5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 10:10

 

Poèmes reproduits & suivis de la biographie de l'auteure

 

 

Extraits du dernier recueil

 

Le fruit obscur

 

paru aux Éditions du Cygne, janvier 2017

 

 

 

 

Dana Shishmanian

 

Poèmes reproduits avec l'aimable autorisation de l'auteure et de sa maison d'édition

 

 

Extraits du dernier recueil Le fruit obscur paru aux Éditions du Cygne, janvier 2017

 

© Crédit photo : 1ère de couverture de l'ouvrage illustrée des éditions du Cygne

 

 

Daphnis

 

Sur les cordes des violons

s’avancent à petits pas

de pauvres êtres

des animaux des elfes des humains

non nés – qui sait…

je les entends qui chuchotent

qui soupirent qui trébuchent

près de l’entrée de ma bouche

essoufflés

ils se tiennent maintenant tranquilles

en attendant sans doute

que je les dévore

ogre des sons

masticateur de manne

pilleur de mystères

mais non

fatigué

je m’écroule dans l’herbe

m’abandonne aux couleurs

de l’après-midi d’un faune

m’endors

et rêve de la danse de Chloé

sous la lune naissante

au réveil

mon corps nu

gît dans son sang

 

***

Parthénogenèse

 

L’orchestre est rentré dans ma tête

pour l’envahir ou peut-être

pour s’y cacher

il pousse des cris

des hurlements des rires

hystériques

mon cerveau tout gonflé n’a plus de place

sous ma calotte crânienne

alors j’enlève celle-ci comme une perruque

et je salue avec

tel un chapeau

les musiciens qui sortent en rangs serrés

jouant à fond leurs instruments

soufflant à tue-tête dans leurs vents

rythmant leur marche tambours battants

tous regorgeant de mon sang


***

Rock progressif

 

Entrecoupé

entrelacé

entrecroisé

ce rythme a fait exploser ma tête

y a creusé un trou

en a absorbé le cerveau

ma tête vide est pleine de sons

tel un tambour chamanique

quand j’applaudis

elle bouge comme un tambourin de gitane agité dans les mains

et les clochettes gambadent autour de mes oreilles

alors que j’ai déjà glissé au-delà

de la porte du son

dans le silence feutré

où je m’enfonce comme un papillon transpercé

 


***

 

Concerto électro-acoustique

 

Mon corps de son remplace mon corps de chair

temps bref figé en espace

limité à l’intérieur

sans limites dedans

le tam tam du sang

les cris des nerfs

piqués par des doigts malhabiles

une écoute enfouie

clapotis d’eau

entre des tempes amincies

crâne sculpté au laser

réapprendre la marche

des fourmis sur la peau

faire sonner les cloches

en balançant sa tête entre les murs

ô quel chant profond sort de tes mains

en cor de chasse se change mon aura sauvage

lumière glisse dans les graves

nuit s’aiguise gouffre monte

épuisement du natif

avènement de l’étranger

sans figure

obsession du continuum en un point

discontinuité lisse

coagulation furtive des dissemblables

dispersion des semblables

adhérences non adhérentes

incongruités d’humeur

spasmes orgasmiques

exthanasiques

chuchotement de feuilles mortes

suintement de violons en sueur

sifflements de tympans frappés à la baguette

percussions ennemies

complices dans l’étouffement

le soliste s’éteint dans le solipsisme

l’accordéon expire en s’étirant

les vents s’étouffent les cordes se nouent

clignotent encore les cliquetis des célestas

comme feux follets sur des ondes sismiques

le chaudron se déversera

de sa lave un jour

 

***


 

L’égarement de Kundry

 

As-tu jamais tiré un horizon tel une corde

le long du cou d’un violon

jouant de mille membres à la fois

l’organiste fait jaillir le soleil de tous les pores de la terre

et remet ensuite la lune dessus comme un couvercle sonore

Kundry n’as-tu pas de place pour t’étendre

si ce n’est la forêt profonde des sons

à venir

***


 

© Crédit photo : Dana Shishmanian  (image fournie par l'auteure)

 

Dana Shishmanian est diplômée en lettres modernes, spécialité littérature comparée, de l’Université de Bucarest. Elle vit et travaille en France depuis 1983. Elle a publié des poèmes dans des revues, sur le Net, dans des anthologies, et collabore régulièrement à la revue en ligne Francopolis. Elle est l’auteur de plusieurs recueils personnels dont les derniers sont parus à Échappée belle édition et aux Éditions du cygne.

En 2010 elle a animé avec l’écrivain mauricien Khal Torabully l’anthologie Poètes pour Haïti, parue en janvier 2011 dans la collection Témoignage poétique de L’Harmattan.

***

Pour citer ces poèmes

 

Dana Shishmanian, « Extraits du dernier recueil Le fruit obscur paru aux Éditions du Cygne, janvier 2017 », Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°10, mis en ligne le 5 avril 2017. Url : http://www.pandesmuses.fr/fruitobscur.html


 

© Tous droits réservés                          Retour au sommaire

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Fêlure
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Fêlure Sarah Mostrel Site : www.sarahmostrel.online.fr Facebook : www.facebook.com/sarah.mostrel © Crédit photo : Sarah Mostrel, "Fêlure", huile sur toile. À l’extrême...
  • Ta nudité et Le désir
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Ta nudité & Le désir Paul Tojean © Crédit photo : Paul Tojean, Je vois la femme cachée dans la forêt" *. Ta nudité Lumineuse sous un lustre diamant Ta silhouette se propage...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • Hommage en image à Jean-Paul Sartre
    Lettre n°15 | Eaux oniriques | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. Hommage en image à Jean-Paul Sartre Mustapha Saha Sociologue, poète, artiste peintre © Crédit photo : Jean-Paul Sartre à la Sorbonne le 20 mai 1968. Photo avec Mustapha...
  • Megalesia 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE SON FESTIVAL EN LIGNE Megalesia édition 2021 du 8 mars 2021 au 31 mai 2021 © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, une femme en désir, peinture. Festival numérique, international & multilingue des femmes & genre...
  • Désirance
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Désirance Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Désir de feu feu de braise braise étincelant dans l’âtre de mes nuits nuits matérialisées dans les rêves Connivence...
  • Le corps de l’Homme et Libidoll
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Le corps de l’Homme & Libidoll Luxy Dark © Crédit photo : Luxy Dark, "La Déchirure", tableau. Le corps de l’Homme Le corps de l'Homme est une toupie, Une toupie qui s'enroule...
  • Une nuit
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Une nuit Christine Fusarelli © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Désir", peinture. Et cette nuit qui vient Est-elle menace d’immobilité Ou promesse de recommencement...
  • tes mains
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie tes mains* Houle Crédit photo : Hands, domaine public, image de Commons, Wikimedia. je clos mes paupières dans les profondeurs du lit. immobile, comme le poème d'un mort....