25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 10:45

 

Poèmes pour la 2ème thématique :

 

Les aventurières, orientalistes, occidentalistes, voyageuses, nomades, rêveuses en poésie, etc.

 

Glass ship

 

and

 

The speaking book

 

 

Tatjana Debeljački

 

Page officielle : https://www.facebook.com/debeljackitatjana

 

 

 

 

 

Glass ship

 

 

 

 

To accept your swollen shame,

Illusory reputation,

Formal tradition,

Unstable knowledge,

Unclear facts of non-planned defeat,

accelerating presence – dilatory past,

Missed call,

Fuzzy thought,

An essay from the times of fire and volcanoes,

Shrinking size and

Enlarging significance...

To sail in on the glass ship !

With chipped memory,

Followed by music.

To pick up the fruit of inspiration.

Legend about rituals during festivity of leaving homeland !

To cry without emotional illusion and unstable memory!

To sail on by the glass ship,

To exchange divine dreams with dignity !

To intoxicate with the sides of the world which are going to occur...

To be the victim of the short century !

And not to experience a half of the pleasure.

The flowers are opening their petals craving for nostrils.

With the imposed stability

We left the small trails on the roads of life.

Maybe we could revive in some descendant !

Optimism gives strength to persisting knowledge.

Patience leads to taking offence.

The day of new faiths is rising!

Eyes made of glass craving to glow.

Evaporating scent of the urinated hourglass.

Flash of the jewelry is mocking human greed.

Handmade items are not based on simplicity

Of inner happiness, but the treasure of truth.

To water the tree of life with laughter !

By exalted content, the poem made of glass

Will cruise together with the sailor of the glass ship

To the bay on the other side.

Glass woman is sailing across the crystal sea !

 

 

***

 


 

The speaking book

 

 

 

I wish I could write a book which could speak.

Speak with my words, using my voice.

Music could be heard from that book,

Sounds of supper, invitation of small breasts for staying overnight.

Somebody’s smile, charming for sure, mocking maybe.

In this wrong century.

Time is eroding my book covers.

A book is the heart without armor,

Prone to twitching, fragile and unpredictable.

Who knows how many children would resemble me

If I only could, if I only dare

My step into stepping out to take.

I am a flower on inaccessible slope.

On the other side of all cravings.

We cannot kill animals within us.

The eyes are born with lenity of the God’s grace.

The most beautiful things are done silently.

If we wanted, we could take sacred paths.

However, there are no empty pages.

That’s my book.

 

***

 

 

Tatjana Debeljački née le 23 avril 1967, poète et journaliste serbe, elle écrit de la poésie, des histoires courtes, des histoires et des haïku. Elle est membre de l'Association des écrivains de Serbie-UKS depuis 2004. Elle dirige la société éditrice serbe d'Haiku et adjointe de la revue Diogen. Elle est également le rédactrice en chef du magazine Poeta. Elle a déjà publié quatre livres de poésie. Voir aussi : Hammer & Anvil Books. Page officielle : https://www.facebook.com/debeljackitatjana

 

 

Tatjana Debeljački (23 /04/ 1967). She writes poetry, short stories, stories and haiku. She is a Member of Association of Writers of Serbia -UKS since 2004. She is Haiku Society of Serbia- Deputy editor of Diogen. She also is the editor of the magazine Poeta. She has four books of poetry published. See more : Hammer & Anvil Books.

 

 

***

 

Pour citer ces poèmes

 

Tatjana Debeljački, « Glass ship », « The speaking book », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 25 avril 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/04/Glass-ship.html

 

© Tous droits réservés Retour au sommaire  

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 10:26

 

Poème pour la 1ère thématique :

Errance, folie, drogues, alcools, poètes maudits, etc.

 

The quill

 

Tatjana Debeljački

 

Page officielle : https://www.facebook.com/debeljackitatjana

 

 

 

I don’t care about tomorrow.

I can’t stand when someone calls my name.

The things I’ve been offered- I haven’t asked for.

Life is vanishing in searching, abrading in creating.

Increasingly there is a lack of happiness

For the first snow,

For the swaying blossom,

Ravishing lilac,

Presence of the dear person...

My apologies, but I don’t give a fig about tomorrow!

Today, today exactly is the taking-off day of my quill.

 

 

 

***

 

 

Tatjana Debeljački née le 23 avril 1967, poète et journaliste serbe, elle écrit de la poésie, des histoires courtes, des histoires et des haïku. Elle est membre de l'Association des écrivains de Serbie-UKS depuis 2004. Elle dirige la société éditrice serbe d'Haiku et adjointe de la revue Diogen. Elle est également le rédactrice en chef du magazine Poeta. Elle a déjà publié quatre livres de poésie. Voir aussi : Hammer & Anvil Books. Page officielle : https://www.facebook.com/debeljackitatjana

 

 

 

Tatjana Debeljački (23 /04/ 1967). She writes poetry, short stories, stories and haiku. She is a Member of Association of Writers of Serbia -UKS since 2004. She is Haiku Society of Serbia- Deputy editor of Diogen. She also is the editor of the magazine Poeta. She has four books of poetry published. See more : Hammer & Anvil Books.

 

 

***

 

Pour citer ce poème

 

Tatjana Debeljački, « The quill », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 25 avril 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/04/quill.html

 

© Tous droits réservés Retour au sommaire  

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 08:56

 

Poèmes pour la 1ère thématique :

Errance, folie, drogues, alcools, poètes maudits, etc.

 

Posible & Un cerezo

 

 

Mario Portillo

 

Site officiel  : http://poeteverset.wix.com/marioportillo

 

 

 

Posible

 

 

 

Es posible que la lluvia

sea el llanto onírico de las estrellas.

 

Es posible que la nieve se derrita

porque el frío ya no une a aquellos que se aman.

 

Es posible que la melodía caída de las hojas

se escuche sobre los atardeceres

enmarcados en tu espalda.

 

Es posible todo y nada.

Posible es el toque de las manos,

imposible es navegar a falta de tu sombra.

 

Pese a todo, existe un momento del día

digno del recuerdo,

digno de brillar en los faroles

que resguardan un camino

/cubierto en su totalidad

por la neblina del invierno,

donde crecen los cerezos

y al caer sus pétalos suavizan

los pasos de quienes lo recorren.

 

Es posible la madrugada, a tu lado

con esa silueta que posees / de barca luminosa

que sólo navega en aguas

iluminadas por la constelación de mis palabras.

 

 

***

 

 Un cerezo

 


 

 

 

Para la puerta

de tu rosto, la mejor

llave es un beso.

 

*

 

Brota un cerezo

sobre la rama en tu alma :

mi corazón.

 

*

 

El más hermoso

de los puentes: el que une

a dos caminos.

 

*

 

Esa noche, una

llama, amó, antes del final

a una luciérnaga.

 

*

 

Discreto el farol,

sólo con quien sabe amar,

su luz comparte.

 

***

 

Pour citer ces poèmes

 

Mario Portillo, « Posible » & « Un cerezo », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 25 avril 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/04/cerezo.html

 

© Tous droits réservés Retour au sommaire  

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 08:54

 

Poème pour la 3ème thématique :

Les animaux en poésie mineure ou le bestiaire des poètes

 

Mariposa I & II

 

Mario Portillo

 

Site officiel  : http://poeteverset.wix.com/marioportillo

 

 


 

I

 

Para Zyan, con cariño

 

porque eres linda desde el pie hasta el alma

porque eres buena desde el alma a mí

(Mario Benedetti)

 

 

Con conocerte me has acordado

a la mariposa

que acostumbraba sobrevolar

por mi mano / cuando escribía,

supongo que creía que trazaba

su silueta en pleno vuelo.

En ocasiones la mariposa se detenía,

entregándose a la letra,

llevando su vuelo dentro de mi pulso.

 

Así tu existencia,

como la gota de tinta

que cae

y embellece una partitura,

sólo porque su existencia

es más distinguida

que la de cualquiera de sus notas.

 

Tu voz es el perfume del silencio.

 

Así tu presencia,

como la pincelada luminosa que dota de vida

a ese detalle excepcional / más casi imperceptible

que hace mágica a una pintura,

rescatándola de todo misterio.

 

He aquí tu más admirable tesoro :

posees un corazón

con la cualidad y queribilidad

de una chimenea durante el invierno.

 

 

***

 

II

 

 

 

Yo soñé bajo la sombra de un árbol.

Pude mirar con los ojos cerrados.

 

Sin saber si de volar llegaba

o apenas a volar se dirigía,

una mariposa roja admiré posada

entre sus ramas ocultas.

 

Una mariposa, es mi voz

yo he descrito.

 

Pero en mi silencio,

yo aún sigo creyendo

que su corazón me mostraba.

 

 

***

 

Pour citer ce poème

 

Mario Portillo, « Mariposa I & II », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 25 avril 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/04/Mariposa.html

 

© Tous droits réservés Retour au sommaire  

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 10:45

 

Annonce de parution

 

Véronique Pressard-Berthier, Expression de l'intériorité en danse moderne et contemporaine, préface de Georges Vigarello, éd. L'Harmattan, coll. Logiques sociales, EAN 9782343083568, 262 p.

© Crédit photo : couverture illustrée du livret,

 

Voir la fiche de ce livre sur le site de l'éditeur

 

Présentation de la maison d'édition

 

La dynamique de cet ouvrage est constituée par le passage d’une extériorité codifiée à la recherche de l’expression d’un mouvement intérieur en danse. En 1661, sous l’impulsion d’un roi danseur, l’Académie royale de Danse est fondée. Un goût marqué pour la mythologie antique s’imprime dans cet art dansé naissant, classique et virtuose, instrument du pouvoir. « L’en-dehors » du corps est méthodiquement travaillé. Au fil des siècles, une évolution apparaît sur la scène académique prise dans un tourbillon de tulle et d’élévation. À l’aube du XXe siècle en Occident, le regard se focalise sur de surprenants spectacles mettant en scène les fulgurances du désir. Signe d’une société en mutation, autorisant les danseurs à imaginer une quête de soi. Les pionniers de la danse moderne plongent vers les abîmes d’une intériorité sensuelle, libérant le geste dansé puisé à la source de l’émotion. Héritiers de l’audacieuse créativité de leurs aînés, de grands chorégraphes contemporains utilisent aussi la danse pour transmettre un message civique afin de préserver l’humanité de l’Homme.

 

Auteure : Véronique Pressard-Berthier est docteur en Sciences de la Société, diplômée de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et enseignante.

 

Préfacier : Georges Vigarello

 

 

SOMMAIRE

Préface
Avant-propos
Introduction

Chapitre 1 : Naissance et pérennité du style classique de la danse en Occident
I. Codification et artifice pour une danse de cour
II. Noverre et les Lumières : une nature imitée dans « un langage d’action »
III. « L’en-dehors » du corps mis en scène
IV. Quand l’expérience mécanique crée de la beauté
V. Images féminines ambiguës dans le ballet romantique

Chapitre 2 : Émergence de la danse moderne à la Belle Époque
I. Forces souterraines à l’œuvre
II. Les pionniers en rupture frontale avec l’académisme
1. Vertige : Loïe Fuller (1862-1928)
2. « La danse libre » : Isadora Duncan (1878-1927)
2.1. Langage originaire du corps
2.2. L’émotion colorée par la musique
2.3. Mouvement et gravité
2.4. Le « chœur » médium de la tragédie
3. Entre académisme et avant-garde : Vaslav Nijinski (1889-1950)
3.1. Nijinski : l’homme du contraste
3.2. L’influence des penseurs sur les « codes brisés »
3.3. L’indicible chez Nijinski
3.4. Corps contraints sous le poids du sacrifice
3.5. La Rythmique s’impose à Nijinski

Chapitre 3 : La pulsion : objet de centration en danse chez Martha Graham (1894-1991)
I. Un labyrinthe éclairé par le père
1. Les années d’enfance aux côtés d’un père aliéniste
2. L’influence de George Graham
II. La genèse de sa danse
1. Pour un exotisme ésotérique : la Denishawn School
2. Le sensible redéfinit l’être
3. La danse moderne s’intéresse à la sphère psychologique
4. Élaboration de la Technique Graham
5. Intérêt de Martha pour les sensations « internes »
6. Montrer l’effort vers le sol : un chemin vers l’intériorité
III. Les réalisations les plus manifestes de la psychologisation du corps dans ses œuvres
1. Les « sombres prairies » de Martha
2. Affleurement du « non su »
2.1. Le « non su » physiologique
2.2. Le « non su » de l’émotion
2.3. Interrelation entre séquence musculaire et attitude psychique
3. Expériences de conscience corporelle
IV. L’obscur domaine des pulsions
1. Le mythe : passage du personnel à l’universel
2. Night Journey ou l’œdipe dansé
3. Le sujet et la dimension symbolique
4. Visualisation des deux espaces interne et externe
5. À chacun son fil d’Ariane

Chapitre 4 : Filiations pour un chorégraphe du temps présent : Angelin Preljocaj
I. À l’écoute d’une « marée intérieure » : Mary Wigman (1886-1973)
II. « La nécessité intérieure » : Karin Waehner (1926-1999)
III. La complexité à l’épreuve du hasard : Merce Cunningham (1919-2009)
IV. « La transcendance des corps » : Angelin Preljocaj (1957)
1. Désir humoral ou neuronal
2. Variations de l’espace pour une danse enchâssée dans la musique
3. Entretiens avec Angelin Preljocaj
4. Perception de l’intériorité à l’occasion des entretiens et des Ballets d’Angelin Preljocaj

Conclusion
Bibliographie

 

 

Réception dans la presse et/ou les médias : -----

Recension, url :

 

 

Détails techniques du livret :

 

Titre :  Expression de l'intériorité en danse moderne et contemporaine

Auteur-e : Véronique Pressard-Berthier

Préfacier : Georges Vigarello

Illustrateur/illustratrice : -------

Éditions : L'Harmattan

Collection :  Logiques sociales

Genre : -------

Date de parution :  mars  2016

Nombre de pages :  262 p.

Dimensions : 24 x 15,5 cm

Format :  livre papier broché et livre électronique ( E-book, PDF)

Conception :  -----

 Mise en pages : --------

EAN / ISBN :   9782343083568 / 978-2-343-08356-8

Prix éditeur du livre papier :  26,5 € actuellement à 25,18 €

Prix éditeur de la version numérique  :  19,99  €

EAN Ebook format Pdf : 9782140004315

Taille du document : 2 427 Ko  

Publié avec l'aide de : -------

Bon de commande : bon de commande en ligne 

Commander la version numérique : www.editions-harmattan.fr/catalogue/commande/commande_add.asp?no=50068&cdo=0&cdf=1&cds=1

Page du livre sur le site de la maison d'édition  :  http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=50068

 

 

***


Voir également le lien suivant : 

 

Pour citer ce texte

LPpdm, « Véronique Pressard-Berthier, Expression de l'intériorité en danse moderne et contemporaine, préface de Georges Vigarello, éd. L'Harmattan, coll. Logiques sociales, EAN 9782343083568, 262 p. », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 23 avril 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/04/interiorite-en-danse.html

© Tous droits réservés Retour au sommaire  
Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 11:14

 

Annonce de parution

 

 

Cyril Dumas, L'art érotique antique. Fantasmes et idées reçues sur la morale romaine, éd. Book-e-book, coll. Une chandelle dans les ténèbres, livret N°37, EPUB, mars 2016, 74 p. ISBN :  9782372460125

 

© Crédit photo : couverture illustrée du livret

 

 

Présentation de la maison d'édition

 

Les Romains ont laissé un grand nombre d’œuvres dont la qualité d’exécution révèle sans fard l’intimité du couple et l’omniprésence des emblèmes ithyphalliques. Des fresques aux mosaïques, de Pompéi à Timgad, les spintriennes, Priape et les images coquines illustrent une société qui semble exhorter les plaisirs de la chair et concourent ainsi à dresser le portrait d’une société se répandant dans la débauche. En conséquence, la censure a souvent détruit ces vestiges ou les a condamnés à l’enfermement dans les "enfers" des musées et la recherche elle-même a été victime de préjugés... Pourtant l’analyse des mœurs, au-delà des clichés qui occultent en fait la réalité du corps social romain, révèle une autre image : celle d’une société qui repose sur des valeurs morales très prudes. Pour comprendre de quoi il retourne, l'auteur brosse le tableau de la réalité du comportement de l’homme et de la morale qui ne peut se soustraire aux obligations juridiques et aux courroux des censeurs. Après avoir mené une étude scientifique sur l’ensemble des collections archéologiques du monde méditerranéen, Cyril Dumas a ainsi pu mettre en évidence que cette approche particulière autorise une analyse de l'art aboutissant à une nouvelle interprétation des images. Images dans lesquelles, à l’instar d’une photographie, la richesse des détails et l’agencement général célèbrent un réalisme ambigu empreint de mythologie, de sensualité et de grivoiserie qui suggèrent l’humour et l’autodérision des Romains.

 

Cyril Dumas est c onservateur du Musée d'histoire et d'archéologie des Baux-de-Provence

 

Réception dans la presse et/ou les médias : -----

Recension, url :

http://www.culture-science-paca.org/art-erotique-antique-fantasmes-idees-recues-sur.html

 

Détails techniques du livret :

 

Titre :  L'art érotique antique. Fantasmes et idées reçues sur la morale romaine

Auteur : Cyril Dumas

Éditions : Book-e-book

Collection : Une chandelle dans les ténèbres

Genre : Art, archéologie, livret N°37

Date de parution :  mars 2016

Nombre de pages :  74 p.

Dimensions : 14 cm x 21 cm

Format :  EPUB

Conception :  -----

Mise en pages : --------

EAN / ISBN :  9782372460125

Prix éditeur :  11 euros

Publié avec l'aide de : -------

Site de la maison d'édition pour commander cet ouvrage :

https://www.book-e-book.com/livres/134-l-art-erotique-antique-9782372460125.html

 

***


Voir également les liens suivants : http://www.journalzibeline.fr/programme/antique-sensualite/

& http://data.bnf.fr/15120258/cyril_dumas/

 

Pour citer ce texte

LPpdm, « Cyril Dumas, L'art érotique antique. Fantasmes et idées reçues sur la morale romaine, éd. Book-e-book, coll. Une chandelle dans les ténèbres, livret N°37, EPUB, mars 2016, 74 p. ISBN 9782372460125  », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 22 avril 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/04/art-erotique.html

© Tous droits réservés Retour au sommaire  
Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 10:34

 

Poèmes pour la 1ère thématique :

Errance, folie, drogues, alcools, poètes maudits, etc.

 

À qui dédier ma poésie ?

 

&

 

J'ai décidé de ne plus t'écrire

 

 

Aurélie-Ondine Menninger

 

 

 

À qui dédier ma poésie ?

 

 

À qui dédier ma poésie ?

À qui confier ma pensée ?

Je suis seule – « Vous êtes seule ».

Ici je tends mes bras pour t’étreindre, ici est mon chemin pour là-bas que je n’atteindrai sans doute pas.

« Va… » … Ma solitude …

Les mots n’ont rien d’autre que leur présence simple.

Ils sont là pendant que le temps passe, pendant que je suis encore là pour eux.

Je cesserai un jour de m’écrire.

Et que restera-t-il ? Ce sera la fin.

« Je suis seule », parce que

« Je suis vous ».

Ça n’ira pas plus loin.

 

***

 

 

J'ai décidé de ne plus t'écrire

 

 

J’ai décidé de ne plus t’écrire, je ne peux pas ne plus t’écrire, c’est comme cesser de respirer je suis lâche je ne peux pas, ça bat encore, ce cœur… ça ne cesse pas de battre comme un tambour et c’est insensé je ne peux l’arrêter, cher ami je veux des mots, c’est mon sang, mon souffle sans cela je ne respire pas, écris-moi écris-moi ici je ne fais plus un pas sans que ça soit toi, Astromelia et je te vois, un chemin qui ondule et je me perds, une voix derrière moi : mon ami, dis-moi que tu ne m’écriras plus, écris-moi cent vers pour m’interdire de continuer, ça n’a aucun sens je suis de l’autre côte de l’océan tant d’eau entre les mots c’est un impossible, et tu ne m’aimes pas tu ne peux, ne dois pas m’aimer, il faut être raisonnable le sentiment est chose passagère l’amitié est précieuse ne pas se perdre rassurer l’ami, être sincère ?… je ne sais plus ? l’ami se lasse ne confie plus en l’amie, sa folie dépressive l’éloigne, il faut revenir à la raison se dire que la vie est un don, mais ce silence, mon dieu ce silence je ne peux plus, c’est du sang dans les veines bleutées de la nuit, ce silence me poursuit je ne peux taire cette voix ça s’immisce, c’est plus fort que moi ça se glisse dans le cercueil du jour et ça continue jusqu’à ce que baisse la lumière et ça revient plus fort pour s’enfuir… Dieu ça va se terminer ce manège !… Non, non que ça ne se termine pas, ne fermez pas le livre, je n’ai pas lu encore ce qui suit, mais ce qui suit ? Ça n’existe déjà plus, on vous a trompé, écris-moi, écris-moi sur ma paume, je lis des lignes qui se croisent mais je ne vois l’autre main qui renferme d’autres phrases illisibles et secrètes, écris-moi je ne sais plus lire, écris-moi...

 

***

Pour citer ces poèmes

Aurélie-Ondine Menninger, « À qui dédier ma poésie ? » & « J'ai décidé de ne plus t'écrire », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 20 avril 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/04/dedier-poesie.html

© Tous droits réservés Retour au sommaire  

 

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 10:31

 

Poème pour la 2ème thématique :

 

Les aventurières, orientalistes, occidentalistes, voyageuses, nomades, rêveuses en poésie, etc.

 

Elle marchait au bord de l’eau comme si…

 

 

 

Aurélie-Ondine Menninger

 

 

 

Elle marchait au bord de l’eau comme si…

Oui, ça lui prenait parfois, elle marchait au bord de l’eau…Tout au bord… De loin, on pouvait croire qu’elle marchait sur l’eau, qu’elle était toute tenue par le fil de l’eau, la ligne de son corps partant des reflets, des jeux de la lumière sur les parties ondulantes de la jeune fille lorsqu’elle marche. Et elle était seule. Sur son visage, nulle envie, nulle traversée, pas un sentiment humain, une voie seule, unique, livre toute la liberté de ses pas, ses pas comme les pages qui se déplacent, se tournent et s’ourlent dans la mer du roman où les phrases jusqu’à l’écume blanche des marges, se couchent, se heurtent à la possibilité de l’écriture… Des vagues ce sont…

Elle marche au bord de l’eau.

Ainsi, elle marche. Mais c’est une danse que l’on voit, comment est-ce possible, l’on ne sait pas ça danse sous ses pieds, dedans, oui, au-dedans d’elle, ça danse.

Aujourd’hui, plus que d’habitude, ça danse triste sous ses pieds… Une langueur, une lenteur, un pas plus las, une ligne plus bleue circule autour de son corps, elle est une larme qui danse, car ce soir, elle a vu l’ange blessé dans le tableau appelé La danse des anges. Elle a vu l’or des ailes sur la couleur pourtant patinée de la grande tapisserie du musée, et sur l’or, sur la jolie dorure des ailes, des petites gouttes vermillon, rouges du sang de l’ange qu’une flèche vient de transpercer. Elle saigne avec l’ange, dans sa marche…

Et sur l’eau, des petits frissons jouent à mimer les ailes de l’ange…

 

L’eau, la jeune fille blessée, à son bord, tremblant, les reflets rouge et or du soleil, sur la plaie de la rive qui est aussi la plaie du rêve…

Elle s’était dit : « cet ange, c’est moi, c’est un autre moi ». C’était la blessure plus que l’ange qu’elle avait reconnue. La même, anonyme, du Gilles, ce pierrot triste de Watteau, une douleur, cette fois visible au cœur de la tapisserie, au centre d’une fête.

Il fallait bien la danse, le retour d’un pas léger pour apaiser la douleur, ou du moins lui rendre la musique dans la beauté d’un mouvement sur un corps…

 

***

 

Pour citer ce poème

Aurélie-Ondine Menninger, « Elle marchait au bord de l’eau comme si… », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 20 avril 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/04/ecrire.html

© Tous droits réservés Retour au sommaire  
Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 14:17

 

Poèmes pour la 1ère thématique :

Errance, folie, drogues, alcools, poètes maudits, etc.

 

Compartir una manzana/Partager une pomme

 

& Violín/ Violon

 

 

Mario Portillo

Site officiel  : http://poeteverset.wix.com/marioportillo

 

 

 

Compartir una manzana

 

 

Qué es una manzana,

sino un fruto

que al ser cortado a la mitad, su semilla

libera a dos mariposas

que decidieron encontrarse

para aprender a volar

hacia dos bocas distintas

 

(y tal vez,

volver a encontrarse si éstas

se buscan por un beso)

 

***

 

Partager une pomme

 

 

Quelle est une pomme,

sinon un fruit

coupé en deux, sa graine

libère deux papillons

qui ont décidé de se retrouver

pour apprendre à voler

vers deux bouches distinctes

 

(et peut-être

recommencer à se retrouver si celles-ci

ont cherché un baiser)

 

 

***

Violín

 

 

En algún rincón del mundo

existe un violín empolvado.

 

Trataré de ser yo / quien lo encuentre,

e integrar los horizontes de sus cuerdas

a mis propias venas :

 

hasta que silentes vibraciones

despierten al colibrí / que duerme

en el pecho de mi amada,

 

y renovadas ganas de volar,

hagan de mi mano

la salida de su jaula.

 

***

Violon

 

 

Quelque part dans le monde

Il y a un violon poussiéreux.

 

Essayer d'être moi / celui qui le trouve,

et intègre les horizons de ses cordes

à mes propres veines :

 

jusqu'à ce que ses vibrations silencieuses

réveillent le colibri / qui dort

 dans la poitrine de ma bien-aimée,

 

et le désir de voler renouvelé,

faire de ma main

la sortie de sa cage.

 

***

 

Pour citer ces poèmes

Mario Portillo, « Compartir una manzana/Partager une pomme » & « Violín/ Violon », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 19 avril 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/04/violon.html

© Tous droits réservés Retour au sommaire  
Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 13:28

 

Poème pour le numéro de la 1ère thématique

S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages

Estrechar el interrogante

 

Mario Portillo

Site officiel  : http://poeteverset.wix.com/marioportillo

 

A Eugène Guillevic, en memoria

 

Usted que ha hecho

de la línea donde está contenida el alma

el primer trazo

a continuar para mi pluma.

 

A usted, yo le comento,

que afuera,

una intensa lluvia difumina

el paisaje (de siempre)

tal vez para mostrarnos, que sólo los faroles

permanecen cálidamente encendidos,

ante cualquier tormenta.

 

¿Usted también ha detenido

su mirada / a una luz

que danza majestuosa

en armonía

para hacerle frente a la tempestad ?

 

 

Por eso

prefiero no salir

por temor a que se corra

la tinta de mis papeles.

 

Aquí mis palabras

se refugian

dentro de un cajón

cuya cerradura es un homenaje

a la llave

que usted sostenía

cuando estreché su mano.

 

 

Pour citer ce poème

 Mario Portillo, « Estrechar el interrogante », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 19 avril 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/04/Estrechar.html

 

© Tous droits réservés Retour au sommaire  
Repost 0
Le Pan poétiqque des muses - dans Megalesia

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°11
    Publication successive durant l'été 2017 Lettre n°11 Vive la poésie ! © Crédit photo : Cendrillon s'endort par Dina Sahyouni, une partie de la photographie de 2009 , collection privée. ISSN numérique : 2116-1046 Revue féministe, internationale & multilingue...
  • Cecilia Mereiles : poète brésilienne avant-gardiste
    Premier colloque 2017 Rubrique : "Colloques en ligne" I – Parcours poétiques à découvrir Cecilia Mereiles : poète brésilienne avant-gardiste Rédac trice : Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/...
  • Mère nourricière, cesse tes colères
    S'indigner, soutenir, hommages, lettres ouvertes Mère nourricière, cesse tes colères Dina Sahyouni Crédit photo : Médaillon de Gaïa en Déesse mère Isis du IVe siècle, domaine public, image trouvée sur Wikipédia La terre tremble, le silence s'envole –...
  • Rencontre Buenos-Aires-Strasbourg à la galerie Art’Créenvol de Strasbourg
    N°7 | Revue culturelle des Amériques Avant-première | Compte rendu artistique Nouvelle zone qui célèbre les Amériques en poésie Rencontre Buenos-Aires-Strasbourg à la galerie Art’Créenvol de Strasbourg Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure...
  • Semainier des muses ; Carole CLOTIS, « Passages », N°12, ÉTÉ 2017 aux éditions Pan des muses, coll. Ops, 8 p., 3,50 €
    Annonce de parution Les éditions Pan des muses vous annoncent la parution de leur SEMAINIER DES MUSES (SDM) JOURNAL ANTHOLOGIQUE, FÉMINISTE , PARITAIRE, INTERNATIONAL & MULTILINGUE DE POÉSIE N° 12 | ÉTE 2017 dédié à la poésie de Carole CLOTIS Dix poèmes...
  • À propos de la poésie de Matilde Espinosa
    Premier colloque 2017 Rubrique : "Colloques en ligne" I – Parcours poétiques à découvrir À propos de la poésie de Matilde Espinosa Rédac trice : Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/...
  • Edgar Morin, une pensée faite monde
    Revue culturelle d'Orient & d'Afrique Nouvelle zone qui célèbre l'Orient et l'Afrique en poésie Edgar Morin, une pensée faite monde Mustapha Saha Reportage photographique par © Élisabeth et Mustapha Saha Contexte Le Maroc célèbre Edgar Morin à Paris avec...
  • Jennifer Bush : une artiste de la Lumière
    N°7 | Bémols artistiques Avant-première Jennifer Bush : une artiste de la Lumière * Sylvain Josserand Blog : http://sylvainjosserand.blogspot.fr Jennifer Bush, alias JYM, est une peintre et une dessinatrice contemporaine anglaise et allemande née à Munich....
  • Regard sémiotique sur la peinture intemporelle d’Ahmed Cherkaoui
    Revue culturelle d'Orient & d'Afrique Nouvelle zone qui célèbre l'Orient et l'Afrique en poésie Regard sémiotique sur la peinture intemporelle d’Ahmed Cherkaoui Mustapha Saha © Crédit photo : Portrait d’Ahmed Cherkaoui par Mustapha Saha, peinture sur...
  • Trouville en hiver
    N °7 | Dossier mineur | Textes poétiques Avant-première Trouville en hiver Mustapha Saha Illustration par Élisabeth Bouillot-Saha © Crédit photo : Mustapha Saha, été 2017 à Trouville-sur-mer par Élisabeth Bouillot-Saha Les Voiles sous crachin surchauffent...