5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 12:03

              

Poèmes inédits

 

Un chagrin

 

 

 

Laure Delaunay 

Rédactrice de la revue LPpdm et responsable des rubriques

"Poésie & Théâtre" & "Poésie italienne"

Site officiel : https://lauredelaunay.com/

 

 

La femme éperdue

 

 

À chaque élan, je crois trouver un soleil, une maison, une épaule, un visage.

Une brosse pour ma tignasse hirsute et un peigne pour mon âme de monstre.

 

À chaque main qui se tend, un ami.

À chaque fleur contemplée, la tendresse des couleurs.

À chaque regard brillant, une émotion.

À chaque caresse, du respect.

À chaque proposition, l’éternité.

À chaque mot gentil, une source.

À chaque larme, un soulagement.

À chaque pensée, un voyage.

À chaque baiser, le plaisir.

À chaque texte, un corps nouveau.

À chaque langue étrangère, un monde à découvrir.

À chaque détail, une vérité.

À chaque silence, un engagement.

À chaque sensation, l’élégance.

À chaque voix, une famille.

À chaque homme, un enfant.

L’administration me dit « célibataire et sans enfants ».

Et mon cœur saigne.

Ô Barbara, ma sœur, ton jardin est Précy. Ô George, mon amie,

ta plage est celle de mon enfance. Ô Calamity, ma mère, ton regard est un fusil.

L’Europe adorait un homme souffrant en croix.

Et personne ne pose ses regards d’amour sur une femme éperdue.

 

***

 

À  l’ombre

 

 

Au tréfonds de moi, je t’emporte. Tes mots de soie, tes yeux d’ébène, ta poésie

comme le vent dans les voiles.

Je t’emporte en souvenir. Comme un mort dont on visualise encore l’image

en pensée mais dont le visage photographié nous surprend toujours.

Soleil écrasant sur la place. Chaleur à l’ombre. Membres endoloris.

Sentiment des mots qui restent dans le ventre et, demandant sans cesse à sortir,

ne sortant jamais tout à fait, appuient sur le cœur qui se gorge d’eau,

qui se gorge d’« oh », qui se gorge d’« ô ».  

 

***

Pure dans ton regard romantique

 

 

Tu ne me regardes plus. Tu détournes les yeux.

Je ne te regarde plus. Pudeur. Délicatesse.

Autrefois, tu avais deux grands yeux dont je n’arrivais jamais à saisir la couleur

tant ils étaient émus.

Mon cœur, mon cœur toujours violenté se réveille pourtant pur dans ton regard.

Mon corps, mon corps toujours violenté se réveille pourtant pur dans ton regard.

 

***

 

Venise, ma chérie interdite

 

 

Tu es là, sous mes yeux, belle, si belle, exactement comme dans mes rêves.

« Tesoro » tu m’appelles.

« Tesoro » moi aussi je t’appelle.

À quelques pas de moi, le jasmin du campo. Longtemps, j’ai pensé que c’était

un laurier. Mais non, un jasmin, oui, un jasmin en fleur au printemps.

Le contraire de moi. Tous pensent que je suis un jasmin. Mais je suis un laurier.

Le laurier du puits que mes parents ont coupé il y a peu.

Voilà qui je suis : un laurier que l’on coupe à chaque instant

et dont tout le monde pense qu’il est un jasmin.

Venise, ma chérie, ce soir, « ciao ». Ciao tes enfants sublimes. Ciao tes portes qui parfois s’ouvrent. Ciao ton pavé. Ciao ton art de sentir. Ciao les voix douces. Ciao les corps précis. Ciao ta tranquillité de façade.

Tu sais, la façade, c’est déjà beaucoup.

Ciao tes hommes intelligents, ciao ton théâtre vrai. Ciao. Ciao.

Ciao le bois, ciao la danse.

Je rentre au pays maudit que toi aussi tu aimes, bien que timidement.

En français, tu sais, « interdite », ça veut aussi dire « muette ».

Ciara, bella mia, ciara.

Dans mon cœur, je t’autorise. Dans mon cœur, tu parles.

Tu te souviens Aragon : « je te porte dans moi comme un oiseau blessé » ?

J’ai emporté dans mon cœur de laurier ton odeur de jasmin et le corps d’un poète.

 

***

 

Pour citer cet ensemble de poèmes

Laure Delaunay, « Un chagrin »Le Pan poétique des muses|Revue féministe, internationale & multilingue de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°8 [En ligne], mis en ligne le 5 juillet 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/07/chagrin.html

© Tous droits réservés   Retour au sommaire

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • No 10 | AUTOMNE 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 10 | AUTOMNE 2021 CÉLÉBRATIONS DES LAURÉATES & LAURÉATS* DE L'ACADÉMIE CLAUDINE DE TENCIN & DIX ANS DE CE PÉRIODIQUE AVEC LES INVITÉES...
  • No 1 | O | Les figures des orientales en arts et poésie
    PÉRIODIQUES | REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Les figures des orientales... Les figures des orientales en arts & poésie © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa, "Tendrement vôtre", peinture. Ce premier numéro sera entièrement mis en ligne le 30 septembre...
  • Vision d’Iran / Visión de Irán
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège Vision d’Iran / Visión de Irán* Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Crédit photo : photographie d'une villageoise du désert iranien,...
  • À une Soudanaise et La mort d'une joyeuse
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Florilège de créations , Événements poétiques | Justice pour elles ! | Poésies féministes & N° 10 | Célébrations | Dossier mineur | Florilège À une Soudanaise & La mort d'une joyeuse* Imèn Moussa Poétesse, Docteure en Littératures...
  • Le Prix Littéraire de Dina Sahyouni
    N° 10 | Célébrations | Actions en faveur des femmes & LGBT+ [parution numérique uniquement] Le Prix Littéraire de Dina Sahyouni SIÉFÉGP Société Internationale d'Études des Femmes & d'Études de Genre en Poésie. Crédit photo : Image d'une auteure "Ana de...
  • No 8 | ÉTÉ 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N° 8 | ÉTÉ 2021 PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET SOUS LA DIRECTION DE Françoise URBAN-MENNINGER © Crédit photo :...
  • No 8 | Sommaire
    N° 8| SOMMAIRE PENSER LA MALADIE & LA VIEILLESSE EN POÉSIE 2ÈME VOLET Sous la direction de Françoise URBAN-MENNINGER Nous continuons la mise en ligne interrompue involontairement en 2018 avant la parution du numéro en version imprimée en fin septembre...
  • Éditorial
    N°8 | Penser la maladie & la vieillesse en poésie | Édito Éditorial Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème La vieillesse en poésie existe-t-elle réellement ? On peut en douter quand on découvre le magnifique livre de Léo Henry qui...
  • La situation de la femme noire dans le domaine artistique au Maghreb : l’expérience de la peintre tunisienne Youssra Chouchène
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Dossier & N° 10 | Célébrations | Entretien artistique & Féministe | Réflexions féministes sur l'actualité | Revue culturelle d'Afrique & d'Orient La situation de la femme noire dans le domaine artistique au Maghreb : l’expérience...
  • À Béatrice Bonhomme
    N° 10 | Célébrations | Dossier majeur | Florilège À Béatrice Bonhomme Michel Orban Ta poésie est souffle d’oiseau, Parole du regard, silence de la lumière. Elle métamorphose l’anonymat du désert En lieu-dit du bout du monde. Elle déshabille la pierre,...