1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 07:00

 

 

Poèmes en prose 

Galerie de peinture

 

 

&

 

J’ai fantaisie

Bérangère Thomas

Decembre 2008 031

 ©Crédit photo : Toile éphémère image fournie par Bérangère Thomas 

 

 

Galerie de peinture

 

 

 

Et le voyage commence. Quel est ce pays au montage étrange du ciel sous la terre où l’azur est parfum de jasmin, où l’oiseau a tout l’air d’une défunte ?

Le regard palpe les contours d’un jardin qui s’esquisse en une carafe vide. Dans la stupeur du noir, les brosses et les pinceaux organisent leur stratégie esthétique.


Les arbres se penchent dans l’ombre, signent « auteur méconnu ». La table désire. Les Flamands ironisent. La Vénus s’enivre. La main défrise les boucles de l’infante, et puis éclabousse la toile d’une lame de couteau, des larmes huileuses boursouflent la statue de marbre rose, enneigent l’olivier, embrument le couchant, assiègent les tempêtes. Artiste, libère le curieux au cœur de fer ! L’œil se met à plat pour reconnaître l’essence et accrocher des noms aux choses de ce monde. L’art du dessin est une mare à mystère où l’on pêche des fortunes au hasard des courants. L’idée veille sur le grain de beauté qui arrose la peau d’un reflet satiné. Mais le manteau est en vair tout comme la pantoufle, la fourrure en plastique et la jambe en ivoire.

Tu n’as rien reconnu des couleurs glanées dans les bois de l’automne, dans les cieux du printemps, dans les reliefs de son corps aimé. Dans l’horizon de tes bras grands ouverts ce n’est même pas la nuit, ni le doute, ni la peur, ni la haine, ni le vide, ni l’indicible.

Mon dieu, la vie était là, pourtant, simple, et si simple !

 

 

 

 

J’ai fantaisie

 

 

 

Bulle de savon par où est la gare de manger fait grossir qu'on se tende les maints travaux à faire d'état de canicule et de calcul ni tête de file de brouillard des mots et des couleurs de se coucher Monsieur le Maire de Chine noix, cerise sur le gâteau en baisse le rideau de la méduse âge et coutume sur la dune dans un rayon de lune et belle l'autre aussi tôt renard sous les tropiques anarchie du temps cousue de cordes raides et de bouton d'or existent-ils encore ? J’ai fantaisie, ce soir.


Un carré de mètre cube d'idées noires d'encre et de taches qui éclaboussent dans le désordre des rangements carrés aimant la nature de l'homme qui s'embarque dans le fleuve d'Actualité fait son temple du cri qui commande et martyrise et vous … nous … eux … elle … lui … l'autre … pas moi ! J’ai fantaisie ce soir. Je fais des bulles de savon en écoutant la télévision et je passe à l’essuie-tout les nouvelles du monde. J’astique, je fais le ménage, j’aspire, je dépoussière, et tout reluit. Mon intérieur ne doit pas se laisser influencer par l’encrassage quotidien. Je suis une poupée automate qui s’est enfuie de la fabrique juste avant les soldes.

Suivez, circulez, reculez, divaguez, traversez, empruntez et discutez sans disputer. Empochez, comptez et puis, vivez ! Inventez oui, inventez et répétez !

Vous confondez fuir avec régner vous mentez ou bricolez une fausse aventure. Mais vivez … fatalement … Jusqu'au dernier bout de flammèche ! Ce soir j’ai fantaisie.

 

 

 

Pour citer ces poèmes

 

Bérangère Thomas, « Galerie de peinture »  &  « J’ai fantaisie », poèmes illustrés par des photographies fournies par B. Thomas, Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Dossiers « Jardins d'écritures au féminin », « Muses & Poètes. Poésie, Femmes et Genre », n°3|Été 2013 [En ligne], (dir.) Françoise Urban-Menninger, mis en ligne le 1er juin 2013. 

 

Url.http://www.pandesmuses.fr/article-n-3-berangere-thomas-117752494.html/Url.

 

Auteur(e)

 

Bérangère Thomas,  poète et musicienne qui aime le dessin et la photo. Elle a réalisé et collaboré à une dizaine d’ouvrages, et de revues. Ses derniers recueils, la Regardeuse et Voyage aux Iles de l’exil associent photographies et poèmes rapportés de voyages entre Metz, Paris, Barcelone, Montréal, Orange et sur les pas de Victor Hugo à Jersey et Guernesey. Elle s’attache à des observations pittoresques et anecdotiques qu’elle traduit par les mots. Elle a été membre de plusieurs sociétés poétiques dont la Société des Poètes français comme secrétaire générale et déléguée générale durant dix ans, a reçu de nombreuses récompenses littéraires et artistiques. Engagée pour diffuser et rendre vivante la poésie, elle a réalisé un disque « la Lorraine en contes, chansons et poèmes » ou comment faire connaître une région de France par la voix des conteurs, chansonniers et poètes. Elle conçoit également des lectures poétiques mises en espace et des spectacles dont « Lorraine, terre à poète », 2004 en coproduction avec le théâtre de Verdun, « Rimbaud vivant », en 2004 avec la classe d’Art dramatique de Metz, des adaptations théâtrales de livres pour enfants dont « Le cavalier du Nil » d’Alain Surget, en 2003, « Un poète nommé Verlaine », en 2009, création à Metz, salle Braun. À Avignon, en 2008, elle présente un spectacle « L’humour en poésie ». Elle a abordé la scène par sa formation en art lyrique. Elle s’est produite notamment dans le cadre de l’Atelier Opéra organisé au festival de Bayreuth, elle a suivi la formation du département voix à l’école nationale de musique à Colmar, travaillé à Paris avec Jean Laurens. La pratique de la mélodie française lui fait interpréter les poètes et a confirmé son goût pour la poésie et son implication pour la transmettre. Présidente des Amis de Verlaine, association internationale de poésie française, elle créée en 2002 le concours de poésie Paul Verlaine à Metz, ville natale d’un des plus grands poètes française, le site www.paul-verlaine.net et récemment la revue « L’Actualité Verlaine ».  En 2011, elle œuvre pour l’acquisition du lieu de naissance de Paul Verlaine à Metz et son ouverture en 2012 comme lieu de patrimoine littéraire consacré à Paul Verlaine et rattaché à la fédération nationale des maisons d’auteur et des patrimoines littéraires. Elle s’investit totalement pour cette cause, en parallèle de son métier d’enseignante en Education musicale. Elle intervient pour la formation des maîtres, donne des conférences et est invitée à des salons littéraires.     

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans n°3|Été 2013

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • La petite musique
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie La petite musique Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Photographie par Claude Menninger © Crédit photo : une magnifique image de Claude Menninger,...
  • Ah, revoir la Niagara ! (haïkus)
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Ah, revoir la Niagara ! (haïkus) Chantal Robillard Crédit photo : "Niagara Falls", winter 1911 ", Commons,Wikimedia. Au bord de la rivière, Je prends les embruns Dans cheveux et figure. Penchée...
  • Inutile [enfer]tile
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Biopoépolitique | Réflexions féministes sur l'actualité Inutile [enfer]tile CAM[...]ILLE Je me présente, au moins vous serez témoins : J’ai été privée de ce qui devait être un besoin Je suis celle qu’on plaint, celle...
  • C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles
    Lettre n°15 | Réflexions féministes sur l'actualité C'est la fin des haricots pour les consciences tranquilles Dina Sahyouni Crédit photo : " Gousses de Haricot Tarbais", Patrick Boilla, Commons. Les témoignages associés à #MeTooInceste sur les crimes...
  • Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise et écologique Centre d'impression numérique Everest
    Lettre n°15 | Eaux oniriques...| Revue des éditrices & éditeurs ou Revue des Métiers du livre Entretien bref avec l'imprimerie grenobloise & écologique Centre d'impression numérique Everest Propos recueillis par David Simon pour LE PAN POÉTIQUE DES MUSES...
  • Barbara Polla (dir.), Équinoxe, recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Annonces diverses | Annonce de parution Barbara Polla (dir.), Équinoxe recueil collectif, Le Pan Poétique des Muses, Grenoble, éd. Pan des Muses de la SIÉFÉGP, 2020 LE PAN POÉTIQUE DES MUSES a le plaisir de vous annoncer...
  • Mer infamilière
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | Textes poétiques thématiques Mer infamilière Texte de Carole Clotis Œuvres artistiques de Poline Harbali Site officiel © Crédit photo: P oline Harbali, Série Le Damas des autres, no 1. « Et ce jour-là les grands vaisseaux,...
  • Nous ferons l’amour et Mon souffle dessine
    Événements poétiques | Le Printemps des Poètes « Désir » | Les femmes & le désir en poésie Nous ferons l’amour & Mon souffle dessine Textes de Sylvia Undata Site officiel Poèmes reproduits de son recueil érotique Murmures avec son aimable autorisation...