14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 10:00

 

 

Chronique

 

Ce fanal obscur

 

Roman de Françoise Baqué Jacqueline

 

Chambon éd., 2014 

 

Camille Aubaude

Rédactrice de la revue LPpdm, membre du groupe de recherche de la SIEFEGP

responsable de la rubrique en ligne Chroniques de Camille Aubaude

 

 

 

Visite guidée de ce qui fut


 

Ce fanal obscurCe fanal obscur emblématise un roman pur et dur, dont le personnage favori, Arthur Vergobret, « rescapé du temps des cendres, espère le retour du Paradis perdu ».  Ce nom propre évoque celui d’un chef gaulois. Arthur le bien nommé survit derrière les remparts d’un château.

Une visite rêvée pour des non-voyants ouvre le récit telle « une source noire ». Ce magnifique récit de rêve porte en germe différents récits. Chaque élément de visite guidée du monument est incrusté non de façon savante, mais étrange, bizarre. C’est Dumas et Nerval à la fois ! La connaissance est traitée pour devenir fascinante. Ce rêve extrêmement puissant est transcrit au rythme des profondeurs, des vertiges maîtrisés. Le rire devient des « éclats de ténèbres ». Tout est dit, et pourtant la soif n’est pas étanchée.

Le rêve d’une visite guidée, comme point de départ, nous entraîne dans un roman éclairé de très belles phrases, et totalement désenchanté. Un roman qui relève de la haute littérature, et révèle le néant de notre temps. Alors que le vide se fait envoûtant, le désenchantement se concentre sur la connaissance. L’oxymore baudelairien « fanal obscur » décrit une méthode de construction cérébrale, extraordinaire, qui fait penser à celle des histoires d’Edgar Poe. Cette construction met en scène un quotidien de cendres « reflet de la pensée qui va de forme en forme sans jamais sortir d’elle-même » (p. 80). Le roman saisit les cendres, les triture avec rigueur, et maîtrise. Il exprime l’addiction à un univers clos.

Bien sûr, c’est l’écriture du « désastre ». Un désastre dans lequel Vergobret, avec son nom à la Vercingétorix, survit. Il « involue », relevant le « fanal obscur » des personnages d’un précédent roman de Françoise Baqué qui m’a aussi beaucoup touchée, Exister le moins possible. A l’heure des tragédies prévisibles dont seront victimes les peuples de la terre, cette fable du dernier vivant inquiète et fait réfléchir. Derrière les remparts, avec un guide qui garde, distribue et distille de subtiles influences.

Les teintes lunaires qui colorent cette histoire ne s’effacent pas après la lecture. Elles disent la nostalgie de l’état de bien être. Manque et plénitude ne sont plus là, mais leur intensité subsiste, leur « résilience », pour employer un terme à la mode. Le bonheur est plus qu’improbable, il a fui. Faute d’allégresse, privé de joie, Arthur Vergobret, « dernier humain » (expression clairement polysémique…), régit son existence comme un théâtre d’ombres. De là renaissent les conversations que Françoise Baqué rétablit d’une manière unique. Là s’opèrent de minuscules et passionnantes métamorphoses, de celles que La d’Hélène Cixous a transcrit dans une sensualité solaire. Elles sont là par magie, par influences, faites pour bouleverser nos certitudes. On sait que tout est perdu, et pourtant… même cette conviction est instable, pas fausse, mais angoissante, entraînée dans le processus d’involution de ce roman.

On a pu parler de « chambre d’échos » pour l’univers littéraire créé par Françoise Baqué, mais son écriture est plus intense, plus profonde. Pas de style affecté, pas de poésie facile. Des lignes sombres dessinées dans un ciel crépusculaire balayé de souffles qu’une lumière intérieure éclaire. Ces lignes se lisent d’une seule traite. On ne pense plus au « progrès » ou à la « croissance ».

 

 

Pour citer cette chronique

Camille Aubaude, « Ce fanal obscur. Roman de Françoise Baqué Jacqueline Chambon éd., 2014 », Le Pan poétique des muses|Revue internationale de poésie entre théories & pratiques : Lettre n°6 [En ligne], mis en ligne le 14 novembre 2015.

Url : http://www.pandesmuses.fr/2015/11/ce-fanal-obscur.html/Url : 

 

Page précédente Retour au sommaire Page suivante

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Pan poétique des muses - dans La Lettre de la revue LPpdm

Publications

 

Cette section n'a pas été mise à jour depuis longtemps, elle est en travaux. Veuillez patienter et merci de consulter la page Accueil de ce périodique.

Numéros réguliers | Numéros spéciaux| Lettre du Ppdm | Hors-Séries | Événements poétiques | Dictionnaires | Périodiques | Encyclopédie | ​​Notre sélection féministe de sites, blogues... à visiter 

 

Logodupanpandesmuses.fr ©Tous droits réservés

  ISSN = 2116-1046. Mentions légales

Rechercher

À La Une

  • Megalesia 2021
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PRÉSENTE SON FESTIVAL EN LIGNE Megalesia édition 2021 du 8 mars 2021 au 31 mai 2021 © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, une femme en désir, peinture. Festival numérique, international & multilingue des femmes & genre...
  • Événements poétiques | Le Printemps des Poètes | Les femmes et le désir en poésie
    LE PAN POÉTIQUE DES MUSES VOUS PROPOSE DE PRENDRE PART À SON RECUEIL DU FESTIVAL LE PRINTEMPS DES POÈTES Les femmes & le désir en poésie © Crédit photo : Claude Menninger, photographie prise au musée Würth à Erstein lors d'une exposition rétrospective...
  • Désirance
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Désirance Maggy de Coster Site personnel Le Manoir Des Poètes Désir de feu feu de braise braise étincelant dans l’âtre de mes nuits nuits matérialisées dans les rêves Connivence...
  • Le corps de l’Homme et Libidoll
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Le corps de l’Homme & Libidoll Luxy Dark © Crédit photo : Luxy Dark, "La Déchirure", tableau. Le corps de l’Homme Le corps de l'Homme est une toupie, Une toupie qui s'enroule...
  • Une nuit
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie Une nuit Christine Fusarelli © Crédit photo : Mariem Garali Hadoussa, "Désir", peinture. Et cette nuit qui vient Est-elle menace d’immobilité Ou promesse de recommencement...
  • tes mains
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie tes mains* Houle Crédit photo : Hands, domaine public, image de Commons, Wikimedia. je clos mes paupières dans les profondeurs du lit. immobile, comme le poème d'un mort....
  • J'ai jeté l'encre dans les ports
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie J'ai jeté l'encre dans les ports Olympia Alberti Crédit photo : Olympia Alberti en 2 016, image de Commons, Wikimédia. J'ai jeté l'encre dans les ports en pluie en amertume...
  • À mon seul désir
    Événements poétiques | Le printemps des Poètes | « Les femmes & le désir en poésie À mon seul désir Chantal Robillard Crédit photo : Mon seul désir, un détail de la tapisserie de la dame à la licorne, Commons, Wikimédia. A u milieu du ciel rouge vif et...
  • Lettre n°15 | Eaux oniriques : mers/mères
    Lettre no 15 sur les Eaux oniriques : mers/mères © Horizon par Véronique Caye . Vous avez carte blanche pour en parler. La parution des documents choisis par notre équipe est successive du 14 décembre 2020 au 28 février compris. La mise en ligne se fait...
  • Merci Overblog ?
    Lettre n°15 | Eaux oniriques... | S'indigner, soutenir, lettres ouvertes, hommages, etc. Merci Overblog ! Chère plate-forme Overblog France, La revue LE PAN POÉTIQUE DES MUSES vous adresse ses sincères remerciements pour la qualité de votre entreprise,...