13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 13:22

 

Texte pour le numéro de la 1ère thématique.

 

Formes fixes de la poésie

 

Le trivers

Khris Anthelme

 

 

Le « Trivers » est un poème à forme fixe moderne. Il se compose de 3 quatrains en vers de 8 ou de 12 syllabes.

La création de cette forme fixe est de Guy Foulon (cf. Wikipédia)

Disposition des vers : ABAB - CDCD - EFEF

  • Le premier quatrain est composé de rimes masculines croisées

Soit : M1 M2 M1 M2

  • Le deuxième quatrain se compose de rimes féminines croisées

    Soit : F1 F2 F1 F2

  • Le troisième quatrain de rimes masculines et féminines croisées

    Soit : M3 F3 M3 F3

  •  

(M = rime masculine / F = rime féminine)


 

Exemples :

I - Le Trivers simple

 

L’éternité


 

Ce n’est qu’une pendule au refrain incessant,

Chu d’un éclat sinistre au décor des tombeaux,

Répétant ces deux mots sans cesse vous stressant ;

« Jamais, toujours », « Toujours, jamais », glaçant les os.

 

Il arrive parfois qu’une ombre exige l’heure,

Alors, une autre voix lui répond des ténèbres,

« Éternité, c’est bien ici qu’elle demeure »,

Et l’âme se rendort au son des chants funèbres.


 

Dans cette nuit lugubre et sourde aux geignements,

L’on entend des soupirs et des douleurs lointaines,

Des agitations, des retentissements

Qui s’élèvent encore au-dessus de nos plaines.

 

K_A (2009)


 

II - Le Trivers double


 

Fleur


 

Aussitôt qu’un printemps emporte l’horizon

Je pressens, j’entrevois que ce bel univers

De vermeil couronné, comme un diapason,

S’éveille de son rêve à m’exciter le vers

 

Pour grandir cet instant. Comme une récompense

Délivrant le berceau d’un hiver bien trop dense,

Chérissant ses trésors féconds en redondance.

Alors, tout sème au vent et jouit de naissance.

 

Tenace sur les temps, de ceux des plus éloignés,

Tant une fleur égraine un vent de poésie.

Des aèdes nombreux s’en sont toujours soignés,

Dame nature est leur ; sublime esthésie !


 

À la femme amoureuse mon for la comparant,

Demeure l’éternel aspect à se plier

D’un battement de cil, l’image analysant

Comme émérite aisance, elle est amour fruitier.


 

Souvent belle du jour, la nuit jamais ingrate,

Rien n’est plus gracieux, poétique elle épate

Pour dire au papillon, « Mon pastel s’acclimate,

Viens, tu peux te poser, ton aile est délicate ;


 

Sens, mon calice encore est tiède d’un baiser

Matinal du soleil ». Fragile nourricière,

Pour l’homme elle est espoir, jusqu’à mieux l’apaiser

Las d’avoir guerroyé, parfumant sa prière.

 

K_A (2009)


 

Il est ainsi possible de composer une pièce poétique avec autant de Trivers que l’on veut !

 

***

 

Pour citer ce texte

Khris Anthelme, « Le trivers », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Événement poétique « Megalesia 2016 » [En ligne], mis en ligne le 13 avril 2016. Url : http://www.pandesmuses.fr/2016/04/le-trivers.html

 

© Tous droits réservés Retour au sommaire  

 

Partager cet article

Repost 0
Le Pan poétique des muses - dans Megalesia

Rechercher

À La Une

  • N°6|Sommaire
    N°6|Printemps 2017 Mise en ligne progressive avant sa parution en version imprimée © Crédit photo : Fanny , par l'artiste photographe Claude Menninger . Équipe de la version en ligne : Françoise Urban-Menninger (dir.). Couverture illustrée par l'artiste...........................
  • Marguerite d’automne
    Dossier majeur | Textes poétiques Marguerite d’automne Poème et illustration de l'artiste Anick Roschi Cet extrait est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et des éditions Stellamaris © Crédit photo : Henri Roschi, Vieille & oiseau Sur son...
  • Lettre à Assureur
    Dossier majeur | Textes poétiques Lettre à Assureur Claude Luezior Site officiel : www.claudeluezior.weebly.com/ Cet extrait est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et des éditions tituli Illustration de l'artiste Henri de Lescoët © Crédit...
  • « Ô temps contre lequel il n’est repaire ». La poésie de la vieillesse de Giovanna Bemporad
    Dossier majeur | Articles « Ô temps contre lequel il n’est repaire » La poésie de la vieillesse de Giovanna Bemporad Giovanna Bellati Università di Modena e Reggio Emilia Les poèmes de Giovanna Bemporad sont reproduits et traduits par Giovanna Bellati...
  • À regarder passer le temps & Partance
    Dossier mineur | Textes poétiques À regarder passer le temps & Partance Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ Le premier poème est un extrait reproduit avec l'aimable autorisation...
  • Lettre n°10
    Publication successive Lettre n°10 Nous fêtons dans cette Lettre Le Printemps des Poètes au féminin & le festival Megalesia 2017 jusqu'au 31 mars 2017 30 avril 2017 Mise en ligne jusqu'au 14 mai compris Crédit photo : Allegoria dell'Inclinazione 1615-1616...
  • Charlie Hebdo
    N°6 | S'indigner, soutenir, hommages, lettres ouvertes Charlie Hebdo Françoise Urban-Menninger © Crédit photo : Couverture du 10 mai 2017 du journal Charlie Hebdo , image prise et fournie par Françoise Urban-Menninger Charlie Hebdo aujourd'hui j'ai envie...
  • Chna n Nabila (Djehnine), le chant de Nabila (Hommage à Nabila)
    N°6 | S'indigner, soutenir, hommages, lettres ouvertes Chna n Nabila (Djehnine) le chant de Nabila (Hommage à Nabila) Mhamed Hassani Ce poème extrait est reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur et des éditions SEFRABER © Crédit photo : Nabila...
  • Christophe Schaeffer, aImer à quatre temps, préface de Werner Lambersy, Éditions Librécrit, coll. « Hors collection », 2017, 82 p.
    Critique & réception Christophe Schaeffer aImer à quatre temps préface de Werner Lambersy, Éditions Librécrit, coll. « Hors collection », 2017, 82 p. Maggy de Coster Site personnel : www.maggydecoster.fr/ Site du Manoir des Poètes : www.lemanoirdespoetes.fr/ ©...
  • Toi en moi
    N°6 | Sourires & rires féministes Nouvelle rubrique dédiée aux poésies caricaturale, humoristique et satirique Toi en moi Laure Delaunay Site officiel : https://lauredelaunay.com/ Illustration de Gordan Ćosić © Crédit photo : Gordan Ćosić, Rosa. Ton pied...