5 novembre 2021 5 05 /11 /novembre /2021 12:00

 

N°10 | Célébrations | Handicap & diversité inclusive

 

 

 

 

 

 

 

 

« Les profondeurs de l’invisible »

 

 

paraît en braille

 

 

 

 

 

 

 

Texte de

Hanen Marouani

Docteure en langue et littérature françaises de l’université de Sfax et auteure de quatre recueils de poésie(s) et traductrice

 

Photographies par l'artiste

 

Dominique Meunier

 

 

 

 

© ​Crédit photo : Première de couverture du recueil de poèmes de Hanen Marouani, image prise par l'artiste Dominique Meunier.

 

 

Célébrons la journée internationale de la vue par une édition poétique adaptée aux déficients visuels !

« Les profondeurs de l’invisible de Hanen Marouani »

 

 

 

À l’occasion de la journée mondiale de la vue, la poétesse Hanen Marouani a annoncé le 14 octobre 2021, sur ses réseaux sociaux, la prochaine sortie de l'édition tactile de son premier recueil publié aux éditions Édilivre à Paris en janvier 2019 et qui s’intitule « Les Profondeurs de l’Invisible ». La promotion du développement de l’écriture braille en Tunisie que partout dans le monde entre dans le cadre d’un processus important pour assurer la culture et l’éducation pour tous. 

 

Traduit en Braille par les membres bénévoles de L'association braille pour l'éducation et la culture en Tunisie, cette édition adapte les poèmes et textes du recueil cité pour les rendre accessibles aux personnes non-voyantes. 

À l’occasion, nous mettons en avant l’annonce de cette belle initiative d’adaptation en Braille numérique de ce recueil dont le titre « Les Profondeurs de l’Invisible » a déjà inspiré cette initiative comme forme de sensibilisation à l’importance de ce système d’écriture destiné aux déficients visuels.  

 

Ce recueil de poèmes a été annoté par la doctorante et chercheure tunisienne en littérature francophone et africaine à l’université de Sfax Rym Gamanda pour nous faire entendre la magie de la volonté et nous plonger au cœur des débats et combats existentiels de certaines catégories sociales dont la douleur, les obstacles et les handicaps ne sont qu’un facteur de motivation et de persévérance. C’est l’occasion de vous livrer l’avant-propos de ce recueil : 

 

« Les profondeurs de l’invisible, nous fait plonger scrupuleusement et poétiquement dans les profondeurs de l’existence humaine. Des fragments de vie hétérogènes mais qui ont en commun, l’humain en ce qu’il a de plus noble, de plus euphorique mais aussi de plus dramatique et de plus tragique.

 

Dans ce recueil de poésie, l’être humain est en perpétuel symbiose et en éternel dialogue spirituel avec les éléments de la nature : le soleil, la mer, le vent… Quant au temps, il semble être un puissant actant sur les mortels-vivants. La nature ne se contente pas d’accompagner les états d’âme, de transpercer les humeurs mais elle est parfois celle qui tisse les avenirs et les destins. La Femme, créature centrale de ces poèmes est symbole de persévérance, de défi. Elle ne cesse de se relever malgré les échecs et les coups durs des êtres et de la vie. Nourrie d’espoir et de rêves, elle avance malgré les hésitations et turbulences de tous les côtés pour grimper les échelons du succès en dépit des embûches rencontrées au cours de son chemin. Dans son poème « Pour un avenir meilleur » (pp. 8-11), elle raconte l’aventure d’un voyage clandestin mené par un groupe de jeunes tunisiens qui vont trouver la mort après une longue lutte contre « les vagues révoltées » et « après la signature d’un mariage militaire entre la mer et le vent » selon ses propres mots.  L’aspect romantique  de la mer semble complètement absent et l’attente dans le dilemme des faux espoirs pour voir la rive malgré le poids d’une vie pleine des histoires et de danger,  de multiples interrogations jamais posées ou pensées, donnent à cet espace aquatique tant romantisé une vision plus réelle et plus vraie pour remettre en cause et pointer de doigts les vrais responsables des rêves avortés de notre jeunesse et de l’assombrissement des  horizons après la période postrévolutionnaire de la Tunisie. Le mariage forcé évoqué dans son poème « Dimanche matin », et « Un choix malgré moi » les aspirations et le rêve de tout changer vers le mieux décrit dans ses deux textes, « Demain, je le vivrai ainsi » (p. 38) et « Changer tout ou rien » (p. 39). Un hommage au peuple palestinien, dans ce recueil écrit entre 2013 et 2018, à travers deux textes intitulés « L’Olivier » (p. 21) et hommage à « Aahd Tamimi » (p. 23). 

 

Le départ est un épisode de contestation, un cri de déni et de révolte contre une médiocrité insistante et exigeante. Le départ est une quête urgente de sérénité et d’un vécu meilleur qui mérite d’encourir tous les risques prévus et imprévus. L’échec, la déception, l’incertitude ne sont pas des stations d’arrêt final mais les déclencheurs stimulateurs d’une tentative nouvelle avec plus d’endurance et de ténacité. Il s’agit de défrayer courageusement son chemin pour la délivrance et l’accomplissement d’un changement longtemps aspiré. L’espoir côtoie le désespoir. Le passé côtoie le futur. Les larmes côtoient les sourires. Le jour côtoie la nuit. La mort côtoie la vie. Mais la vie continue… »

 

Une présentation de ce projet aura lieu très prochainement au siège de l’association Braille pour l’éducation et la culture en Tunisie avec la présence de son directeur, de ses membres, quelques universitaires et activistes dans la société civile et d’autres événements à ses alentours seront aussi annoncés dans les meilleurs délais. 

 

Pour en savoir plus sur ce recueil, veuillez visiter ce lien : 

https://www.edilivre.com/les-profondeurs-de-l-invisible-hanen-marouani.html/

 

L’idée d’étendre cette démarche à d’autres ouvrages dans les différentes spécialités scientifiques, littéraires, juridiques, parascolaires…ainsi que dans tous les domaines est l’un des objectifs principaux des futures activités de l’association.  La lecture et la culture doivent être à la portée de tous et une telle volonté n’a d’équivalent que la force intérieure que peut porter chaque malvoyant afin d’arriver à sentir et savourer la lumière et le goût du savoir. Les bonnes intentions sont aussi aptes à être traduisibles poétiquement et humainement afin d’aboutir certainement à des lendemains meilleurs par la considération des profondeurs.

Avant de finir, il est à souligner que plusieurs maisons d’édition en France aussi sont en train de travailler sur l’adaptation des œuvres et des livres en format tactile ou sonore comme tentative d’élargir le nombre de lecteurs et d’intégrer surtout et avant tout les personnes victimes d’un handicap visuel. À titre d’exemple, un sondage a été déjà lancé par la maison d’édition parisienne Le Lys Bleu où Hanen Marouani a publié aussi son dernier recueil « Tout ira bien » en janvier 2021. Les réponses ont été très positives et favorables pour soutenir l’idée et l’importance de diffuser la culture sous divers aspects et la lecture de beaux textes en intégrant des personnes qui n’ont quasiment aucune possibilité de lire.  Le Lys Bleu est une maison d’édition dirigée par M. Benoît Couz et elle est en train de faire un beau travail humaniste et une belle illustration de diversité inclusive.

Voici le lien pour avoir une idée sur le dernier recueil de Hanen Marouani publié aux éditions Le Lys Bleu et il sera aussi adapté en vers version Braille numérique :

https://www.lysbleueditions.com/produit/tout-ira-bien/

 

 

© ​Crédit photo : Première de couverture du recueil de poèmes de Hanen Marouani, image prise par l'artiste Dominique Meunier.​​​​​

 

 

La lecture est meilleure par le partage, l’échange et l’inclusion de la diversité ! 

 

 

 

***

 

Pour citer ces texte & photos inédits

 

Hanen Marouani« "Les profondeurs de l’invisible" paraît en braille », photographies par Dominique Meunier, Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°10 | Automne 2021 « Célébrations », mis en ligne le 5 novembre 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no10/hm-parutionenbraille

 

 

 

 

Mise en page par Aude Simon

 

© Tous droits réservés

Retour au Sommaire du N°10 ​​​​​​​​​

Repost0
4 novembre 2021 4 04 /11 /novembre /2021 10:18

 

N°10 | Célébrations | Critique & réception 

 

 

 

 

 

 

 

Maria Zaki, 

 

 

Au dédale de l'Âme /

 

Nel Labirinto dell’anima,

 

 

traduction italienne de

 

Mario Selvaggio,

 

 

illustration de Giulia Spano,

 

 

L’Harmattan Aga

 

 

 

 

 

 

Maggy de Coster

​​​​Site personnel

Le Manoir Des Poètes

 

 

 

 

© Crédit photo : Première de couverture illustrée par Giulia Spano de l'œuvre Au dédale de L'Âme / Nel Labirinto dell’anima de Maria Zaki, traduction italienne de Mario Selvaggio aux éditions L'harmattan Aga. 

 

 

 

Des poèmes tout en finesse et d’une grande profondeur. La vie y est contée et célébrée dans ses aspects divers et variés : la naissance d’un enfant, la faune et la flore, la déploration de la poète de l’abattage des arbres de sa ville. Elle est celle qui regarde le réel en face sans faire abstraction de l’imaginaire car la sincérité réside bien aux sources du poème. Aussi nous intime-t-elle l’ordre suivant :


 

« Il est temps de boire

Jusqu’aux racines

Aux sources du poème

Yeux fermés

Et cœur sincère »

 

La sensibilité de la poète, traduite en images, est manifeste :


 

« Jour et nuit je relève

Les signes de l’espoir

Brodés au fil du destin »

 

Certains vers relèvent même de l’aphorisme comme par exemple : 

 

« Ce qu’on cache

À tout œil finit

Par échapper

À notre propre regard »

 

Dans un élan de sagesse, la poète belgo-marocaine nous met en garde contre les mirages du monde :

 

«  Nombreux sont les mirages

Dont le monde nous appâte »

 

Maria Zaki invite à prendre de la distance par rapport à soi-même afin de mieux se découvrir et de définir la voie à suivre. Et aussi à apprécier la nature dans sa diversité et à capter le secret des abeilles, un message tacite pour préserver de la nature :

 

« De toutes les fleurs

Humectées de rosée

Capter le secret

Que les abeilles

Se murmurent »


 

Sagesse, spiritualité, dépassement de soi, combat de l’Homme face à lui-même sont le fer de lance de ce recueil de poèmes qui en appelle à la réflexion, à la quête de soi. 

 

 

« Dans une ferveur

Renouvelée

L’être se dépouille

De ses craintes

Et de ses chaînes

Pour poursuivre

Son chemin »

 

 

© M. DE COSTER

 

 

***

 

Pour citer ce texte inédit 

 

Maggy De Coster« Maria Zaki, Au dédale de l'Âme / Nel Labirinto dell’anima, traduction italienne de Mario Selvaggio, illustration de Giulia Spano, L’Harmattan Aga, 2020  », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°10 | Automne 2021 « Célébrations », mis en ligne le 4 novembre 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no10/mdc-audedaledelame

 

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés

Retour au Sommaire du N°10 ​​​​​​​​​

Repost0
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 17:36

 

N°10 | Célébrations | Réflexions féministes sur l'actualité

 

 

 

 

 

 

 

Ne nous voilons pas la face !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème

 

 

 

© Crédit photo : Capture d'écran réalisée par F. Urban-Menninger de la compagne européenne pour accepter la diversité. 

 

 

Visiblement, et c'est un euphémisme de le dire, le Conseil de l'Europe n'a pas pesé le poids des mots ni celui des images dans sa campagne de communication !

 

Voulant juguler les inégalités et l'exclusion pour vanter le charme du « Vivre ensemble », voilà que cette institution prône le port du voile islamique sous l'intitulé « Mon voile, mon choix » (d'emblée la campagne de communication propage ce slogan : « la liberté dans le hijab » voir articles cités ci-dessous).

 

Or ce voile, ne nous y trompons pas, ne célèbre pas la diversité mais offre une visibilité sans pareille à l'islamisme politique !

 

Des philosophes féministes à l'instar d'Élisabeth Badinter ou de Caroline Fourest ont répété à l'envi que l'on a pu retrouver dans toutes les religions, cette même détestation des femmes qui symbolisent « la tentatrice, la pécheresse, celle par qui le mal arrive ». De ce fait, il faut à tout prix dissimuler « ce corps objet de désir ».

Une fois de plus, ne nous voilons pas la face !

Si dans nos démocraties, le port du voile est un choix, n'oublions pas que de ne pas le porter dans d'autres pays signe sa condamnation à mort !

Que cette campagne de « communication » du Conseil de l'Europe arrive après l'arrivée des Talibans en Afghanistan a de quoi surprendre et révolter les esprits !

 

© F. Urban-Menninger, 3 novembre 2021.

 

 

Quelques articles parus dans les médias sur cette campagne :

 

 

 

***

 

Pour citer ce billet inédit 

 

Françoise Urban-Menninger«  Ne nous voilons pas la face ! », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : N°10 | Automne 2021 « Célébrations », mis en ligne le 3 novembre 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/no10/fum-nenousvoilonspaslaface

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés

Retour au Sommaire du N°10 ​​​​​​​​​

Repost0
3 novembre 2021 3 03 /11 /novembre /2021 11:03

 

Numéro Spécial | Hiver 2022 | Dossier | Florilège | Astres & animaux 

 

 

 

 

 

 

 

tango dans un verre d'eau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Françoise Urban-Menninger

 

Blog officiel : L'heure du poème

 

 

 

Crédit photo : Carte humoristique, domaine public, image fournie par F. Urban-Menninger. 

 

 

 

 

c’est au bord de l’étang

que parfois en rêvant

j’observe la danse des poissons

 

 

c’est le tango polisson

des truites arc-en-ciel

en pleine lune de miel

 

 

 

c’est le tango argenté

dans leur fourreau étoilé

des carpes amoureuses

 

 

 

c’est le tango timide

des ablettes ferrées

par de vieux brochets impavides

 

 

 

c’est le tango des soupirs

des ombres langoureuses

voguant sur l’onde des souvenirs

 

 

 

c’est le tango des tanches

qui sur ma page blanche

parfois en silence se penchent

 

 

 

c’est mon tango au bord des mots

c’est mon tango dans un verre d’eau

qui trinque avec les vers de mon ego

 

 

© F. Urban-Menninger, 2021.

 

 

***

 

Pour citer ce poème inédit

 

Françoise Urban-Menninger« tango dans un verre d'eau », Le Pan Poétique des Muses | Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Numéro Spécial | Printemps 2022 « L'humour au féminin » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 3 novembre 2021. Url :

http://www.pandesmuses.fr/ns2022/fum-tango

 

 

 

Mise en page par David Simon

 

© Tous droits réservés

Retour au Sommaire du Numéro Spécial 2022 

À venir 

​​​​​​​​​​

Repost0

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Numéro Spécial | PRINTEMPS 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES NUMÉRO SPÉCIAL | PRINTEMPS 2022 HUMOUR AU FÉMININ Crédit photo : "Madame Vigée Le Brun et sa fille, 1786, musée du Louvre, Paris, huile...
  • Les policiers italiens refusent de porter un masque rose !
    Numéro Spécial | Printemps 2022 | Dossier majeur | Articles & témoignages Les policiers italiens refusent de porter un masque rose ! Texte par Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Image de masque canard FFP2, domaine...
  • No 10 | AUTOMNE-HIVER 2021-22
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°10 | AUTOMNE- HIVER 2021-22 CÉLÉBRATIONS VOLETS 1 & 2 DES LAURÉATES & LAURÉATS* DE L'ACADÉMIE CLAUDINE DE TENCIN & DIX ANS DE CE PÉRIODIQUE...
  • No 10 | Sommaire
    N°10 | AUTOMNE-HIVER 2021-22 N°10 | SOMMAIRE CÉLÉBRATIONS Page en construction... Fin de la mise en ligne du numéro le 31 janvier 2022 pour le numéro en ligne & deux volumes imprimés 2022 CÉLÉBRATIONS © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Les mains...
  • Portrait d'elle / لوحة منها
    N°10 | Célébrations | Dossier majeur | Florilège Portrait d'elle / لوحة منها Dina Sahyouni Poéticienne, éditrice, lyreuse & fondatrice de la SIÉFÉGP © Crédit photo : Première de couverture, illustrée par une photographie de Françoise Urban-Menninger,...
  • Biographie de Christine VILLENEUVE
    Biographie & publication disponible numériquement Christine VILLENEUVE Juriste, a rejoint le MLF en 1980 Christine VILLENEUVE, juriste, a rejoint le MLF en 1980. Elle a commencé à travailler aux éditions des femmes -Antoinette Fouque alors qu'elle était...
  • Biographie de Catherine GUYOT
    Biographie & publication disponible numériquement Catherine GUYOT Journaliste, militante du MLF & de l'Alliance des femmes pour la démocratie Catherine GUYOT, journaliste, militante du MLF et de l’Alliance des Femmes pour la Démocratie, signataire du...
  • Biographie de Élisabeth NICOLI
    Biographie & publication disponible numériquement Élisabeth NICOLI Avocate, militante du MLF & de l'Alliance des femmes pour la démocratie Élisabeth NICOLI, avocate, militante du MLF et de l'Alliance des femmes pour la démocratie depuis sa création. Elle...
  • Poèmes de Lea Nagy
    Numéro Spécial | Printemps 2022 | Dossier mineur | Florilège Poésie hongroise Poèmes de Lea Nagy Traduction par Maggy De Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Traduction en français par Lea Kovács Poésie de Lea Nagy © Crédit photo : La poétesse hongroise,...
  • Hommage à Giverny
    Numéro Spécial | Printemps 2022 | Dossier mineur | Florilège/ Muses au masculin | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages Hommage à Giverny Hommage par Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Peinture de Chris Roro L'artiste...