26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 10:48

 

Lettre n°14 |Être féministe|Textes poétiques

 

 

​Des poèmes de

 

Hédi Bouraoui​​​​​​

​​​​​

 

 

Textes sélectionnés & traduits en espagnol par

Maggy de Coster

Site personnel : www.maggydecoster.fr/

Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/

Poèmes reproduits et traduits avec l'aimable autorisation de l'auteur et de sa maison d'édition

 

Création

 

 

Je suis annulé par l’Écriture

J’ai atteint ce degré Zéro

Écrire, c’est se trahir

Se dévoiler, crier trop haut :

Abstraction

Généralisation

Simplification.

Je ressors canalisé

Réduit au commun dénominateur

Mon fluide et mes pulsions se sont figés

   en un Objet révélateur

D’un certain malentendu

   dont j’ai été l’auteur.

 

 

Creación

 

Soy anulado por las Escrituras

Alcancé este grado cero

Escribir es traicionarse

Develarse, gritar demasiado alto:

Abstracción

Generalización

Simplificación.

Salgo canalizado

Reducido al denominador común

Mi fluido y mis impulsos se inmovilizaron

   En un objeto revelador

De un cierto malentendido

   Del que fui el autor

 

 

 

« HEUREUX QUI, COMME ULYSSE,

A FAIT UN BEAU VOYAGE » (Du Bellay)


 

                            À ma mère



 

Heureuse ma mère accueille mes parcours

Dans le hasard et ses moiteurs

Comme l’amour qui scintille dans les regards

À l’aube de sa candeur

Elle embrasse mes promesses

Comme le printemps qui caresse les couleurs

Vives d’une renaissance.

Je parle

Et elle s’épanouit fraîchement éclose

Du brouillard qui a terni sa vie

Ainsi ma parole porte le fruit doux des amertumes

Niant la douleur et l’opprobre de l’envie

 

Je rentre dans son cœur bienveillant

Pour abriter mes angoisses

Comme dans un gant fourré la main

Enterre nonchalamment sa poisse

Et mes émois effacent

Les sombres tristesses de nos natalités

Je vois

Mes mots rôder dans sa mémoire dépliée

Ils roulent écume rose qui reflue l’impatience

Ainsi ses tiges oscillent et s’ajustent à ma cadence

 

Mes gestes illuminent du pays son absence

Et la rigueur de ma pensée déclenche

L’abondance des larmes et des sourires

Alors ses bras s’ouvrent fleurs couronnant

Mon enthousiasme opiniâtre toujours prêt

À faire renaître le souvenir.

 

 

 

"FELIZ QUIEN, COMO ULYSSE,

HIZO UN HERMOSO VIAJE »(Du Bellay)


 

A mi madre


 

Feliz mi madre acoge mis trayectos

En el azar y sus trasudores

Así como el amor que centellea en las miradas

En el alba de su candor

Abraza mis promesas

Así como la primavera que acaricia los colores

Vivos de un renacimiento.

Hablo

Y se abre frescamente nacida

De la niebla que empañó su vida

Así mi palabra lleva la fruta dulce de las amarguras

Negando el dolor y el oprobio de la envidia

 

Entro en su corazón benevolente

Para abrigar mis ansiedades

Como en un guante de piel la mano

Descaradamente entierra su mala suerte

Y mis emociones borran

La tristeza oscura de nuestras natalidades

Veo

Mis palabras vagabundear en su memoria desplegada

Ruedan como si fueran espuma rosa que refluye la impaciencia

Así sus tallos oscilan y se ajustan a mi cadencia

 

Mis gestos iluminan del país su ausencia

Y el rigor de mi pensamiento pone en marcha

La abundancia de las lágrimas y de las sonrisas

Entonces sus brazos se abren como flores que coronan

Mi entusiasmo porfiado siempre listo

Para hacer renacer el recuerdo

 

***

 

MIRACLE VAIN

 

Comment liquider la famine

Ce désastre planétaire

Cliché consommé à faire pleurer ?

 

Quand les affamés cèdent à la faim

Toute conscience doit se révolter

Et les mains graciles de s’ouvrir à autrui

 

Aucune goutte de rosée à l’horizon

Elle leur aurait rendu leur dignité

Et sauvé l’âme des moribonds

 

Détournée l’aide étrangère par les rassasiés

Qui ratissent oseilles et dépouilles

Pour fertiliser leurs miracles

 

Colonisés dans leur tête

Les néo-pourfendeurs du temps

Taraudent leur peuple et

Étouffent tout Naturel à naître

 

Paysage lapidaire de tout un Continent

 

Les enjambées grotesques foisonnent

Et apaisent seulement les moutons du Sillage

Bafouant mémoire originelle

Chants de la tribu et langues indigènes

 

Quand la tête du panier est pourrie

Qui peut assainir les tourments du bas-fond ?

Oh cette envie de béquiller pour les démunis

À quêter l’ordre du renouveau !

 

Laisser les cils battre le tam-tam des larmes

Et la dignité reprendre ses droits d’oraison

 

 

***

 

Poèmes parus dans la revue

« Poésie sur Seine », Paris,

n° 80, novembre 2012, p. 60-61.

 

MILAGRO VANO

 

¿Cómo liquidar el hambre

Este desastre planetario

Lugar común consumido a hacer llorar?


 

Cuando los hambrientos ceden al hambre

Toda conciencia debe rebelarse

Y las manos gráciles abrirse a otro

 

Ninguna gota de rocío en el horizonte

Les habría devuelto su dignidad

Y salvado el alma de los moribundos

 

La ayuda extranjera    apartada por los hartos

Que rastrillan plata y despojas

Para fertilizar sus milagros

 

Colonizados en su cabeza

Los neo-perdonavidas del tiempo

Aterrajan su pueblo y

Asfixian toda Naturaleza que nace

 

Paisaje lapidario de todo un Continente

 

Las zancadas grotescas se multiplican

Y apaciguan solamente los carneros de la Estela

Burlándose de memoria original

Cantos de la tribu y lenguas indígenas

 

Cuando la cabeza de la cesta es podrida

¿Quién puede sanear los tormentos de la hondonada?

¡OH esta envidia de ayudar a los desheredados 

A buscar la orden de la renovación!

 

Dejar las pestañas latir el tam-tam de las lágrimas

Y la dignidad retomar sus derechos de oración

 

 

 

Poemas publicados en la revista

" Poésie-sur-Seine ", París,

N ° 80, noviembre de 2012, p. 60-61.

http://hedibouraoui.info.yorku.ca

***

 

Pour citer ces poèmes

Maggy de Coster (sélection & traduction en espagnol), « Des poèmes de Hédi Bouraoui », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°14|Être féministe, mis en ligne le 26 février 2020. Url : http://www.pandesmuses.fr/lettreno14/hedibouraoui

 

 

Page publiée par le rédacteur David Simon

© Tous droits réservés                                 Retour au sommaire ​​

 

​​​​​​​​Lettre n°14|Être féministe - LE PAN POÉTIQUE DES MUSES​​​​​​​​​​​​​

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°16 | À nos ivresses et aux Bacchantes !
    Lettre no 16 À nos ivresses & aux Bacchantes ! Crédit photo : "Bacchante", domaine public, Wikimedia. La Lettre n°16 vous propose de nous parler de vos ivresses & des Bacchantes. Au plaisir de publier vos contributions : articles, poèmes, nouvelles, contes,...
  • Ivresses mortelles, ivresses salutaires
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poétextes thématiques Ivresses mortelles, ivresses salutaires Laure Delaunay Site officiel : https://lauredelaunay.com/ Crédit photo : "Bacchante" par Élisabeth Vigée Le Brun, Commons. Presque, pas tout...
  • Certaines l'aiment chaud
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Articles & témoignages & N° 10 | Célébrations | Poésie érotique Certaines l'aiment chaud Barbara Polla* Site où elle publie régulièrement : https://sarasvati.fr/ ou https //womentoday.fr/ Blog officiel :...
  • No 1 | O | Les figures des orientales en arts et poésie
    PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales... Les figures des orientales en arts & poésie © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. IMPORTANT : Suite à un problème technique grave et indépendant...
  • Une femme aux yeux noirs (Victime de féminicide)
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations Une femme aux yeux noirs (Victime de féminicide) Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club International, Sociétaire...
  • Chronique d’occupation de l’Odéon. Un violent désir de bonheur
    Lettre n°16 | Bémols artistiques (réception cinématographique) | Revue culturelle d'Europe Huitième épisode du reportage-feuilleton d'Occupation du Théâtre de l'Odéon Chronique d’occupation de l’Odéon. Un violent désir de bonheur Mustapha Saha Sociologue,...
  • Chante l’amour
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Varia de Poétextes Chante l’amour Mona Gamal El Dine Docteur en sciences de l'art (La Sorbonne Paris), Membre de la Société des Gens de Lettres, Membre du P.E.N Club International, Sociétaire des Poètes...
  • Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!!
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Réflexions féministes sur l'actualité Bikini réglementaire pour les championnats d'Europe de Beach-Handball !!! Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Capture d'écran...
  • Firmaman, textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret...
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Critique & réception Firmaman textes poétiques en prose de Jean-Paul Gavard-Perret. Ouvrage paru aux éditions Sans Escale avec une couverture signée par Jacques Cauda Françoise Urban-Menninger Blog officiel...
  • Agnieszka Holland, "Le Procès de l’herboriste", avec Ivan Trojan, Josef Trojan et Juraj Loj ​​​​
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Chroniques de Camillæ/Poésie & Cinéma ou Chroniques cinématographiques Agnieszka Holland, Le Procès de l’herboriste, avec Ivan Trojan, Josef Trojan & Juraj Loj Camille Aubaude Site & blog officiels : www.lamaisondespages.com/...