7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 16:29

 

Megalesia 2020 | II- Les figures des personnages féminins handicapés dans la fiction | Florilège de textes poétiques | Handicaps & diversité inclusive

 

 

 

 

Leur handicapée...

 

 

 

Dina Sahyouni

 

Crédit photo : Paysage, domaine public, Wikimedia. 

 

 

Elle cache des perles translucides dans son cartable 

_ des myriades de larmes flottent encore aux yeux _

​​​​nourrit son cœur d'enfant d'encres éphémères

​​​​​​_ des milliers d'étoiles illuminent le bleu nuit de ses yeux _

​​sourit aux fantômes de ses souhaits

et gambade dans l'azur des rêves. 

 

"Hé toi, handicapée, hé, toi, Autiste ! Ha ha ha ha... Hi hi hi hi..."

Ils l'appellent, l'interpellent, 

à l'école, dans la rue et partout

​​​​​les larmes aux yeux, le cœur en feu, rouge d'amour,

Leur handicapée s'en va seule..

seule sans un seul sourire amical, ni un regard humain, 

sa robe bleue déchirée ressemble étrangement au ciel bleu mutilé par l'orage...*





 

* Poème de "Rêveries d'une femme", écrit en 2020 et dédié aux filles harcelées à cause de leur autisme, DS.

 

***

 

Pour citer ce poème engagé (ou féministe)

Dina Sahyouni, « Leur handicapée... », texte inédit, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiquesMegalesia 2020|II- Les figures des personnages féminins handicapés dans la fictionmis en ligne le 7 juillet 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/ds-leurhandicapee

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés 

Retour à la Table de Megalesia

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia
7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 11:11

 

REVUE MDV | N°1 | Célébration | AS | Spicilège

 

 

 

مارسلين دبور وال مور/Marceline Desbordes-Valmore,  "گل های زر سعدي" /"Les roses de Saadi

 

 

 

 

 

Poésie de Marceline Desbordes-Valmore traduite en persan par

شعر از: مارسلين دبور وال مور - ترجمه از: شادي سابُجي

 

Shadi Saboji

 

 

 

© Crédit photo : "Marceline Desbordes-Valmore en 1854", photographie par Félix Nadar, image fournie par la traductrice. 

 

گل های زر سعدي

 

 

شعر از: مارسلين دبورد وال مور - ترجمه از :شادي سابُجي

 

من ‌‌خواسته ام این بامداد تا برایت گلهای رز بیاورم، 

اما بسیاری از آن ها را در کمربندهای بسته‌ي خود میگرفتم،

افسوس که غنچههای فشرده نتوانسته اند شامل آن ها شوند. 

 

غنچه‌ها ترکیده اند. گل‌هاي رز شکوفا و پروازکنان

در باد، به سوی دريا همگی شان درگذشته اند،

گل‌های رز به دنبال آب ‌رفته اند تا دیگر باز نگردند،

 

امواج به خاطر آن ها به نظر قرمز شده است و همانند امواج شعله ور. 

این شامگاه پيراهنم از گل‌های رز، دوباره عطرآگین شده است... 

استشمام کنیدشان آن را بر روی من، خاطرهی معطر را. 

 

 

 

Les roses de Saadi

 

 

Marceline Desbordes-Valmore

 

 

J'ai voulu, ce matin, te rapporter des roses ;

Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes

Que les nœuds trop serrés n'ont pu les contenir.

 

Les nœuds ont éclaté. Les roses envolées

Dans le vent, à la mer s'en sont toutes allées.

Elles ont suivi l'eau pour ne plus revenir.

 

La vague en a paru rouge et comme enflammée :

Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée...

Respires-en sur moi l'odorant souvenir.* 

 

 

 

* Ce texte appartient au domaine public, voir Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859), "Poésies de Mme Desbordes-Valmore", 2ème édition, éditeur scientifique Gustave Revilliod, Genève, 1873,  domaine public, Bibliothèque nationale de France, p. 15.

 

Pour citer ce poème

 

Shadi Saboji (texte sélectionné & traduit en persan par), « مارسلين دبور وال مور/Marceline Desbordes-Valmore,  "گل های زر سعدي" /"Les roses de Saadi" »Marceline Desbordes-Valmore|Revue annuelle, internationale, multilingue & poéféministe (poefeminist)« Célébration », n°1, mis en ligne le 7 juillet 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/periodiques/mdv/no1/3traduit-saboji

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés

 

Retour au N°1 

Repost0
REVUE MDV - dans REVUE MDV
6 juillet 2020 1 06 /07 /juillet /2020 15:32

 

Megalesia 2020 | Revue culturelle d'Orient & d'Afrique | Muses au masculin

 

 

 

 

Réminiscence Ad-Damiyâti

 

 

 

Mustapha Saha

Sociologue, poète, artiste peintre*

 

 

 

 

 

© Crédit photo : "Charles-André Julien". Portrait, par Mustapha Saha, peinture sur toile, dimensions 100 x 81 cm. 

 

I

 

Paris. Juin 2020. Un ami m’offre un vieux numéro de la revue marocaine Lamalif contenant mon texte « Ad-Damiyâti, Personnage de la mythologie populaire marocaine » (Lamalif, N°83, Août – Septembre 1976). Avec le recul du temps, la mémoire contextualise. Je me remémore les circonstances de cette recherche. Dans les années soixante-dix, je suis un jeune sociologue accaparé par des études d’urbanologie. Deux maghrébologues réputés,  Jacques Berque et Charles-André Julien, historien anticolonialiste, fondateur et premier doyen de l’université de Rabat après l’indépendance, m’adoptent comme un petit-fils spirituel. Ma dette intellectuelle envers eux est incommensurable. Un jour, j’évoque avec Charles-André Julien  les mythologies populaires marocaines, les poètes vagabonds, Abderrrahmane El Mejdoub, les saltimbanques des halkas, les Ouled Hmad ou Moussa, Aïcha Kandicha, Ad-Adamiyâti, qui marquent impérissablement mon enfance. Des légendes inculquées dès la prime éducation. Ainsi se transmettent les fascinations et les peurs ancestrales. Charles-André Julien me tend un catalogue des éditions du Centre National de Recherche Scientifique, m’indique une référence, Le Dictionnaire des Autorités, traduit par Georges Vajda, et me dit : « C’est une énigme historique, mets-toi au travail ». 

M. Saha



 

Lamalif

N° 83 - Août-Septembre 1976

 

SOCIOLOGIE


 

Qui de nous prononcerait le nom d'Ad-Damiyâti sans un réflexe de défense mêlé d’une certaine inquiétude, voire angoisse ? Peut-être que la mémoire de la génération montante a été épargnée par ce nom évocateur. Mais les enfants des années cinquante en gardent forte mémoire. Sont-ils les derniers dépositaires de ce personnage qui est l'un des plus mystérieux et des plus profonds que renferme notre mythologie populaire ? Ils le seraient sans doute dans le cas où Ils arriveraient à localiser le personnage dans l'histoire et delà à démêler tout le mythe qui l'entoure et l'entretient. C'est là un souhait d'appréhension qui semble être maintenant passe au stade de projet ébauché. L'amorce du travail vient d'un sociologue d’origine marocaine, établi en France, qui a pu identifier Abdel Moumen Ad-Damiyâti et son écrit traduit Il y a quinze ans par un chercheur du CNRS, qui ne soupçonnait guère la place qu'occupe Ad-Damiyâti dans la mémoire orale marocaine. Le sociologue, Mustapha Saha, situe le personnage, en nous proposant une hypothèse sur l'histoire maghrébine (encore fort obscure quant à certaines périodes)  pour porter finalement sa réflexion sur la mythologie populaire et son rôle actif dans notre vie collective.

Auteur d'une série d'études en psychopathologie urbaine, Mustapha Saha en arrive ici à soulever le rôle social de la mythologie populaire, en relation avec le phénomène de l'urbanisation. (Jamal Eddine Naji, Lamalif).




I

 

Ad-Damiyâti

Personnage de la mythologie populaire marocaine

 

Par Mustapha Saha

 

Je feuilletais, il y a quelques années, un catalogue d'édition quand ma curiosité fut accrochée par un titre qui réveilla un souvenir obscur de mon enfance, Le « Dictionnaire des Autorités » d'Ad al-Moumen ad-Damiyâti traduit par Georges Vajda1. Il s'agit, en fait, de la transcription d'un répertoire de noms accompagnés de dates de naissance et de décès. Une petite notice biographique nous apprend qu'ad-Damiyâti était un savant égyptien, né à Damiyat en 613/1217, mort en 705/1306. Il voyagea à travers le monde islamique pendant une quarantaine d'années avant de se retirer en 656/1267 (à cause de l'invasion mongole?) au Caire où Il accordait des audiences qu'il consignait soigneusement dans un gros répertoire. Ses visiteurs (entre douze cent cinquante et treize cents) venaient de tous les horizons sociaux, culturels et géographiques. La vie somme toute paisible d'Ad-Damiyâti s'inscrivait donc dans une longue tradition de transmission du savoir littéraire et théologique (dont font partie les maqamât).

 

Mais, comment le nom d'Ad-Damiyâti  s'est-iI introduit dans la mythologie marocaine (et probablement arabe) jusqu’à occuper un statut particulier dans le langage populaire ? Ne dit-on pas d'un lettré aux apparences un peu  lunatiques : « Il a lu Ad-Damiyâti, il en est devenu fou » ? Cette corrélation entre le savoir et la folie dans la perception populaire demande des éclaircissements. Au départ, Il existe une distinction entre le fou social (inadapté mental) et le savant fou. Le fou social n'est pas rejeté dans la société maghrébine, il est intégré comme personnage extra-ordinaire révélateur (analyseur) des comportements ordinaires (normalisés). Son  délire est compris comme la « voix de la vérité »,  qui  habite son corps et se dit par sa bouche. Sa conscience ne lui appartient plus. Son corps est en dérive mais, sa voix est sacrée. Il est considéré comme « irresponsable »  dans le sens où il n'encourt aucune sorte de punition, surtout pas l'internement, car la « voix de la vérité »  ne souffre pas l'enfermement. Son destin est l'errance et sa malédiction l'Immortalité.

 

Le savant fou, en revanche, n'a pas été  violé  par la « voix de la vérité » mais est parti à sa conquête, en pleine connaissance de cause. Il a lancé un défi et la « voix de la vérité » répond à ce défi en l'aveuglant par le peu de vérité qu'elle lui dévoile et qu'II s'avère incapable d'assumer. Ainsi son errance n'est qu'un égarement. Ébloui par une lumière qui le capte, l'emprisonne dans son rayonnement, le voila comme une mouche prise dans une toile d'araignée. La superstition populaire au Maghreb a souvent assimilé la quête du savoir scientifique à une tentative de pénétration de la Vérité de Dieu. Nourri par l'immobilisme maraboutique, l'imaginaire populaire se représente le savant comme un fou, c'est à dire un naufragé dans l'immensité divine dont il a voulu percer le secret. La fabulation se substitue ainsi à l'explication scientifique, ou même logique, mais, en même temps, cette fabulation collective assume des fonctions sociales précises que la science ne peut prendre en charge. Trop longue prédominance du spirituel, qui a fini par se figer et figer la révolte sociale qui lui donne consistance.

 

Mais, pourquoi avoir identifié cet état particulier de la « folie » (la folie du savoir) au nom d'Ad-Damiyâti ? À tel point que cette identification est devenue une maxime dans le langage courant, une explication absolue que le fantôme d'Ad-Damiyâti hante et protège. Au-delà d'un certain seuil du savoir, on entre dans le domaine interdit d'Ad-Damiyâti. D'un autre côté, ce genre de maxime a une charge symbolique tempérée par une sorte d'indulgence affective. L'ombre du diable est absente alors que, quand il s'agit d’un savant occidental, on n'hésite pas à dire que sa virtuosité, son pouvoir scientifique ne sont possibles que parce que le diable guide sa main, car ici, comme dans les autres sociétés, le diable vient d'ailleurs, de l'extérieur.

 

Revenons à notre question. Comment expliquer la célébrité du nom d'Ad-Damiyâti chez un peuple, qui ignorait tout de la personnalité de cet obscur  savant égyptien du XIIIe siècle2 ? Comment ce nom a-t-il été véhiculé à travers des siècles en n'utilisant que la transmission orale3 ? Ad-Damiyâti préfigure les deux facettes du mythe. Il est en même temps la tête et la queue du mystère sans qu'on puisse saisir la substantialité de son corps (son existence historique). Il est une référence secrète des marabouts, un code d’initiation en leur sein, une source de crainte diffuse pour le marocain illettré qui, en entendant prononcer son nom, crache symboliquement dans sa poitrine en signe d'exorcisme (Ad-Damiyâti serait-il le fiancé maudit d’Aïcha Kandicha ?).

 

Dans mon enfance, on me racontait que seuls les oulamas berbères de la vallée de Sous détenaient les clefs du mystère d'Ad-Damiyâti, et qu'eux seuls avaient le pouvoir (magique) de manipuler ses secrets sans s'attirer la foudre. Donc, ces oulamas constituent l'exception qui confirme ici la règle. Ils sont épargnés par la folie qui s'abat sur quiconque a fait commerce avec  l’esprit  d'Ad-Damiyâti. Or, ces oulamas du Sous sont célèbres dans tout le Maroc pour être très compétents dans la recherche des trésors. Ils détiennent une sorte de monopole dans la prospection des richesses anciennes enfouies sous le sol qu’ils mettent parfois à jour au prix d’un rituel complexe. C'est sans doute là que peut s'éclairer le lien entre le "Dictionnaire des Autorités" d'Ad-Damiyâti et la mythologie populaire qui l'a sacralisé. J'émettrai une hypothèse 1) Ad-Damiyâti était un savant qui voyageait beaucoup, collectait traditions littéraires et témoignages, recevait en audience des personnalités diverses, des notables, mais aussi des personnes moins connues ou totalement ignorées par l'historiographie classique (c'est peut-être ceux-là qui soulèvent le plus d’intérêt). 2) Le Maghreb du XIIème et XIIIème siècles était constamment déchiré par des guerres tribales, se déroulant le plus souvent en marge des processus de conquête de l'État, et n'y intervenant qu'une fois qu'elles avaient acquis une certaine ampleur. Ces guerres mineures ont donc échappé en grande partie à la mémoire historique bien que probablement consignées par écrit dans de petites zaouias dont l'influence théologique était localisée 3) Ad-Damiyâti recevait beaucoup d’anonymes, riches marchands exilés ou pèlerins ayant enterré leurs biens avant leur départ et voulant que quelqu'un en gardât le secret. La renommée et la crédibilité d’Ad-Damiyâti en faisaient un confident privilégié. Il serait ainsi l'une des sources précieuses d’information pour les prospecteurs de trésors qui, en établissant des recoupements évènementiels, pourraient déterminer la probabilité d’existence d'un trésor dans un lieu donné.

 

Le mythe d'Ad-Damiyâti, toujours persistant, le présentant comme un Faust de l'imagerie populaire marocaine, pourrait découler du fait que son nom était associé aux rites magiques accompagnant la découverte d'un trésor. La transmission orale de ce mythe serait ainsi une consécration historique pour l'œuvre d'Ad-Damiyâti dans la mesure où il a passé sa vie à collecter les éléments de cette culture populaire à sa source non écrite. Contraste saisissant avec la pensée historiciste d'un Ibn Khaldoun, intéressé par la marche globale de la société islamique, l'évènement particulier n'intervenant dans son analyse qu'en tant qu’indicateur ou de symptôme. Ad-Damiyâti aurait été, par contre, une sorte de notaire scrupuleux, évitant toute extrapolation, ayant le souci de l’exactitude et ne considérant aucun détail comme superflu. De ce point de vue, on peut considérer qu'une grande partie de l'histoire sociale du Maghreb reste à écrire, que des matériaux d'information existent depuis des siècles dans les petites zaouias, que ces matériaux ont jusqu’à présent échappé à la vigilance des historiens sait parce que ceux-ci les ont pris systématiquement pour des commentaires répétitifs du Coran et du Hadith, soit que ces matériaux sont transmis de manière secrète et initiatique.

 

La mythologie populaire fait partie intégrante du patrimoine culturel. ElIe n'est pas une couche atteinte par l'érosion, ni un ensemble de survivances en voie de disparition. Elle est au contraire un régulateur actif des rapports sociaux et devrait être analysée comme telle. En créant les conditions d'une concentration plus grande de la population et d'un brassage des cultures initiatiques de provenances diverses, l'urbanisation accélérée a donné une autre ampleur à cette face cachée de la culture maghrébine à laquelle les paysans prolétarisés ont recours pour contrecarrer leurs difficultés d'existence et d’adaptation à des modes culturels importés ou imposés par l'organisation technique et la division sociale du travail, et par extension de la vie quotidienne.

 

 

 

* Nouveau livre : Mustapha Saha, Haïm Zafrani. Penseur de la diversité, éditions Hémisphères / éditions Maisonneuve & Larose, 2020.

 

 

 

Notes

 

1. Édition du CNRS Pons 1962. Le principal manuscrit de MUGAM AS SUYUH (Dictionnaire des Autorités) existe à la Bibliothèque de la Grande Mosquée de Tunis.

2. Beaucoup de voyageurs maghrébins furent reçus par ad-Damiyâti dont Mohammed ABDARI qu’il hébergea et soigna à la Madrasa Zahiriyya. AI Abdari lui rend un grand hommage dans son livre « Ar Rlhla al-Maghribiyya » conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris (Ar 2283 fol 71 74) (sic) !

3. Étant donné que seul le mythe d’ad-Damiyâti nous intéresse ici  et non l’exégèse de son œuvre.

 

***

 

Pour citer cet article

 

​Mustapha Saha, « Réminiscence Ad-Damiyâti », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Megalesia 2020, mis en ligne le 6 juillet 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/megalesia20/reminiscence-addamiyati

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés                                 Retour à la Table de Megalesia

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia
4 juillet 2020 6 04 /07 /juillet /2020 16:19

 

REVUE MDV | N°1 | Célébration | AS | Spicilège

 

 

 

مارسلين دبور وال مور/Marceline Desbordes-Valmore,  "عشق" /"L'Amour"

 

 

 

 

 

Poésie de Marceline Desbordes-Valmore traduite en persan par

شعر از: مارسلين دبور وال مور - ترجمه از: شادي سابُجي

Shadi Saboji

 

 

 عشق

 

 

شعر از: مارسلين دبورد وال مور – ترجمه از: شادي سابُجي

 

شما مي پرسيد آيا عشق سرخوش مي کند،

عشق آن را وعده می دهد، باورش کن، این يک روزی بود، 

آه ! براي يک روز، هستيِ عاشقانه، 

چه کسی جان نخواهد داد؟ زندگي در عشق است، 

 

آن هنگام که مي زيستم چون معشوقه ایی ظریف و هراسناک،  

با آتش عشق، رنج هايش را نقاشي مي کردم، 

بر روي چهره ي اش، اشک بسيار مي ريختم، 

باشد که این تصویر به نظر کمتر جلوه گر باشد. 

 

و اگر لبخند، بارقه ايي غيرمنتظر،

بدرخشد گاهی در ميانه ي اشک هايم، 

اين عشق بود، اين او بود، اما بدون سلاح، 

اين آسمان بود...که با او، من گم شده ام.

 

بدون او، قلب چون خانه ايي بي شعله است،

او همه چیز را میسوزاند، این مسمومگر ملایم و شیرین،  

من کاملا راست گفته ام چونان که او روح را پاره می کند، 

بپرسید اینک، آیا عشق خوشبختی را عطا می کند !

 

شما آن را خواهید فهمید، آری، هر آن چه که می تواند باشد، 

از روی میل، از روی اجبار، عشق استاد و ارباب خواهد بود، 

و، در تب اش، از این رو شفا یافتن کند و آرام است، 

شما رنج خواهید برد، یا شما به رنج کشیدن واداشته خواهید شد. 

 

به محض این که ما او را ببینیم، فقدانش هولناک است،

به محض این که او باز آید، ما شب تا صبح می لرزیم، 

اغلب نهایتا مرگ در عشق است، 

و با این حال...آری، عشق سرخوش میکند. 

 

 

 

L'Amour 

 

 

Marceline Desbordes-Valmore

 

 

Vous demandez si l'amour rend heureuse ; 

Il le promet, croyez-le, fût-ce un jour. 

Ah ! pour un jour d'existence amoureuse, 

Qui ne mourrait ? la vie est dans l'amour.

 

Quand je vivais tendre et craintive amante, 

Avec ses feux je peignais ses douleurs : 

Sur son portrait j'ai versé tant de pleurs, 

Que cette image en paraît moins charmante.

 

Si le sourire, éclair inattendu, 

Brille parfois au milieu de mes larmes, 

C'était l'amour ; c'était lui, mais sans armes ; 

C'était le ciel... qu'avec lui j'ai perdu.


 

Sans lui, le cœur est un foyer sans flamme ; 

Il brûle tout, ce doux empoisonneur. 

J'ai dit bien vrai comme il déchire une âme : 

Demandez-donc s'il donne le bonheur!


 

Vous le saurez : oui, quoi qu'il en puisse être, 

De gré, de force, amour sera le maître ; 

Et, dans sa fièvre alors lente à guérir, 

Vous souffrirez, ou vous ferez souffrir.


 

Dès qu'on l'a vu, son absence est affreuse ; 

Dès qu'il revient, on tremble nuit et jour ; 

Souvent enfin la mort est dans l'amour 

Et cependant….oui, l’amour rend heureuse !*

 

 

 

* Ce texte appartient au domaine public, voir Desbordes-Valmore, Marceline (1786-1859), "Poésies", tome 2, éd. A. Boulland, Paris, 1830,  2 vol., Bibliothèque nationale de France.

 

Biographie de Shadi SABOJI,

 

(Poétesse, traductrice, journaliste, auteure), issue d’une famille semi-intellectuelle, la classe moyenne civile, née à Ispahan en Iran au décembre 1984, Shadi SABOJI a fini ses études à l’université de Shahrekord en Iran, puis elle a enseigné pendant quelques années aux universités d’Azad à Ispahan, ensuite elle était arrivée en France au 2012 afin de continuer ses études et ses recherches. En poursuivant ses études dans plusieurs universités françaises, comme Université Orléans, Université Grenoble Alpes, etc., elle a commencé à rédiger ses poésies directement en français à partir de 2016 afin de ne pas rester seule et isolée dans cette société. En revanche, elle écrit de la poésie en persan dès l’âge de neuf ans. On trouve certains de ses poèmes en ligne sur les sites littéraires iraniens. Universitaire, elle est l’auteure d'articles scientifiques présentés dans des conférences nationales et internationales. 

    Trilingue, farsi, anglais et français, elle est active dans le domaine de la traduction des articles sur les actualités iraniennes dans les grands journaux français, en langue persane, dans le "Journal Iran Dar Jahân" à New York aux États-Unis. De plus, elle a fait des traductions des poésies françaises en farsi, des poètes classiques, et des poètes contemporains francophones comme Ernest Pépin, publiant dans les journaux iraniens. Journaliste persane depuis 2010, connaissant le monde iranien, elle a déjà passé aussi des formations courtes sur la Géopolitique du Moyen-Orient, dans plusieurs instituts comme l’Institut de Recherche et d’Études Méditerranée Moyen-Orient (IREMMO), et l’Institut libre d’étude des relations internationales (ILERI) à Paris.  

    Poétesse-voyageuse dans les pays de l’Orient, elle a aussi voyagé dans toute la France avec le train SNCF, le vélo, à pied, le Blablacar. Courageuse, solitaire, et intéressée par des rencontres littéraire, elle est la fondatrice d’une émission télévisée littéraire persane, « Zoragheadabiyat », d’une manière indépendante, elle fait des entretiens télévisés avec des écrivains/poètes/traducteurs/éditeurs persanophones autour du monde entier depuis quelques années. C’est un grand projet iranien de recherche médiatique sur la littérature contemporaine autour du monde.

 

Pour citer ce poème

 

Shadi Saboji (texte sélectionné & traduit en persan par), « مارسلين دبور وال مور/Marceline Desbordes-Valmore, "عشق"/"L'Amour"»Marceline Desbordes-Valmore|Revue annuelle, internationale, multilingue & poéféministe (poefeminist)« Célébration », n°1, mis en ligne le 4 juillet 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/periodiques/mdv/no1/2traduit-saboji

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés

 

Retour au N°1 

Repost0
REVUE MDV - dans REVUE MDV

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Hommage poéféministe au professeur Samuel Paty
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRIE DE PRENDRE PART À SON HOMMAGE POÉFÉMINISTE AU PROFESSEUR SAMUEL PATY Du 18 au 22 octobre 2020 Le Pan Poétique Des Muses, les périodiques et les membres de l' association Société Internationale d’Études des Femmes et...
  • Cieux en bleu-blanc-rouge
    Hommage poéféministe... | Textes poétiques Cieux en bleu-blanc-rouge (chanson patriotique ) Dina Sahyouni Crédit photo : "Drapeau de la France", domaine public, image Commons. Enfants des Lumières, soyez solidaires. enfants des Lumières, restez solaires...
  • Aujourd'hui j'ai mal à mon école
    Hommage poéféministe... | Textes poétiques Aujourd'hui j'ai mal à mon école Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème aujourd'hui j'ai mal à mon école un enseignant a payé de sa vie notre droit à la liberté d'expression garanti par nos...
  • Un pan de poèmes pour Toutes à l'école 2020
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE L'ÉVÉNEMENT POÉTIQUE & FÉMINISTE : UN PAN D E POÈMES POUR TOUTES À L'ÉCOLE ÉDITION 2020 pour fêter le 11 octobre 2020 la Journée Internationale des Droits d es Filles Cet événement est soutenu par l'association...
  • À une jeune fille
    Événements poétiques | Un pan de poèmes pour Toutes à l'école 2020. À une jeune fille Désirée Pacault Poème choisi & transcrit pour cette revue par Dina Sahyouni © Crédit photo : Il s'agit probablement d'un portrait de l'auteure/autrice "Désirée Pacault",...
  • La fileuse et l'enfant, Ondine à l'école
    Événements poétiques | Un pan de poèmes pour Toutes à l'école 2020 La fileuse et l'enfant & Ondine à l'école Marceline Desbordes-Valmore Poèmes choisis & transcrits pour cette revue par Dina Sahyouni La fileuse et l'enfant J'appris à chanter en allant...
  • À une jeune orpheline
    Événements poétiques | Un pan de poèmes pour Toutes à l'école 2020 À une jeune orpheline Frédérique Jacques Poème choisi & transcrit pour cette revue par Dina Sahyouni Il est un doux flambeau, dont l'œil mélancolique, Ne réfléchit jamais les rayons amoureux......
  • Père me dit
    Événements poétiques | Un pan de poèmes pour Toutes à l'école 2020 |Poésie féministe & engagée Père me dit Ortoolski Crédit photo : "Deux écolières Chepang au Népal", image de Commons, domaine public. Mon père ne veut plus que j'aille à l'école il me...
  • Où sont les hommes ?
    N°8 | Réflexions féministes sur l'actualité Où sont les hommes ? Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : "Apollon du Belvédère", image de Commons, domaine public. Depuis toujours je suis étonnée que la pilule pour homme,...
  • Franck Delbarre, Je t’emmène voir les coquelicots, poèmes entremêlés d’histoires, Éditions Sajat, 2020, 12€.
    N°8 | Critique & réception Franck Delbarre Je t’emmène voir les coquelicots poèmes entremêlés d’histoires, Éditions Sajat, 2020, 12€ Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes © Crédit photo : "Première de couverture illustrée du recueil aux...