14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 10:00

 

 

Chronique

 

Ce fanal obscur

 

Roman de Françoise Baqué Jacqueline

 

Chambon éd., 2014 

 

Camille Aubaude

Rédactrice de la revue LPpdm, membre du groupe de recherche de la SIEFEGP

responsable de la rubrique en ligne Chroniques de Camille Aubaude

 

 

 

Visite guidée de ce qui fut


 

Ce fanal obscurCe fanal obscur emblématise un roman pur et dur, dont le personnage favori, Arthur Vergobret, « rescapé du temps des cendres, espère le retour du Paradis perdu ».  Ce nom propre évoque celui d’un chef gaulois. Arthur le bien nommé survit derrière les remparts d’un château.

Une visite rêvée pour des non-voyants ouvre le récit telle « une source noire ». Ce magnifique récit de rêve porte en germe différents récits. Chaque élément de visite guidée du monument est incrusté non de façon savante, mais étrange, bizarre. C’est Dumas et Nerval à la fois ! La connaissance est traitée pour devenir fascinante. Ce rêve extrêmement puissant est transcrit au rythme des profondeurs, des vertiges maîtrisés. Le rire devient des « éclats de ténèbres ». Tout est dit, et pourtant la soif n’est pas étanchée.

Le rêve d’une visite guidée, comme point de départ, nous entraîne dans un roman éclairé de très belles phrases, et totalement désenchanté. Un roman qui relève de la haute littérature, et révèle le néant de notre temps. Alors que le vide se fait envoûtant, le désenchantement se concentre sur la connaissance. L’oxymore baudelairien « fanal obscur » décrit une méthode de construction cérébrale, extraordinaire, qui fait penser à celle des histoires d’Edgar Poe. Cette construction met en scène un quotidien de cendres « reflet de la pensée qui va de forme en forme sans jamais sortir d’elle-même » (p. 80). Le roman saisit les cendres, les triture avec rigueur, et maîtrise. Il exprime l’addiction à un univers clos.

Bien sûr, c’est l’écriture du « désastre ». Un désastre dans lequel Vergobret, avec son nom à la Vercingétorix, survit. Il « involue », relevant le « fanal obscur » des personnages d’un précédent roman de Françoise Baqué qui m’a aussi beaucoup touchée, Exister le moins possible. A l’heure des tragédies prévisibles dont seront victimes les peuples de la terre, cette fable du dernier vivant inquiète et fait réfléchir. Derrière les remparts, avec un guide qui garde, distribue et distille de subtiles influences.

Les teintes lunaires qui colorent cette histoire ne s’effacent pas après la lecture. Elles disent la nostalgie de l’état de bien être. Manque et plénitude ne sont plus là, mais leur intensité subsiste, leur « résilience », pour employer un terme à la mode. Le bonheur est plus qu’improbable, il a fui. Faute d’allégresse, privé de joie, Arthur Vergobret, « dernier humain » (expression clairement polysémique…), régit son existence comme un théâtre d’ombres. De là renaissent les conversations que Françoise Baqué rétablit d’une manière unique. Là s’opèrent de minuscules et passionnantes métamorphoses, de celles que La d’Hélène Cixous a transcrit dans une sensualité solaire. Elles sont là par magie, par influences, faites pour bouleverser nos certitudes. On sait que tout est perdu, et pourtant… même cette conviction est instable, pas fausse, mais angoissante, entraînée dans le processus d’involution de ce roman.

On a pu parler de « chambre d’échos » pour l’univers littéraire créé par Françoise Baqué, mais son écriture est plus intense, plus profonde. Pas de style affecté, pas de poésie facile. Des lignes sombres dessinées dans un ciel crépusculaire balayé de souffles qu’une lumière intérieure éclaire. Ces lignes se lisent d’une seule traite. On ne pense plus au « progrès » ou à la « croissance ».

 

 

Pour citer cette chronique

Camille Aubaude, « Ce fanal obscur. Roman de Françoise Baqué Jacqueline Chambon éd., 2014 », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°6 [En ligne], mis en ligne le 14 novembre 2015.

Url : http://www.pandesmuses.fr/2015/11/ce-fanal-obscur.html/Url : 

 

Page précédente Retour au sommaire Page suivante

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Numéro Spécial | PRINTEMPS 2022
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES NUMÉRO SPÉCIAL | PRINTEMPS 2022 HUMOUR AU FÉMININ Crédit photo : "Madame Vigée Le Brun et sa fille, 1786, musée du Louvre, Paris, huile...
  • Deux poèmes
    Numéro Spécial | Printemps 2022 | Dossier mineur | Florilège | Poésie visuelle Deux poèmes Sabine Aussenac Blog et sites officiels : https://sabineaussenac.blog/ www.sabineaussenac.com www.sabine-aussenac.com www.poesie-sabine-aussenac.com © Crédit photo...
  • Biographie de Sabine AUSSENAC
    Biographie & publications disponibles numériquement Sabine AUSSENAC Poète, novelliste, romancière & agrégée d’allemand Sabine AUSSENAC. Née de mère rhénane et de père tarnais, Sabine Aussenac a toujours vécu entre lumières du Sud et sombres forêts de...
  • ليلى بن سيديرا : صورة أول شادية مسلمة في الأوبرا الكوميدية في باريس
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Dossier & N° 10 | Célébrations| Revue Matrimoine | Revue culturelle d'Orient & d'Afrique ليلى بن سيديرا : صورة أول شادية* مسلمة في الأوبرا الكوميدية في باريس L'Égyptienne Document retitré, photographié & traduit en arabe par...
  • Leïla Ben Sidera : portrait de la première cantatrice musulmane à l'Opéra Comique à Paris
    REVUE ORIENTALES (O) | N°1 | Dossier & N° 10 | Célébrations| Revue Matrimoine | Revue culturelle d'Orient & d'Afrique Leïla Ben Sidera : portrait de la première cantatrice musulmane à l'Opéra Comique à Paris L'Égyptienne Document choisi, photographié,...
  • Filière de femmes d'Anna Jouy, paru aux éditions Sans Escale
    Numéro Spécial | Printemps 2022 | Critique & Réception Filière de femmes d'Anna Jouy, paru aux éditions Sans Escale Texte par Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème © Crédit photo : Première couverture illustrée de Filière de femmes...
  • La disconvenance dans La Princesse Printanière de Madame d’Aulnoy
    Numéro Spécial | Printemps 2022 | Dossier majeur | Articles & témoignages La disconvenance dans La Princesse Printanière de Madame d’Aulnoy Emilie Cauvin Doctorante à l’Université de Nice, Littératures d’Ancien Régime Crédit photo : Gravure de Madame...
  • Les policiers italiens refusent de porter un masque rose !
    Numéro Spécial | Printemps 2022 | Dossier majeur | Articles & témoignages Les policiers italiens refusent de porter un masque rose ! Texte par Françoise Urban-Menninger Blog officiel : L'heure du poème Crédit photo : Image de masque canard FFP2, domaine...
  • No 10 | AUTOMNE-HIVER 2021-22
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES (LPpdm) REVUE FÉMINISTE, INTERNATIONALE & MULTILINGUE DE POÉSIE ENTRE THÉORIES & PRATIQUES N°10 | AUTOMNE- HIVER 2021-22 CÉLÉBRATIONS VOLETS 1 & 2 DES LAURÉATES & LAURÉATS* DE L'ACADÉMIE CLAUDINE DE TENCIN & DIX ANS DE CE PÉRIODIQUE...
  • No 10 | Sommaire
    N°10 | AUTOMNE-HIVER 2021-22 N°10 | SOMMAIRE CÉLÉBRATIONS Page en construction... Fin de la mise en ligne du numéro le 31 janvier 2022 pour le numéro en ligne & deux volumes imprimés 2022 CÉLÉBRATIONS © Crédit photo : Mariem Garaali Hadoussa,"Les mains...