8 mars 2021 1 08 /03 /mars /2021 16:26

 

Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie »

 

 

 

 

 

 

Tristesse d'Actéon  

 

 

 

 

Gabriel Hecker

 

 

Crédit photo : Diane de Versailles Leochares, domaine public, image de Commons, Wikimedia.

 

 

 

 

 

 

Ciels bruts, herbages bleus, couronnes des monts chauves,

Gouffres tempétueux par l’espace habités,

Où passe en rugissant la meute des clartés

Ainsi que des mâtins miniatures et fauves,

 

 

Que si je chois, soyez mon repos, linceuls d’air !

Catafalques, soyez les courants où varient

Les ramas vains des soifs insanes qui châtient

Mes visitations dans la forêt de chair !

 

 

Chasseur impatient, j’ai surpris la déesse,

Diana, qui se fardait aux mares, mais son teint

Éclatant mal cachait la traque et le butin,

Et les odeurs des peaux, du sang frais, de l’ivresse !


 

 

Diana, ses seins faisaient, résineux, des flambeaux

Sur le palus fécond du ventre où s’abîmait

La chasse tour à tour atroce et sublimée :

Les cris rauques des chiens, les désirs les plus beaux,   

 

 

Qui écorchaient pourtant, ô tristesses d’archanges,

L’enfant nu, déchiré par le mythe cruel !

Hélas ! Mes poignets pris par les dogues du ciel

Au rythme qu’imprimaient leurs morsures étranges 

 

 

Se tordaient sous la lune, inconsolablement !

J’apercevais, candeur sans malice des bêtes,

Reluire, au fond du noir des gueules, les luettes

À travers les à-coups des crocs du sentiment !

 

 

« Ne bande pas ton arc, ô Diana, m’écriai-je,

« Diana, mon œil distrait dans la nuit ne voit rien ! » 

Mais, en lieu, c’est le cri du brame qui me vient

Sauvage, et secouant ma tête sacrilège.

 

 

Je suis changé ! Je fuis, fouaillant des deux bois 

Puisque j’ai, dévoré de frissons, blanc de fièvres,

Des cornes sur mon front et de la bave aux lèvres.

L’on entend, loin, qu’il est un grand cerf, aux abois,

 

 

Un dix cors, crânement, qui écrase les mousses,

Dans les brumes, aux bords des étangs désormais ;

Et tous-ceux-là des coins que la chasse connaît

Avec leurs chiens déjà se jettent à ses trousses !

 

 

Mais moi, qui fus chasseur, qui suis cerf, je me bats,

Je  heurte, foule et brise ; et mes épois embrochent

Les ventres doux qui font, dégouttant vers les roches,

Des lacs caillés, âcres et bleus, sous mon sabbat !

 

 

Puis comme enfin je vais solitaire en la place,

Le souffle court, presque pâmé, fumant parmi

Les cadavres que j’ai disloqués à demi,

L’on entend de nouveau le cri d’un cor de chasse…

 

 

La chasse encor, toujours ! qui bat les monts suivant

Ces chemins où je fis, par les sentes de l’âme,

Karma atroce, hélas ! des empreintes souvent !

C’est ma meute d’hier contre moi qui réclame !

 

 

Et, du fond de moi-même, assidûment renaît,

Hâtant le pas après les miens, comme une flamme,

La faute de naguère en les échos du drame,

Sans fin ! pour se rejouer dans les clairs du genêt :

 

 

Voici Diana, Diana  ! Sans répit et sans voile !

Diana ! Dont le courroux m’apporte pour courir

L’ivresse d’accorder la mort, puis de mourir

Quand tombe l’heure, ainsi qu’à l’aube mon étoile…

 

 

Voici la nudité terrible et le combat

Sur les talons des bois quand le marais s’abîme…

Voilà le reste : Un peu de bonheur dans le crime…

Triste bonheur, suivi du remords qui s’abat !

 

 

Où fuirai-je, s’il faut que ce temps de la chasse

Ne me soit qu’un exil désormais où luit

Rouge ma faute, au grand soleil, après la nuit,

Tandis que l’âme se confond avec l’espace ?

 

 

Où irai-je ? Où fuirai-je ? Il n’est aucun repos ;

Je suis cerné ! Je brame ! A moi ! Mes larmiers pleurent !

À moi ! Ma mort m’est comme une sueur légère,

Une bruine de sang qui fume sur la peau,

 

 

Ma mort soudain, hélas ! où pourtant je demeure !

Aux fautes de l’amour, n’est-il aucun pardon,

Affreusement que l’amertume en l’abandon

Diana ! Diana ! Sous les ramures familières ?

 

 

 

***

 

 

Pour citer ce poème d'amour sur le désir

 

Gabriel Hecker, « Tristesse d'Actéon » poème inédit d'amour, Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique|Le Printemps des Poètes « Les femmes et le désir en poésie » sous la direction de Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 8 mars  2021. Url :  

http://www.pandesmuses.fr/desir/gh-tristessedacteon

 

 

 

 

 

 

Mise en page par Aude SIMON 

 

 

 

© Tous droits réservés

 

Retour à la Table du Recueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
LE PAN POÉTIQUE DES MUSES - dans RECUEIL NO3 Amour en poésie

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Lettre n°16 | À nos ivresses et aux Bacchantes !
    Lettre no 16 À nos ivresses & aux Bacchantes ! Crédit photo : "Bacchante", domaine public, Wikimedia. La Lettre n°16 vous propose de nous parler de vos ivresses & des Bacchantes. Au plaisir de publier vos contributions : articles, poèmes, nouvelles, contes,...
  • Extraits de « Un toro en la garganta del jilguero »/ Un taureau dans la gorge du chardonneret »
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poétextes thématiques Extraits de Un toro en la garganta del jilguero / Un taureau dans la gorge du chardonneret Ciela Asad Poèmes choisis & traduits en français par Maggy de Coster Site personnel Le Manoir...
  • Les cases et Les folles aux chats
    Lettre n°16 | À nos ivresses & aux Bacchantes | Poétextes thématiques Les cases & Les folles aux chats Charlène Lyonnet Crédit photo : Rouge folie 2013, image de Commons, domaine public. Les cases Étouffant Dans le carcan De principes d’un autre temps....
  • Megalesia 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE SON FESTIVAL EN LIGNE Megalesia édition 2021 du 8 mars 2021 au 31 mai 2021* © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "La Tendresse", no 1, Collection "dame nature", acrylique, peinture. Festival numérique, international...
  • Table de Megalesia 2021
    Table de Megalesia 2021 Édition 2021 du 8 mars au 31 mai Festival International & Multilingue des Femmes & Genre en Sciences Humaines & Sociales En partenariat avec la Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie (SIÉFÉGP)...
  • La fleur d'oranger/le parfum des fleurs et Une tulipe, des couleurs...
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Astres & animaux | Poésies printanières & colorées | Florilège de textes poétiques La fleur d'oranger/ le parfum des fleurs & Une tulipe, des couleurs, toute une histoire contée Aurore Nivelle La fleur d'oranger/le...
  • Chronique d’occupation de l’Odéon. Le communisme selon Bernard Friot
    Lettre n°16 | Revue poépolitique Septième épisode du reportage-feuilleton d'Occupation du Théâtre de l'Odéon Chronique d’occupation de l ’ Odéon. Le communisme selon Bernard Friot Mustapha Saha Sociologue, poète, artiste Reportage photographique par Élisabeth...
  • Arc-En-Ciel
    Index des poètEs Arc-En-Ciel ContemporainEs Page en perpétuelle construction destinée aux personnes LGBTQIA+ publiées par les périodiques et éditions de la SIÉFÉGP et qui ont accepté d'y figurer. Pour donner votre accord, LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous...
  • Appels à poésies de la SIÉFÉGP
    Événements poétiques | Megalesia 2021 | Actions en faveur des femmes & personnes LGBTQA+ | Appels à contributions Appels à poésies de la SIÉFÉGP © Crédit photo : Calligramme de Nicole Coppey. La SIÉFÉGP lance deux nouveaux appels à poésies : un appel...
  • Pesanteur
    Lettre n°16 | Varia de poétextes Pesanteur Djurdja Raskovic Site officiel : www.djurask.wordpress.com Crédit photo : Menstrual cramps, 3, image de Commons, domaine public. une goutte écarlate sur la cuisse de lait ventre gonflé de peau bleue vertical...