2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 14:49

 

N °7 |  Instant poétique en compagnie de... |

 

S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages

 

 

Poésie engagée

 

 

 

Le Jardin des Tarots

 

 

 

 

 

Lidia Chiarelli

 

Écrivaine italienne, artiste et fondatrice du

Mouvement artistique littéraire « Image & Poésie »

Site officiel : http://lidiachiarelli.jimdo.com/

 

 

 

Ce poème et cette illustration inédits ont été créés pour cette revue pour rendre hommage à l'artiste et réalisatrice Niki de Saint Phalle (1930-2002).

 

 

 

© Crédit photo : Lidia Chiarelli, œuvre artistique

en "Hommage à Niki de Saint Phalle", 2017.

 

 

 

 

 

Peindre calmait le chaos qui agitait mon âme

Niki de Saint Phalle

 

Le chemin est lent

parmi les Arcanes Majeurs

et

un kaléidoscope en mouvement

enveloppe

ton désir d'impossible :

lumières couleurs jeux d'eau :

mosaïques

myriade de petits miroirs

qui

réfléchissent

multiplient

réinventent.

Et toi Niki de Saint Phalle

tu es toujours là

et souris toujours

dans ce lieu magique et irréel

toi

la dernière artisane de rêves.

 

(Località Garavicchio, Capalbio – Grosseto Italie)

 

 

© LC, Italie

 

 

 

***

 

Pour citer ce poème

 

Lidia Chiarelli (poème & illustration), « Le Jardin des Tarots », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 2 novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/11/jardin-tarots.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 11:06

 

N °7 | Critique & réception

 

 

 

Maïa Brami

 

 

 

Paula Becker la peinture faite femme

 

 

 

Éditions de L’Amandier, 2015, 141 p. 20€

 


 

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

 

 

© Crédit photo : 1ère de couverture  illustrée de l'ouvrage aux éditions de L'Amandier

 

 

 

Paula Becker est cette femme allemande née le 8 février 1876 à Dresde et morte à Woorpswede le 21 novembre 1907 dans sa 32 année, qui avait la peinture chevillée à son être, que nous donne à découvrir Maïa Brami dans un savoureux roman biographie. Histoire de la faire demeurer à jamais vivante dans nos esprits.

 

Dans un style romanesque épuré, l’auteure nous fait cheminer dans la vie de cette peintre expressionniste hors norme sans nous épargner des détails les plus significatifs comme si elle avait elle-même été liée à son univers. Elle évoque la passion artistique de la peintre, une de ses raisons de vivre à une époque où la peinture résistait à la percée des femmes. Maïa Brami nous dépeint une femme qui voulait concilier vie privée et vie artistique à la fois. Elle la présente comme la peintre, l’épouse et la mère de famille. Tout cela est compatible, nous fait-elle comprendre :

 

 

La femme est un terreau duquel peut naître de merveilleux jardins à l’image de La Nature, que Paula identifie à Dieu. La femme est au même titre sacrée. Au mur de son atelier, des mères à l’enfant, à genoux, allongés, donnant le sein. Le sujet la fascine depuis toujours. À son tour, elle aimerait transcender sa condition, devenir une héroïne, car c’est ainsi qu’elle considère les mères, qui seules se donnent, acceptent la transformation de leur chair, le sacrifice de leur chair pour faire naître la vie, l’espoir. Rien de contradictoire à vouloir être artiste et mère, au contraire, cela participe du même élan, de la même sève.

 

 

Son père qui la voulait institutrice ou gouvernante n’avait guère pressenti qu’elle allait devenir une peintre d’envergure. À Worpswede elle rencontra Clara Westthoff en qui elle trouva une âme sœur. Avec elle, devenue l’épouse de Rainer Maria Rilke, elle découvrit en 1900 les différents galeries et musées quand elle séjourna à Paris, particulièrement au quartier de Montparnasse.

C’est en découvrant l’autoportrait de Cézanne chez le marchand d’art Ambroise Vollard que lui serait venue sa vocation de peintre sans doute pour exorciser la mort de sa cousine Cora ensevelie sous les dunes alors qu’elles jouèrent ensemble. Cependant ses toiles seront marquées par des influences multiples qui feront d’elle une peintre originale qui n’hésitera pas à prendre ses distances avec les peintres de l’école de Worpswede, jugés trop académiques. Aussi fut-elle, la première femme à développer son propre style pictural, après s’être inspirée des avant-gardistes français, alliant ainsi l’expressionnisme, le fauvisme, le cubisme et bien d’autres formes plus anciennes.

Rainer Maria Rilke, malgré sa grande considération pour elle, mit beaucoup de temps à voir en elle une artiste notable car il la voyait d’abord comme l’épouse du grand peintre Otto Modersohn qui, pour sa part, témoigna de l’incompréhension vis-à-vis de l’œuvre de sa femme, très éloignée des codes classiques de la peinture. Malgré son soutien artistique et financière à sa digne épouse, on peut lire sous sa lire :

 

Ce qu’elle fait avec son art ne me plaît plus autant qu’avant. Elle n’accepte aucun conseil – c’est idiot et dommage. Un grand gaspillage de ses pouvoirs ! […] Elle veut unifier couleur et forme – hors de question avec la manière dont elle s’y prend. Elle n’aime pas restreindre la forme – une énorme erreur – elle ne réfléchit pas assez à son art – travaille avec les mêmes points de vue et ne progresse pas.

 

Cependant c’est le sculpteur Bernhard Hoetger, rencontré dans son atelier parisien qui va porter un regard valorisant sur le travail artistique de Paula Becker. Se voulant autonome, elle demanda le divorce à son mari qui le lui refusa.

Otto Modershon parvint à reconquérir sa femme en venant passer quelques jours avec elle à Paris avant de repartir avec elle à Worpswede. Paula tomba enceinte mais le malheur sera au bout de ce grand bonheur qui se termina par son décès survenu le 8 février 1876, des suites d’une embolie pulmonaire peu de jours après avoir donné le jour à une petite fille prénommée Matilde.

Après l’érection successive de deux bustes à son effigie par son amie Clara Westhoff, en 1899 et 1908, Heinrich Vogeler fut celui qui vulgarisa les toiles de l’artiste après avoir longtemps vu cette dernière à travers le prisme de son mari.

En 1978 c’est sa fille qui créa la Fondation Paula Modersohn-Becker à Brême. Notons que très peu de toiles ont été vendues du vivant de l’artiste et c’est plutôt son entourage qui en fit l’acquisition.

Retenons enfin que Paula Becker se refusa à servir de matière à nourrir la toile d’un peintre. De ce fait, elle révolutionna la peinture de par la particularité de son style.

 

***

 

Pour citer ce texte

 

Maggy de Coster, « Maïa Brami, Paula Becker la peinture faite femme, Éditions de L’Amandier, 2015, 141 p. 20€ », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°7 | Automne 2017 « Femmes, poésie & peinture » sous la direction de Maggy de Coster, mis en ligne le 2 novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/2017/11/peinturefaitefemme.html

 

© Tous droits réservés                        Retour au n°7|Sommaire

Repost0
Le Pan poétique des muses - dans Numéro 7
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 19:02

 

1er concours international de poésie

 

Poème sélectionné sur le "handicap"

 

 

Supplément au n °6 | Muses au masculin

 

 

Poésie engagée

 

 

 

Un été pas comme les autres

 

 

 

 

Mhamed Hassani

 

 

 

 

La mer gronde

L’enfant somnole

Le soleil brille

L’enfant s’endort

La brise se fait caressante

L’enfant rêve…

Un été pas comme les autres

Pour ces enfants

Qui chantent et qui dansent

 

Je suis né

Sans crier gare

J’ai pris

Le train du désespoir

Et depuis je suis

L’handicapé

Que l’on cache

Que l’on maudit

Que l’on touche

Que l’on bénit

 

Je suis né

J’ai appelé

La vie m’a entendu

Et j’ai couru

Jusqu’à tomber

Pour ne plus me relever

Et depuis je suis devenu

« L’handicapé »

Que l’on gatte

Que l’on guette

Ou que l’on rejette

 

 

Je suis né

À la fin de ma vie

Je refais un parcours

Qui ne mène ni ne ramène

Je suis celui qui prend tout

Et ne donne rien

 

À ma naissance

Tout était joué

Pour les uns malédiction

Pour les autres, bénédiction

Mais toujours bourgeon

Que l’on arrose

En toute saison

Sans attendre de moisson

 

Je suis là

Je chante et je danse

Je soulage

La peine des bien-portants

Je suis « l’handicapé »

Que l’on gatte toujours

Que l’on ne cache plus

Qui vous prend un peu

Et vous rend heureux*

 

***

 

*L’auteur, Mhamed Hassani, était président fondateur d’une association d’aide aux inadaptés mentaux à Bejaia en Algérie. Pour la première fois, en 2002, un camp de vacance a été organisé pour cette catégorie d’enfants de la région d’Aokas, en bord de mer. Durant ce séjour exceptionnel, le poète ne put s’empêcher d’écrire ces vers en regardant « ses » enfants s’amuser follement avec leurs surveillants.

 

***

 

Pour citer ce poème

 

Mhamed Hassani, « Un été pas comme les autres », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événements poétiques|Concours international (édition 2017 sur les animaux, le handicap & la joie) & Supplément au n°6 sur « Penser la maladie et la vieillesse en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 1er novembre  2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/concours-etepascommelesautres.html

 

© Tous droits réservés | Retour au sommaire du Supplément | n°6

Repost0
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 12:14

 

Calendrier poétique | Agenda poétique | Événements poétiques

 

 

 

Blessure

 

 

Dina Sahyouni

 

 

Quelque chose brûle en moi,

S’enflamme et dévore l’espoir,

Assèche mes lacs, rivières et sources,

Plus de ressource.. dérobades..

Elle pulvérise le silence

Enfui dans l’âme flétrie

Qui flâne dans les non-dits

Mais elle demeure assujettie

Aux traumas.



 

Le corps ne porte plus

Que les sévices de leurs violences

Verbale, corporelle et gestuelle.

Être une femme,

Que l’on blâme,

Une plaie béante

Rendue palpable

Par l’inavouable

Et la magie des étreintes

De tous les sens intenses

Insensés pourtant

Du surplus narratif de tout

Ce qu’elle ne dit pas...*

 

 

* Ce poème est reproduit avec l'aimable autorisation de l'autrice/auteure de Murmures, 2010.

 

Poésie militante

 

***

 

Pour citer ce poème féministe & militant

 

Dina Sahyouni, « Blessure », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : « Le calendrier 2018 des poèmes pour lutter contre les violences faites aux femmes, enfants & minorités », mis en ligne le 1er novembre 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/calendrier2018/1blessure

 

© Tous droits réservés                        Retour au calendrier 2018

Repost0

Publications

 

Nouveau : 

LE PAN POÉTIQUE DES MUSES EST SUR INSTAGRAM

 

Info du 29 mars 2022.

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

 CopyrightFrance.com

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 11 | ÉTÉ 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°11 | ÉTÉ 2022 PARFUMERIE POÉTIQUE OU PARFUMS, POÉSIE & GENRE © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Strange roses", tableau. SOMMAIRE...
  • La jeune aveugle pianiste du concert de la loterie des artistes lyonnais en faveur des inondés du Midi
    N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules | Handicaps & diversité inclusive La jeune aveugle pianiste du concert de la loterie des artistes lyonnais en faveur des inondés du Midi Adèle Souchier (1832-19??) Poème...
  • Strasbourg, capitale mondiale du Livre en 2024
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Revue des Métiers du livre | Revue culturelle d'Europe Strasbourg, capitale mondiale du Livre en 2024 Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : Cette...
  • Muse
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules Muse Adèle Souchier (1832-19??) Poème choisi & transcrit avec une note par Dina Sahyouni Crédit photo : Johann Heinrich Tischbein, "Une Muse", peinture, domaine public, Wikimedia. Le...
  • La chanteuse
    N°12 | Musique, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège / Poésie des aïeules La chanteuse Adèle Souchier (1832-19??) Poème choisi, transcrit & annoté par Dina Sahyouni Crédit photo : Pierre-Auguste Renoir, une musicienne (et chanteuse ?) jouant de...
  • Un parfum d'âme et image éphémère
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège Un parfum d'âme & image éphémère Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Tableau par Hélène Martinez-Urban © Crédit photo : Hélène Martinez-Urban, nature morte, peinture. Un...
  • L'amie
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier mineur | Florilège / Poésie des aïeules | Voies-Voix de la sonorité L'amie Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) Poème choisi & transcrit par Dina Sahyouni © Crédit photo : Dessin de Marceline Desbordes-Valmore...
  • En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Poésie, musique & art audiovisuel En mal d'amour, la nouvelle chanson de MIKA vous console © Crédit photo : MIKA dessinant un cœur lors d'un de ses concerts, une des imges fournies en 2021 par Catherine Melin, @Vebemika...
  • Les Cèdres
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Dossier majeur | Florilège & REVUE ORIENTALES (O) | N° 2 | Florilège de créations Les Cèdres Édouard Gemayel Ou Édouard Gemayel Poème choisi & transcrit avec une note par Dina Sahyouni Crédit photo : "Cèdre du Liban du...
  • Hélène Martinez-Urban
    N°11 | Parfums, Poésie & Genre | Bémols artistiques| Revue Matrimoine Hélène Martinez-Urban Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Peintures par Hélène Martinez-Urban © Crédit photo : Hélène Martinez-Urban, tableau de nature morte,...