14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 10:00

 

 

Chronique

 

Ce fanal obscur

 

Roman de Françoise Baqué Jacqueline

 

Chambon éd., 2014 

 

Camille Aubaude

Rédactrice de la revue LPpdm, membre du groupe de recherche de la SIEFEGP

responsable de la rubrique en ligne Chroniques de Camille Aubaude

 

 

 

Visite guidée de ce qui fut


 

Ce fanal obscurCe fanal obscur emblématise un roman pur et dur, dont le personnage favori, Arthur Vergobret, « rescapé du temps des cendres, espère le retour du Paradis perdu ».  Ce nom propre évoque celui d’un chef gaulois. Arthur le bien nommé survit derrière les remparts d’un château.

Une visite rêvée pour des non-voyants ouvre le récit telle « une source noire ». Ce magnifique récit de rêve porte en germe différents récits. Chaque élément de visite guidée du monument est incrusté non de façon savante, mais étrange, bizarre. C’est Dumas et Nerval à la fois ! La connaissance est traitée pour devenir fascinante. Ce rêve extrêmement puissant est transcrit au rythme des profondeurs, des vertiges maîtrisés. Le rire devient des « éclats de ténèbres ». Tout est dit, et pourtant la soif n’est pas étanchée.

Le rêve d’une visite guidée, comme point de départ, nous entraîne dans un roman éclairé de très belles phrases, et totalement désenchanté. Un roman qui relève de la haute littérature, et révèle le néant de notre temps. Alors que le vide se fait envoûtant, le désenchantement se concentre sur la connaissance. L’oxymore baudelairien « fanal obscur » décrit une méthode de construction cérébrale, extraordinaire, qui fait penser à celle des histoires d’Edgar Poe. Cette construction met en scène un quotidien de cendres « reflet de la pensée qui va de forme en forme sans jamais sortir d’elle-même » (p. 80). Le roman saisit les cendres, les triture avec rigueur, et maîtrise. Il exprime l’addiction à un univers clos.

Bien sûr, c’est l’écriture du « désastre ». Un désastre dans lequel Vergobret, avec son nom à la Vercingétorix, survit. Il « involue », relevant le « fanal obscur » des personnages d’un précédent roman de Françoise Baqué qui m’a aussi beaucoup touchée, Exister le moins possible. A l’heure des tragédies prévisibles dont seront victimes les peuples de la terre, cette fable du dernier vivant inquiète et fait réfléchir. Derrière les remparts, avec un guide qui garde, distribue et distille de subtiles influences.

Les teintes lunaires qui colorent cette histoire ne s’effacent pas après la lecture. Elles disent la nostalgie de l’état de bien être. Manque et plénitude ne sont plus là, mais leur intensité subsiste, leur « résilience », pour employer un terme à la mode. Le bonheur est plus qu’improbable, il a fui. Faute d’allégresse, privé de joie, Arthur Vergobret, « dernier humain » (expression clairement polysémique…), régit son existence comme un théâtre d’ombres. De là renaissent les conversations que Françoise Baqué rétablit d’une manière unique. Là s’opèrent de minuscules et passionnantes métamorphoses, de celles que La d’Hélène Cixous a transcrit dans une sensualité solaire. Elles sont là par magie, par influences, faites pour bouleverser nos certitudes. On sait que tout est perdu, et pourtant… même cette conviction est instable, pas fausse, mais angoissante, entraînée dans le processus d’involution de ce roman.

On a pu parler de « chambre d’échos » pour l’univers littéraire créé par Françoise Baqué, mais son écriture est plus intense, plus profonde. Pas de style affecté, pas de poésie facile. Des lignes sombres dessinées dans un ciel crépusculaire balayé de souffles qu’une lumière intérieure éclaire. Ces lignes se lisent d’une seule traite. On ne pense plus au « progrès » ou à la « croissance ».

 

 

Pour citer cette chronique

Camille Aubaude, « Ce fanal obscur. Roman de Françoise Baqué Jacqueline Chambon éd., 2014 », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°6 [En ligne], mis en ligne le 14 novembre 2015.

Url : http://www.pandesmuses.fr/2015/11/ce-fanal-obscur.html/Url : 

 

Page précédente Retour au sommaire Page suivante

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

 

Rechercher

À La Une

  • Événements poétiques | Reconfinement | Rêveries fleuries
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DE RECONFINEMENT EN FRANCE Rêveries fleuries Crédit photo : Jane Atché (1872–1937), "Rêverie", Peinture sur porcelaine, dessin de J. Atché, peinture de Evalina Guenthoer, domaine public,...
  • Calendrier poéféministe 2021 portant sur le féminicide
    Événements poétiques | Calendrier poéféministe 2021 contre le féminicide Calendrier poéféministe 2021 pour lutter contre les violences faites aux femmes et particulièrement le féminicide © Crédit photo : Sarah Mostrel, Stop . 2020. En cours d'édition.......
  • MAI 2021 | Déphasage
    Événements poétiques | Calendrier poéféministe contre le féminicide | Mai 2021 Déphasage Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Poème reproduit de Maggy de Coster avec son aimable autorisation et celle de la maison d'édition Unicité Illustration...
  • Le petit pays qui n’aimait pas ceux qui l’aimaient
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 27 Le petit pays qui n’aimait pas ceux qui l’aimaient Nadine Adra Poème reproduit de Dr. Nadine ADRA avec son aimable autorisation Histoire poétique et philanthropique sur les explosions...
  • Les yeux parlent aux yeux
    N°9 | Sourires & rires féministes Les yeux parlent aux yeux Nsanzimana Avec tes gros trous dans les narines Tu ne peux manquer d’hémoglobines Ni de globules rouges et tes babines Injectent une profondeur féline À tes baisers tant doux que mirifiques Il...
  • Les yeux clos. Je respire
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 27 Les yeux clos. Je respire Sarah Fekonja Auteure, rédactrice Web, transcriptrice Sites officiels : www.sarahfekonja.com www.auteure.sarahfekonja.com Crédit photo : Design pour un livre,...
  • Éternellement et Sur le sable, dans son essence
    N°8 | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. | Poésie, musique & art audiovisuel Éternellement & Sur le sable, dans son essence Nicole Coppey Site officiel : http://www.nicolecoppey.com/ Chaîne officielle YouTube : https://www.youtube.com/channel/UC_Mt28JgxfzPW91iaO7TS1g Description...
  • In memoriam. Soutiens & amitiés à Nicole Coppey & sa famille
    In memoriam | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. In memoriam. Soutiens & amitiés à Nicole Coppey & sa famille Crédit photo : "Tristesse" par Tom Franz, image de Commons, domaine public. In memoriam Nous apprenons avec une grande tristesse...
  • AVRIL 2021 | Je les hais
    Événements poétiques | Calendrier poéféministe contre le féminicide | Avril 2021 Je les hais Djurdja Raskovic Site officiel : djurask.wordpress.com Illustration de Sarah Mostrel Site : www.sarahmostrel.online.fr Facebook : www.facebook.com/sarah.mostrel...
  • Doux rêve ne durant que quelques instants
    Événements poétiques | ReConfinement | Rêveries fleuries | Jour 26 Doux rêve ne durant que quelques instants Rana Alam Doux rêve ne durant que quelques instants Je ne fais que rêver D’être à tes côtés mon chéri adoré Sous un ciel azuré Couvrant une plage...