Séchoy-Wolff, La Fête des Morts au Mexique, 2015.

 


 

 

Françoise Urban-Menninger – Pourriez-vous nous parler de votre parcours artistique ?

 


 

Martine Séchoy-Wolff – Je suis née à Paris, je vis et travaille à Wolfisheim. J'ai été formé durant six années aux Arts Décoratifs de Strasbourg auprès de Camille Claus, Camille Hirtz et Roger Cochard à la suite de quoi ...........je me suis lancée avec bonheur dans mon métier d'artiste peintre tout en animant en parallèle des cours et des stages d'arts plastiques auprès d'enfants et d'adultes.

Peindre, c'est aller au plus profond de ma conscience, jouer avec un monde riche de formes, de tons, de tourbillons de couleurs lumineuses, paysage intérieur qui révèle mon moyen d'expression favori : la joie de peindre fait partie de ma vie, c'est pour moi une jubilation de la couleur avec une recherche entre l'équilibre des formes et la sensualité des matières.

 

 


Françoise Urban-Menninger D'où vous vient l'envie de créer ?

 


 

Martine Séchoy-Wolff – Depuis l'enfance, j'ai été attirée par le dessin, la peinture et le côté ludique de manier la couleur sous formes différentes. Je pouvais passer des heures dans ma chambre un pinceau à la main et cette envie ne m'a jamais quittée... C'était inscrit en moi !

 


 

Françoise Urban-Menninger – Comment travaillez-vous, par quelles techniques ?


 

 

Martine Séchoy-Wolff – Au cours de mes vacances, j'emporte toujours de grands cahiers de feuilles blanches dans lesquels je note et peins souvent à l'aquarelle ce qui me touche et m'interpelle : impressions colorées, formes changeantes, richesse chromatique de l'eau, des nuages, silhouettes sur les plages.....et ces études me serviront au courant de l'année à de nouvelles créations picturales dans mon atelier, sur papier, toile ou support de bois avec des aquarelles, des pastels, de la peinture à l'huile ou acrylique.

 

 

Françoise Urban-Menninger – Qui sont les peintres qui vous inspirent ?

 

 

Martine Séchoy-Wolff – Ils sont nombreux et plutôt à portée poétique : le mystère d'Odilon Redon, les couleurs du bonheur de vivre qui se dégagent de l'œuvre de Bonnard, Gustave Klimt avec ses femmes de la haute société viennoise richement parées, le trio impressionniste Marie Bracquemond, Berthe Morisot et la tendresse des toiles de Marie Cassatt, sans oublier la musicalité des œuvres de Zao Wouki ni celles de Paul Klee...


 

 

Françoise Urban-Menninger – Quels sont vos projets récents ?


 

 

Martine Séchoy-Wolff – En 2015, je suis allée voir mon fils à Los Angeles et j'ai exposé quelques tableaux dans une galerie à Long Beach. L'année dernière, je suis allée en vacances, à Puerto Vallarta au Mexique, sur la côte Pacifique, dans la région de Jalisco. Cette ville, avec la ville de Mexico est une des destination la plus importante du pays pour les amateurs et les collectionneurs d'art...

Je vais y retourner en octobre prochain et y présenter quelques tableaux lors de mon séjour. Là-bas, j'ai pu assister à La Fête des Morts qui dure deux à trois jours au cours de laquelle les adultes et les enfants se griment en mort, portent des maquillages et des costumes extravagants, c'est une fête colorée et ludique, mystérieuse et ensorcelante. Dans les rues sont érigées des sortes d'autels colorés, agrémentés de bougies, de fleurs et de fruits en mémoire d'êtres chers qui ne sont plus de ce monde...

Cette fête se situe à la fin du mois d'octobre ; la grande Frida Kahlo est une icône dans cette ville et l'Art est partout : sur d'immenses fresques en mosaïques dans les rues, sur les devantures des restaurants dont les salles sont toujours décorées de splendides tableaux, sur la plage avec les immenses sculptures qui bordent l'Océan, les tissages merveilleux... Toute cette créativité m'a enthousiasmée et enrichie d'idées nouvelles pour mes tableaux.

 

***

 

Pour citer cet entretien

 

Françoise Urban-Menninger, « Interview avec l'artiste peintre Martine Séchoy-Wolff », illustration de Martine Séchoy-Wolff, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°6|Printemps 2017 « Penser la maladie et la vieillesse en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 23 mai 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/martine-sechoy-wolff.html

 

© Tous droits réservés                             Retour au sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 6
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 15:42

 

Dossier majeur | Textes poétiques

 

 

 

Marguerite d’automne

 

 

 

Poème et illustration de l'artiste

 

Anick Roschi

 

Cet extrait est reproduit avec

l'aimable autorisation de l'auteur et des éditions Stellamaris

 

Marguerite d’automne

© Crédit photo : Henri Roschi, Vieille & oiseau

 

 

 

Sur son marbre

chrysanthème

est

désaxé

 

un peu à gauche

un peu à droite

 

chrysanthème

est las

 

de fleurir

toujours

sa mort

 

sur cette stèle

là.*

 

 

 

* Ce poème est extrait du recueil Je vous fleure, Éditions Stellamaris.

 

 

Réception  du recueil Je vous fleure dans les médias :

 

***

Pour citer cet extrait

 

Anick Roschi (poème et illustration), « Marguerite d’automne », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°6|Printemps 2017 « Penser la maladie et la vieillesse en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 17 mai 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/marguerite.html

 

© Tous droits réservés                          Retour au n°6|Sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 6

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 11 | ÉTÉ 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°11 | ÉTÉ 2022 PARFUMERIE POÉTIQUE OU PARFUMS, POÉSIE & GENRE © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Strange roses", tableau. SOMMAIRE...
  • La jeune aveugle pianiste du concert de la loterie des artistes lyonnais en faveur des inondés du Midi
    N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules | Handicaps & diversité inclusive La jeune aveugle pianiste du concert de la loterie des artistes lyonnais en faveur des inondés du Midi Adèle Souchier (1832-19??) Poème...
  • Strasbourg, capitale mondiale du Livre en 2024
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Revue des Métiers du livre | Revue culturelle d'Europe Strasbourg, capitale mondiale du Livre en 2024 Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Cette...
  • Muse
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules Muse Adèle Souchier (1832-19??) Poème choisi & transcrit avec une note par Dina Sahyouni Crédit photo : Johann Heinrich Tischbein, "Une Muse", peinture, domaine public, Wikimedia. Le...
  • La chanteuse
    N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules La chanteuse Adèle Souchier (1832-19??) Poème choisi, transcrit & annoté par Dina Sahyouni Crédit photo : Pierre-Auguste Renoir, une musicienne (et chanteuse ?) jouant de...
  • Un parfum d'âme et image éphémère
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège Un parfum d'âme & image éphémère Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Tableau par Hélène Martinez-Urban © Crédit photo : Hélène Martinez-Urban, nature morte, peinture. Un...
  • L'amie
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules | Voies-Voix de la sonorité L'amie Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni © Crédit photo : Dessin de Marceline Desbordes-Valmore...
  • En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Poésie, musique & art audiovisuel En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console © Crédit photo : MIKA dessinant un cœur lors d'un de ses concerts, une des imges fournies en 2021 par Catherine Melin, @Vebemika...
  • Les Cèdres
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège & REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Florilège de créations Les Cèdres Édouard Gemayel Ou Édouard Gemayel Poème choisi & transcrit avec une note par Dina Sahyouni Crédit photo : "Cèdre du Liban du...
  • Hélène Martinez-Urban
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Bémols artistiques| Revue Matrimoine Hélène Martinez-Urban Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Peintures par Hélène Martinez-Urban © Crédit photo : Hélène Martinez-Urban, tableau de nature morte,...