12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 17:56

 

Événements poétiques  | Megalesia 2021 | Astres & animaux | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages

 

 

 

 

 

 

 

 

Requiem pour un noyer

​​

 

 

Écopoème de

 

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème

 

 

Photographie par

 

Claude Menninger

 

 

 

© Crédit photo : Claude Menninger, " Le noyer au Royaume des cieux à Kunheim.

​​​​​​

 

 

 

 

planté par mon ancêtre dans le Himmelreich ou Royaume des cieux à Kunheim

 


 

sans doute est-ce la dernière année

que je contemple ce noyer

dont les plus hautes branches

se ramifient à celles de mon enfance

 

 

bientôt il ne veillera plus

sur l'ombre des disparus

et la cohorte de mes aïeux

rejoindra celle du royaume des cieux

 

 

abattu ce noyer qui s'arrime

aux stances de ma rime

brûlera le bois de ma peine

dans le feu de mon poème

 

 

décapité cet immense noyer

restera dans mon âme planté

tel l'indéracinable vigile

d'un temps à jamais immobile*

 

 

 

*Contexte :

"Je me bats pour "sauver ce noyer qui jouxte ma propriété sur une terre jadis cultivée par mes ancêtres mais aujourd'hui vendue par d'autres héritiers à une agence immobilière. Il est menacé par une construction immobilière ! Le bétonnage intensif menace nos terres, détruit la nature...

Peut-être que ce texte et la photo signée Claude Menninger trouveront-ils leur place dans une rubrique ayant trait à l'écologie ? Je n'ai que ma poésie pour sauver cet arbre centenaire que j'essaie de faire classer comme arbre remarquable !"

 

 

© Poème de F. Urban-Menninger, Kunheim 31 décembre 2020.

 

 

***

 

Pour citer cet écopoème

 

Françoise Urban-Menninger, « Requiem pour un noyer », écopoème inédit illustré par une photographie inédite de Claude Menninger, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Megalesia 2021, mis en ligne le 12 mars 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/megalesia21/fum-requiem-noyer

 

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

 

© Tous droits réservés 

 

Retour à la Table de Megalesia 2021 

 

Notre Commentaire : 

L'association SIÉFÉGP et ses périodiques soutiennent la démarche écologique de Françoise Urban-Menninger et demandent vivement au service administratif concerné de classer ce noyer comme arbre remarquable. 

 

Par LE PAN POÉTIQUE DES MUSES et l'association SIÉFÉGP 

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia Poésie engagée Écopoétique Écopoésie
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 16:12

 

Événements poétiques | Megalesia 2021 | Critique & réception

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand l'humanitaire

 

 

s'invite en poésie

 

 

 

 

 

Maggy de Coster

Site personnel

Le Manoir Des Poètes

​​​​​​​

 

 

 

Si pour Malherbe « Un bon poète n’est pas plus utile à l’État qu’un bon joueur de quilles. » mais plus tard Hugo nous enseignera dans Les Rayons et les ombres que le poète était un guide, un justicier, un messager. Alors qui dit mieux ?

 

Dans Sauvons les migrants, Anthologie poétique humanitaire, Éditions Parole & Poésie, 2020, 169 pages, format A5, 20€, coordonnée par Patrick Picornot et Aumane Placide, ce sont les poèmes de cinquante poètes qui résonnent comme un silence brutal sur lequel se referment les portes de la vie. La vie de tant d’êtres humains engloutis au creux des vagues tumultueuses de la Mer Méditerranée. 

Les propos liminaires de Patrick Picornot « Redonnons la parole aux poètes » portent sur le regard des poètes tels qu’Aimé Césaire, Victor Hugo, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Louise Michel et bien d’autres sur la construction du tissu social au fil de l’Histoire.

​​​​​​

Puis dans « Intra-Muros / Extra-Muros », il a dressé un état des lieux en replaçant le phénomène migratoire dans son contexte sociopolitique et historique. Aussi considère-t-il que l’autre est « le suspect » en puissance tout en ne se gardant de lancer cette exhortation : « Saluons tous ceux qui, avec courage, proposent d’accueillir les migrants dans les ports, bien qu’ils n’aient pas toujours l’aval des gouvernements ». (p.30) 

Témoin de son temps, le poète n’est pas moins actif que les autres entités sociales. Il participe par l’écrit au sauvetage de ses semblables. En traduisant ce qu’il a vu, en retraçant les faits, il n'en demeure pas moins qu’il laisse une trace derrière lui. 

« Une vie ne vaut rien mais  rien ne vaut une vie », proclame Malraux et c’est ce qu’ont compris les protagonistes de l’anthologie en  concrétisant cette idée insufflée par Patricia Bruneaux qui s’indignait face au drame humanitaire  qu’est le péril en mer des milliers de migrants. « Dans son plaidoyer pour le respect du vivant » dédié à l’Aquarius, elle évoque le passé de sa maman, l’exilée fuyant la guerre à l’époque coloniale avec sa fratrie : « Tous, à fond de cale d’un navire, parqués comme des bestiaux sans eau ni alimentation ». (p.34)

 

À travers les pages qui suivent c’est un véritable SOS sous couvert de la poésie que lancent cinquante poètes à la sensibilité et à la plume très différentes. Quelle gageure !

Quant à Aumane Placide dans « Nous sommes tous des migrants », pour corroborer sa thèse, elle nous donne à voir une vue panoramique de l’Histoire de France en soulignant les différentes strates qui se sont agglomérées au fil du temps (du IXe au XXe siècles) pour former la société française. Elle a également évoqué le paroxysme du racisme chez le zoologiste Cuvier qui compara Sarah Baartman (la Vénus hottentote) à un orang-outang. Pour contrer ce racisme viscéral, elle en appelle à l’anthropologue et ethnologue Claude Lévi-Stauss qui soutient :

« L’Homo sapiens venant d’Afrique s’installe progressivement au Proche –Orient, en Asie puis en Europe, territoire occupé par les Néerdanthaliens. Il conquiert ensuite l’ensemble du globe » (p.149)

C’est sur les propos de Pedro Vianna que cette anthologie se referme avec « Conjuguer Migration et Poésie entre Hasard et Nécessité ». Qui peut mieux parler de la condition des migrants que lui ? « Je fais partie de cette minorité », écrit-il.

Économiste, poète et dramaturge, il a eu un parcours atypique en tant que réfugié politique d’origine brésilienne. Ayant été juge assesseur à la Cour nationale du droit d’asile, nommé par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), il connaît bien les dossiers. Cela va sans dire qu’il a pas mal plaidé la cause des migrants.

Il nous rappelle que le phénomène migratoire ne fait partie que de plus de 3%  de la population mondiale qui est de 7 milliards et demi,  ce qui sous-entend que les migrants,  loin d’être un fardeau  difficile à porter pour les pays d’accueil, contribuent la plupart du temps à l’essor économique et culturel de ces derniers quand leur intégration est réussie. Pedro Vianna n’en est pas moins un exemple pour avoir mis son savoir universitaire à la disposition des étudiants français et européens en tant qu’enseignant. 

 

Avec Éric Meyleuc, feu son compagnon, en qui il avait su trouver un allié de taille, il militait dans le théâtre tout en continuant son combat dans le domaine associatif en faveur des migrants.

Retraité, il poursuit encore avec beaucoup d’intérêt sa lutte « dans le champ des questions migratoires ». 

 

Cette anthologie est un livre de référence, riche en faits socio-historiques et politiques. Elle recèle également un bon nombre d’adresses utiles. 

 

 

***

 

 

Pour citer ce texte

 

Maggy De Coster, « Quand l'humanitaire s'invite en poésie », texte inéditLe Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Megalesia 2021, mis en ligne le 12 mars 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/megalesia21/mdc-humanitaireenpoesie

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

© Tous droits réservés 

 

Retour à la Table de Megalesia 2021 

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans Megalesia Poésie philanthropique
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 14:57

 

Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | « Désir » | Les femmes & le désir en poésie 

 

 

 

 

 

Les reins enveloppés de lin blanc

 

 

&

 

 

La lune s’effondre dans le ciel de Dia

 

 

 

 

 

Marie-Laure Le Berre

 

 

 

Crédit photo : Médée, "Jason et leurs enfants", Napoli, domaine public, Wikimedia. 

 

 

Les reins enveloppés de lin blanc 

frissonneront 

sous la scie lente d'un doigt

qui aimera glisser sur une cuisse tremblante

jusqu'à la caverne creuse où il s’engouffrera.

Perlera alors la fièvre de l’attente

entre deux seins

Jaillis

sous la lèvre ouvrière 

de leur dieu.

Elle gémira d’espoir de recevoir enfin 

le joyau en son creux

et suppliera de ses vœux sans paroles

de sombrer dans le grand bleu des cieux.

​​​​​​Elle sera morte avant.


 

La chair fondue en braise

rouge

dans la fournaise de mon feu.

 

Ah !, je sens là au ventre

mousser

une délicieuse angoisse

à l’idée 

des poisons efficaces

que j’ai versés brûlants 

sur les voiles de l’épousée.

Puissent-ils calmer ma rage effrénée 

de rivale

avant que je ne prenne 

jusqu'au fond

de mon sexe de femme 

Jason pour le tuer.*


 

 

 


* Extrait de M-L. Le Berre, Étude sur Médéé.






 

Crédit photo :  Angelica Kauffmann, "Ariane donne une pelote à Thesée", domaine public, Wikimedia. 

 

 

 

La lune s’effondre dans le ciel de Dia. Les ramiers claquent leur vol sur un jour déjà mûr. Dans l’antre creuse. Sur la natte moelleuse. Les doigts blancs. Autour tâtonnent encore épris. Du plaisir de la nuit. Elle s’éveille. 

Les paupières aux longs cils battent. Contre un rayon, les doigts se sont lassés. Ils s’affaissent. Explorent de nouveau. La main s’étonne, elle cherche. La peau étrangère. Elle s’affole soudain. De la fraîcheur du lit.

 

Elle se dresse. Nue. 

La place est vide. 

Le ventre grouille, elle le caresse, le cœur bat trop. Sur cette terre sauvage encerclée d’eau. Elle est seule. Elle crie. 

Thésée.

Elle crie son désir de lui encore. Comme ça, les genoux. Sur les seins. Recroquevillés, elle pense, elle veut. Sa nuque, sa bouche, et ses yeux d’eau. Que sa poitrine dure lisse encore sa peau. Elle n’en peut plus. De sa douleur, ce feu. Dans le silence où nul n’entend.


 

Elle recouvre son corps des tissus épars.

 

Elle se met à courir. 


 

Jusqu’au rivage. Le sable freine ses pieds. Elle s’arrête. Sent la mer mourir. Sur sa chair. Glacée. Et les âcres goëmons. Des roches découvertes. Au soleil, ses voiles tombent. Dans les vagues. Ondulent comme des noyés. De torpeur. Elle est à lui, Thésée. Tout entière attachée. À son corps chaud qu’elle a  longtemps baisé. 

Elle voit.

Là-bas. La voile noire siller sur l’horizon lustré. D’argent. Elle crie. Pour que Thésée l’entende, folle. D’un éternel chagrin bientôt. Elle s’élance. Elle ne se souvient plus du fil qu’elle a tendu. Pour le sauver. Du labyrinthe, ses passages. Pour la perdre. Dans l’inextricable réseau de ses souffrances. Elle gravit les rocs aigus. Pour étendre sa vue sur la mer. La voile est là. Elle fend l’eau. Elle dévale. Les pentes, court au-devant. De l’onde, relevant les tissus trempés sur ses jambes nues. Elle crie. 

À dieu. 

De perdre Thésée et tous les hommes qui, jusqu’au lit, promettent les amours permanentes, ils partent après. Conquérir d’autres gloires, d’autres terres. Et ravir d’autres Phèdre. Toujours.


 

Elle a regagné l’antre et la couche sent le parfum du furtif vainqueur. Elle renifle. Comme la bête, elle pleure. Après. Elle allonge son corps. Parfaitement. De désir. 

Du désir lent de lui. 

Elle meurt. Elle sent, elle meurt. 

Sur le lit fait.**


 

 

** Extrait de M-L. Le Berre, Étude sur Ariane.

 

 

***

 

 

Pour citer ces poèmes sur le désir 

 

Marie-Laure Le Berre, « Les reins enveloppés de lin blanc » & « La lune s’effondre dans le ciel de Dia », poèmes d'amour inédits, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Le Printemps des Poètes « Les femmes et le désir en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 12 mars  2021. Url :  

http://www.pandesmuses.fr/desir/mllb-medee-ariane

 

 

 

 

Mise en page par Aude SIMON 

 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans RECUEIL NO3 Amour en poésie
11 mars 2021 4 11 /03 /mars /2021 17:05

 

Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | « Désir » | Les femmes & le désir en poésie  

 

 

 

 

 

Le vent, L'urne,

 

 

Triste je suis

 

 

&

 

Tant rutilent mes yeux noirs

 

 

 

 

 

Camille Aubaude

Sites officiels : http://www.camilleaubaude.com/

& www.lamaisondespages.com/

Blog officiel : https://camilleaubaude.wordpress.com/

 

 

 

Crédit photo : Reclining beauty, domaine public, Wikimedia. 

 

 

 

Le vent 

 

 

Je suis enceintée par le vent

galopant à tous vents.

Personne ne m’enlève l’ivresse des mots,

galopant à tous vents.

Mirage de l’art, verte enfance empourprée

je suis encerclée par les vents,

L’harmattan, le zéphir… la brise

astucieuse enlace mes seins

ensemençant de ses caresses le blanc

entourant la colonne de sang

du giron de la Déesse.

 

 

 

 

 

L’urne  

 

 

Les baisers de la bouche dans la mer frissonnante emportent la chair dans leurs cadences.

 

 

La queue enfoncée dans la chatte chaude fait tanguer le beau cul aux tréfonds puissants, où la pierre de sang palpite, folle, en mesure, pourtant.

 

 

Il passe le long des seins, elle ouï sa voix à jamais en pressant son dessein d’aboutir au même instant qu’elle, tout prêt, nue et pâmée.

 

 

Elle sait sa toison noire aux perles ruisselantes sur la peau ambrée, la rose salée d’un baiser dans le cou, le ton haut des battements de son cœur.

 

 

Et ses doigts dans sa chatte éperdue et folâtre, où naviguent l’orque, le norval, la faune aux serpents de feu.

 

 

Plaqué contre ses reins, il manie le sceptre du sacre divin et lève les vagues de la mer. Le diamant qui ruisselle de ses yeux vers ses yeux est le sien, puis le leur, fort brillant.

 

 

La sirène a rué dans les palmes de l’ondin, occulte pouvoir de saisir l’esprit qui meut l’homme et la femme en une danse à pleines mains.

 

 

Sans être du même sang, ils ont l’envie jumelle de jaillir à l’aube de sourires d’aise. Mus dans l’étreinte de chaque jour, la lutte contre la nuit, les râles adorant le silence cadencé.

 

 

Feu perpétuel, cheveux mêlés, poitrines embrassées, aux formes arrondies de la mer dans les remous de paupières sous les jolies langues mouillées.

 

 

Oh ! que le sacre de Morphée relève le sceptre des ténèbres.

 

 

 

 

 

Triste je suis

 

 

Triste je suis, vous tordez mon désir

 

saisissez ma fleur d’étrange force

Vous me tenez sous un joug féroce

jusqu’à me faire consentir.

 

 

Je souris de n’être la première

à rester en prière penchée sur ma raison

étincelle sur la roche où vos caresses

dénudent mon corps en langueur.

 

 

Sur le roc de Lorelei brûle une fleur cueillie

au Phœnix des Veilles par un Oiseau qui fuit

tant il est blanc. Glace fendue, son vol

verse au ciel la cendre de peaux nues.

 

 

Un lys blanc, puis deux lys troublants

embaument la Maison qui m’enlace

en fils de rêverie pour que je trace

sans retard la séparation de l’Azur.

 

 

 

 

Tant rutilent mes yeux noirs

 

 

Tant rutilent mes yeux noirs

happant les tourbillons du désir 

qu’ils vous envoûtent sans gémir

en poursuivant de vains espoirs.

 

 

 

Temps de tempête dans les soirs 

mes lèvres roses vont s’ouvrir

et d’instinct mon âme mourir

tant vous dansez en ses miroirs.

 

 

Dans la cuisine aux cafés noirs

le ciel s’accorde à nos soupirs.

L’eau coule en nos abreuvoirs

tant que rutilent mes yeux noirs.


 

 

***

 

 

Pour citer ces poèmes d'amour sur le désir 

 

Camille Aubaude, « Le vent », « L'urne », « Triste je suis » & « Tant rutilent mes yeux noirs » poèmes inédits d'amour, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Le Printemps des Poètes « Les femmes et le désir en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 11 mars  2021. Url :  

http://www.pandesmuses.fr/desir/ca-levent

 

 

 

 

 

 

Mise en page par Aude SIMON 

 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

Repost0
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans RECUEIL NO3 Amour en poésie

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE SON FESTIVAL EN LIGNE Megalesia édition 2021 du 8 mars 2021 au 31 mai 2021 © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "La Tendresse", no 1, Collection "dame nature", acrylique, peinture. Festival numérique, international...
  • Table de Megalesia 2021
    Table de Megalesia 2021 Édition 2021 du 8 mars au 31 mai Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie (SIÉFÉGP)...
  • À mesure que je t’aime, Une saveur de ciel et I have a dream
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Poésie audiovisuelle À mesure que je t’aime, Une saveur de ciel & I have a dream Poème & peinture de Sarah Mostrel Site : https://sarahmostrel.wordpress.com Facebook : www.facebook.com/sarah.mostrel À mesure que...
  • Adieu Philippine (film de 1962)
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Chroniques de Camillæ | Revue culturelle d'Europe Adieu Philippine (film de 1962) Camille Aubaude Site & blog officiels : www.lamaisondespages.com/ https://camilleaubaude.wordpress.com/ C’est magique de voir enfin...
  • Frivole et Le jardin douceur
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Poésie érotique Frivole & Le jardin douceur Poème & peinture de Sarah Mostrel Site : https://sarahmostrel.wordpress.com Facebook : www.facebook.com/sarah.mostrel © Crédit photo : Sarah Mostrel, "Fête", peinture. Frivole...
  • Le désir...
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Varia de textes poétiques sur Le Printemps des Poètes 2021 Le désir... Anick Roschi Peinture de Mariem Garali Hadoussa Artiste plasticienne & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme nabeul" © Crédit photo...
  • No 1 | O | Les figures des orientales en arts et poésie
    PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales... Les figures des orientales en arts & poésie © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. Crédit photo : Mariana Marrache (1848-1919), auteure et poète syrienne,...
  • Savoir discerner dans la prudence, Savoir pardonner dans la simplicité et...
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Carte blanche à une artiste | Poésie audiovisuelle Savoir discerner dans la prudence, Savoir pardonner dans la simplicité & Savoir espérer dans la foi Nicole Coppey Site officiel : http://www.nicolecoppey.com/ Chaîne officielle...
  • Les amants et Le baiser
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Varia de textes poétiques Les amants & Le baiser Poème de Corinne Delarmor Peinture de Mariem Garali Hadoussa Artiste plasticienne & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme nabeul" © Crédit photo : Mariem...
  • Je vous aime
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Poésies printanières & colorées | Florilège de textes poétiques Je vous aime Poème de Corinne Delarmor Peinture de Mariem Garali Hadoussa Artiste plasticienne & poète Présidente de l ’ association "Voix de femme...