23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 14:37

 

 


 

 

 

 

 

 

Alma Rosé !! 




Camp Birkenau
Plus aucun mot !
Noir barbelé
Corps entassés
Calme funeste
Odeur de peste !
Crisse la cendre !
Naître ou comprendre
Gronde tonnerre !
Brûle l'enfer !
Peur indicible
Saigne la bible !
Ces dépouillés
Ces humiliés
Femme, Homme, Enfant
Anges vivants 
Persécutés !
Assassinés !
La mort qui danse !
En délivrance
La bête immonde
Crève ce monde !
Yeux de satan
Fixent le temps
Croix englouties
Alma survit !
Vienne en violon
Fuis l'abandon
Ses doigts de fée
Vibre l'archet !
Sonate en " cri "
Sauve ces vies !
Son, pour parole
Tremble geôle !
Son nom s'inscrit
Jamais l'oubli 

 

 

 

 

 

Pour citer ce(s) poème(s)

 

 

 

 


Bruno Krol, Alma Rosée !!  (poème reproduit avec l’aimable autorisation   de l’auteur), in Le Pan poétique des muses|Revue de poésie entre théories & pratiques : « Poésie & Crise » [En ligne], n°0|Automne 2011, mis en ligne en octobre 2011. URL. http://0z.fr/YBOKM     ou                URL. http://www.pandesmuses.fr/article-n-0-poeme-de-bruno-krol-85225219.html

 

 


 

 

 



Pour visiter le site de l'auteur(e)


   
 ..............



Auteur(e)





 Bruno Krol

 

 

Repost0
revue-de-poesie-le-pan-poetique - dans n°0|Automne 2011
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 14:37

 

 

 

 

La petite fille aux allumettes

 

 

 

 

 


Parfois, dans la splendeur d'un soir
En fumant votre cigarette
Peut-être pourrez-vous la voir
Faire craquer une allumette
 
Égarée dans le turbulent
Appuyée sur ses rêves bleus
Recroquevillée sur un banc
Cherchant à réchauffer ses yeux
 
Et, sa brindille au bout des doigts
Elle laissera parler la flamme
Qui viendra attiser l'émoi
Qu'elle transporte au fond de l'âme
 
Moi, je l'ai aperçue, un soir
C'était Avril, il faisait froid
Ses yeux n'étaient plus que miroirs :
Il avait gelé ce jour là
 
A l'ombre de l'arbre incliné
Trois petits feux étincelaient
L'originel et les reflets
Au creux des yeux se confondaient
 
Mais soudain un vent maladroit
Rendit plus éphémère encor
La vie du petit bout de bois
Qui se noircissait dans la mort
 
Alors ses yeux de terre sienne
Se laissèrent envahir de nuit
Comme un volet dont les persiennes
Savent dissimuler la vie
 
Elle leva les yeux doucement
Pour leur éviter de pleurer :
A l'embrasement du couchant
Elle faisait face, abandonnée...
 
Des flammes tant qu'elle en voulait
Se débattaient sur le coteau
Un volcan céleste brûlait
Les meurtrières du château
 
Et du cratère rougeoyant
S'échappaient de grands oiseaux noirs
Ses yeux, tout en se rassasiant,
Brûlaient d'un invincible espoir...
 
A la mort de l'astre de vie
Elle venait chercher la lumière
Son cœur luisait dans l'incendie
Et elle baissa les paupières...

 


Jodelle

 



 

Une année sabbatique 

 

 



Seule une année de peine a mon destin transi :
Douze mois conjugués en aride saison…
Un corps parcheminé luttant pour sa raison,
Tant d’obscurs traitements talonnent l’amnésie.
 
Douze mois conjugués en aride saison,
Des foulards chamarrés pour seule fantaisie ;
Tant d’obscurs traitements talonnent l’amnésie
Dans les couloirs blanchis de blouses en foison.
 
Des foulards chamarrés pour seule fantaisie,
Je caresse des mains ce rêve de toison ;
Dans les couloirs blanchis de blouses en foison,
De moins vivants encor j’ai frôlé le déni.
 
Je caresse des mains ce rêve de toison,
Au front des compassions, j’inspire et je souris ;
De moins vivants encor j’ai frôlé le déni :
Les mains entrelacées en votive oraison.
 
Au front des compassions, j’inspire et je souris,
Je badine à l’affront des viles perfusions !
Les mains entrelacées en votive oraison,
Je déverse mon fiel et maudit l’agueusie !
  Je badine à l’affront des viles perfusions,
De l’astre Lucifer je combats l’étisie.
Je déverse mon fiel et maudit l’agueusie !
Je resterai d'aplomb face à cette invasion.
 
De l’astre Lucifer je combats l’étisie,
Dans l’estival hiver niche la guérison ;
Je resterai d'aplomb face à cette invasion,
Tant de miroirs confus me renvoient un sosie.
 
Dans l’estival hiver niche la guérison :
Je m’éveille à demi, surprise du sursis,
Tant de miroirs confus me renvoient un sosie
Mais voici les beaux jours, temps de la frondaison.
 
Je m’éveille à demi, surprise du sursis,
L’aube est au pied du lit, frêle comme un oison
Mais voici les beaux jours, temps de la frondaison :
Je relève les yeux sous des cheveux blanchis.
 
L’aube est au pied du lit, frêle comme un oison ;
Revenant de galère en esclave affranchi,
Je relève les yeux sous des cheveux blanchis :
Enfin, je vois le bout d’une morte-saison…
Revenant de galère en esclave affranchi,
Ma tête, sous la pluie, offre un discret frison ;
Enfin, je vois le bout d’une morte-saison :
Seule une année de peine a mon destin transi…

 

 

 

Jodelle

 

 

 

 

 

 

 

Pour citer ce(s) poème(s) 




 

Jodelle, La petite fille aux allumettes, Une année sabbatique, (poème(s) reproduit(s) avec l’aimable autorisation   de l’auteure), in Le Pan poétique des muses|Revue de poésie entre théories & pratiques : « Poésie & Crise » [En ligne], n°0|Automne 2011, mis en ligne en octobre 2011. URL. http://0z.fr/25avO                 ou  URL. http://www.pandesmuses.fr/article-n-0-poemes-de-jodelle-85225157.html

 

 

 

 

 

 



Pour visiter le site de l'auteur(e) 


  
http://www.jodelle.pleindepages.fr/

 



Auteur(e) 





Jodelle




 




 

Repost0
Le pan poétique des Muses - dans n°0|Automne 2011
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 14:37

 


 

 

 

 

Tu dors ma belle





Tu dors, ma belle
Enlacée dans les songes éloignés
Tu es, ma belle, d’au-delà des ailleurs
Ensorcelée dans les eaux délétères
Lavée, lessivée par leurs imbécillités
Où es-tu, ma belle ?
 
Tu dors, ma belle
Alanguie dans les rêves perdus
Tu es, ma belle, d’au-delà des lointains
Anéantie dans l’attente finale
Pâle, si pâle dans le cauchemar
Où es-tu, ma belle ?
 
Tu dors encore, ma belle
Mais à ton réveil dans le soleil
Tu seras, ma belle, la reine dans ses bras
Epanouie au-delà des vaines lunes
Ravie, enchantée, conquise,
Ma belle sur la terre de l’homme.

 

 

 

 

Hervé-Léonard Marie

 

 

 

 


 


Petite fille du bout du monde

 

 





Petite fille du bout du monde
Fragment d’étoile en plein océan
Il s’en est fallu d’une minute
Que nos routes se croisent, alors
Lorsque ton chagrin débordera sur les vagues
Sauras-tu nicher tes larmes
Au fort de mon épaule ?
 

Petite fille du bout du monde
Eclat de lune en plein jour
S’il vient une heure de peine
Où, simple souvenir,
Je m’estomperai dans ton oubli
Sauras-tu consoler mon âme
Au doux de ton regard ?
 

Petite fille du bout du monde
Parcelle de vérité en plein trouble
Combien de nuits encore
Sous les voiles arrachées
Dans nos tempêtes
Te faudra-t-il attendre
Au creux de son absence ?

 

 

 

   

Hervé-Léonard Marie

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour citer ce(s) poème(s)




 

Hervé-Léonard Marie, Tu dors ma belle, Petite fille du bout du monde, (poèmes tirés de son recueil Tas de Cailloux et reproduit(s) avec l’aimable autorisation   de l’auteur), in Le Pan poétique des muses|Revue de poésie entre théories & pratiques : « Poésie & Crise » [En ligne], n°0|Automne 2011, mis en ligne en octobre  2011. URL  http://0z.fr/o1zW6                  ou

URL. http://www.pandesmuses.fr/article-n-0-poemes-d-herve-leonard-marie-85225078.html

 

 

 

 



Pour visiter le site de l'auteur(e)


   
 ..............



Auteur(e)




 Hervé-Léonard Marie

 

 

Repost0
Le pan poétique des Muses - dans n°0|Automne 2011
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 14:37

 

 

   

 

[Poème inédit]

 

 


             

 Féminin masculin   

 

 

 

 

 

 

                  Ma fée ma féminine
                  Croisons nos doigts et rimes

                  Sur ce vieux parchemin
                  De traverse et de lin
                  
                  Mon mât mon masculin
                  Couvrons les vents salins
                  Sur nos yeux bleu marine
                  Du voile de l’ondine
                  
                  Ma peau ma poésie
                  Sucrons de fantaisie
                  Tous les mots enfantins
                  Féminins masculins
                  
                  Ma peau mon mât ma fée
                  Le mât le mal est fait
                  La paupière fermée
                  La fée s’en est allée

 

siamchinois

Si ce n'est

 


Si ce n’est la caresse
Le geste et la nuance
Le moment incertain
De l’à peu près des choses
 
Si ce n’est la tendresse
La fleur de l’enfance
La goutte de satin
D’un pétale de prose
 
Si ce n’est la souplesse
La courbe d’innocence
Qui frôle le matin
Dans la métamorphose
 
Si ce n’est tout cela
Si ce n’est tout ceci
 
Quelle est donc cette larme
Sur la joue du poème

 

 

 

 

siamchinois

 

 

 

 


 

Pour citer ce(s) poème(s)




 

Siamchinois, Féminin masculin (inédit), Si ce n'est, (poème reproduit avec l’aimable autorisation   de l’auteur), in Le Pan poétique des muses|Revue de poésie entre théories & pratiques : « Poésie & Crise » [En ligne], n°0|Automne 2011, mis en ligne en octobre 2011.

URL. http://0z.fr/TeKGL            ou

URL. http://www.pandesmuses.fr/article-n-0-poemes-de-siamchinois-85224968.html

 

 

 

 

 



Pour visiter le site de l'auteur(e)


   
 .........



Auteur(e)




  Siamchinois 

 

Repost0
revue-de-poesie-le-pan-poetique - dans n°0|Automne 2011

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Reconfinement | Rêveries fleuries
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DE RECONFINEMENT EN FRANCE Rêveries fleuries Crédit photo : Jane Atché (1872–1937), "Rêverie", Peinture sur porcelaine, dessin de J. Atché, peinture de Evalina Guenthoer, domaine public,...
  • Calendrier poéféministe 2021 portant sur le féminicide
    Événements poétiques | Calendrier poéféministe 2021 contre le féminicide Calendrier poéféministe 2021 pour lutter contre les violences faites aux femmes et particulièrement le féminicide © Crédit photo : Sarah Mostrel, Stop . 2020. En cours d'édition.......
  • Je les hais
    Événements poétiques | Calendrier poéféministe contre le féminicide | Avril 2021 Je les hais Djurdja Raskovic Site officiel : djurask.wordpress.com © Crédit photo : Sarah Mostrel, Elle ne sait plus. AVRIL 2021 LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI SAMEDI...
  • Doux rêve ne durant que quelques instants
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 26 Doux rêve ne durant que quelques instants Rana Alam Doux rêve ne durant que quelques instants Je ne fais que rêver D’être à tes côtés mon chéri adoré Sous un ciel azuré Couvrant une plage...
  • Éden
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 26 Éden Camille Villette Crédit photo : "Glimpse of Paradise", domaine public, Commons. J’ai rêvé que j’étais sauvage encore J’ai rêvé de l’eau pure qui miroitait sans cesse entre mes sabots...
  • Le papillon qui rêve encore
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 25 Le papillon qui rêve encore Nadine Adra Poème reproduit des « Planches » de Dr. Nadine ADRA avec son aimable autorisation Crédit photo : Papillon bleu, domaine public, Commons. Ni parfaits...
  • Rêverie
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 25 Rêverie Poème de Véro Ferré Dessin par Masami Hayasaki © Crédit photo : Dessin par Masami Hayasaki. Quand la vie m’ébrèche au plus nu, De l’âpreté du monde je prends vacances. L’asile...
  • Mon rêve rit d'une rêverie
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 24 Mon rêve rit d'une rêverie Claire Mélanie Popineau Site officiel : www.l espacelune.com Mon rêve rit d'une rêverie étrange et silencieuse un train au loin me fait signe et me sourit tandis...
  • Rêverie devant le feu
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 24 Rêverie devant le feu Nathalie Villalba © Crédit photo : Sarah Mostrel, "La comédienne" (pastel sec). Une main sur la tempe, La nostalgie épousant les flammes, Mon regard plongé dans l’étincelle...
  • Féminicide
    Événements poétiques | Calendrier poéféministe contre le féminicide | Mars 2021 Féminicide Gabriella Baroni © Crédit photo : Sarah Mostrel, Elle pleure. MARS 2021 LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI SAMEDI DIMANCHE 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15...