28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 13:55

 

Lettre n°12 | Agenda poétique | Appel à contribution |

 

Événements poétiques

 

 

 

Un calendrier poétique 2018

 

 

 

pour lutter contre

 

 

 

les violences faites aux femmes,

 

 

 

  enfants & minorités

 

 

 

 

Le Pan Poétique des Muses

 

(sigle LPpdm)

 

 

Cher lectorat,

 

Nous avons le plaisir et l'honneur de vous annoncer que Le Pan Poétique des Muses concrétisera le projet de Dina Sahyouni de réaliser un calendrier poétique 2018 du Pan Poétique des Muses pour lutter généralement contre les violences faites aux femmes et particulièrement contre les violences sexuelles (subies par les femmes, les enfants et les minorités).

 

Ce projet nous permet de lutter culturellement contre les violences sexistes, contre la féminicide, contre le viol (comme arme de guerre), contre les violences conjugales, contre l'homophobie, contre le (cyber)harcèlement, contre les stéréotypes sexistes et/ou racistes, etc.  Il s'agit de vous proposer un poème à lire pour chaque jour de l'année 2018 en soutien aux victimes et aux personnes qui font avancer cette cause universelle partout dans le monde. Nos plumes poétiques sont un moyen parmi d'autres pour agir poétiquement en sensibilisant petit à petit les personnes aux méfaits désastreux de la banalisation de ces violences dans n'importe quelle société. Pour ce faire, ce périodique sollicite votre aide dès à présent pour sélectionner les poèmes des poètes (femmes, hommes, autre).

 

Merci de nous adresser vos poèmes dès aujourd'hui à contact.revue@pandesmuses.fr (ou à la personne de votre choix de notre équipe) dans une des langues suivantes : allemand, anglais, arabe, espagnol, français et italien. La publication en ligne est progressive au fur et à mesure de la sélection des textes. Les poèmes bilingues et des siècles passés (tombés dans le domaine public) sont acceptés. Au plaisir de vous lire, à vos plumes !

 

***

Pour citer cet appel

 

Le Pan Poétique des Muses (LPpdm), « Un calendrier poétique 2018 pour lutter contre les violences faites aux femmes, enfants & minorités », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiquesLettre n°12, Agenda & Événements poétiques, mis en ligne le 28 octobre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/10/calendrier2018poemes

 

© Tous droits réservés                        Retour au Sommaire

Repost0
27 octobre 2017 5 27 /10 /octobre /2017 17:05

 

N° 7 | Dossier mineur | Invitation à se passionner pour

 

 

Premier colloque 2017-2018 | I – Parcours poétiques à découvrir

 

 

 

 

Jacquelyne Lepaul, son œuvre

 

 

extraordinairement moderne

 

 

à redécouvrir !

 

 

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème

 

 

Illustrations de

 

Jacquelyne Lepaul

 

 

Illustrations et poèmes reproduits avec l’aimable autorisation de

 

Jacquelyne Lepaul et de l’Académie rhénane

 

(« Académie des Marches de l’Est »)

 

 

© Crédit photo : portrait en noir et blanc de Jacquelyne Lepaul.

 

 

Il arrive que les brocantes réservent d’étonnantes surprises à celles ou ceux qui ont coutume de les fréquenter. Ce qui est mon cas depuis mon adolescence !

 

C’est ainsi que flânant un dimanche matin dans un marché aux puces de ma région, je suis tombée sur un lot de vieux numéros du « Courrier des Marches ». L’intitulé m’a interpellée car l’Académie rhénane dont je suis membre se nommait, il y a quelques années encore « Académie des Marches de l’Est ».

 

En feuilletant le vingt-quatrième numéro de l’hiver 1950, ce sont les poèmes de Jacquelyne Lepaul qui m’ont médusée par leur modernité, leur sensualité, la magnificence des images qui s’accordaient à merveille avec la photographie de l’auteure, belle, altière, qui semblait me faire signe sur le papier jauni par les ans.

 

J’ai eu aussitôt l’idée un peu folle de retrouver cette femme d’un autre temps mais dont je me sentais si proche par l’écriture et la chance m’a souri car Jacquelyne n’avait pas quitté ses Vosges natales où elle avait vu le jour le 13 août 1926…

 

Quand j’ai entendu sa voix fraîche et gracieuse au bout du fil, j’ai très vite compris qu’il n’y avait pas de hasard !

 

Jacquelyne Lepaul qui m’a avoué avoir remplacé le i de son prénom par un y durant l’époque où elle écrivait, a illustré d’emblée l’image d’une femme espiègle, voire rebelle qui lui a fait dire que bien souvent elle a pensé être en avance sur son temps notamment dans l’écriture de pièces de théâtre qui n’ont jamais pu être montées très certainement pour cette raison.

 

Dessinatrice en textile, elle s’est tournée par la suite vers l’enseignement des lettres, de l’histoire et de la géographie. L’écriture est venue à elle avec l’adolescence et elle publie ses premiers poèmes dans de très nombreuses revues. Dès 1942, elle est remarquée par Paul Valéry qui lui déclare : « Vos poèmes révèlent des sensations vives et profondes et un sens poétique réels ». Quel plus beau compliment que celui de ce grand poète !

 

L’œuvre de Jacquelyne Lepaul dès cette date se construit et des poèmes paraissent dans des revues en France et en Belgique telles La Revue Neuve, La Cassette, Soleils, Cahier de poésie et bien d’autres dont on trouve quelques spécimens en effectuant des recherches sur le web. On note également une anthologie poétique où elle publie des textes aux côtés d’Angèle Vannier, Luc Bérimont ou Maurice Carême en 1957. Dans la revue «Sortilèges en 1953, ses poèmes côtoient ceux d’Henri de Lescoët (voir N° 6 du Pan Poétique des Muses), d’Edgar Morin, de Jean Rousselot… Quelques recueils parsèment son parcours tel « Poèmes d’Avion » paru en 1955 avec une préface de Louis Nottegheim.

 

Si Jacquelyne s’est arrêtée un jour d’écrire, elle n’en laisse pas moins une œuvre impressionnante qui ne demande qu’à être redécouverte, l’auteure elle-même au crépuscule de sa vie, souhaite renouer avec le fil des mots et se réjouit d’être à nouveau publiée et lue ! Voici dans cette première présentation de l’auteure, quelques uns des poèmes publiés dans le vingt-quatrième numéro du Courrier des Marches, la photographie parue dans ce même article et un dessin qui illustre son poème « Rondel » reproduits avec l’aimable autorisation de Jacquelyne Lepaul et de l’Académie rhénane ( « Académie des Marches de l’Est »).

 

***

 

Poèmes de Jacquelyne Lepaul

dans le vingt-quatrième numéro du Courrier des Marches

 

 

© Crédit photo : 1ère de couverture du recueil Poèmes d'avion de Jacquelyne Lepaul,

préface de Louis Notteghem

 

Espoir

 

 

Soleil voudrais-tu m’épouser ?

Je sens au travers de mes hanches

une force magique et zigzagante

je domine, statue nouvelle,

toute la vallée qui sèche

et mon front est léger comme jamais encore

Mon balancement de marche soulevée

rompt les avrils et les septembres

en plein milieu de leur altière tristesse

Soleil voudrais-tu m’épouser ?

les claviers nocturnes auraient-ils coupé

leurs cordes passives enfin ?

Vais-je voir mourir mon passé

qui traînait les saules

jusque même dans mon repaire hanté ?

Soleil voudrais-tu m’épouser ?

palpe mes deux mains ouvertes

d’où s’échappe ton chant clair et simple.

 

 

***

 

© Crédit photo :  1ère de couverture du périodique Soleils.

 

Soir

 

 

Non, le couchant lointain n’est plus qu’un lent mutisme

qui s’allonge en bâillant du mystère et du gris.

Non, le couchant perdu, d’un frêle idéalisme,

n’est même plus un point qui flamboie et sourit !

 

C’est du noir qui s’infiltre et qui rôde aux clôtures,

c’est du néant obscur qui s’enfance en forêt ;

c’est un souffle que le vague parfois sature,

qui trop las veut s’éteindre et s’étouffe à regret ;

 

c’est une voix d’enfant qui passe et qui s’emperle,

une voix fraîche encor qui tâte la douleur ;

c’est l’appel assourdi d’un merle qui éperle

sa grave mélodie où s’enchaînent des pleurs.

 

 

***

 

Rondel

© Crédit photo : Jacquelyne Lepaul, "Rondel" (Cliché S. P. E.).

 

 

Puisque tu n’es plus mon féal

ton indifférence me peine

page qui me divertis mal

et veux briser l’or de ta chaîne.

De notre danse dans le bal

 

j’aimais la langueur incertaine,

puisque tu n’es plus mon féal

ton indifférence me peine,

Et vers quelque noir Escurial

 

à travers montagnes et plaines

je vais partir, l’heure prochaine,

page, appelle mon blanc cheval

puisque tu n’es plus mon féal.

 

***

 

© Crédit photo : Couverture de la revue Flammes vives

 

Diable

 

 

Je pensais qu’il était le diable

avec ses grands baisers

avec ses mains fortes

 

j’ai entr’ouvert la porte

j’ai voulu le tenter

car je ne savais plus

qu’il ne faut pas tenter le diable

 

de notre maison d’argile

dans laquelle il faisait nuit :

dehors le printemps avait le fou-rire

dans ses arbres et les jambes

des filles étaient déjà nues

 

Comme il était aussi léger ce diable

ce diable, qu’une alouette,

dans le premier rayon

 

il s’est envolé d’un coup

Il ne faut pas tenter le diable :

mais par la porte qu’il a laissée ouverte

aussitôt le soleil m’a consolée.

 

 

***

 

Cette présentation est également classée dans le Calepin des personnes d'exception

 

***

 

Pour citer ce texte & ces poèmes

 

Françoise Urban-Menninger, « Jacquelyne Lepaul, son œuvre extraordinairement moderne à redécouvrir ! », illustrations par Jacquelyne Lepaul, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster & Premier colloque international & multilingue de la SIÉFÉGP sur « Ce que les femmes pensent de la poésie : les poéticiennes » mis en ligne le 27 octobre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/jacquelynelepauloeuvre.html

 

 

© Tous droits réservés                                 Retour au sommaire

© Tous droits réservés                        Retour à la table des matières 

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7 colloques en ligne Calepins
27 octobre 2017 5 27 /10 /octobre /2017 14:46

 

N °7 | Dossier mineur | Textes poétiques

 

 

 

Poésie engagée, militante et bilingue français-espagnol

 

 

 

Femme, je pense à toi

 

 

/

 

 

Mujer, pienso en ti

 

 

 

 

Maggy de Coster

 

Poème reproduit avec l'aimable autorisation de l'autrice/auteure

et des éditions Le scribe L'Harmattan

 

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

© Crédit photo :1ère de couverture du recueil chez Le Scribe L'Harmattan

 

 

 

Ce poème est un extrait de l'ouvrage bilingue français-espagnol Avant l’aube : Antes que despunte el alba paru aux Éditions Le Scribe L’Harmattan, 2010


 

 

Femme, je pense à toi

 

 

 

À Bella Clara Ventura

 

 

Je pense à toi, femme, depuis l’instant où je n’étais qu’ombre

Dans les entrailles de l’univers

Je suivais graduellement la régénération de ta forme

Que le temps dans sa marche renouvelée

Allait t’insuffler par la mouvance de l’esprit

 

Femme, tu t’avances sans peur comme pour opposer le refus du non-être

Incarner le mystère de la transcendance et de la métamorphose

Et déclarer tout haut ta folie-rêve, ton rêve-folie

Tu es parfum sacré dans la jubilation des moments

Quand la vie devient l’inconvertible bonheur dans la fièvre de l’héroïsme

Femme, les valeurs que tu transpires dans ta lutte interminable

Contre un destin imposé, t’honorent et te projettent hors de tes ornières

 

Femme, le temps s’en va et ta mission t’obsède et te démange

Va, cours, dis-leur que ta folie est un message de sororité

En faveur des opprimées et des violentées à mort

 

/

 

Mujer, pienso en ti

A Bella Clara Ventura

 

 

Pienso en ti, mujer, desde el momento donde no eras más que sombra

En las entrañas del universo

Seguí gradualmente la regeneración de tu forma

Que el tiempo en su marcha niveladora

Iba insuflando por la influencia del espíritu

 

Mujer, tú te adelantas sin miedo como para oponer la negación de la no existencia

Encarnar el misterio de la trascendencia y de la metamorfosis

Y declarar con voz alta tu locura-sueño y tu sueño-locura

Tú eres perfume sagrado en la jubilación de los momentos

Cuando la vida llega a ser la inconvertible felicidad en la fiebre del heroísmo

Mujer, los valores de los cuales traspiras en la lucha interminable

Contra un destino impuesto, te honran y te proyectan fuera de tus atolladeros

 

Mujer, el tiempo transcurre y tu misión te obsesiona y te urge

Va, corre, diles que tu locura es un mensaje de sororidad

A favor de las oprimidas y de las violentadas a muerte

 

 

Calendrier poétique | Agenda poétique | Événements poétiques

 

***

 

Pour citer ce poème/para citar este poema

 

Maggy de Coster, « Femme, je pense à toi/Mujer, pienso en ti », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n° 12, N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster & « Le calendrier 2018 des poèmes pour lutter contre les violences faites aux femmes, enfants & minorités », mis en ligne le 27 octobre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/10/femme.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

 
 

Réédition

 

Calendrier poétique | Agenda poétique | Événements poétiques

 

 

Poésie militante

 

***

Pour citer ce poème

 

Mahhy de Coster, « Femme, je pense à toi/Mujer, pienso en ti », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : « Le calendrier 2018 des poèmes pour lutter contre les violences faites aux femmes, enfants & minorités », mis en ligne le 2 novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/10/femme.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au calendrier 2018

Repost0
27 octobre 2017 5 27 /10 /octobre /2017 11:25

 

N °7 | Dossier mineur | Textes poétiques |

 

 

 

Poésie bilingue français-espagnol (acrostiche)

 

 

 

Pour une maman aimée

 

/

 

Para una mamá amada

 

 

 

 

Maggy de Coster

 

Poème reproduit avec l'aimable autorisation de l'autrice/auteure

et des éditions Le scribe L'Harmattan

 

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

© Crédit photo :1ère de couverture du recueil chez Le Scribe L'Harmattan

 

 

 

Ce poème est un extrait de l'ouvrage bilingue français-espagnol Avant l’aube : Antes que despunte el alba paru aux Éditions Le Scribe L’Harmattan, 2010


 

Pour une maman aimée

 

Corolle d’amour

Appliquée sur une pierre

Rutilante, noble

Insigne du bonheur

Des êtres choisis

À jamais amadoués,

Divine folie de la Nature

 

Para una mamá amada

 

Corola de amor

Aplicada sobre una piedra

Rutilante, noble

Insignia de dicha

De los seres escogidos

Ablandados por siempre,

Divina locura de la naturaleza

 

 

Poésie de célébration

***

 

Pour citer ce poème /para citar este poema

 

Maggy de Coster, « Pour une maman aimée/Para una mamá amada », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n° 12 & N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 27 octobre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/10/maman.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

 
 
Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7 La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 11 | ÉTÉ 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°11 | ÉTÉ 2022 PARFUMERIE POÉTIQUE OU PARFUMS, POÉSIE & GENRE © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Strange roses", tableau. SOMMAIRE...
  • La jeune aveugle pianiste du concert de la loterie des artistes lyonnais en faveur des inondés du Midi
    N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules | Handicaps & diversité inclusive La jeune aveugle pianiste du concert de la loterie des artistes lyonnais en faveur des inondés du Midi Adèle Souchier (1832-19??) Poème...
  • Strasbourg, capitale mondiale du Livre en 2024
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Revue des Métiers du livre | Revue culturelle d'Europe Strasbourg, capitale mondiale du Livre en 2024 Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Cette...
  • Muse
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules Muse Adèle Souchier (1832-19??) Poème choisi & transcrit avec une note par Dina Sahyouni Crédit photo : Johann Heinrich Tischbein, "Une Muse", peinture, domaine public, Wikimedia. Le...
  • La chanteuse
    N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules La chanteuse Adèle Souchier (1832-19??) Poème choisi, transcrit & annoté par Dina Sahyouni Crédit photo : Pierre-Auguste Renoir, une musicienne (et chanteuse ?) jouant de...
  • Un parfum d'âme et image éphémère
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège Un parfum d'âme & image éphémère Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Tableau par Hélène Martinez-Urban © Crédit photo : Hélène Martinez-Urban, nature morte, peinture. Un...
  • L'amie
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules | Voies-Voix de la sonorité L'amie Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni © Crédit photo : Dessin de Marceline Desbordes-Valmore...
  • En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Poésie, musique & art audiovisuel En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console © Crédit photo : MIKA dessinant un cœur lors d'un de ses concerts, une des imges fournies en 2021 par Catherine Melin, @Vebemika...
  • Les Cèdres
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège & REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Florilège de créations Les Cèdres Édouard Gemayel Ou Édouard Gemayel Poème choisi & transcrit avec une note par Dina Sahyouni Crédit photo : "Cèdre du Liban du...
  • Hélène Martinez-Urban
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Bémols artistiques| Revue Matrimoine Hélène Martinez-Urban Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Peintures par Hélène Martinez-Urban © Crédit photo : Hélène Martinez-Urban, tableau de nature morte,...